dimanche 16 septembre 2012

Lettre hors des barreaux de Youcef Nadarkhani

.
« Non pas à nous, SEIGNEUR, non pas à nous, mais à Ton Nom rends gloire, pour Ta fidélité, pour Ta loyauté… » (Ps. 115 : 1.)


Salaam! (Que la paix soit sur vous !)

Je glorifie et rends grâce au Seigneur tout mon être. Je suis reconnaissant pour tous Ses bienfaits qu’Il m’a accordé durant toute ma vie. Je suis particulièrement reconnaissant pour Sa bonté et la protection divine qui ont caractérisé la période de ma détention.

Je tiens également à exprimer ma gratitude à l’égard de tous ceux qui, à travers la planète, ont œuvré pour ma cause, ou plutôt, la cause que je défends. Je tiens à exprimer ma reconnaissance pour tous ceux qui m’ont soutenu, ouvertement ou dans le plus grand secret. Vous m’êtes toutes et tous très chers à mon coeur. Puisse le Seigneur vous bénir et vous accorder Sa parfaite et souveraine Grâce.

J’ai certes connu une épreuve, l’épreuve de la foi qui est selon l’Écriture « plus précieuse que l’or périssable ». Ceci étant, je n’ai jamais été gagné par un sentiment de solitude, j’ai senti toute l’énergie déployée par tous ceux qui obéissant à leur conscience ont combattu pour la promotion de la justice et des droits de l’homme. Grâce à ces efforts, j’ai l’immense bonheur d’être aux côtés de ma merveilleuse épouse et de mes enfants. Je rends grâce pour ces personnes par qui Dieu a œuvré. Tout cela est motif d’encouragement.

Durant cette période, il m’a été donné d’expérimenter merveilleusement cette parole de l’Écriture : « De même, en effet, que les souffrances du Christ abondent pour nous, de même aussi notre encouragement abonde par le Christ. » Il a réconforté ma famille et leur a donné les moyens de faire face à cette situation difficile. Dans Sa Grâce, Il a pourvu à leurs besoins spirituels et matériels m’ôtant ainsi un poids énorme.

Le Seigneur a pourvu admirablement au cours de l’instruction, me permettant de faire face aux défis qui se dressaient devant moi. Comme dit l’Écriture, « Il ne permet pas que nous soyons éprouvés au-delà de nos forces… » .

En dépit du fait que j’ai été reconnu coupable d’apostasie selon une certaine lecture de la sharia, je suis reconnaissant qu’Il a donné aux dirigeants du pays, la sagesse de casser ce jugement en tenant compte d'autres aspects de cette même sharia. Il est évident que les défenseurs du droits et les juristes ont fourni un effort important pour faire respecter la loi et le droit. Je tiens ici à remercier ceux qui ont défendu le droit jusqu’au bout.

Je suis heureux de vivre à une époque où l’on peut porter un regard critique et constructif sur le passé. Cela a permis la rédaction des textes universels visant à la promotion des droits de l’homme. Nous sommes débiteurs aujourd’hui de ces efforts fournis par des êtres chers qui ont milité pour le respect de la dignité humaine et qui nous légué ces textes à portée universelle.

Je suis aussi débiteur de ceux qui m’ont fidèlement transmis la Parole de Dieu, cette Parole qui fait de nous les héritiers de Dieu, selon la formule scripturaire.

Je tiens à exprimer, pour terminer une prière pour l’établissement d’une paix durable et universelle, afin que la volonté du Père soit faite sur la terre comme au ciel. Tout passe en effet, mais la Parole de Dieu, source de paix, demeure éternellement.

Que la grâce et la miséricorde de Dieu vous soient multipliées. Amen !

Youcef Nadarkhani


Sur le même sujet :







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire