dimanche 23 juin 2019

Ce que l’Esprit dit aux églises pour les temps de la fin


(Retranscription conférence Paris -Avril 2019- Éliane COLARD).

Je parlerai d’abord des temps de la fin, de ce qu’ils annoncent, des signes qui les annoncent, puis dans un deuxième temps du positionnement de l’Église face à ces signes et à leurs avertissements.
La fin des temps est évoquée dans la Bible non pas principalement pour parler catastrophes, mais pour parler avant tout d’un merveilleux évènement : le retour de Jésus-Christ qui viendra mettre un terme au temps présent et inaugurer un autre.
La dernière heure avant la nuit

Le titre choisi pour cette rencontre : « Quelle heure est-il à l’horloge de Dieu », à la vérité ce n’est pas moi qui l’ai choisi mais les personnes qui m’ont invitée. Cependant il me fait penser à une vision que j’ai eue il y a peut être 2 ou 3 ans. Je voyais un grand cadran horaire dont une des aiguilles avançait d’un coup. Comme si on passait un grand coup d’accélérateur. Jésus dit en Jean 11/9 : « n’y a-t-il pas 12h dans le jour ? ». Le découpage de l’heure est en 12 dans la Bible, comme sur les cadrans où il n’existe pas de 13ème heure. En Matthieu 20, il est question des ouvriers de la 11ème heure qui étaient les derniers à travailler dans la Vigne avant l’arrivée de la nuit. Ils représentent ceux du temps de la grâce inaugurant les temps de la fin s’acheminant vers la 12ème et dernière heure. Mais cette dernière heure semblait avoir déjà commencé au temps de l’Église primitive selon 1 Jean 2/18 : « Petits enfants c’est la dernière heure, et comme vous avez appris qu’un antéchrist vient, il y a maintenant plusieurs antéchrist ; par là nous connaissons que c’est la dernière heure. ».
Ces dernières années on sent de façon incontestable un bourdonnement des choses dans le monde, que ce soit au niveau national ou international, que ce soit au niveau des hommes, des animaux ou de la nature. La terre est comme bouleversée dans ses fondements avec ce qu’elle contient. Ce mouvement est tangible, et s’installe de façon inédite tout en n’étant pas tout à fait nouveau en termes d’évènements cycliques. Ce qui est inédit, c’est la rapidité avec la laquelle ces bouleversements se présentent. En 2016 j’avais eu une vision qui montrait que les évènements allaient se bousculer donnant l’impression d’un temps passant plus rapidement : un cahier rempli des lignes d’écritures concernant des évènements passés et à venir. Chaque page couvrait la même durée de temps ; pourtant certaines pages étaient plus remplies que d’autres surtout les contemporaines et celles retraçant les années à venir. L’explication qui me fut donnée est que dans le passé les choses prenaient des années pour s’inscrire dans l’histoire ; or désormais l’histoire allait filer à toute allure : les choses allant sans cesse de bouleversements en bouleversements tant au niveau économique politique que sociétal, un évènement chassant très vite un autre. Je crois malheureusement que nous y sommes ! Dans le monde, plus rien ne se passe selon les prévisions des analystes économiques ou politiques. La règle semble être l’instabilité permanente.
Une lumière différente ou notre lampe au sein de l’obscurité.
On peut parfois s’étonner de voir à quel point les chrétiens d’aujourd’hui sont tributaires des évènements « du moment » pour tenter de dégager la perspective divine ou décrypter la prophétie biblique. Nous devons rester sur la fréquence du Seigneur pour ne pas devenir des chrétiens-thermomètres bougeant avec la température extérieure du monde, sinon nous sommes condamnés à avoir toujours un train de retard pour ce qui est de la perspective spirituelle. En Jérémie 10, Dieu dit ceci (français courant) : « Ne vous mettez pas à l’école des Païens » Il s’agissait là de ne pas interpréter les signes à leur manière car leurs repères sont illusoires. Mais Dieu avait aussi dit la même chose au travers d’Ésaïe (Chapitre 8/11) : « Le Seigneur me saisit et m’avertit de ne pas imiter le comportement de ce peuple. Voici ce qu’il me déclara : n’imitez pas ces gens quand ils parlent de menaces contre l’ordre établi, n’ayez pas peur de ce qui leur fait peur ; ne le redoutez pas ». Je crois que c’est le temps pour nous de considérer ces paroles avec attention, car sinon l’Église risque d’effacer la ligne de démarcation qui la sépare du monde. La suite du verset indique que si nous craignons ce que le monde craint, alors cela signifie que nous sommes sous le même règne, le même gouvernement. Or il ne devrait pas en être ainsi, le monde ne peut avoir une juste perspective de la réalité ; aussi nous ne devrions pas nous aligner sur les ondes de ce monde pour analyser les évènements passés présents et à venir. Le Seigneur nous demande de marcher à contre-courant du monde et non pas en nous conformant à ce qu’il dit et fait pour finir par craindre ce qu’il craint. Éphésiens 2/2 dit que le train de ce monde est conduit par le prince de la puissance de l’air qui agit dans les fils de la rébellion. En adoptant le train de ce monde dans notre façon de penser, nous marchons à contre courant de la pensée de Dieu et donc en ennemi de la Croix.
Les ondes du monde véhiculent la crainte, la peur, la méfiance et l’insécurité qui conduisent au rejet et à la violence. C’est une évidence actuellement. Si nous nous alignons sur ces ondes-là, nous perdons de vue la victoire du Christ ainsi que le sens et l’objectif de son règne. Cela nous empêche de comprendre la nature du combat qui est le nôtre et nous aveugle en même temps sur l’identité de l’adversaire à vaincre. Tout cela a pour conséquence de nous conduire dans des combats charnels avec des armes charnels contre des êtres humains au lieu de nous concentrer sur les bonnes cibles qui elles, sont spirituelles. Beaucoup entrent en ce moment même dans des combats humains sous prétexte de plus de justice, mais que dire lorsque les armes utilisées sont terrestres et charnelles et souvent contre des cibles humaines ? Le moment est peut être venu d’insister avec force sur le fait que le Royaume et la justice de Dieu ne se poursuivent pas dans les combats humains et avec des armes charnelles dans les causes et combats qui secouent le monde. On peut prendre part aux combats pour plus de justice dans ce monde, mais il ne faut pas se méprendre car ce n’est pas là LE combat que Dieu nous demande avant tout.
L’ange de l’Éternel et le terrain de nos combats
Nous avons un combat bien plus important à mener, un combat qui ne souffre pas que nous soyons à un autre poste que celui que le Seigneur nous assigne. Le combat pour la justice ne peut jamais être séparé de la poursuite du Royaume de Dieu, car seule la justice du Royaume peut procurer le repos Mais la poursuite de la justice du Royaume positionne nos pieds sur un terrain saint qui ouvre nos yeux sur la dimension spirituelle du combat. Et nous sommes alors en mesure de voir l’ange de l’éternel l’épée dégainée à la main qui nous dit qu’il n’est pas venu pour prendre position pour nous dans un combat charnel contre nos adversaires visibles de chair et de sang, mais pour le royaume éternel et spirituel de Dieu. Le combat de Dieu n’est jamais pour un camp humain contre un autre camp humain, une race contre une autre, une religion contre une autre, un parti politique contre un autre etc.., mais pour Dieu et contre Satan. L’axe du mal ce n’est pas d’autres êtres humains comme nous et qui ne pensent pas comme nous, mais un ennemi spirituel. Malheureusement, l’axe du mal ou du bien se définit très relativement dans ce monde, de même que l’idée de la justice. Les normes de définition sont fluctuantes selon les circonstances de l’époque. Si dans ses combats, Dieu prenait position pour un camp humain contre l’autre, face aux multiples bouleversements dans le monde, ses anges seraient aussi versatiles que les agents secrets des états qui voient leurs cibles changer au gré des fluctuations de l’histoire. L’ennemi d’un jour devenant l’allier du jour suivant. Pour Dieu, l’ennemi ne change pas avec l’histoire : Satan est toujours l’adversaire, il y aura toujours guerre contre Amalek ! Aussi, avant d’entrer dans un combat assurons-nous donc de voir où se situe l’ange de l’éternel.
Pourquoi insister là-dessus ? Parce que de plus en plus il sera nécessaire que les chrétiens veillent sur leur cœur pour ne pas faire partie des Injustes qui deviendront encore plus injustes. La plupart des luttes et troubles qui secouent le monde sont en rapport avec un besoin de plus de justice sociale politique économique, on retrouve ces aspirations-là dans les diverses revendications qui secouent les nations en ce moment.
Lorsque vos yeux demeurent fermés sur votre citoyenneté céleste, vous ne pouvez que revendiquer la citoyenneté terrestre.
Vous ne pouvez que revendiquer l’appartenance à une nation terrestre lorsque vous ne vous sentez pas intégré dans la Nation sainte qui trouve son identité et son héritage en Christ.
Vous ne pouvez que revendiquer une patrie terrestre lorsque vos yeux demeurent voilés sur la Patrie céleste réservée à ceux qui sont engagés dans le combat de la foi en Jésus-Christ.
Vous ne pouvez que revendiquer les possessions attachées à ce monde lorsque vous n’avez aucune idée des biens spirituels et éternels qui font partie de votre héritage en Christ que nul ne peut ni diminuer ni voler ni détruire.
C’est le moment où jamais pour le Chrétien de connaître son identité et les prérogatives qui y sont rattachées.
L’Actualité et le Prophétisme de circonstance.
Avant d’entrer dans le vif du sujet, je ressens aussi l’importance de clarifier à propos du Prophétisme de circonstance qui fleurit sur le net lorsqu’on parle fin des temps/temps de la fin. Dès que survient une crise ou une catastrophe, des prophéties affluent aussitôt. Pourtant La pensée Prophétique n’est pas déterminée par l’Actualité. C’est l’actualité qui est déterminée par la pensée prophétique divine. Autrement, si nous devions prophétiser en fonction de ce qui se passe dans le monde, on serait toujours à dire tantôt une chose, tantôt une autre en fonction des circonstances du moment (et parfois en totale incohérence spirituelle et intellectuelle). Ceux qui ont prophétisé autrefois qu’Obama était l’anti christ, sont les mêmes à prophétiser que Macron est l’anti Christ ; et ce sont souvent encore les mêmes à avoir prophétisé que la Bête c’est l’Islam ou que la Prostituée c’est l’église catholique. Et tout récemment encore avec la chute de l’aiguille de la cathédrale notre dame de Paris, que n’a-t-on pu entendre que Babylone était tombée. Cherchez l’erreur ! Croyez-vous que les mois précédant la chute du mur de Berlin les prophéties de circonstances annonçaient l’avènement de cet évènement ? Non, la plupart pensaient que le communisme était le plus grand ennemi pour le monde dit libre et pour encore longtemps. Ces prophéties annonçaient-elles que la menace islamiste allait occuper l’espace laissé vacant par la menace rouge ? Ces prophéties avaient-elles annoncé l’émergence d’un capitalisme économique en Chine et en Russie ? Pourtant en à peine quelques décennies la Russie pour ne citer qu’elle, est passée d’une économie de type dirigiste, collectiviste à une parfaite économie de marché qui fait qualifier son régime de post socialiste, On est là très loin du traité sur le Capital de Karl Marx. Les Prophètes de circonstance avaient-ils vu venir ces bouleversements ? La Prophétie biblique elle, ne l’ignorait pas car c’est la marche normale de l’Histoire qui s’achemine vers son terme tel que Dieu l’a prévu.
L’interprétation de la prophétie biblique ne peut évoluer au gré des circonstances et la révélation prophétique véritable ne saurait davantage se désolidariser des révélations contenues dans les Écritures déjà révélées. Son but est de les éclairer et les actualiser et non pas les revisiter. Ce n’est donc décidément pas l’actualité qui dirige et détermine la Prophétie biblique mais bien l’inverse. L’ennemi qui est à combattre spirituellement n’est pas apparu aujourd’hui au travers du (ou des) gouvernement actuel, mais était déjà présent dans les gouvernements précédents. Il l’est dans tous les royaumes de ce monde dont les pouvoirs lui ont été remis : Matthieu 4/8 (bien que la Bible dit que c’est Dieu qui permet la mise en place des autorités de ce monde).
Le Prophétisme de circonstance fait penser à un bateau au gouvernail cassé, ivre dans la mer et réduit à naviguer à vue. C’est un bateau aveugle qui amène son chargement et ses passagers dans un naufrage de la foi sur des récifs de mensonges. C’est parce qu’il y a une grande incompréhension des signes des temps et du moment où ils doivent prendre place. Et cela me fait penser à un songe que j’avais eu sur la fausse lumière des ténèbres. L’ennemi envoie des contre feux, des faux signaux pour nous perdre dans des faux combats qui vont nous essouffler et nous faire perdre de vue l’objectif du Seigneur au moment où il a évoqué les signes des temps de la fin. Car ne l’oublions pas, en Matthieu 24, lorsque Jésus évoque ces signes, c’est pour répondre à une question sur le moment de son avènement. Les signes des temps nous ont été donnés en vue de nous permettre de marcher dans ce monde en ne perdant pas de vue la promesse de cet avènement.
Mais où est passée la promesse de son avènement ?
Jésus avait dit que lorsque les signes commenceraient à arriver, de ne pas craindre car ce ne sera pas encore la fin mais juste le commencement. Il a déroulé les évènements qui devaient se produire depuis la destruction du temple jusqu’à la consommation de ce monde ci. Il a dit en Luc 21 au verset 8 « Prenez garde que vous ne soyez séduits. Car plusieurs viendront en mon nom, disant : C'est moi, et le temps approche. Ne les suivez pas ». Ce n’était pas parce que ces signes étaient déjà là que Jésus était déjà près de revenir. Les signes sont là pour annoncer à l’avance.
Depuis toujours, des gens ont annoncé des dates précises du retour de Jésus cela a donné beaucoup de déceptions qui ont amené de la relativisation et des arrangements avec la vérité. Ces marchands de dates ressemblent à ceux qui observent les astres pour prédire l’avenir. Mais à force de prédire des choses qui n’arrivent pas, certains esprits faibles tombent dans le cynisme et d’autres finissent par s’éloigner de la foi en demandant ironiquement « mais où est passée la promesse de son avènement ? ». 2 Pierre 3/3 : « dans les derniers jours, il viendra des moqueurs avec leurs railleries, marchant selon leurs propres convoitises, et qui diront : où est la promesse de son avènement ? Car depuis que les pères sont morts, tout demeure comme dès le commencement de la création ». Pierre répond au verset 9 à cette question sur la promesse de son avènement : « le Seigneur use de patience, ne voulant qu’aucun périsse mais que tous parviennent à la repentance ». Jésus ne reviendra pas tant que le nombre de sauvés ne saura pas atteint. Imaginez s’il était revenu avant que vous ayez entendu parler de lui..
Ne vous laissez pas troubler par une parole disant que le jour du Seigneur est déjà là : 2 Thessaloniciens 2/2
Tout est question de temps mais Dieu ne nous trompe pas, les temps ne seront pas accomplis tant que d’autres signes spirituels ceux-là, ne seront pas arrivés. Tout ça doit donc être replacé dans le cadre d’un temps divin qui n’est pas le nôtre ; Pierre dit que pour Dieu un jour est comme mille ans et mille ans comme un jour.
L’Église primitive et la fin des temps.
L’église primitive considérait que la fin des temps était proche 1 Pi 4/7. Pierre s’exprimait ainsi car les disciples pouvaient penser qu’ils étaient dans les temps prophétiques annoncés car ils étaient véritablement dans une fournaise (persécution de l’Église primitive) et c’est la raison pour laquelle les exhortations à supporter les épreuves émaillent ces lettres d’avertissement concernant les derniers temps. Pierre dit au verset 12 «  ne soyez point surpris de la fournaise qui est au milieu de vous pour vous éprouver ».
Souvenons-nous de ce que les premiers disciples de l’Église primitive étaient dès le départ dans l’attente du retour du Seigneur ; ils pensaient que cela allait se faire en leur temps. Ils avaient posé la question au Seigneur juste avant qu’il ne soit enlevé sous leurs yeux en actes1. Ils avaient tout lieu de croire que cela allait se faire à ce moment-là car ils avaient à l’esprit ce que Jésus avait dit à Jean et qui est relaté en Jean 21 «  si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne .. ». Puis Paul dans une épître parlera de ceux qui seront vivants au retour du Seigneur en disant « nous les vivants ». Les premiers chrétiens vivaient des circonstances dignes de fin des temps. Tous pensaient que Néron était l’anti christ annoncé et beaucoup de signes pouvaient laisser croire cela. Avec ce qui se passait ils pouvaient penser que l’abomination de la désolation dont il est question dans le prophète Daniel avait été établie à Jérusalem. Or nous savons aujourd’hui que Jésus n’est pas revenu à ce moment là pour détruire l’impie par le souffle de sa bouche comme annoncé par Paul. Mais si nous vivions à cette époque-là nous aurions pu nous aussi penser à l’imminence de l’avènement du Seigneur.
Comme l’Époux tardait
Mais les jours, les mois puis les années sont passés et l’Église primitive a commencé à s’endormir voyant que l’époux tardait,. Et puis les tous premiers disciples témoins physiques de Jésus sont morts, à l’exception de Jean exilé sur l’île de Patmos. Mais en son temps l’Église avait déjà commencé à déchoir de sa position de lumière et chandelier : l’apostasie était là et l’Église avait commencé à s’installer dans le monde vue que l’Époux tardait, elle n’était plus en pèlerinage mais s’était sédentarisée, sécularisée jusqu’à devenir religion d’état sous Constantin. Jean a vu l’aspect de l’Église du Seigneur les 7 chandeliers dont le niveau d’huile était très bas, il a vu l’esprit et la doctrine du Nicolaïsme infecter le corps de Christ comme un mauvais virus avec d’autres fausses doctrines.
La promesse de son avènement et le non sens spirituel du Prétérisme
La dernière lettre de Paul est celle de la seconde lettre à Timothée ; et elle a une teneur bien différente de celle aux Thessaloniciens. C’est la lettre où il parle de l’approche du moment où il va quitter ce monde en ayant achevé la course et combattu le bon combat : il sait donc qu’il ne sera pas vivant à l’avènement du Seigneur contrairement à ce qu’il disait aux Thessaloniciens « Nous les vivants ». Dans cette lettre à Timothée, Paul évoque ceux qui renversent la foi et l’espérance de certains en disant que la résurrection était déjà arrivée. Ils étaient certainement las d’attendre et avaient élaboré une doctrine qui leur permettait de vivre avec l’idée que les signes précurseurs n’avaient rien fait venir en leur temps ; le Prétérisme n’est pas autre chose. Cette doctrine est un non sens à la fois intellectuel et spirituel. Rien qu’en lisant le début de la Révélation de Jean on le comprend. C’est une révélation, et le cœur de ces choses est encore à venir. La preuve vous lisez le verset 7 du premier chapitre et vous comprenez qu’il ne peut être question d’un livre relatant des faits passés à ce moment-là. Il n’est pas davantage possible d’en spiritualiser à outrance le contenu sans vider de sens l’espérance attachée à l’appel de tous les Saints en Jésus-Christ. Jean a vu différentes choses dans des visions. Il a vue celles qui lui étaient contemporaines, mais aussi celles qui devaient arriver après et jusqu’à la fin (verset 19) donc ce n’était pas une vision récapitulative de l’histoire passée et présente. Du reste, si Jésus était déjà venu sur les nuées de sorte que tout œil l’ait vu, on n’en serait pas là aujourd’hui avec cette impiété galopante qui est loin d’être une simple vue de l’esprit. Israël ne serait pas encore et toujours enfermé dans l’incrédulité au sujet de son Messie. Et si tout le livre d’Apocalypse avait déjà reçu son plein accomplissement jusqu’à la description du chapitre 22, on ne serait plus dans ce corps corruptible on aurait déjà revêtu l’incorruptibilité et toute la création aurait aussi été renouvelée. On peut donc affirmer ici que le Prétérisme est une imposture spirituelle et une injure intellectuelle.
C’est aussi dans sa 2ème lettre à Timothée que Paul dresse une vision réaliste des derniers temps et qui sonne comme un avertissement. 2 Timothée 3. Ce sont des jours mauvais et difficiles qui s’annoncent pour les derniers temps. Des temps qui constituent la dernière ligne droite du temps de grâce : un temps de pourrissement sans mesure. Et bizarrement dans cette description on est loin du catastrophisme apocalyptique tel qu’on le conçoit généralement pour la fin des temps; il est surtout question d’un délitement de l’amour, de la foi et du sens moral premièrement dans l’église. Il est question du cœur mauvais de l’homme, de l’Injuste qui deviendra encore plus injuste (Apoc. 22/11). Or la doctrine Prétériste est obligée de nier cet état de décadence et de pourrissement.
La Parole prophétique indique l’heure et éclaire les temps
Nous avons l’impression que quand Jésus parle de ces choses de la fin en Matthieu 24 ou Luc 21, tout est censé arriver dans un laps de temps rapproché. Mais tout dépend de quel point de vue nous nous situons car le temps divin ne s’écoule pas de la même façon que le temps humain. Le Seigneur ne tarde jamais dans l’accomplissement de sa promesse mais il fait en sorte que tout arrive au moment prévu, lorsque toutes choses sont arrivées ensemble à maturité. Nous avons dans la Bible un faisceau d’indices concernant le temps de l’avènement de Jésus-Christ, mais c’est la Parole prophétique qui va les éclairer pour nous. C’est la lunette qui nous est donnée pour lire avec efficacité cette carte divine que Jésus nous a laissée, parfois comme un jeu de piste avec symboles.
La Parole prophétique : une lampe qui brille dans un lieu obscur jusqu’à ce que le jour resplendisse et que se lève l’étoile du matin. Ça veut dire que dans la nuit qui tombe sur le monde nous avons la parole prophétique comme lampe pour nous aider à voir clair dans ces signes qui comme des balises vont nous indiquer à chaque croisement le temps dans lequel nous sommes par rapport au jour de son avènement.
Comme un voleur dans la nuit
Pierre dit que le jour du Seigneur viendra comme un voleur dans la nuit. Mais Paul dira dans sa lettre aux Thessaloniciens que nous ne sommes pas dans les ténèbres pour que ce jour nous surprenne comme un voleur. Dans la lettre à l’église de Sardes, Jésus indique que c’est pour ceux qui ne veillent pas qu’il viendra comme un voleur dans la nuit (Apocalypse 3/3) : « Si tu ne veilles pas, je viendrai sur toi comme un voleur et tu ne sauras pas à quelle heure je viendrai sur toi ». Il est bon de noter la formulation de la version Martin « Si tu ne veilles pas je viendrai contre toi comme le larron, et tu ne sauras point à quelle heure je viendrai contre toi ». Venir sur ou venir contre est très différent de venir pour. Ceux qui ne veillent pas ne seront pas prêts à partir lorsque l’époux sera là, ils auront la fin prévue pour les vierges folles ; l’époux ne vient que pour celles et ceux qui seront prêts. Alors la solution n’est pas comme certains le croient, de chercher à sonder le jour et l’heure, mais plutôt savoir comment veiller pour être prêt à tout moment. En tant qu’enfant de Dieu nous ne devrions pas être surpris par ce jour-là parce que Dieu a donné des balises sûres. Et la venue de Jésus est aussi certaine que celle de l’Aurore. Seulement, des choses doivent auparavant se mettre en place.
Pour avancer en phase avec l’horloge divine, il nous faut comprendre ce que sont ces signes et savoir discerner correctement les temps dans lesquels ils sont censés s’accomplir. Il y a des signes naturels mais aussi et surtout des signes spirituels très important !
Signes naturels sur la terre ou commencement des douleurs
1/ Dans la nature : La terre et d’une façon générale ces 4 éléments (terre, air, eau et le feu) sont en mouvement plus que jamais ces dernières années ; pas besoin de révélation prophétique pour s’en rendre compte. Romains 8 dit que la création souffre les douleurs de l’enfantement car elle aussi a été soumise à la vanité ; et à cause de ça elle aussi est dans la servitude et elle attend la révélation des fils de Dieu, ce n’est qu’après ça qu’elle sera libérée de la servitude de la corruption qui l’a atteinte. Quand l’homme sera révélé dans la gloire, elle aussi aura sa part de gloire ; mais maintenant elle suit implacablement la pente descendante de l’homme qui l’a entraînée dans sa chute depuis la transgression d’Adam.
2/ Dans le monde. Guerres ou bruits de guerre, famines, révolutions, bouleversements politiques ou/et économiques, agitations et haine entre peuples, coups d’états ou tentatives, soulèvements populaires un peu partout, accroissement de l’iniquité et des injustices. Conspiration politique mais aussi économique (USA, RUSSIE, CHINE, UE). On sent la colère gronder au sein des peuples. La France même est très en colère cela s’est vu dans certaines manifestations avec le slogan « la France en colère ». On dirait que cette puissance spirituelle de l’air a établi ses quartiers au dessus de la France ces derniers mois. Si Dieu ouvrait nos yeux spirituels à certains moments on ne verrait plus les évènements de la même manière. A l’apogée de ces évènements un ange ténébreux à l’aspect féroce tenait son épée levée sur la capitale de la France. Ce n’est pas pour rien qu’il nous est dit de ne pas prendre part aux œuvres infructueuses des ténèbres : Éphésiens 5/ 6 à 9. C’est étonnant cette conférence devait avoir lieu le 17 Novembre 2018. Il ne faut pas blâmer une contrariété car certaines choses devaient être dites en rapport avec tout ceci dans le cadre de ce message sur la temps de la fin.
3/ Dans l’Église : Refroidissement de l’amour (la charité) égoïsme évangélique, xénophobie et racisme dans l’église, luttes fratricides ou/et intestines. Multiplication des faux prophètes, faux apôtres, faux frères, attrait pour séductions spirituelles, new âge, infiltration massive de doctrines de démons et aveuglement spirituel. La foi n’est plus la même qu’au commencement. Un désintérêt pour la parole de vérité et un attrait sans précédent pour des choses agréables, avec une avidité pour les doctrines relativistes entachées d’erreurs et de mensonges sous fond d’hédonisme chrétien.
Mais tous ces signes ne constituent que le commencement des douleurs.
Les signes spirituels dans le ciel inaugurent la fin des temps
Dans ses avertissements aux disciples (Matthieu 24 ou Luc 21), après avoir énuméré les signes sur la terre, Jésus a parlé d’un signe précis apparaissant dans le ciel : celui de l’avènement du Fils de l’homme (Matthieu 24/30) : « Alors le Signe du Fils de l’homme apparaîtra dans le ciel.. ». Après le commencement des douleurs des temps de la fin, la fin des temps sera amenée par l’apparition dans le ciel de Jésus-Christ. Mais ce signe sera précédé de 3 grands signes dans le ciel annoncés par Jean. C’est seulement à l’issue de cela que viendra la fin des temps mettant un terme au temps présent.
Jésus reviendra lorsque la coupe de l’iniquité et de l’injustice aura atteint son comble ; ce sera le jour prophétisé en Ésaïe 61 et qui correspond à la deuxième phase de Son ministère. La première phase a été accomplie à la croix quand il est venu comme Sauveur ainsi qu’il l’a dit en lisant cette parole dans le temple Luc 4/21. En citant la prophétie d’Ésaïe 61 dans le temple, Jésus s’était arrêté (à dessein) au moment où cette parole dit « pour publier une année de grâce du Seigneur ». Car c’était là cette seule partie qui était sur le point d’être accomplie. La seconde partie de la prophétie d’Ésaïe 61, à savoir le jour de vengeance de Dieu attend encore son accomplissement qui aura lieu lors de l’avènement de Jésus-Christ.
C’est donc le pourrissement du temps présent qui permettra le mûrissement du temps à venir. Les choses ne peuvent pas se faire avant le terme prévu (comme pour la femme enceinte). Le Seigneur ne fait pas les choses à moitié, il est celui qui amène tout à la perfection. Il attend donc que les choses arrivent à un état de maturité justifiant son apparition au terme fixé, et il a donné des indices précis concernant ce terme. Et ce n’est pas un hasard que le premier signe spirituel dans le ciel sera une femme enceinte mettant au monde un enfant arrivé à maturité : c’est là la signification du terme « Fils Mâle » dans le sens de vigoureux ou homme fait.
Le signe du fils de l’homme sera donc précédé par 3 premiers signes qui correspondent à ce que Paul annonçait aux Thessaloniciens : à savoir [il faut que l’apostasie soit arrivée auparavant, qu’on ait vu paraître l’homme de péché (l’impie) le fils de perdition, celui qui s’élève au dessus de tout ce qui est Dieu et qui va jusqu’à se faire passer pour Dieu, car le mystère d’iniquité agit déjà il faut juste que ce qui le retient ait disparu alors seulement apparaîtra l’impie que le Seigneur Jésus détruira par le souffle de sa bouche..].
L’une des raisons de l’avènement de Jésus-Christ est la destruction de l’Impie par le souffle de sa bouche, mais alors il faut que l’Impie soit là ! Quoi que l’iniquité agisse déjà et cela depuis longtemps, manifestement l’Impie n’est pas encore là. Il n’apparaîtra que lorsque ce qui le retient aura disparu : 2 Thess. 2/7. On a longtemps discuté de l’identité de ce retenant. De ce qui m’est donné de comprendre, pour moi il s’agit d’un peuple de vainqueurs faisant partie de l’Épouse de l’Agneau et dont description au chap 12 d’Apocalypse j’y reviendrai. Paul donne des détails précis de ce qui arrivera lorsque l’impie sera là : il fera des miracles et prodiges mensongers capables de berner même les élus.
Paul prévient que ce Jour d’Ésaïe 61 viendra quand les hommes diront paix et sûreté. C’est alors que surviendra une ruine soudaine. En ce moment on ne peut pas dire que le monde connaisse une période de paix et de sûreté. Cependant, l’Impie réussira à amener cela sur le monde entier même si c’est une paix factice et une fausse sécurité. Ces choses annoncées par Paul vont se mettre en place avec l’apparition des 2 premiers signes prophétisés par Jean en Apocalypse 12. Ces 2 signes permettront l’éclosion plénière de 3 mystères à la fin des temps : le mystère de la Justice de Dieu, le mystère de l’apostasie et le mystère d’iniquité. 3 mystères devant apparaître avant l’avènement du signe de Jésus-Christ.
J’avais expliqué dans un précédent texte comment lire la Révélation de Jean avec l’ouverture du livre scellé des 7 sceaux. Les 2 premiers signes se mettent en place dans le cadre des 5 premiers sceaux ; le 6ème sceau annonce ce qui va arriver et la situation juste avant ; puis le 7ème sceau : l’apparition du 3ème signe.
Les 2 premiers signes dans le ciel
1er SIGNE dans le ciel - Le signe de la femme enveloppée du soleil Apoc. 12 , Ésaïe 7.
Le 2ème SIGNE dans le ciel - Le dragon rouge. Lire aussi le début du chapitre 13 jusqu’au verset 9.
J’ai déjà eu l’occasion d’expliquer la nature des 2 bêtes. Lisons rapidement. Je n’insisterai pas sur certains points déjà développés ailleurs sinon ce sera trop long. Je vais juste résumer une explication succincte des symboles en présence.
Il y a le signe de la femme enfantant le fils mâle, puis le signe du dragon rouge. Un fleuve d’eau sort de la bouche du dragon pour détruire la femme qui a accouché du fils mâle mais la terre vient au secours de la femme. La bête de la terre (seconde Bête d’Apocalypse 13/11) la sauve de la destruction en permettant une assimilation du fleuve d’eau envoyé sur elle : il s’agit là d’une alliance à venir entre la 1ère bête (Apocalypse 13/1) et la femme que Jean voit assise au désert sur la Bête et sur ses eaux Apoc.17 : la Bête et les eaux deviennent son appui (son assise). Les deux ailes du grand aigle qui l’amènent au désert ont l’air de tomber comme un cheveu sur la soupe mais elles représentent les soutiens des royaumes de ce monde véhiculés par la 1ère Bête ; le premier des 4 royaumes vus par Daniel avait des ailes d’aigle. Le fleuve d’eau de la bouche du dragon est un flot de séduction que la deuxième bête se chargera de faire assimiler à la femme de sorte qu’elle ne croira pas que ces eaux sont envoyées pour sa destruction, elle pensera qu’elles sont au contraire pour sa préservation et sa prospérité : c’est ici l’accomplissement de ce que Paul annonce en 2 Thessaloniciens 2/10 et 11 : les séductions de l’iniquité qui toucheront ceux qui n’auront pas l’amour de la vérité et qui succomberont donc au mensonge et à la puissance d’égarement qui sera déversée à ce moment là. La seconde bête (Apocalypse 13/11) absorbera donc les eaux de la bouche du dragon (elle parle comme un dragon même si elle ressemble par ses cornes à un agneau : camouflage pour séduire sauf que l’Agneau de Dieu a 7 cornes et non pas 2 qui revêtent des sens différents Cf. plus de détails à venir), donc elle absorbera ces eaux au passage pour les transformer avant de les rejeter sur la femme en puissance de séduction et énergie d’erreur. Et c’est alors que ce qui est foncièrement détestable sera pris pour acceptable : la 2ème bête réussira à faire ça. Et c’est ce qui fera de cette femme une Prostituée. Celle décrite au désert au chapitre 17 suscitant l’étonnement de Jean à cause de ce qu’elle est devenue.
Le combat du dragon contre la femme
La femme représente l’Église en tant que Principe de la justice de Dieu sur la terre depuis la Pentecôte. L’Église n’est pas l’épouse à ce stade, c’est en vocation, en devenir; elle n’est encore que le Principe de la Justice de Dieu qui doit donner naissance au Mystère de la Justice de Dieu. Et c’est dans ce but que depuis le début à la Pentecôte, Dieu lui a assigné 12 anges : la couronne de 12 étoiles sur sa tête (les étoiles symbolisent les anges dans Apocalypse) pour la protéger jusqu’à ce moment là. Puis après la naissance de ce fils mâle, ces 12 anges seront préposés à la garde de l’Épouse, tel qu’on le voit dans la description de la Nouvelle Jérusalem (les 12 anges gardant ses 12 portes) Apocalypse 21.
Le dragon attaque la femme sur tous les fronts et pour cela il va utiliser les 7 diadèmes posés sur ses 7 têtes. Ces diadèmes sont des séductions envoyées pour tenter de faire déchoir l’Église de son appel et de sa vocation à faire émerger une Épouse pure glorieuse et sans tâche, l’endormir et briser sa force (Sardes) éteindre son amour (Éphèse), s’attaquer à la vie des enfants de Dieu (Smyrne), envoyer sur elle des doctrines de démons qui altèrent la vérité (Pergame), l’entraîner dans la séduction et l’immoralité (Thyatire), la confiner dans une convoitise des yeux, de la chair et de l’orgueil de la vie (Laodicée), et enfin tenter d’égarer ceux qui n’ont pas reçu ou gardé l’amour de la vérité et tenter de voler la clef de la connaissance (attaque que Philadelphie saura contrer en gardant la parole de la persévérance.).
Les douleurs de l’enfantement de la femme pour la formation du Fils Mâle.
L’Église est actuellement en travail pour donner naissance à ce fils mâle qui n’apparaîtra que lorsqu’il sera arrivé à maturité. C’est dans ce but que Christ a donné des ministères au Corps. Éphésiens 4/11-13 (pour que nous parvenions à l’état d’homme fait !). Durant ce temps de travail, elle est attaquée de toutes parts par le dragon qui veut à tout prix empêcher cette naissance car elle est le point de départ de beaucoup de choses amenant le monde à son terme.
Au temps de la fin, il ne sera plus question de l’Église ni des églises, mais de l’Épouse. Le positionnement aura été individuel car ne fera partie de l’Épouse que celle ou celui qui aura été vainqueur. La Nouvelle Jérusalem ne sera pas composée de dénominations évangéliques qui ont bien compris la Bible ou la connaissent par coeur, ni de chrétiens qui auront pointé chaque dimanche à l’église. Elle sera composée de celles et de ceux qui dans l’obéissance à Dieu, auront vaincu l’adversaire dans le combat de la foi sur le terrain pratique de leur vie ou au prix de leur vie (Smyrne). C’est pourquoi les lettres se terminent en s’adressant à des vainqueurs pris individuellement : à celui qui vaincra. Cela signifie qu’au sein de chacune de ces églises types, malgré l’apostasie galopante, Dieu trouvera néanmoins un reste fidèle qui vaincra les séductions de l’ennemi.
Le combat des vainqueurs contre les diadèmes du dragon 
Cette attaque de 7 têtes du dragon (le serpent ancien qui est Satan) est un mode opératoire qui n’est pas inédit. Dans le passé elle a pu prendre d’autres formes, ainsi Israël a aussi eu à combattre 7 esprits envoyés dans ce même but : l’empêcher en tant que peuple de Dieu d’entrer dans la promesse de Dieu. Deutéronome 7/1 évoque 7 nations que Dieu avait dépossédées pour faire entrer Israël dans son héritage. Comme Paul le dit en Actes 13/19 : « et ayant détruit 7 nations au pays de Canaan, il leur en accorda le territoire comme propriété ». De même, lorsque Dieu nous a rachetés, il a dépossédé l’ennemi, a privé le tyran du butin qu’il détenait sur nous, Il a dépouillé les dominations et autorités. Ces ennemis contre lesquels le peuple de Dieu devra manifester la victoire de Christ sont des esprits méchants, des principautés, des trônes, des dominations, des autorités, des dignités, des gloires spirituelles de ténèbres. Paul le mentionne en Éphésiens 6/ 12 : 7 niveaux angéliques de ténèbres. Mais Michel et ses anges (les 7 anges du 3ème Grand signe dans le ciel) commandent aussi une grande armée céleste qui les combattra à nos côtés. Et dans ce combat le Seigneur nous a donné aussi à ces élus de quoi vaincre : les 7 yeux et les 7 cornes de l’Agneau de Dieu que Jean a vu dans la vision du chapitre 5/6. De sorte que les vainqueurs ne seront pas les anges entrés dans le combat à nos côtés mais bel et bien ceux qui auront vaincu à cause du sang de l’Agneau et de la Parole de leur témoignage. Jésus n’a pas versé son sang pour des anges c’est pourquoi ces vainqueurs d’Apocalypse 12 ne sont pas les anges.
- Les7 yeux sont les 7 Esprits de Dieu (Apocalypse 4/5 et Apocalypse 5/6). Les 7 esprits de Dieu constituent le dépôt d’huile donné par l’Esprit de Dieu pour alimenter les 7 chandeliers/églises. 1. l’Esprit de l’Éternel, 2.l’Esprit de sagesse, 3.l’Esprit d’intelligence, 4.l’Esprit de conseil, 5.l’Esprit de force, 6.l’Esprit de connaissance, et 7.l’Esprit de crainte de l’Eternel.
-Les 7 cornes de l’Agneau (Apocalypse 5/6) sont les 7 Puissances issues du sacrifice de Jésus-Christ à la Croix : 1.La puissance du sang de Jésus-Christ, 2.la puissance de la Résurrection, 3.la puissance de l’Ascension, 4.la puissance du Saint-Esprit ou de la pentecôte, 5.la puissance du nom de Jésus-Christ, 6.la puissance du témoignage de la Parole de Dieu, et enfin 7.la puissance de Son avènement.
La fin de ce combat se soldera par la naissance du fils mâle (l’épouse de l’Agneau), l’éjection du ciel du dragon avec ses anges, la fuite de la femme au désert poursuivie par le dragon et l’apparition de deux bêtes : l’une sortant de la mer (les nations), l’autre sortant de la terre (Israël). Le fils mâle s’en allant au trône de Dieu, et le dragon irrité descendant sur la terre pour l’accélération des choses. Le Retenant de 2 Thessaloniciens 2/8 ce retenant qui doit disparaître pour que le mystère d’iniquité paraisse en son temps, c’est le fils mâle qui doit naître de cette femme. Il s’agit de ceux qui auront vaincu lors du combat contre les diadèmes des 7 têtes du dragon d’apocalypse 12 : ils l’ont vaincu à cause du sang de l’agneau et par la parole de leur témoignage.. Malheureusement tous ne seront pas l’Épouse mais seuls ceux qui remporteront la victoire en étant non seulement des appelés et des élus mais encore des fidèles tel qu’on le verra plus loin. C’est Jésus qui le dit : «  à celui qui vaincra », que ce soit la victoire contre le dragon ou la victoire contre la bête comme nous le verrons plus loin.. A ce stade en Apocalypse 12, vous verrez que Jean ne parle pas de l’Épouse, il ne mentionnera l’Épouse qu’en Apocalypse 19.
Le reste de la postérité : les vainqueurs de la bête, de sa marque et du nombre de son nom.
Le fils mâle représente les vierges sages endormies avec la réserve d’huile à portée de main. Elles partent avec l’époux au moment où la voix crie « voici l’époux  allez à sa rencontre ! ». Les autres sont refoulées, mais pas envoyées là où il y a des grincements de dents, particularité de cette parabole qui diffère des autres, la fin de l’histoire n’est pas encore écrite pour elles à ce moment là. Les vierges folles restent et devront aller acheter de l’huile chez ceux qui en vendent. Elles achèteront de l’huile au prix fort : au prix de leur vie (Smyrne).
Genèse 3/15
Alors que le fils mâle (la postérité de la femme), conformément au début de cette prophétie de Genèse, frappera la tête du dragon, le reste de la postérité (le talon) devra combattre contre la queue du dragon  (le tiers des étoiles tombées à sa suite), ce reste de la postérité sera vaincu au niveau de la première mort, la mort physique (leur talon sera blessé Cf Genèse 3/15). Mais s’ils gardent le témoignage fidèlement (Cf. Smyrne Apoc.2/10 et 11), ils vaincront spirituellement la bête, sa marque et le nombre de son nom durant la Grande Tribulation. Apocalypse 15/2 les montre et ce sont aussi les mêmes que Jean voit dans la grande foule du chapitre 7 verset 9 à 14, ceux qui auront à laver leur robe pour participer aux noces. Alors que les Prémices (le fils mâle) Jean les voit marcher en vêtements blancs sur la montagne de Sion avec l’Époux, c’est ceux qui ont pu partir à la venue de l’Époux car leur robe n’avait pas été salie. Les deux sont vus en 2 endroits différents ; les 1ers sur la montagne de Sion, les 2nds sur la mer de verre. Jean voit ce reste de la postérité mort lors de l’ouverture du 5ème sceau. Et c’est pourquoi à l’ouverture du 6ème sceau ils ne sont plus là. Au moment de l’apparition du 3ème signe dans le ciel (les 7 Grands anges) aucun de ceux qui auront mis leur confiance en Jésus-Christ ne se trouvera sur la terre (ni les prémices/fils mâle, ni le reste de la postérité). Car ceux qui appartiennent à Dieu et qui persévèrent dans la parole du témoignage ne sont pas destinés à subir sa colère. Or le 3ème Grand Signe dans le ciel (à l’ouverture du 7ème sceau) inaugure le temps où Dieu va déverser les coupes de sa colère sur le règne de la bête en réponse à la coupe des martyrs qui sera à son comble devant l’autel.
A l’ouverture du 6ème sceau les hommes ont peur car les choses s’aggravent avec un coup d’accélérateur ; il n’y a plus rien qui retienne la colère de Dieu. Tant que ceux qui lui appartiennent sont là, Dieu retient sa main mais une fois que ses fidèles sont partis il n‘y a plus de mur. Les justes tiennent toujours lieu de rempart. A ce moment là, au 6ème sceau, la terre sera ébranlée, le soleil deviendra ténèbres, le flambeau de la lumière reposant sur les justes étant retiré de la terre. La paix de Dieu sera retirée loin de la terre. La nature en sera ébranlée comme jamais Apocalypse 6/12 à 17. Le 6ème sceau annonce la venue de la colère de Dieu (Apocalypse 6/16 et 17 : «car le grand jour de sa colère est venu, et qui peut subsister ? ». Mais c’est le 7ème sceau qui ouvrira vraiment sur le temps de la colère divine avec les Trompettes qui annonceront ce qui sera déversé par les 7 coupes portés par les 7 anges qui sont montrés à Jean comme étant le 3ème grand Signe à paraître dans le ciel.
Le 3ème SIGNE dans le ciel
-Le signe des 7 anges portant les 7 fléaux de la colère de Dieu Apoc 15. Déroulement des évènements jusqu’à l’apparition du signe du Fils d l’homme apparaissant sur les nuées. La nécessité de sa rédaction a fait que la Bible déroule en entier tous les évènements des trompettes les uns après les autres avant d’aborder le détail des coupes. Mais dans la compréhension spirituelle de la vision divine cela se déroule en simultané.
Donc correspondance entre 7 trompettes et 7 coupes jugeant les 7 éléments de la création de Dieu du 1er au 7ème jour. Le Seigneur jugera par ces 7 coupes la transgression faite sur les 7 éléments de la création par le serpent ancien et le 1/3 des anges de sa queue, avec chaque fois des conséquences sur les habitants de la terre ; la trompette annoncera le jugement et la coupe le déversera ; on a l’impression d’un remake des jours de la création mais en version jugement qui tombe chaque fois sur le 1/3 de chaque élément. (A ce stade il est bon de dire que ce jugement du 1/3 s’explique par le fait que les 7 éléments suivants de la création ont été souillés par le 1/3 des anges qui ont suivi Satan dans sa révolte (Jean les identifie à la queue du dragon. Donc : la terre jour 1 (Apoc 8/7 et Apoc 16/2), la mer jour 2 (Apoc. 8/8 , 9 et Apoc. 16/3), les fleuves et sources jour 3 (Apoc. 8/10 –Apoc. 16/4), le soleil et luminaires jour 4 (Apoc.8/12- Apoc.16/8) ; l’abîme et le monstre marin (Léviathan) jour 5 (Apoc 9/ 1 et 2 – Apoc. 16/10) ; l’Humanité 6ème jour : l’Euphrate bassin civilisation (Apoc.9/13 à 16 –Apoc.16/12 à 14) évoquant le chiffre de la bête : 66 666 666, 66 hommes tués : j’y reviendrai. Entre la 6ème et la 7ème coupe il y a les évènements se déroulant à Jérusalem quand les armées viendront l’investir et fouler Jérusalem : ce qu’on voit au début du chapitre 11.
[Intermède du chapitre 11 : C’est le moment où l’impie se manifestera en Lieu Saint et se fera passer pour l’Oint lui-même (Jésus-Christ) comme l’a prophétisé Paul. Et c’est aussi à ce moment-là que Dieu enverra les 2 témoins qui sont auprès de Lui tel que l’a vu Zacharie : chap 4/3 et 14 (car il n’y aura plus de témoins sur la terre) ; ce sont les 2 oints gardés pour la fin : Élie devait revenir avaient dit Jésus et Malachie. Et ces deux oints confronteront l’Impie jusqu’au moment où ils déposeront le vêtement de chair dans lequel ils étaient montés pour revêtir leur nouveau vêtement. C’est seulement après ça que Jean entend le son de trompette du 7ème ange annonçant le déversement de la 7ème coupe chargée de juger la prostituée.
La prostituée 7ème jour : Jugement du 1/3 également pour la grande ville qui tombe brisée en 3 partie ; c’est le jugement de la Profanation du sabbat de Dieu symbole de la mise à part, ce qui lui est réservé en propre pour être sanctifié (Apoc. 11/15 _ Apoc. 16/17 à 19), le jugement de l’infidélité spirituelle. Auparavant, Dieu aura pris soin d’avertir son peuple de sortir du milieu d’elle afin de n’avoir pas part à son châtiment. C’est celle qui connaissait Dieu mais qui s’est prostituée en cherchant d’autres appuis; et Jean est surpris quand l’ange lui montre cette femme. Il ne la reconnaît pas : elle est remplie d’esprits impurs (ce n’est pas nouveau : voir Ézéchiel 8 quand l’idole de la jalousie a été introduite dans le temple). L’infidélité ne concerne que ceux qui sont appelés à rester fidèles donc ce n’est pas le monde qui est jugé au travers du jugement de la Prostituée mais celle qui, appelée à être une épouse, est devenue une Prostituée. Jean dit « elle est devenue une habitation de démons, un repaire de tous esprits impurs » Apoc 18/2. Elle était appelée à être une habitation pour Dieu et non pour les démons. Béthel (maison de Dieu) et non pas un Béthel l’enfer cf Osée 4/15 symbole de la prostitution spirituelle. L’église est appelée (selon Éphésiens) à s’attacher au Seigneur pour devenir son Épouse et être le Temple du Saint –Esprit, tabernacle de Dieu - Apocalypse 21. Or à la fin Jean voit au désert une apparition du mystère de l’apostasie. Cette femme assise sur la bête est celle que Jean avait vu s’enfuir au désert (Apocalypse 12) ; son assise est la Bête et ses eaux, au lieu de prendre son Seigneur pour appui avec l’eau de Sa parole. Au son de la 7ème trompette, la 7ème coupe du 7ème ange accomplira le jugement sur le Mystère de l’apostasie (apostasie = abandon de la foi). Dieu va utiliser les assises de la Prostituée (ses anciens soutiens) pour la juger (Apoc.17 et 18).
Au travers du déversement des 7 coupes, le 3ème grand signe dans le ciel, aura préparé la terre pour le moment précis de l’avènement de Jésus-Christ : sa venue en Gloire.
Les évènements précédant l’apparition du Signe du Fils de l’homme.
Le signe du Fils de l’homme apparaîtra dans le ciel dit Matthieu, après les jours de détresse apportés par le 3ème signe dans le ciel. Après que les rois faisant partie de la Bête aient détruit la prostituée selon le dessein de Dieu. La prostituée se sera réfugiée sous leurs ailes pendant 1260 jours durant la seconde moitié de l’heure de l’épreuve soit 42 mois ou 3 ans et demi (périodicité spirituelle); mais ils la détruiront à la fin, de même qu’ils se feront aussi chacun la guerre par la suite comme prophétisé en Daniel par le songe de Nébucadnetsar ainsi que par la vision de Daniel au chapitre 11.
Le signe du Fils de l’homme apparaîtra au point culminant de la guerre entre les rois à Armageddon, après que les 4 anges qui retiennent le cours de l’Euphrate auront livré passage aux rois du Nord et de l’Est pour le grand combat contre un roi dit du midi (prophétie de Daniel à double fenêtre de réalisation comme beaucoup d’autres prophéties) : certaines choses sont passées mais d’autres sont à venir car concernent la fin des temps et le temps de détresse sans pareil prophétisé par Jésus en Matthieu 24 et dont parle Daniel 12. Les rois du Nord et de l’Est viendront à Jérusalem pour combattre un chef qui se sera installé dans Jérusalem, celui qui sera assis dans le temple reconstruit et qui se fera passer en Israël pour l’Oint le Messie de Dieu : la bête de la terre Apocalypse 13.
Les têtes de la bête et l’intelligence qui possède la sagesse
Juste avant l’avènement du Fils de l’homme, les têtes de la bête auront été réduites à 3. Le dragon est montré à Jean avec 7 têtes et 10 cornes dont il donnera le caractère à la Bête qui de fait possédera aussi 7 têtes et 10 cornes. Mais en Apocalypse 17, il est dit à Jean que 5 rois/ têtes de la bête sont tombés. Gardons à l’esprit que la vision concerne à ce moment-là les temps de la fin précédant l’avènement du Fils de l’homme. Mais 5 têtes étant tombées il devrait normalement en rester 2 dont l’une contemporaine de Jean et l’autre pas encore venue. Pourtant il y aura 3 têtes-rois à la fin. Car il est question d’une 8ème tête à venir. La vision dit que la bête que Jean voit, est cette 8ème tête tout en étant une des 7 : c’est le dernier royaume vu par Daniel au chapitre 7. Elle est une tête déjà présente du temps de Jean mais qui aura été détruite pour réapparaître aux temps de la fin. Du temps de Jean la bête est comme Daniel l’a vue avec 10 cornes mais au temps de la fin elle aura en plus 7 têtes (pour les séductions des temps de la fin) car la vision de la Bête ne concerne pas le présent de Jean mais la fin.
Ce 8ème roi qui est à la fois la 1ère Bête elle-même et une des 7 têtes, est mentionné en Apocalypse 13/3 : « Et je vis une des têtes de la bête comme blessée à mort ; mais sa blessure mortelle fut guérie. Et toute la terre était en admiration derrière la Bête ». Dans la prophétie de Daniel c’est le 4ème royaume et nous avons le contexte de sa disparition (Daniel 7/11). Du temps de Jean cette tête est présente, mais après elle devait disparaître (blessée à mort) comme je l’ai dit, pour revenir vers la fin mais sous une forme différente tout en ayant la même identité de dernier royaume empruntant à tous les 3 royaumes précédent, et c’est pourquoi ces 3 précédents n’avaient pas eux aussi été détruits : Daniel 7/12.
Ce 8ème roi faisant partie des 7 têtes, est celui qui dirigera la Bête (confédération de Nations) en animant son image (une visibilité et un caractère défini), et qui établira vers la fin son siège à Jérusalem. Cette tête-roi s’identifiera à la Bête, au point qu’on l’appellera l’Impie. Il s’agit aussi de la petite corne poussant au milieu des cornes dans la vision de Daniel 7 (donc elle est en plus, tout en étant d’entre les autres : celle dont il est dit qu’elle prononçait des paroles arrogantes (Daniel 7/8). Elle sera donc la bouche qui animant la bête lui permettra de prononcer des paroles arrogantes et des blasphèmes (Apocalypse 13/5) : le Faux prophète. La vision de Daniel 7 précise bien que c’est du 4ème et dernier royaume que sera issue la petite corne. Les 3 têtes qui subsisteront seront mues par des puissances spirituelles pour mener le monde à sa perte. Elles représentent 3 principales puissances mondiales qui tout en faisant partie de la Bête, se feront la guerre entre elles. Il y aura à ce moment- là dans le monde 3 grandes forces principales en présence supplantant les autres, 3 grandes forces dans l’histoire la géopolitique et l’économie mondiales. Tous les bouleversements ou soubresauts auxquels nous assistons actuellement dans le monde mèneront à un moment donné à une telle configuration mondiale.
La guerre intestine des têtes de la Bête ou la fragilité des pieds de la statue d’or
Ces 3 derniers rois se feront la guerre (Zacharie 14/13) et 66 666 666 personnes : tiers de 2 myriades de myriades (chiffre symbolique des soldats des armées portant la marque de la bête) seront tuées par cette guerre qu’ils se feront entre eux, conduits à ça par les esprits impurs sortis de la bouche du dragon, de la bête et du faux prophète qui les pousseront à l’auto destruction (Apocalypse 9/14 à 18 et Apocalypse 16/12 à 14 : trois esprits de démons manipuleront ces 3 rois. Cette guerre intestine entre les têtes de la Bête est la conséquence de la fragilité des orteils des pieds de la statue vue en songe par Nébucadnetsar : ils seront dans un tel égarement d’esprit qu’ils se combattront les uns les autres. Les cornes de la bête se combattront entre elles et les têtes tomberont l’une après l’autre jusqu’à cette guerre entre les 3 derrières têtes comme prophétisé en Daniel 11. La détresse sera à son apogée sur la terre à ce moment-là et particulièrement en Israël comme l’a prophétisé Daniel 12, telle que le monde n’en a jamais connue de pareille et c’est alors et alors seulement qu’apparaîtra le fils de l’homme qui par le souffle de sa bouche détruira l’impie et son armée. C’est pourquoi on peut dire que les Prophéties de Daniel 2,7, 11 et 12 ne se sont pas encore accomplies en totalité.
Le SIGNE DU FILS DE L’HOMME : 4ème SIGNE dans le ciel
Ce 4ème signe Jésus l’a annoncé en Matthieu 24/30 : « Et alors le signe du Fils de l'homme paraîtra dans le ciel. Alors aussi toutes les Tribus de la terre se lamenteront en se frappant la poitrine, et verront le Fils de l'homme venant dans les nuées du ciel, avec une grande puissance, et une grande gloire ».
Puis Luc 21/ 27 : « Alors on verra le Fils de l’homme venant sur une nuée avec puissance et une grande gloire ».
Et Jean le dévoilera en Apocalypse 1/7 «Voici il vient sur les nuées. Et tout œil le verra, même ceux qui l’ont percé ; et toutes les tribus de la terre se lamenteront à cause de lui. Oui. Amen ! ».
Zacharie 12 : « Et je répandrai sur la maison de David et sur les habitants de Jérusalem un esprit de grâce et de supplications; et ils regarderont vers moi, celui qu'ils auront percé, ».
Apocalypse 19/11, 14 et 15 : « Puis je vis le ciel ouvert, et voici parut un cheval blanc, Celui qui le montait s’appelle Fidèle et Véritable, et il juge et combat avec justice. Les armées qui sont dans le ciel le suivaient sur des chevaux blancs, revêtues d’un fin lin, blanc, pur. De sa bouche sortait une épée aiguë, pour frapper les nations ; il les paîtra avec une verge de fer ; et il foulera la cuve du vin de l’ardente colère du Dieu tout puissant ».
Zacharie 14/3 : « L’Éternel paraîtra, et il combattra ces nations….. ». 
Le signe du Fils de l’homme, dernier de tous les signes à paraître dans le ciel, va clôturer les évènements des temps de la fin et amener la fin des temps avec la venue du grand Jour de l’Éternel prophétisé en Ésaïe 61 et aussi par d’autres prophètes de l’ancienne alliance Ce dernier signe dans le ciel est l’avènement de Jésus-Christ comme libérateur pour Israël car c’est en cet endroit que la guerre fera rage, toutes les nations étant venues combattre Jérusalem qui sera devenue pour elles une pierre pesante. Ce 4ème grand Signe est celui que le peuple d’Israël attend depuis toujours. Lors de la première venue de Jésus ils ne l‘ont pas reconnu car ils attendaient un libérateur. Ce que Paul annonce aussi en Romains 11/26 : Le Libérateur viendra de Sion ; il détournera Jacob de ses impiétés. Ce sera mon alliance avec eux lorsque j’ôterai leurs péchés. C’est ce jour-là que les péchés de Jacob (Israël) et ses prostitutions seront enlevés : lorsqu’ils se repentiront pleurant sur celui qu’ils ont percé Apocalypse 1/7. Ce que Paul annonçait là, c’est ce qu’Ésaïe avait déjà prophétisé au chapitre 59 /20: « Un rédempteur viendra pour Sion, pour ceux de Jacob qui se convertiront de leurs péchés. Voici mon alliance avec eux dit l’Éternel ». Ce qui est développé en Zacharie 12.
Ils combattront l’Agneau
Zacharie 14/ 2 dit que l’Éternel rassemblera toutes les nations pour qu’elles attaquent Jérusalem. Mais au moment où ces armées en guerre verront Jésus apparaître dans l’éclat de son avènement, elles cesseront le combat entre elles et chercheront à faire la guerre au Roi des rois ainsi qu’a ceux qui l’accompagneront, Apocalypse 17/14 parle de ce combat des nations de la Bête contre l’Agneau et ses élus l’accompagnant. Et Apocalypse 19/19 parle aussi de ce combat du Jour de l’Éternel : « Puis je vis la bête, les rois de la terre et leurs armées, rassemblés pour combattre celui qui monte sur le cheval (blanc) et contre son armée ».
L’Agneau les vaincra parce qu’il est le Seigneur des seigneurs et le Roi des roi
Roi des rois c’est ainsi que le décrit Apocalypse 17/14 ; et c’est aussi ce nom que Jean voit inscrit sur la cuisse de celui qui s’avance sur le cheval blanc lors de son avènement (Apocalypse 19/16) : Roi des rois Seigneur des seigneurs.
Un jour de détresse sans pareil
Daniel et Jésus ont prophétisé sur ce jour de l’avènement du Roi des rois (Daniel 12/1 : « ce sera une époque de détresse telle qu’il n’y en a point eu depuis que les nations existent jusqu’à cette époque ») et Jésus en Matthieu 24/21 « Car alors la détresse sera si grande qu’il n’y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu’à présent, et qu’il n’y en aura jamais ». Et au verset 10 de Daniel 12, il est dit que plusieurs en Israël seront purifiés épurés blanchis ; ils correspondent à ce reste qui sera trouvé inscrit dans le livre de vie (le tiers dont parle Zacharie 13 et qui sera affiné par cette épreuve pour être sauvé (versets 8 et 9). Un reste seulement d’Israël reviendra au Seigneur tel que l’a aussi prophétisé Ésaïe 10/20, repris par Paul en Romains 9/27: « Quand le nombre des fils d’Israël serait comme le sable de la mer, un reste seulement sera sauvé ».
Il anéantira l’impie par le souffle de sa bouche
Paul dit que Jésus anéantira l’impie par l’éclat de son avènement et le souffle de sa bouche : 2 Thessaloniciens 2/8 ; c’est aussi ce que Jean décrit en Apocalypse 19 en évoquant l’épée dans la bouche du Roi des rois. Cette épée figure la Parole de Dieu Hébreux 4/12. Jésus ne combattra pas les armées de la Bête avec des armes naturelles de guerre, mais avec la Parole qui sortira de sa bouche comme un souffle de feu qui produira une tempête d’étincelles les consumant. Ce décret de Sa Parole frappera toutes les nations adhérant à la Bête. Ce décret de Sa bouche représente aussi la pierre que Nébucadnetsar a vu (en songe), se détacher de la montagne (Sion l’épouse) pour aller frapper les pieds d’argile et de fer de la statue pour la réduire en pièces : Daniel 2/34.
Les appelés, les élus et les fidèles qui sont avec lui les vaincront aussi. (Apoc. 17/14).
Ces élus qui accompagneront l’Agneau lors de son avènement, c’est la montagne de Sion que Jésus se sera taillée pour Lui, ceux dont il est dit en Apocalypse 14 qu’ils le suivent partout où il va, les prémices qui avaient été cueillis comme des premiers fruits parvenus à maturité : le fils mâle  qui avait été enlevé au trône après sa formation et sa naissance : Apocalypse 14/4. Apocalypse 19/8 décrit l’épouse préparée comme étant vêtue de fin lin blanc et pur. Or c’est le même vêtement que portent les armées qui suivent Jésus arrivant sur son cheval blanc au même chapitre 19 verset14.
Les anges et les saints
Mais il y a aussi autre chose concernant ces armées accompagnant Jésus lors de son avènement, car Zacharie 14/5 parle de saints arrivant avec l’Éternel pour combattre en ce grand Jour (on interprète indifféremment anges ou fidèles), et même Paul parle des saints comme d’anges en 2 Thessaloniciens 1/7 : «… lorsque le Seigneur Jésus apparaîtra du ciel avec les anges de sa puissance au milieu d’une flamme de feu, pour punir ceux qui ne connaissent pas Dieu, et ceux qui n’obéissent pas à l’évangile de notre Seigneur Jésus-Christ ». Pourtant Apocalypse 17/14 décrit ceux qui accompagneront le fils de l’homme lorsqu’il paraîtra sur les nuées comme étant des appelés, des fidèles, et des élus : « Ils combattront contre l'Agneau, et l'Agneau les vaincra, parce qu'il est le Seigneur des seigneurs et le Roi des rois, et les appelés, les élus et les fidèles qui sont avec lui les vaincront aussi. ». Aussi, lorsque Jean prophétise en Apocalypse 19 à propos des armées qui seront avec Jésus lors de son avènement, on peut comprendre qu’il y a aura donc non seulement les élus, les appelés et les fidèles mais il y aura aussi les anges de sa puissance qui auront rassemblé ces élus d’une extrémité des cieux à l’autre, la présence des uns n’excluant pas les autres.
Apocalypse ou dévoilement de la prophétie
Si Paul a annoncé que l’éclat de l’avènement de Jésus anéantira l’impie par le souffle de sa bouche (2 Thessaloniciens 2/8), c’est à Jean qu’a été donnée la révélation du détail de ces évènements sur lesquels il a vu les sceaux brisés. Paul n’a vu qu’au travers d’un voile tout comme Daniel (qui ne comprenait même pas ce qui lui était montré : Daniel 12/8). Mais à Jean les choses de la fin ont été pleinement dévoilées c’est pourquoi c’est plus clair et plus précis. À Daniel la prophétie était voilée, c’était une prophétie et non une révélation (il y a une différence entre les deux termes) : l’une annonce, l’autre dévoile. Dans la prophétie de Daniel tout est mélangé : les réalisations double de chaque vision tout est mélangé jusqu’à même la résurrection, car quand vous lisez Daniel 12/2 vous avez l’impression que cette résurrection finale prend place juste après les évènements douloureux de la grande détresse dont Jésus a parlé lui aussi. Alors que dans la Révélation de Jean les sceaux sont brisés l’un après l’autre, et au chapitre 20 on comprend plus clairement que la résurrection est en deux temps il y a deux résurrections car deux jugements l’un à la suite de la grande tribulation c’est la première résurrection qui fera suite au jugement des trônes, puis la seconde résurrection qui est celle du Jugement du grand trône blanc dont Jésus avait aussi parlé en Matthieu et qui prendra place après les 1 000 ans (périodicité réelle ou spirituelle).
La lecture de la prophétie ne se fait pas comme n’importe quel autre message. Souvenez-vous en ce sens comment Jésus termine son message aux disciples en Matthieu 24/33 et 34 : « De même, quand vous verrez toutes ces choses, sachez que le Fils de l’homme est proche, à la porte. Je vous le dis en vérité, cette génération ne passera point, que tout cela n'arrive ». Pourtant la génération à laquelle Jésus s’adressait est passée et son avènement n’a pas encore eu lieu, mais cette génération-là avait réellement vu le commencement des choses prophétisées.
Ce que l’Esprit dit aux églises pour les temps de la fin.
Quand Jean reçoit la révélation des lettres aux 7 églises, ce n’est pas à proprement parler les 7 églises de l’Asie de son époque, car cette révélation concerne l’Église de Jésus-Christ dans son ensemble puisque la fin des temps ne se limite pas à la Turquie où elles étaient toutes situées. Il s’agit d’une image globale de l’Église à qui Jésus s’est révélée lors de sa formation à la Pentecôte, dans l’entière sagesse infiniment variée de Dieu. C’est pourquoi elles sont montrées sous la forme de 7 chandeliers devant refléter sur la terre 7 aspects de la lumière divine comme je l’expliquerai plus loin. Jésus termine chacune des lettres par des avertissements car chacune sera à la fin des temps en passe de perdre le dépôt reçu.
Éphèse typifie le refroidissement de l’amour à la fin des temps, Smyrne les tribulations de l’église martyre pour sa foi, Pergame le mélange introduit dans la vérité transmise aux saints une fois pour toutes. Thyatire typifie l’église qui a intégré le mélange, l’égarement, l’esprit de prostitution spirituelle, avec un détournement de la vraie piété. Sardes typifie l’église qui dort, qui a cessé de veiller et qui perd le sens de sa vocation. Philadelphie typifie le reste qui donne l’impression de peu de puissance mais qui aime profondément le Seigneur, se sait aimé de Lui elle ressemble au daman qui se sachant sans force cherche protection au creux des rochers (Proverbes 30/26). La puissance de Dieu peut agir au travers de sa faiblesse à l’image de la colombe délicate décrite en Cantiques des cantiques 6/10 : « belle comme la lune, pure comme le soleil mais terrible comme des troupes sous leurs bannières ». Elle typifie les humbles de cœur devant qui l’ennemi devra s’incliner parce qu’ils ont gardé le témoignage de la vérité (Apocalypse 3/9 : « voici je te donne ceux de la synagogue de Satan, je les ferai venir se prosterner à tes pieds et connaître que je t’ai aimé »). Enfin l’église de Laodicée représente l’église enveloppée dans un manteau d’illusion sur elle-même, se disant la plus riche, la plus forte la plus conquérante et pourtant si éloignée du cœur de Dieu tellement elle est devenue conforme au siècle présent : elle se tient de l’autre côté de la porte à cause de sa position assise entre 2 chaises pour ne pas se mouiller en se déterminant avec un oui oui- amen ! Elle a oublié sa vocation céleste pour préférer s’embourgeoiser dans une scandaleuse sédentarité au point de ne plus souhaiter le monde à venir ; elle a piqué sa tente en ce monde présent. C’est l’église qui fait croire que l’époux ne reviendra pas et que notre espérance est ici bas, en contradiction avec ce que Paul disait en 1Corinthiens 15/19 : « si c’est dans cette vie seulement que nous espérons en Christ, nous sommes les plus malheureux de tous les hommes ». Laodicée est cette église complètement infusée dans le monde et qui ne se languit plus de l’époux.
Les 7 chandeliers/églises et la sagesse infiniment variée de Dieu.
Chacune de ces églises, a reçu un dépôt pour son appel, en rapport à un aspect de la personne Jésus-Christ. C’est pourquoi, à la fin des lettres chaque Parole du Seigneur ou de l’Esprit envers ces églises va être en rapport avec l’appel et le dépôt reçus au départ. Dieu est juste et ne peut nous demander des comptes de ce qu’on n’a pas reçu.
Voici comment Jésus-Christ s’est révélé à Jean :
«Le témoin fidèle, le premier né d’entre les morts, celui qui nous aime, l’alpha et l’oméga le premier et le dernier, le vivant revenu à la vie, celui qui est au milieu des 7 chandeliers d’or, celui qui a les yeux comme une flamme de feu, les pieds semblables à de l’airain ardent, qui tient 7 étoiles dans sa main droite, qui a l’ épée aiguë à 2 tranchants dans sa bouche, celui qui tient les clefs ». A chacune des 7 églises, Jésus a révélé un des aspects de Sa personne qui sera utile pour son appel spécifique, et chacune reçoit l’assistance d’un des 7 esprits de Dieu pour se maintenir dans cet appel.
1 à Éphèse : il se révèle comme celui qui a les 7 étoiles et qui marche au milieu des 7 chandeliers . Les 7 étoiles = 7 anges qui exercent une veille permanente aux 7 niveaux du Tabernacle céleste (1.Parvis extérieur,2. l’autel des sacrifices, 3. la cuve d’airain, 4. la table des pains de proposition,5 le chandelier d’or, 6 l’autel des parfums et 7 l’arche de l’Alliance et du témoignage). Et l’appel d’Éphèse est de veiller sur la flamme de son amour. L’Esprit de l’Éternel donne à Éphèse de l’huile pour son chandelier afin qu’elle veille sur sa flamme. Sinon son chandelier sera ôté de sa place.
à Smyrne : Jésus se révèle comme le 1er et le dernier, celui qui était mort et est revenu à la vie le ressuscité, premier né d’entre les morts, le vivant). L’Esprit de sagesse de l’Éternel donne à Smyrne de quoi être en mesure de rester fidèle jusqu’à la mort, sinon seconde mort.
3 à Pergame, il se révèle comme celui qui a l’épée aigue à 2 tranchants : L’Esprit d’intelligence de l’Éternel donne à Pergame de quoi maintenir pure la foi transmise une fois pour toutes (l’épée de la parole), de quoi réfuter les fausses doctrines (Balaam et Nicolaïtes) Si avec cette épée tu combats les fausses doctrines, tu recevras de moi une révélation plus excellente : la manne cachée ; sinon je te combattrai par l’épée de ma bouche (sort réservé à ceux qui seront combattus par l’Agneau arrivant sur son cheval blanc).
4 à Thyatire, Jésus se révèle comme celui qui a les yeux comme une flamme de feu et les pieds semblable à de l’airain ardent. L’Esprit de conseil de l’Éternel donne à Thyatire le discernement aiguë des « yeux ouverts » dans le but de sonder les profondeurs de Jésus-Christ ; mais à ceux qui préfèrent sonder les profondeurs de Satan et transformer le feu pur de l’autel de Dieu en un feu étranger, Jésus dit qu’il va les jeter sur un lit de tribulation (miroir à celui de la Prostituée) ; mais les vainqueurs auront l’étoile du matin : les yeux ouverts pour guider la multitude, ils brilleront comme des étoiles (Daniel 12/3) ils seront comme la parole prophétique dans un lieu obscur…perçant à jour ce qui est encore dans les ténèbres.
5 à Sardes, Jésus se révèle comme celui qui a les 7 esprits et les 7 étoiles . L’Esprit de force de l’Éternel donne à Sardes de quoi rester éveillée pour ne pas être surprise : les 7 étoiles qui symbolisent le ministère des 7 anges Veilleurs) et les 7 esprits qui sont 7 lampes ardentes selon Apoc.4/5, et dont le rôle est de fournir l’huile nécessaire au chandelier. A ceux qui seront trouvés endormis sans réserve d’huile, ne veillant pas, Jésus dit qu’il viendra contre eux comme un voleur à l’heure où ils ne l’attendront pas, mais les vainqueurs auront leur robe préparée, pure, sans tâche, et leur nom maintenu dans le livre de vie.
6 à l’église de Philadelphie, Jésus Christ se révèle comme Celui qui nous aime, Celui qui tient les clefs (Philadelphie : amour fraternel : je leur ferai connaître que je t’ai aimé) le Saint, le Véritable, Celui qui a la clef de David qui ouvre et personne ne ferme ; c’est pourquoi la porte est ouverte devant elle, elle a reçu les clefs du royaume des cieux avec l’autorité pour lier ou délier, fermer ou ouvrir. Philadelphie reçoit de l’Esprit de connaissance de l’Éternel, de quoi tenir en persévérant dans la vérité : comme la Sulamithe elle connaît le cœur de son Bien-aimé. Mais si elle ne garde pas la parole de la persévérance elle perdra sa couronne. Ceux qui vaincront seront des colonnes dans le temple du Seigneur et recevront le nom de la ville (Jérusalem céleste) et le nom nouveau de Jésus (Emmanuel)
7 à Laodicée, Jésus se révèle comme l’Amen le témoin fidèle et véritable, le principe ou commencement de la création . L’Esprit de crainte de l’Éternel a versé en Laodicée ce qui est nécessaire pour lui permettre d’être un témoin fidèle, entier et zélé, radical et positionné soit dans le oui oui soit le non non, soit dans le chaud soit dans le froid. À ceux qui sont dans le relativisme, se tenant à la porte sans vraiment entrer, Jésus déclare qu’il les vomira de sa bouche à moins qu’ils aient du zèle et se repentent. Ceux qui vaincront gouverneront avec Lui, assis non pas entre deux chaises mais sur le trône de Dieu.
Ces 7 aspects de Jésus-Christ représentent la sagesse divine infiniment variée, que Dieu a répandue sur l’Église pour lui permettre de LE refléter dans le monde ; le flambeau de la lumière divine reposant sur les Saints pour éclairer la terre.
L’Église et le rayonnement de l’arc en ciel divin
Ces 7 aspects de Jésus-Christ révélés à Jean, sont le rayonnement de l’arc en ciel qui environne le trône selon Apocalypse 4/ 3 « le trône était environné d’un arc en ciel semblable à de l’émeraude ». Mais auparavant Ézéchiel l’a aussi vu autour du trône (Ézéchiel 1/28). Cet arc-en-ciel de lumière divine décliné en 7 couleurs spirituelles, est l’Alliance de Dieu avec les hommes depuis Noé. C’est un rayonnement de la lumière de la gloire divine qui doit être révélé au monde. Et chaque église a reçu une part de cette lumière éclatante du Dieu vivant, Père des lumières. Parce que Dieu a chargé l’Église de la mission d’être lumière du monde, mais aussi d’annoncer aux puissances spirituelles Sa sagesse infiniment variée (Éphésiens 3/9-10 : «…et de mettre en lumière quelle est la dispensation du mystère caché de tout temps en Dieu qui a créé toutes choses, afin que les dominations et les autorités dans les lieux célestes connaissent aujourd’hui par l’église la sagesse infiniment variée de Dieu ». Le Seigneur savait à quel point cela serait utile à l’Église de porter en elle les couleurs de Sa sagesse. Car c’est par son juste positionnement que l’Église en imposera aux puissances célestes qui cherchent à l’attaquer. Ainsi, face aux 7 diadèmes des têtes du dragon, elle a à sa disposition les 7 esprits de Dieu/ 7 lampes chargés d’alimenter son chandelier en huile (la réserve des vierges). Dans son combat, l’église a donc reçu de quoi être en position de force lorsqu’elle oppose aux puissances célestes un témoignage en phase avec le dépôt reçu. Le témoignage de Jésus c’est l’Esprit de la Prophétie qui repose sur l’Église.
Discerner les temps pour être prêt
Maintenant que nous avons parlé de tous ces signes jusqu’à celui de l’avènement de Jésus-Christ, je crois devoir dire que le plus dramatique ce n’est pas d’être dans l’ignorance de ces signes, mais de les connaître et cependant ne pas être trouvés prêts. Chacun est responsable de marcher en fonction de la lumière qu’il reçoit. Comprendre les signes des temps ne doit pas nous transformer en pronostiqueurs ou oiseaux de mauvais augure dès qu’une catastrophe arrive quelque part dans le monde. C’est pourquoi discerner les temps n’est pas une fin en soi, le but est d’être trouvé prêt au moment opportun.
Être prêts veut dire quoi exactement ?
Ça veut dire quoi « veiller » pour que ce jour ne nous surprenne pas ? Est ce que ça veut dire connaître les signes des temps par cœur ? Tout savoir sur l’impie, tout savoir sur la nature de la marque de la bête pour ne pas l’accepter ? Certains avaient avancé que c’était les cartes à puces ; quel Chrétien n’utilise pas la carte à puce aujourd’hui ? La marque de la bête ou à l’inverse le Sceau de Dieu ne sont pas des données matérielles, physiques, ils s’apposent dans l’esprit et le cœur pour se matérialiser ensuite en pensée puis en action. Ils produisent alors, ou sanctification ou souillure.
L’huile dans la lampe ou comment être prêts en 7 points.
Loin de moi l’idée de partager ici une recette qui fonctionne comme on en trouve à foison dans la littérature chrétienne. Je parle de 7 points tout simplement parce que ce que je nommerai le manifeste des Vierges sages se trouve dans la lettre aux 7 églises. Autrement dit, pour savoir comment être prêts, nous devons simplement garder à l’esprit les avertissements du Seigneur aux 7 églises :
1. Veiller à ce que notre amour ne se refroidisse pas (votre amour pour le Seigneur est il encore comme au commencement?) .2. Ne pas aimer notre vie jusqu’à craindre de mourir (la mort physique mais aussi mourir à soi, à nos revendications, à notre vie propre. 3. faire de Sa Parole nos délices pour être en mesure de rejeter l’erreur (2Timothée 3/16), c’est elle qui fait des nous des hommes et femmes accomplis à l’image du fils mâle (verset 17). 4. Sonder les profondeurs de Jésus-Christ de façon à grandir dans la révélation de qui Il est. 5. Veiller à être constamment remplis de l’Esprit de Dieu (ne pas négliger l’onction de Dieu (son Dunamis), car sans la puissance de Dieu notre piété est vide et sans force, vous multipliez vainement activités et réunionites tout en étant privé de la nuée qui accompagne la glorieuse Présence divine, alors attention car l’église sans l’action vivifiante de l’Esprit de Dieu est juste une association humaine, au mieux un cercle convivial de communion et d’entraide. Sardes avait reçu les 7 esprits de Dieu et les 7 étoiles pour connaître et vivre la plénitude de Dieu afin d’être vivante (et non comme en léthargie), de façon à ne pas être surprise au jour de Christ (vierge sage). L’Esprit de force de l’Éternel est donné à l’Église pour la rendre vigoureuse, éveillée et réveillée alors que la nuit vient sur le monde ; Paul dit en Éphésiens 5/14 à 18 : « réveille-toi toi qui dors relève toi d’entre les morts, et Christ t’éclairera ..Rachetez le temps car les jours sont mauvais…Ne vous enivrez pas de vin c’est de la débauche. Soyez au contraire remplis de l’Esprit». Ni par puissance ni par force mais par l’Esprit pour que nos œuvres soient parfaites : le fin lin pur des œuvres justes des saints. 6. Se laisser sanctifier par l’eau de la parole de vérité, se laisser transformer de gloire en gloire pour devenir cette Épouse glorieuse pure et sans tache que Jésus vient chercher (Éphésiens 5/26 et 27) et aussi manifester l’amour de Christ afin que le monde croie et voie au travers de nous une image de la gloire de Dieu. Il est dit à Philadelphie « Je te donne ceux de la synagogue de Satan, je les ferai venir se prosterner à tes pieds et connaître que je t’ai aimé ». Puis à celui qui vaincra Jésus inscrira sur lui le nom de son père le nom de la nouvelle Jérusalem qui descend du ciel dans toute sa gloire ainsi que son nom nouveau. De même que Jésus avait dit en Jean 17/ 17 à 21 : « sanctifie les par ta vérité ; ta parole est la vérité…. je les ai envoyé dans le monde … je leur ai donné la gloire que tu m’as donné afin qu’ils soient un et que le monde connaisse que tu m’as envoyé et que tu les a aimés comme tu m’as aimé » Jésus avait aussi dit en Jean 13/35 : « à ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples si vous avez de l’amour les uns pour les autres » Philadelphie signifie Amour Fraternel. L’Église colonne et appui de la vérité doit montrer au monde et à la face des puissances, non seulement qu’elle est aimée de Dieu, mais encore qu’elle porte en elle l’amour de Dieu ; c’est cet amour qui a causé la défaite de l’adversaire. Et Enfin : Avoir un positionnement zélé, clair et intègre dans notre marche spirituelle en ne nous conformant pas au siècle présent, mais recherchant la volonté de Dieu pour lui présenter un sacrifice saint, vivant qui lui soit agréable. Toute offrande sera salé de feu (Marc 9/49) pour ne pas être jeté hors de Christ. Le contexte de ce passage parle du sel qui perd sa saveur et qui ne sert donc plus à rien Si nous sommes sans saveur Christ nous vomira comme on vomit un aliment fade. Matthieu 5/13 : « vous êtes le sel de la terre mais si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on ? Il ne sert plus qu’à être jeté dehors.. » = vomi.
Le drame des vierges folles.
Quand Paul parle du moment où il va quitter ce monde il dit ceci : « Désormais la couronne de justice m’est réservée ; le Seigneur le juste juge me la donnera dans ce jour-là ; et non seulement à moi mais encore à tous ceux qui auront aimé le jour de son avènement (2 Timothée 4/8) ». Aimer l’avènement de Jésus-Christ c’est vivre en ayant constamment présent à l’esprit que l’Époux reviendra même s’il tarde, et qu’il faudra donc être prêt à tout moment. Donc vivre avec de l’huile en permanence = sanctification permanente. Les Vierges folles représentent aussi ceux qui ont cessé de veiller parce que l’Époux tarde. Le manque de persévérance dans la sanctification fait que le vêtement (les œuvres justes) non entretenu n’est pas approprié pour les noces : sans la sanctification nul ne verra le Seigneur. Elles ne ressemblent pas à une épouse préparée, donc devront passer par la Grande Tribulation (j’en ai parlé lorsque j’ai évoqué Genèse 3/15) : il s’agit d’une période où les vierges folles devront laver leur vêtement ( Apoc. 7/14 : ce sont ceux qui reviennent de la GT ils ont lavé leurs robes et les ont blanchies dans le sang de l’Agneau). Elles devront aussi durant ce temps difficile acheter de l’or éprouvée par le feu, et de l’huile chez ceux qui en vendent, nous voyons cet évènement relaté en Apocalypse 6/6 lors de l’ouverture du 3ème sceau développé en Apocalypse 13/17. Apocalypse 6 : la voix sortant d’entre les Êtres vivants dit «  Une mesure de blé pour un denier, et trois mesures d'orge pour un denier ; mais ne fais point de mal à l'huile et au vin ». Dieu permettra que durant ce temps d’épreuves sur la terre, ceux qui ne prendront pas la marque puissent acheter de l’huile qui leur a manqué au temps convenable et ils le feront au prix de leur vie,
La nuit et le sommeil des Vierges
La parole prophétique, dit Pierre, est comme une lampe qui brille dans un lieu obscur jusqu’à ce que resplendisse le jour et que se lève l’étoile du matin. Tant que l’étoile du matin n’est pas venue, nous avons besoin de la lampe de la parole prophétique mais elle ne peut remplir son rôle qui est de nous éclairer que si nous l’alimentons d’huile au temps convenable. Les vierges folles sombrent peu à peu dans la nuit et deviennent aveugles et sourdes, leur œil s’éteint et leur cœur s’endort. Comme je l’ai dit dans d’autres messages, le sommeil fait partie des rythmes de la vie. Et la parabole des vierges dit que toutes les vierges : sages et folles confondues, se sont endormies. Mais la différence est que les sages avaient pris de l’huile en quantité suffisante. La nuit tombe sur nous indistinctement ; mais alors que notre corps est assoupi, notre esprit doit rester en éveil (grâce à l’huile) comme la Sulamithe du Cantique des cantiques (j’étais endormie mais mon cœur veillait).
Comme aux jours de Noé et de Lot
Dans les jours qui précèdent l’avènement de Jésus-Christ, ceux qui appartiennent à Dieu devront avoir un positionnement similaire à ceux de Noé et de Lot. Un positionnement intègre à la fois dans le monde et dans l’église. La Bible parle de Noé et de Lot comme de Justes au milieu de leurs contemporains. De Noé, il est dit qu’il était un prédicateur de justice, sa vie durant le temps de la construction de l’arche était une prophétie de Dieu pour ses contemporains : la construction de l’arche = une condamnation pour le monde (Hébreux 11/7) Et 2 Pierre 2.8 définit Lot comme un Juste au milieu de ses contemporains. Sa sortie de Sodome était une prophétie de Dieu pour les habitants de la ville ; une mise à part une sortie hors de la ville prostituée et abominable. Sodome nous parle ici de la ville Babylone, la Prostituée Apocalypse 17 et 18.
Noé et Lot évoquent prophétiquement ceux qui aux temps de la fin garderont le témoignage de Jésus-Christ : Le fils mâle et le reste de la postérité qui restera fidèle au prix de sa vie. Noé représente ceux qui seront gardés du Jugement et ôtés avant le malheur : Matthieu 24/37 : «  ce qui arriva du temps de Noé, arrivera de même à l’avènement du Fils de l’homme ». Et Lot représente ceux qui seront sauvés comme au travers du feu (Luc 17/28 àt 30: « ce qui arriva du temps de Lot arrivera pareillement…une pluie de souffre et de feu tomba du ciel.. il en sera de même le jour où le fils de l’homme paraîtra »: Lot représente ceux qui passeront par l’épreuve du feu pour être épurés lavés afin que la nature de leurs œuvres soient révélée (1 Corinthiens 3/15 «  Si l’œuvre de quelqu’un est consumée, il perdra sa récompense, pour lui il sera sauvé mais comme au travers du feu ». De même que Lot a du sortir de cette ville pour ne pas participer à son jugement par le feu, aux temps de la fin le Seigneur demandera à son peuple de sortir du milieu de la Babylone spirituelle. Apocalypse 18/4 : « Sortez du milieu d’elle mon peuple afin que vous ne participiez point à ses péchés, et que vous n’ayez point part à ses fléaux ». Déjà Jérémie prophétisait la même chose (Jérémie 51/45) : «  sortez du milieu d’elle mon peuple, et que chacun sauve sa vie. En échappant à la colère ardente de l’Éternel ». C’est pourquoi au chapitre 12 d’Apocalypse de Jean nous avons 3 entités distinctes : la femme, le fils mâle et le reste de la postérité ; celle-ci n’étant jamais confondue avec la femme assise au désert sur la bête et ses eaux.
Quand il est dit que le juste se sauve avec peine, il faut se replacer dans ce contexte de la vie de Lot qui a pu à peine se sauver avec ses filles, sa femme est restée en arrière pour avoir regardé après ce qu’elle laissait derrière. Or que dit Jésus en Luc 17/31 à 33 : « en ce jour-là que celui qui est sur le toit qui aura ses effets dans la maison ne descende pas pour les prendre, que celui qui sera dans les champs ne retourne pas non plus en arrière. Souvenez-vous de la femme de Lot. Celui qui cherchera à sauver sa vie la perdra. Celui qui la perdra la retrouvera ».
L’épouse qui dit Viens ou le Serviteur fidèle et prudent des temps de la fin des temps (Mathieu 24/42 à 47, Luc 17/26) LIRE : donner la nourriture au temps convenable. Cette parabole est précédée des mots «c’est pourquoi tenez vous prêts car le fils de l’homme viendra à l’heure où vous n’y penserez pas. Ne pas se laisser aller parce que Jésus tarde à venir. Aimer le jour de l’avènement de Jésus-Christ, c’est prendre des risques en distribuant le pain qu’on a reçu et non pas en faisant des réserves comme on l’entend un peu trop ces temps-ci sous prétexte de jours mauvais et temps difficiles. Ce n’est pas à cette sorte de prudence que Dieu nous appelle, cela s’apparente plutôt à une sorte d’économie du ventre qui conduit au chacun pour soi. Matthieu 25/14 dit que le dépôt que Dieu nous a donné on doit le faire fructifier ; or beaucoup vivent à l’étroit replié sur eux –mêmes sous prétexte d’attendre le retour du Maître. Mais il est parti en nous ayant donné un dépôt à faire fructifier et quand il reviendra il regardera ce qu’on en aura fait et distribuera récompenses et rétributions en proportion. À celui qui a, il donnera encore mais à celui qui n’a pas, il enlèvera même le peu qu’il a. Les talents qu’on fait fructifier ce sont les bonnes œuvres préparées d’avance pour nous afin qu’on les pratique. Donc il ne faut pas se terrer. Nous devons prendre des risques et sortir de notre zone de confort, c’est ça la vie et c’est aussi ça le combat de la foi. Notre foi trouve de quoi être éprouvée sur le terrain de la vie de tous les jours alors que nous cheminons au milieu de l’obscurité.
Voyons quelle a été la motivation de celui qui a caché le talent reçu : LA PEUR !! Matthieu 25/ 25 : « j’ai eu peur et je suis allé cacher ton talent dans la terre ; voici prends ce qui est à toi ». Lorsque les temps mauvais arrivent et que le jour décline, ce n’est pas le temps pour les enfants de Dieu de se terrer par crainte du monde ou de ce qui peut arriver. Sinon comment la lumière pourrait-elle briller au sein des ténèbres ? Dieu nous fera rencontrer des vases vides afin que nous y déversions de ce qu’il nous a donné et l’huile qui est en nous se déversera tant qu’il y aura des vases à remplir. Ésaïe 60 dit « Lève-toi sois éclairée.. la gloire de Dieu se lève sur toi. Voici les ténèbres couvrent la terre, et l’obscurité les peuples. Mais sur toi l’Éternel se lèvre, sur toi sa gloire apparaît. Des nations marchent à ta lumière. Et des rois à la clarté de tes rayons ». Souvenons-nous de ce que j’ai dit de la mission de l’Église en rapport avec le rayonnement de la sagesse infiniment variée de Dieu : elle doit être lumière pour le monde. Dans ces temps d’obscurité, les gens autour de vous attendent de recevoir sur eux la clarté de vos rayons afin qu’ils soient eux aussi éclairés. L’Épouse qui dit Viens ! accomplit sa mission en éclairant le monde de la lumière de Dieu et c’est comme ça qu’elle hâte la venue de Jésus qui a dit en évoquant les temps de la fin (Matthieu 24 /14) : « cette bonne nouvelle du royaume sera prêchée dans le monde entier pour servir de témoignage à toutes les nations ; alors viendra la fin ». Se cacher n’est donc pas le plan, car ce n’est pas cela se séparer du monde et de ses passions ; ce serait là une bien mauvaise compréhension du royaume. C’est dans ce monde que Dieu nous a laissés avec un but précis : être une lumière, un message de Christ, répandant autour de nous sa bonne odeur; ce qu’il fait reposer sur nous. Ce n’est pas juste pour nous mais pour que cela soit aussi déversé sur les autres, que le monde Le voie au travers de nous et croie en Lui (Jean 17). Il nous a laissé dans le monde afin que nous soyons une bénédiction pour le monde ; mais si nous cachons ce qu’il nous a donné, et mettons notre lumière sous boisseau, nous agissons en serviteur mauvais et égoïstes. Certes nous lui redonnerons exactement ce qu’il nous a donné mais ce n’est pas le but. Dieu attend une plus-value. L’épouse qui fait fructifier son dépôt est le serviteur fidèle et prudent que le Maître trouve lors de son retour en train de donner de la nourriture au temps convenable à ceux sur lesquels le Maître l’avait établi, Il l’établira alors sur tous ses biens.
Son Épouse s’est préparée ou Heureux ceux qui sont appelés au festin des noces de l’Agneau. Apocalypse 19/9.
Dans la Parabole des noces (Matthieu 22), plusieurs ont été invités qui ne sont pas venus ; d’autres qui ne l’étaient pas au début ont accepté de répondre à l’invitation ; mais seuls ceux qui avaient des vêtements appropriés ont pu véritablement s’asseoir à la table des noces. Ce n’est pas parce que Jésus t’appelle comme tu es, que tu dois rester tel que tu es. Cette génération de Chrétiens aime à dire « viens à Jésus tel que tu es il t’aime tel que tu es » ; et c’est pas tout à fait faux mais il a un but c’est que tel Il est, tel tu deviennes. Il va s’agir de laisser en arrière tes propres œuvres (renoncement et dépouillement aux œuvres mortes) et entrer dans les œuvres qu’Il a préparées pour toi car c’est là ton vêtement de noces : les œuvres justes des saints. Quand tu viens à Lui, Jésus veut te transformer te faisant passer d’une gloire à une autre jusqu’à son retour. Tu passes d’une situation où tu es privé de sa gloire à une autre où tu es revêtu de sa gloire.
Au chapitre 17 Jean parle de ceux qui accompagneront l’Agneau quand il combattra la bête et ses armées : il les nomme « les appelés, les élus, les fidèles. Il y a un processus qui fait passer d’Appelés à Fidèles. Jésus termine la parabole des Noces en disant qu’il y a beaucoup d’appelés mais peu d’élus. Pourtant être élu n’est pas un ticket de garantie car même tous les élus ne seront pas fidèles jusqu’au bout car plusieurs succomberont comme l’avait annoncé Jésus. Ils succomberont à la séduction des derniers temps (Matthieu 24/24 : si possible même les élus). C’est pourquoi il est dit que seul celui qui persévérera jusqu’à la fin sera sauvé. A l’image de Philadelphie qui a gardé la parole de la persévérance et qui à cause de ça est une colonne dans le temple La Nouvelle Jérusalem qui portera le nom de Dieu, le nom de la ville NJ et le nom Nouveau de l’Agneau.
Le processus qui fait passer du stade d’ « appelé » à celui de « fidèle » est la sanctification. Et loin d’être éthérée la sanctification est très pratique, ce n’est pas une mise à l’écart physique mais autre chose : c’est fonctionner dans le monde différemment que si tu étais du monde, fonctionner selon les règles du Royaume. La sanctification ne concerne pas que le corps mais l’être tout entier (1 Thessaloniciens 5/23) : « Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entier, et que tout votre être l’esprit l’âme et le corps soit conservé irrépréhensible lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ ».
Veiller vs connaître la date, le jour et l’heure
Si nous savions exactement la date le jour l’heure il n’y aurait pas besoin de veiller. Ce n’est pas responsable et par conséquent les calculs pour prédire le jour du Seigneur avec précision, ce n’est pas le genre de fruit que la semence du Royaume est censée produire dans les enfants de lumière. Sinon ce serait comme ceux qui ont du matériel coyote pour déjouer les radars ils ralentissent quand ils savent qu’un radar est à l’approche. Mais ce n’est pas le but de la pédagogie divine, le Seigneur ne cherche pas à nous prendre en défaut mais à produire en nous une attitude responsable de foi dépendante et une marche constante dans la sanctification : une épouse qui se prépare activement sans attendre le jour J pour préparer sa robe.
L’Esprit et l’Épouse disent « viens !
L’Épouse est appelée à être Sunamithe qui signifie paisible mais aussi parfaite et accomplie (homme fait ou parvenu à maturité). La Sunamithe évoque aussi la localité de Sunem échue à Issacar (Josué 19). Cette tribu représente spirituellement l’onction prophétique de veille qui agit dans le Corps de Christ comme des yeux et des oreilles spirituels pour lui permettre de comprendre ce qu’il doit faire au moment opportun. Jésus dit « Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux églises ». Les fils d’Issacar sont désignés dans la Bible comme ceux qui ont l’intelligence des temps pour discerner ce que le peuple de Dieu doit faire (1 Chroniques 12/32). C’est l’appel du Seigneur à son Épouse, qu’elle soit Prophétique de sorte à pouvoir discerner et comprendre les signes des temps et faire entendre ce que l’Esprit dit aux églises. Elle doit savoir discerner les temps dans lesquels nous sommes afin d’être trouvée préparée quelle que soit l’heure à laquelle l’Époux arrive. Sa voix devra s’aligner sur celle de l’Esprit pour dire la même chose : « Viens Seigneur Jésus ! ».
L’Épouse doit appeler la venue de l’Époux, c’est cela « aimer le jour de son Avènement ». C’est Jésus lui-même qui suscite le désir de sa venue en son Épouse, comme l’ouverture d’une saison d’amour. En Cantique 2/14 l’appel du Berger à sa bien-aimé : «Ma colombe qui te tiens dans les fentes du rocher, fais-moi entendre ta voix … ». Et la Sunamithe se fait entendre en Cantique 2/17 : « Reviens mon Bien-aimé comme la gazelle ou le faon des biches, sur les montagnes qui nous séparent ». |L’Épouse qui se languit de l’absence prolongée de l’Époux (Luc 5/34)], va appeler la venue de son Époux : viens !
Jean prophétise que celui qui entend dira aussi « viens ! ». L’onction prophétique des fils d’Issacar qui repose sur l’Épouse doit se déployer avec force pour être de plus en plus agissante dans l’Église et dans le monde à mesure les temps avancent vers le terme fixé, ce jour où selon Pierre l’étoile du matin illuminera nos cœurs. Cette voix de l’Épouse qui dit avec l’Esprit Viens !, annonce une saison où la vigne (l’Épouse) aura fleuri, où le figuier autrefois stérile (Israël lors de la venue du Sauveur) donnera enfin son fruit : Cantique 2/ 13. Mais surtout cette voix proclame l’arrivée de l’étoile du matin qui annonce la levée de l’aube après la nuit ; voilà ce que dit la voix de l’Épouse, la Sunamithe « Avant que l’aube se lève et que les ombres fuient, reviens mon bien-aimé, comme la gazelle ou le faon des biches sur les montagnes qui nous séparent »: Cant. 2.17. Jésus l’Époux est l’étoile brillante du matin (Apocalypse 22/16) qui apparaîtra avant que le vent du jour souffle. Et à sa menace, les ombres de la nuit s’enfuiront et il essuiera toute larme.
Apocalypse 21/5 : « Et celui qui est assis sur le trône dit : voici je fais toutes choses nouvelles, et il dit : Écris, car ces paroles sont certaines et véritables ».
Apocalypse 22/6 : « Et il me dit : ces paroles sont certaines et véritables ; et le Seigneur, le Dieu des esprits des prophètes a envoyé son ange pour montrer à ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt ».
Apocalypse 3/3 : « Si tu ne veilles pas, je viendrai sur toi comme un voleur et tu ne sauras pas à quelle heure je viendrai sur toi ».
Cantique des cantiques 5/2 : «  J’étais endormie mais mon cœur veillait…C’est la voix de mon Bien-aimé qui frappe : ouvre-moi ma sœur, mon amie, ma colombe, ma parfaite !... ».
Apocalypse 22/11 et 12 : « Que celui qui est injuste soit encore injuste, que celui qui est souillé se souille encore ; et que le juste pratique encore la justice, et que celui qui est saint se sanctifie encore. Voici, je viens bientôt, et ma rétribution est avec moi pour rendre à chacun selon ce qu’est son œuvre ».

Éliane COLARD (Avril 2019).


Dans le même ordre d'idées :








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire