samedi 28 novembre 2009

La pure grâce.





Dieu a donné à son Corps des « hommes-dons » (Eph. 4.), qui ont pour fonction d'amener chacun de ceux qui croient à la maturité en Christ. Je viens de découvrir une de ces ressources divines dans l'étude systématique et christocentrique que Ed Miller fait de l'épître aux Galates. A une époque où beaucoup se laissent séduire par les arguments de ceux qui enseignent que la grâce ne suffit pas et qui stigmatisent ce qu'ils appellent « l'hypergrâce », il est utile d'en revenir aux fondamentaux de la vie chrétienne.  Je vous expose ici quelques passages de cette étude pour vous mettre l'eau à la bouche, mais je vous conseille de prendre le temps (c'est assez long, mais très instructif) d'aller lire l'ensemble en cliquant sur :






J'aimerais vous mettre à nouveau à coeur le thème de ce livre.

Rappelez-vous que Galates n'était pas une ville mais une grande région qui comportait de nombreuses églises. Les chrétiens de cette région avaient été détournés. Dis de façon sarcastique, l'Evangile était trop simple pour eux, trop facile, pas assez compliqué.
Lorsqu'ils ont, pour la première fois, mis leur confiance dans le Seigneur, tout était glorieux, tout était merveilleux et facile. Ils ne regardaient qu'à Jésus seul. Ils étaient venus en tant que pécheurs impuissants, ils avaient regardé à Christ avec une foi toute simple et sur cette base, Dieu les avait rencontrés dans leur besoin. A cette époque là, Christ était suffisant pour eux, Il avait répondu à toutes les demandes de leur coeur. Mais par la suite, de faux enseignants sont venus dans les églises de Galatie. C'étaient des « judaïsants. » Ils disaient: « Nous savons que la communion avec Dieu est bonne. C'est un bon point de départ, mais ce n'est pas suffisant. » Vous avez besoin de plus que cela. Ne soyez pas si élémentaires; Ne soyez pas si naïfs. Il faut qu'un jour dans votre vie chrétienne, vous arriviez aux choses plus profondes. »

Ainsi ces judaïsants sont venus et ont poussé les chrétiens de Galates vers « les choses plus profondes. » Ils leur disaient: « Christ c'est très bien, mais vous avez également besoin d'autres choses. » Leur argument était: « Pourquoi pensez-vous que Dieu nous a donné Moïse? Pourquoi pensez-vous que Dieu nous a donné toutes ces cérémonies? Pourquoi pensez-vous que Dieu nous a donné toutes les lois? Vous devez croire mais également obéir. Commencez par croire, mais ensuite vous devrez obéir. Vous devrez être circoncis, observer les lois cérémoniales, le sabbat et les nouvelles lunes. » Les judaïsants ont donc mis sur les chrétiens de Galatie des tonnes de règles et de prescriptions au point qu'à l'époque où cette lettre a été écrite, cela les avait brisés. Ils étaient à nouveau retombés sous l'esclavage, ils avaient perdu leur simple joie, leur liberté, ils avaient perdu l'histoire d'amour qu'ils avaient avec Jésus, après avoir mis leur confiance en Lui. La vie chrétienne était devenue pour eux un fardeau au lieu d'une grande joie. 
 
Voici les sujets et la situation que le Saint-Esprit traite dans cette merveilleuse lettre de Galates. Regardez le verset 5:1 que nous utilisons comme notre passage clé: « C'est pour la liberté que Christ nous a affranchis. Demeurez donc fermes, et ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude. » Le message de Galates est un appel à un retour à la simplicité, un retour à un coeur sans partage. Ce livre crie haut et fort: « N'ajoutez rien à Christ. » Parce qu'ajouter quelque chose à Christ, c'est Le changer complètement. C'est L'abandonner. C'est détériorer le vrai Evangile. Il existe une doctrine qui décrit cette vie qui consiste à regarder à Jésus et rien d'autre. Cette doctrine est appelée la pure grâce. Nous avons donc résumé le message de Galates comme le message de la pure grâce, regarder à Jésus avec foi et rien de plus. Le livre va plus loin que la doctrine de la pure grâce puisqu'il nous montre ce qui se passe si l'on regarde à Jésus seul, c'est le résultat de la pure grâce. Le résultat de la pure grâce est bien évidemment la liberté qui en découle.






EN CHRIST, NOUS SOMMES ADOPTES EN TANT QUE FILS 
 
Mais Paul dit que la grâce fait plus que cela. Paul dit: « Pourquoi ajoutez-vous quelque chose à Christ. Premièrement elle vous a libérés de la loi, deuxièmement pourquoi Christ est-il venu? » Le verset 4:5 dit: « Afin que nous recevions l'adoption. » Voilà la seconde raison. Christ n'est pas seulement venu pour nous délivrer de la loi mais également pour que nous recevions l'adoption en tant que Fils. Pour bien saisir cela, laissez-moi vous donner un arrière-plan de l'adoption. Il n'y a que l'apôtre Paul qui parle d'adoption. Il le mentionne cinq fois:
Romains 8:15: « Et vous n'avez point reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte; mais vous avez reçu un Esprit d'adoption, par lequel nous crions: Abba! Père! »
Romains 8:23: « Et ce n'est pas elle seulement; mais nous aussi, qui avons les prémices de l'Esprit, nous aussi nous soupirons en nous-mêmes, en attendant l'adoption, la rédemption de notre corps. »
Romains 9:4: « Car je voudrais moi-même être anathème et séparé de Christ pour mes frères, mes parents selon la chair, qui sont Israélites, à qui appartiennent l'adoption, et la gloire, et les alliances, et la loi, et le culte. »
Galates 4:45: « Dieu a envoyé son Fils, né d'une femme, né sous la loi, afin qu'il rachetât ceux qui étaient sous la loi, afin que nous recevions l'adoption. »
Ephésiens 1:4-5: «En lui Dieu nous a élus avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et irrépréhensibles devant lui, nous ayant prédestinés dans son amour à être ses enfants d'adoption par Jésus-Christ, selon le bon plaisir de sa volonté. »
Lorsque Paul utilise le mot adoption dans Romains, il a une chose en vue, un aspect de l'adoption. Lorsqu'il l'utilise dans Galates, il a un autre aspect en vue. Et lorsqu'il l'utilise en Ephésiens il a encore un autre aspect à l'esprit. Dans Ephésiens, il en parle au temps passé. Dans Galates, il en parle au temps présent. En Romains, il en parle au temps futur. Mais il s'agit toujours de la même adoption. Il y a une chose qui peut nous conduire sur une fausse piste, c'est que les mots changent de sens selon les langues. Des cultures différentes utilisent les mêmes mots mais avec des significations différentes. Dans notre société, adopter veut dire prendre dans votre famille quelqu'un qui est né dans une autre famille. Il devient alors membre à part entière de votre famille. Il prend votre nom et tout le reste. J'ai demandé à mon épouse Lillian de m'aider à penser à toutes les personnes que nous connaissons qui ont adopté des enfants. Nous connaissons au moins six couples différents qui ont adopté des enfants. Dans chaque cas, ces enfants viennent d'une autre famille, mais sont maintenant de vraies filles et de vrais fils de la famille. A l'époque du Nouveau Testament, l'adoption n'était pas du tout comme cela. Si nous voulons saisir la beauté de ce que Dieu nous donne ici par pure grâce, nous devons comprendre l'adoption comme elle se pratiquait à cette époque. Nous devons retourner à l'époque des Romains et voir comment elle était utilisée.

A l'époque du Nouveau Testament, l'adoption se passait dans la famille, pas en dehors de la famille, mais dans la famille. Personnellement nous avons six enfants. Si j'étais citoyen romain, que je vivais à cette époque, et que j'avais six enfants nés dans ma famille, enfantés par ma femme, je ne pourrais pas adopter un étranger. Je ne pourrais qu'adopter mon propre enfant. Il n'y a pas de moyen d'adopter quelqu'un en dehors de ma famille. C'est comme cela que le mot adoption était utilisé dans le Nouveau Testament. Cela vient de deux mots grecs, « Huios » qui est le mot le plus intime pour fils et « Thesis » qui signifie placer. Le mot adoption signifie placer un fils. Dans la société Romaine, les esclaves étaient chargés de s'occuper des enfants. Ils emmenaient les enfants à l'école, ils jouaient avec les enfants, ils mangeaient avec les enfants, ils vivaient avec les enfants. Chaque fois que vous voyez des enfants Romains, vous voyez également des esclaves s'en occuper. Les esclaves étaient des baby-sitters à plein temps. Les esclaves disaient aux enfants: « Maintenant va te laver tes mains. Habille-toi. Rentre à six heures. Mange ta soupe. Prépare-toi à aller au lit. Non, tu ne peux pas sortir. Range ta chambre. » Ce sont les esclaves qui élevaient les enfants et leur apprenaient des règles et des règles et des règles. Les enfants ne pouvaient pas bouger tant que les esclaves ne leur disaient pas de bouger. Voilà ce que Paul avait à l'esprit dans les versets 4:1-2: « Or, aussi longtemps que l'héritier est enfant, je dis qu'il ne diffère en rien d'un esclave, quoiqu'il soit le maître de tout; mais il est sous des tuteurs et des administrateurs jusqu'au temps marqué par le père. » 

Le fils était légalement l'héritier de toutes choses, parce qu'il était né dans la famille. Il était l'héritier légal de tout. Mais pas de façon pratique, pas tout de suite. Dans la pratique c'était un esclave parce qu'il avait besoin de recevoir des ordres de tout le monde. Bien qu'il soit l'héritier, bien qu'il soit le fils, même si, sur le papier, l'héritage lui était destiné, il n'en profitait pas encore. Il vivait comme un esclave selon des règles et des réglementations, sous le dictat de gardiens et d'hommes. Il ne pouvait pas bouger. C'est quelque chose qui doit être très désagréable que d'être légalement riche et pratiquement pauvre. De tout posséder sur le papier mais pas dans la vie. 
 
J'aime ces paroles dans Galates 4:2: « Jusqu'au temps marqué par le père. » Qu'est-ce que cela signifie? Quel était ce temps marqué par le père? La réponse est l'adoption. C'était la date où un père disait à son fils: « Très bien, tu es maintenant assez âgé. Tu n'es plus sous un esclave. Tu n'es plus sous un maître. Tu n'es plus sous un gardien. Tu as grandi, tu es passé de la minorité à la majorité. Tu es maintenant un adulte. » C'était un grand jour dans la société romaine. Un commentateur a décrit l'adoption de la manière suivante: « Lorsqu'un enfant était admis dans la pleine possession de tous les privilèges de fils. » C'était un grand jour lorsqu'un fils était accueilli en tant qu'adulte. On enlevait à l'enfant sa toge d'enfant appelée « toga praetexta » qu'il devait porter durant toute son enfance, et son père le revêtait de la toge d'adulte appelée « toga virilis » ou « toge libera. » 
 
L'enfant était tellement content d'entrer en possession des privilèges d'un adulte. Maintenant il pouvait voter. Maintenant il pouvait gérer de l'argent. Maintenant il pouvait acheter des propriétés. Maintenant il pouvait se marier. Maintenant il pouvait combattre pour son pays. Et maintenant le meilleur de tout, il pouvait donner des ordres aux esclaves autour de lui, ceux qui lui avaient donné des ordres pendant son enfance. C'était un grand jour pour un enfant, c'était un jubilé, il avait atteint l'âge. Tout ce qui était légalement à lui, était maintenant à sa disposition pour être utilisé par lui de façon pratique. C'était à lui de l'utiliser au mieux. L'âge de l'adoption n'était pas fixe. C'est le père qui décidait de la date, elle variait d'un enfant à un autre. Parfois cela pouvait être quatorze ou quinze ans. Parfois il fallait attendre vingt ou vingt et un ans avant que le père n'adopte son fils. Tout dépendait de la maturité. Mais lorsque ce jour arrivait, tout leur était remis et ils entraient dans leurs privilèges. Voilà l'adoption du Nouveau Testament.

Vous voyez, le Saint-Esprit, à travers Paul, utilise cet exemple comme illustration pour vous dire: « Savez-vous ce que la pure grâce a fait pour vous? Non seulement elle vous a délivré des mains de la loi. Mais elle vous a également donné l'adoption en tant que fils. » Cette adoption vous ne l'avez pas seulement sur du papier mais vous avez tous ses privilèges en réalité. En tant qu'enfant de Dieu, vous avez avancé en âge. Paul dépeint les légalistes et les chrétiens de Galatie qui les suivaient comme étant ceux qui sont encore sous des gardiens et des surveillants. Ils avaient encore une liste comme: « Surtout n'oubliez pas de vous levez à l'heure et de passer suffisamment de temps à faire ceci, à lire cela. Allez à l'église, priez, distribuez de la littérature et témoignez. Et n'oubliez pas de donner la dîme. » Ils avaient toutes ces règles et leur vie chrétienne était un esclavage. Mais la paix de Dieu qui surpasse toute compréhension, la plénitude du Saint-Esprit, le repos de Dieu, l'intimité de la relation et de la communion avec Lui, la vie dans les cieux, sont les privilèges du chrétien. Mais les chrétiens légalistes de Galatie ne l'avaient que sur le papier. Tout cela était à eux, ils étaient des fils, mais ils vivaient comme des esclaves. Ils avaient tout mais ils n'y étaient pas encore entrés. C'est terrible d'être un fils mais de ne pas être adopté selon l'image qui est utilisée ici. Des milliers de chrétiens sont des fils, mais n'ont pas encore été adoptés. Ils sont potentionnellement adoptés en Christ, mais ils n'y sont pas encore rentrés, ils n'ont pas pris leur place en tant que fils.





LES LEGALISTES DISENT QU'IL FAUT TRAVAILLER POUR JOUIR DE NOS PRIVILEGES 
 
Avant de quitter cette seconde bénédiction, laissez-moi mettre en contraste ce que les judaïsants disaient aux chrétiens et ce que le Saint-Esprit leur disait à travers Paul. Voilà comment on peut résumer ce que les judaïsants disaient: « Vous devez travailler pour obtenir vos privilèges. » Ils disaient: « Si vous faites ceci ou cela, si vous vous faites circoncire ou si vous observez la loi du sabbat, si vous êtes des gens séparés, alors vous pourrez profiter de vos privilèges. Alors vous pourrez profiter de la vie chrétienne. » Je peux vous dire que c'est vraiment la façon opposée pour profiter de la vie chrétienne. J'aimerais être bien clair à ce sujet. Le judaïsme n'est pas mort, le légalisme n'est pas en voie d'extinction, il y en a partout, et il écrase le peuple de Dieu partout. Il y en a encore qui essaient de nous dire que pour jouir de nos privilèges, nous devons faire quelque chose. Ils ont une liste de choses que vous devez faire pour pouvoir profiter de vos privilèges. C'est du Galatianisme. Vous vous demandez peut être pourquoi votre coeur semble être si sec, alors que vous entendez des chrétiens donner des témoignages. Quelqu'un viendra peut-être vers vous et dira: « Veux-tu savoir pourquoi ta vie est si sèche? C'est parce que tu n'es pas fidèle dans ta lecture quotidienne, durant ton temps de méditation. Il faut que tu aies un programme d'étude systématique, de la discipline, que tu prennes le temps nécessaire, que tu trouves un endroit bien tranquille, que tu y passes beaucoup de temps et ensuite tu pourras jouir de la vie chrétienne. » Malheureusement si vous êtes comme moi, essayez-le, mais cela ne marchera pas. Vous en reviendrez vide, et vous vous demanderez pourquoi. Mais il y a toujours quelqu'un pour vous dire pourquoi.

Quelqu'un vous dira peut être alors: « C'est parce que tu n'es pas engagé. Ne sais-tu pas que si tu veux être un bon chrétien, tu dois être occupé? Tu dois être actif et engagé. » Malheureusement si vous êtes comme moi, vous allez l'essayer. Vous allez commencer à enseigner, à chanter, à collecter de l'argent, à organiser des soirées missionnaires. Vous allez commencer à faire plein de choses, à distribuer des tracts, à visiter, à prêcher et à faire tout ce qui est possible. Mais lorsque tout sera fini, vous regarderez en arrière et vous vous direz: « Il doit y avoir plus que cette vie chrétienne. Comment se fait-il que je sois encore si misérable, toutes les autres personnes semblent jouir de la vie chrétienne! Mais moi je suis exténué et si misérable. Où est donc cette paix qui dépasse toute intelligence? Où est cette vie de repos et de contentement en Christ? »

Quelqu'un viendra vers vous en souriant et dira: « C'est parce que tu n'es pas séparé. Tu dois être séparé. Comment peux-tu t'attendre à que Dieu fasse quelque chose, si tu vis une vie de compromis? Tu as ceci et cela dans ta vie. Débarrasse-toi de cela. Tu ne devrais pas aller dans cette église, change d'église. Change d'amis, change de passe temps. Ne fume pas, ne va pas avec les gens qui font cela. » Et ils vous donnent toutes sortes de règles et de règlements. De telle sorte que vous finissez par casser votre télévision, par arrêter d'aller au cinéma, vous jetez votre boîte de Monopoly parce qu'elle contient des jetons, et plein d'autres choses. Mais ensuite vous vous demandez pourquoi votre coeur est encore un tel champ de bataille. Il n'y a pas de fin à cela. Les judaïsants disent toujours que pour jouir de vos privilèges, vous devez faire quelque chose, faire des oeuvres, et ils ont plein d'oeuvres différentes. Ils disent que vous devez abandonner le matérialisme, mettre votre vie en ordre, faire de l'ordre dans votre maison, mettre vos enfants dans une école chrétienne, faire des marches contre ceci, signer des pétitions pour cela, supporter financièrement les missionnaires, se lever tôt, méditer, partager la communion avec les frères, rompre le pain ensemble, et ainsi de suite. Vous pouvez faire votre propre liste. Ils disent que pour jouir de vos privilèges, vous devez travailler pour eux.


 
LE SAINT-ESPRIT DIT QU'IL FAUT JUSTE RECEVOIR NOS PRIVILEGES 
 
Mais le Saint-Esprit ne dit pas cela. Le Saint-Esprit dit: « Adoption, adoption. Vous voulez être adoptés? Vous êtes fatigués d'être simplement un enfant sous la garde d'un manager, d'un tuteur et d'un esclave. Vous voulez savoir comment être adoptés? » Lisons le verset 4:5: « Afin que nous reçussions l'adoption. » Il s'agit juste de recevoir l'adoption! Oh, quel mot merveilleux! J'aime le mot recevoir. Pour que nous puissions recevoir l'adoption. Savez-vous comment nous pouvons être adoptés? Vous n'avez qu'à le recevoir. C'est un don de Dieu, il n'y a rien à faire. Vous n'avez pas à travailler pour cela, vous avez juste à le recevoir. Christ a acheté tous ces privilèges pour nous. Et maintenant Il dit: « C'est pour ceux qui les recevront. » La simplicité de toute la vie chrétienne est dans ce petit mot recevoir. Prenez, prenez simplement. Je me rappelle, au début lorsque je lisais dans Ephésiens et que je considérais cette armure, je me disais: « Oh, là là! Je ne suis vraiment pas prêt à affronter les ennemis. » Il y avait le casque, le bouclier, la cuirasse et toutes ces choses. Mais un jour le Saint-Esprit m'a montré la simplicité de l'armure. Il est écrit: « Prenez toute l'armure de Dieu. » Il s'agit juste de la prendre. C'est toute l'armure... de Dieu. Dieu est l'armure! Prenez simplement Dieu. Vous voyez, alors que Paul est en prison lorsqu'il rédige Ephésiens, il voit un soldat dans son armure, et il dit: « Il ressemble vraiment à un chrétien dans son armure. » Et il commence à décrire à quoi ressemble l'armure du chrétien. Et ensuite il dit simplement: « Prenez-la. Prenez-la simplement. Revêtez-vous de toute l'armure de Dieu. » 
 
Comment recevez-vous l'adoption? Les légalistes veulent bien sûr vous faire croire que c'est une récompense de la foi. Que vous devez la mériter. Ils disent: « Faites quelque chose de bien et Dieu vous récompensera avec les bénédictions de la vie chrétienne. » Pas du tout! C'est un don de la foi. Alors que vous avancerez avec le Seigneur, vous verrez que toujours à nouveau l'ennemi voudra faire d'un point de départ un objectif. Cela semble être une chose merveilleuse que d'avancer vers l'adoption. Il est beau de penser qu'un jour dans le futur, nous pourrons être adoptés. Mais ce n'est pas un objectif. C'est un point de départ. La plénitude de Dieu, le repos de Dieu, la vie remplie de l'Esprit, le fruit de l'Esprit ne sont pas des choses que vous recevez par degré, c'est quelque chose que vous recevez en un seul coup, par un simple pas de foi. Vous ne montez pas progressivement vers votre adoption, comme quelqu'un monte à une échelle. Vous recevez l'adoption en un instant, et vous devenez libres de toutes ces règles et de tous ces maîtres qui voulaient contrôler votre vie. Vous voyez, les judaïsants disaient: « Soyez saints pour être en mesure d'être saints. » Mais vous ne pouvez pas être saints pour être en mesure d'être saints. Dieu dit simplement: « Recevez-le, vous êtes saints, en Christ Jésus. » Prenez-le par la foi, croyez-le simplement. Ce simple pas de foi nous libère. A tout instant, tout chrétien qui le veut, peut passer de l'état d'enfant qui est un esclave, à l'état d'adoption. Satan aimerait tellement que nous continuions de voir cela comme un but à atteindre mais c'est un point de départ. Non seulement la pure grâce nous libère de la loi, mais elle nous adopte, elle nous place sous les privilèges de fils. C'est un privilège pour tous les enfants de Dieu. Voilà donc la seconde raison pour laquelle Jésus est venu.



Ed Miller



http://connaitrechrist.net/Site/EM/Galates/Galates.htm












5 commentaires:

  1. Merci Jean luc pour ces précisions notamment sur l adoption.... Si tu me permets, je citerais ton article dans mon forum afin que tous soient édifies par cette explication sur la Grace. Sois béni. Clochette

    RépondreSupprimer
  2. Pas de problèmes pour la citation Clochette,

    Cependant, précise bien que cet article n'est pas de moi, mais qu'il s'agit d'une étude de Ed Miller.

    Jean-Luc

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Jean-Luc !
    J'ai récupéré l'article et je l'ai envoyé à deux soeurs en christ qui sont chères à mon coeur et qui aiment vraiment le Seigneur.
    Cependant elles s'appliquent à pratiquer toutes ces "obligations" et pensent vraiment que je suis plutôt dans la mauvaise voie.
    Je prie pour que le Saint-Esprit se révèle en puissance et leur montre ce que je vois et que nous sommes quelques uns à vivre, heureusement, de l'amour véritable et simple de Dieu, en et par Jésus-Christ, alléluia !
    Merci pour ce partage mon frère. Nous vivons de belles choses en ce moment dans notre maison de prières virtuelle (forum de clochette).
    Loué soit le Seigneur ! A bientôt mon frère, QDTB !
    Flo.

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour ce message oh combien tellement suffisant, je n'ai que commencé à le lire et merci Seigneur pour ta solis gracia, qui suffit dans nos faiblesses.

    et merci à Jean-Luc pour ce message, puisses tu recevoir les encouragements du Seigneur Jésus

    Philippe de Gaza

    RépondreSupprimer
  5. " Car c'est en lui, c'est dans son corps, qu'habite toute la plénitude de ce qui est en Dieu. Et par votre union avec lui, vous êtes pleinement comblés, car il est le chef de toute Autorité et de toute Puissance. " (Colossiens 2:9-10)

    Le Don De Christ par Chip Brogden :

    http://www.theschoolofchrist.org/francais/articles/gift.html

    RépondreSupprimer