vendredi 22 janvier 2010

Sources de malédiction


Ou comment des « consolateurs fâcheux » s'imaginent dispenser des soins en mettant du vinaigre sur les plaies.




A la suite du terrible tremblement de terre qui a ravagé Haïti, je suis effrayé de voir jaillir sur certains sites « chrétiens » de sinistres explications, servies par de pathétiques « donneurs de leçons » qui oublient qu'ils dissertent sans compassion sur le malheur et la mort des autres.


Malédiction ? Jugement de Dieu ? Prenons garde de ne pas reprendre, pour notre part, l'attitude des « amis » de Job qui avaient trop vite oublié leurs sentiments de compassion afin de chercher une explication rationnelle et spirituelle à ses malheurs.

Explication n'est pas raison, surtout dans le domaine spirituel ! Avant de vouloir expliquer les choses et moraliser,
attendons donc d'être certain à 100 % de véritablement connaître la volonté divine concernant chacune des personnes concernées...


Il est incontestable que Dieu est le Maitre de l'histoire et que rien n'arrive sans Sa volonté, selon qu'il est écrit :


« Qui dira qu’une chose arrive, Sans que le Seigneur l’ait ordonnée? N’est–ce pas de la volonté du Très–Haut que viennent Les maux et les biens? » (Lam. 3. 37-38.)


« Arrive-t-il un malheur dans une ville, Sans que l‘Éternel en soit l’auteur? » (Amos 3. 6.)


Par contre il est tout  aussi incontestable que les disciples du Christ ont bien autre chose à faire qu'à parler de malédictions. D'ailleurs, le mot « malédiction » est totalement absent des Évangiles et les épitres nous mettent en garde contre l'emploi de ce concept.


« De la même bouche sortent la bénédiction et la malédiction. Il ne faut pas, mes frères, qu’il en soit ainsi. » (Jacques 3. 10.)


« Leur bouche est pleine de malédiction et d’amertume... » (Rom. 3. 14.)


Il me semble qu'il est dans la nature humaine de chercher à se rassurer en trouvant des explications à tout ce qui se passe. Car les évènements incontrôlables créent réellement une angoisse dont nous ne sommes pas forcément conscients, mais que nous cherchons automatiquement à dissiper en ayant prise sur eux par des raisonnements et des « décryptages ».

C'est probablement pour cette raison que monsieur Pat Robertson a voulu « apprivoiser » les évènements terribles d'Haïti en nous racontant qu'il s'agissait d'une « malédiction » due à certaines pratiques occultes vaudou accomplies il y presque deux siècles, au moment de son indépendance.


Même s'il est historiquement incontestable que cette cérémonie occulte à bien eu lieu, il ne faudrait pas oublier pour autant que l'Écriture Sainte nous apprend qu'une malédiction (même quand elle est réellement fondée) ne dépasse pas quatre générations (Ex. 20. 5.), mais qu'elle peut également être rompu par la descendance à n'importe quel moment, par un simple changement d'attitude et de conduite (voir Ez. 18.).


Dans le cas des habitants d'Haïti, il est facile de constater que beaucoup d'entre eux sont de véritables croyants, qui témoignent de la réalité de leur reconnaissance envers Dieu d'une manière simple et sincère. Au milieu de ces épreuves, le témoignage de leur foi (qui arrive même à être diffusé par les médias français pourtant connus pour leur réticence à relayer ce genre d'expressions), est une grande leçon. Il démontre la réalité de leurs convictions. Car c'est au travers de l'épreuve que se manifeste vraiment ce que l'on croit, et dans leur cas la démonstration est plus que convaincante !


Alors? Y aurait-il des « malédictions » plus méritées que d'autres? Les japonais qui ont déjà eu des tremblements de terre de même ampleur (mais beaucoup moins meurtriers), seraient-ils moins « maudis » grâce au normes anti-sismique qui sont appliquées aux constructions de leurs bâtiments (et malgré les pratiques occultes qui ont toujours lieu dans leurs religions traditionnelles)?

Les haïtiens seraient-ils davantage « maudis » à cause de leur pauvreté qui empêche leur pays de construire des bâtiments qui résisteraient mieux aux secousses régulières qui les dévastent?


Soyons sérieux et ne remuons pas le couteau dans la plaie !


Personnellement, je sais et j'ai expérimenté qu'il existe des malédictions, personnelles, familiales et nationales. Mais je sais aussi que la Nouvelle Alliance ne nous incite pas à chercher la solution en sondant nos péchés ou ceux de nos ancêtres, mais en y renonçant et en changeant d'attitude et de manière d'agir. Comme je le disais plus haut, le mot « malédiction » est totalement absent des Évangiles et ce n'est certainement pas un oubli de Celui qui en a inspiré les lignes ! Quand je constate que certains « chrétiens » n'ont que ce mot là à la bouche pour expliquer tout évènement néfaste, je me demande s'ils ont encore en mémoire ce que le Christ donne comme « clés » pour amener au salut, sans chercher à expliquer les catastrophes et les malheurs :


« En ce même temps, quelques personnes qui se trouvaient là racontaient à Jésus ce qui était arrivé à des Galiléens dont Pilate avait mêlé le sang avec celui de leurs sacrifices. Il leur répondit: Croyez–vous que ces Galiléens fussent de plus grands pécheurs que tous les autres Galiléens, parce qu’ils ont souffert de la sorte? NON, JE VOUS LE DIS. Mais si vous ne vous repentez, vous périrez tous également.
Ou bien, ces dix–huit personnes sur qui est tombée la tour de Siloé et qu’elle a tuées, croyez–vous qu’elles fussent plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem? NON, JE VOUS LE DIS. Mais si vous ne vous repentez, vous périrez tous également. » (Luc 13. 1 à 5.)


Le Christ ne donnait pas d'explications sur les malheurs des autres. Pourtant je suis persuadé qu'il en connaissait tous les tenants et aboutissants. Il se contentait de mettre en mouvement ceux qui l'écoutaient en les appelant à un total changement de vie. S'il est vraiment présent au milieu des conversations de ses disciples, il parlera de la même manière :


« Croyez–vous que ces haïtiens soient de plus grands pécheurs que tous les autres caribéens, parce qu’ils ont souffert de la sorte? NON, JE VOUS LE DIS...croyez–vous qu’ils soient plus coupables que tous les autres habitants de la terre? NON, JE VOUS LE DIS.Mais si vous ne vous repentez, vous périrez tous également. »


La repentance (du grec « métanoïa » qui signifie transformation complète de la personnalité), est la seule façon d'échapper aux évènements néfastes. Elle consiste à remettre les choses en ordre. Dieu retrouve alors sa place et l'homme redescend à la sienne. Ce n'est qu'à ce moment là qu'il est possible d'être transformé de l'intérieur et d'entrer dans une intimité filiale avec le Très Haut.


Les actes et les paroles de compassion remplaceront alors la malédiction et l'amertume, car la source sera purifiée de toutes ces idées tordues qui veulent se faire passer pour de la connaissance et du discernement spirituel...


Jean-Luc B

15 commentaires:

  1. Aux yeux des humains, la mort physique est tragique et source de très grandes souffrances parce qu'elle nous sépare des êtres chers et aussi parce qu'elle nous rappelle notre propre mort...

    Cette profonde douleur devant la mort devrait attirer notre compassion, cependant, les Ecritures nous expliquent qu'aux yeux de Dieu , la mort spirituelle est encore bien plus terrible ! Car cela équivaut à être DÉJÀ MORT même si physiquement on est en pleine santé......tant qu'il n'y a pas de repentance.

    '' Un autre d'entre les disciples lui répondit : Seigneur, permets-moi d'aller d'abord ensevelir mon père. Mais Jésus lui répondit : suis-moi et laisse les MORTS ensevelir leurs morts.'' ( Matt. 8 : 22 )

    C'est la raison pour laquelle, dans le passage qui concerne la mort des Galiléens, Jésus fait comprendre à ceux qui l'écoutent qu'eux-mêmes sont MORTS et qu'ils feraient bien de se repentir afin qu'ils vivent spirituellement avant de mourir physiquement, parce qu'elle est là la seule véritable VIE possible.

    '' Mais si vous ne vous repentez, vous périrez tous également.'' (Luc 13 )

    Au lieu de juger les Haïtiens, regardons-nous ! Côté densité, n'avons-nous pas plus de morts spirituels que les Haïtiens ? Peut-être bien que nous aurions besoin d'un tremblement de terre dans nos coeurs...

    Les morts spirituels ne feront jamais les grands titres des médias du monde entier, pourtant il y en a des quantités.... des millions et des millions...voir des milliards...
    En tant que croyants, a-t'on le coeur qui pleure et qui prie en voyant toutes les personnes mortes spirituellement qui nous entourent ?

    A-t'on compassion d'elles en les dirigeant vers la VIE ?

    RépondreSupprimer
  2. Oui Carole,

    Le salut éternel est effectivement primordial. Cependant n'oublions pas trop vite les réalités journalières. Car si ceux qui sont morts ne souffrent plus, il reste les vivants, qui ne savent plus comment s'abreuver et se nourrir et gagner leur vie. Il reste tous les blessés plus ou moins graves, tous ceux qui vont se retrouver handicapés et diminués en plus de leur énorme travail de deuil.

    Tout cela dans un pays qui a une dette extérieure absolument catastrophique, dûe en grande partie à des stratégies économiques dont les occidentaux tirent les ficelles...

    Pour comprendre un peu mieux les raisons objectives de la situation économique d'Haïti, il est important de connaître son histoire et les manoeuvres ignobles de la France, des USA et du FMI :

    http://www.africamaat.com/Esclavage-Indemnisations

    http://www.voltairenet.org/article163610.html

    RépondreSupprimer
  3. « Croyez–vous que ces haïtiens soient de plus grands pécheurs que tous les autres caribéens, parce qu’ils ont souffert de la sorte? NON, JE VOUS LE DIS...croyez–vous qu’ils soient plus coupables que tous les autres habitants de la terre? NON, JE VOUS LE DIS.Mais si vous ne vous repentez, vous périrez tous également. »
    Ceci est bien dit, quoiqu'il ne faut pas oublier que Dieu voulait détruire aussi Nineve à cause de leurs péchés... ! Mais nous ne sommes pas Dieu ni juge et nous ne pouvons qu’aider nos frères dans ce malheur
    Aussi, parmi toutes les demandes d'aides financières qui son faites par toutes sortes d'organismes humanitaires, si vous avez à cœur d'aider les haïtiens, je vous soumets de nouveau ce lien, au moins nous saurons que notre argent ira aussi vers des frères et sœurs dans la foi qui font un bon travail en Haïti
    http://www.coeurpourhaiti.org/

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour à tous, merci Jean-Luc pour cette exhortation. Belle sensibilité de Carole aussi, très touchant...

    J'ai moi-même été outrée de voir ce genre de réponses sur un site chrétien.
    Je suis très affectée par ce qui touche ce peuple, j'ai un frère de là-bas que j'avais rencontré à la suite d'une prière pour Haiti il y a environ d'un an de cela, dont je n'ai plus de nouvelles et j'ai laissé un certains nombres de prières et de messages d'encouragements pour les autres membres Haitiens.
    Je suis vraiment très émue et je compatis de tout mon coeur.

    Pourtant, ce matin, je me suis laissée distraire en échangeant à ce propos avec une dame agée de mon village qui est catholique et j'ai fini par reconnaitre qu'il pouvait aussi s'agir d'un jugement, mais que Dieu seul le sait !
    Je ne sais pas pourquoi j'ai dis cela alors que je me refuse de porter tout jugement et que ma principale motivation est la compassion et le soutien charitable. Je voulais montrer à cette dame qu'il fallait être reconnaissants de ce que l'on a et j'ai peut-être voulue me placer en donneuse de leçons, voilà où ça m'a conduit !
    Stupide chair !

    Je me suis repentie et je me repens encore à la suite de cette exhortation à laquelle je dis : AMEN !
    Il n'y a que l'Amour du Christ qui doit nous guider et cette compassion sincère et véritable qui nous permet de porter de bons fruits, le reste ne nous appartient pas.

    Loué soit le Seigneur qui nous montre le bon chemin et qui nous rend meilleur chaque jour si on est attentif à Sa Voix, alléluia !
    Soyons reconnaissants d'être encore en vie nous-mêmes et apprenons à respecter d'avantage ce que nous avons en évitant le gaspillage aussi. Tant celui des matières que spirituel !

    Je veux soutenir ce peuple en Esprit et en Vérité, c'est pourquoi j'avoue l'erreur que j'ai commise en allant sur ce sujet. Je demande Pardon à Dieu publiquement et je retourne à mes prières qui sont vraiment le mieux que je puisse faire pour le moment pour eux et pour tous ceux qui souffrent partout dans le monde, amen.

    Par le Saint-Esprit et dans le Nom de Jésus je vous bénis mes frères et soeurs, amen !
    Flo.

    RépondreSupprimer
  5. Oui , merci frêres et soeurs pour vos commentaires !
    Détournons nous de ceux qui voudraient nous influencer à croire que le Seigneur a maudit un peuple à cause de l'iniquité de certains ....
    Combien devrions nous être 10 fois plus maudits que ces gens , à ce compte là ???
    Que le Seigneur ait pitié d'eux , et aussi de nous , et que si nous devions passer par "les mêmes tempêtes" , nous puissions gloriflier le seigneur comme ils le font, eux ....

    RépondreSupprimer
  6. Merci Jean-luc pour les deux articles que tu as référés en liens, ils m'ont bcp appris.

    C'est l'insoutenable perversité et l'ignomie du coeur humain non régénéré par la vie d' En-Haut qui va jusqu'à abuser, opprimer et dépouiller jusqu'à l'os les plus pauvres, au lieu de leur donner les dédommagements auxquels ils auraient droit.

    '' Ne dépouille pas le pauvre, parce qu'il est pauvre, et n'opprime pas le malheureux à la porte; Car l' Eternel défendra leur cause, et Il ôtera la vie à ceux qui les auront dépouillés.'' ( Prov. 22 : 22-23 )

    Oui, tu as raison, nous devons avoir de la compassion pour les survivants de ce désastre, tant leur situation actuelle est terrible et précaire.
    Et il semble qu'il soit bien difficile de rester de glace devant cela, surtout après avoir été inondés par les médias par de nombreux reportages plus touchants les uns que les autres...

    D'ailleurs l'immense générosité solidaire populaire qui a suivi sous la forme de dons exceptionnels, démontre quand même à quelque part que le gens ne sont pas si indifférents que ça aux malheurs des Haïtiens, mais qu'ils sont touchés et qu'ils ont de la compassion.

    De notre côté, continuons d'intercéder pour ce peuple meurtri, pour leurs grands besoins physiques et spirituels et pour ceux qui les oppriment.

    RépondreSupprimer
  7. Vaudou ou pas, un nuage de jugement plane sur la tête de toute personne tant qu'elle ne croit pas et n'obéit pas au Seigneur :

    '' Celui qui croit en Lui n'est pas jugé; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.'' ( Jean 3 : 18)

    '' Celui qui croit au Fils a la vie éternelle; celui qui n'obéit pas au Fils ne verra point la vie, mais colère de Dieu demeure sur lui.'' ( Jean 3 : 36 )

    Il me semble que le tremblement de terre de Haïti a un message à donner. Celui de faire prendre conscience personnellement à toute personne dans le monde entier que la vie est très fragile et que la mort physique arrive sans prévenir.

    Il est donc vital pour chacun individuellement de s'y préparer dès maintenant afin de mettre sa vie en ordre avec Dieu et d'être trouvé prêt spirituellement.

    Qu'en pensez-vous ?

    RépondreSupprimer
  8. Merci Carole pour ce que tu dis. Je suis aussi d'avis qu'il faut surtout ne pas se trouver sous le jugement de Dieu. Un jour ou l'autre il tombe.
    Veillons donc à l'aimer lui en premier parce qu'Il nous prévient qu'Il ne peut nous laisser l'aimer et aimer aussi des idoles.

    J'ai lu Jérémie 10.10. Dans le chapitre Dieu en veut à son peuple parce qu'il ne se repent pas de son idôlatrie, péché rédhibitoire. Et Dieu envoie son jugement. "...La terre tremble devant sa colère..."

    Ne jugeons pas les autres, mais jugeons-nous nous-mêmes pour voir si nous sommes dans la foi.

    Il y a toujours des leçons à tirer des événements qui surviennent sur la terre, sachons en tirer une leçon.

    J'avais fait un rêve l'année dernière qui prévenait que Dieu était en train de regarder partout sur la surface du globe les péchés des hommes. Il passait en revue tout le monde. Ce n'était pas un regard doux, mais un regard de mise au point. Comme si Dieu "en avait marre".

    Encore une fois, merci pour tes commentaires.

    RépondreSupprimer
  9. J'ai écrit ce billet pour aider à remettre en cause le regard faussé que nous portons sur ces évènements et les paroles amères et décourageantes qui peuvent en découler.

    Je n'ai cependant pas pris position pour ou contre la réalité d'une malédiction concernant ce pays, car cela demande véritablement un révélation divine. Qui à part Dieu pourrait connaître toutes les raisons (spirituelles, sociales, économiques et politiques) des évènements tragiques qui oppressent ce pays depuis des siècles ?

    Il me semble qu'il y a une grande part d'orgueil humain dans le fait de se croire capable de comprendre ces évènements et de leur donner un sens. Je dis ça aussi bien pour ceux qui n'arrêtent pas de parler de « malédictions » concernant ce pays, que pour ceux qui (par réaction mais sans en avoir davantage de preuves) prétendent qu'il n'en est rien et que cette malédiction n'existe pas.

    Je crois qu'il nous faudrait surtout prendre conscience que nos paroles créent des dynamiques qui influent fortement sur ceux qui les écoutent. Ceux qui parlent de malédiction à cause de la cérémonie du « bois caïman » le 14 aout 1791, orientent les regards passivement vers le passé et n'aident pas forcément à en sortir...

    Cependant, ceux qui par opposition nient cette malédiction, n'aident pas forcément à réfléchir aux conséquences malheureuses consécutives aux pratiques occultes.

    A ce propos, une étude approfondie du chapitre 19 du prophète Ésaïe, nous apprend que les pratiques occultes (adoration des idoles; pratique de charmes; consultation des défunts et des devins) provoquent en jugement de Dieu l'établissement d'un système tyrannique qui oppresse fortement et amène le peuple souffrant à la repentance. Un tour du monde des dictatures nous montre qu'il s'agit bien d'un mécanisme spirituel encore à l'oeuvre aujourd'hui, mais qui agit toujours dans le même but : amener à le repentance ceux qui au travers de leurs souffrances expérimentent les conséquences du péché...

    Pour reprendre ce que nous dit réellement le Christ dans la référence citée plus haut, nous remarquons bien qu'il ne prétend pas que ces galiléens ou les victimes de l'écroulement de la tour de Siloé étaient des innocents. Il nous dit littéralement :

    « Croyez–vous qu'ils soient de plus grands pécheurs...croyez–vous qu’ils soient plus coupables que tous les autres habitants de la terre? NON, JE VOUS LE DIS... » (Luc 13. 1-5.)

    Pas plus pécheurs, pas plus coupables que les autres, mais pas moins non plus ! Ce que le Seigneur semble nous montrer par là, c'est qu'il n'est pas judicieux d'établir un classement entre différentes culpabilités. Il n'y a pas d'un coté les « bénis », prétendument défenseurs de la vie parce qu'il refusent de voter des lois pour l'avortement, mais qui (après avoir massacrés les indiens) bombardent impunément avec de l'uranium appauvri des serbes et des irakiens qui se retrouvent dans les mêmes poubelles de l'histoire que les foetus aspirés et broyés qui remplissent nos centre d'IVG... et de l'autre les « maudis » parce que leurs ancêtres auraient eu le malheur de chercher des appuis occultes pour sortir de leur terrible esclavage. Chacun de nos actes a des conséquences. Les USA l'expérimenteront aussi, et nous européens également.

    En France, en tout légalité plus de 200 00 enfants sont mis à mort tous les ans dans les ventres de leur mères. Ce « sang innocent » crie à Dieu et va devoir être « couvert », d'un façon ou d'une autre ! Sans compter tous les sacrifiés de la françafrique et des Antilles qui permettent le maintient d'un « niveau de vie acceptable » en métropole...

    RépondreSupprimer
  10. (suite)

    N'oublions jamais ce que le prophète Ésaïe avait constaté :

    « Nous sommes tous comme des impurs, Et toute notre justice est comme un vêtement souillé; Nous sommes tous flétris comme une feuille, Et nos crimes nous emportent comme le vent. » (Es. 64. 6.)

    Ce qui rejoint ces paroles de Elihu :

    « On crie contre la multitude des oppresseurs, On se plaint de la violence d’un grand nombre; Mais nul ne dit: Où est Dieu, mon créateur ?... » (Job 35. 9-10.)

    Jérémie lui fait écho lorsqu'il dit :

    « Pourquoi l’homme vivant se plaindrait–il? QUE CHACUN SE PLAIGNE DE SES PROPRES PÉCHÉS. Recherchons nos voies et sondons, Et retournons à l'Éternel; Élevons nos coeurs et nos mains Vers Dieu qui est au ciel... » (Lam. 3. 39-41.)

    Le Christ dans ce discours ne cherche ni à culpabiliser une catégorie de pécheurs, ni non plus à déculpabiliser à peu de frais, mais il veut que chacun de ses auditeurs fasse un retour sur lui-même et puisse échapper à la conséquences de ses pensées et de ses actes souillés par le péché. Car s'il est indéniable que c'est Dieu qui paie les salaires de nos actes (bons ou mauvais), Il est aussi Celui qui donne gratuitement le pardon à ceux qui reviennent à Lui :

    « Car le salaire du péché, c’est la mort; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur. » (Rom. 6. 23.)

    N'essayons donc pas d'établir un classement de la gravité des péchés ou à l'opposé de prétendre en éliminer les conséquences en niant cette réalité. Prenons plutôt conscience que la seul façon d'échapper totalement à la culpabilité consiste à la reconnaître honnêtement, chacun pour notre part, de façon à recevoir le pardon qui nous vient de la croix.

    « L'Écriture a tout renfermé sous le péché, afin que ce qui avait été promis fût donné par la foi en Jésus–Christ à ceux qui croient. » (Gal. 3. 22.)

    RépondreSupprimer
  11. Pour moi le vrai jugement de Dieu pourrait bien être non pas celui qui serait tombé selon certains sur Haïti mais peut-être plutôt celui par lequel se révèle à cette occasion le coeur de certains de ceux qui se professent "chrétiens".

    Plus encore que par d'autres prises de position, apparaît devant un tel drame ce qui peut habiter par exemple un Pat Robertson, que Jean-Luc évoque, mais aussi bien d'autres, pour qui la simple compassion et l'amour pour le prochain semblent totalement éclipsés par l'arrogance cléricale par laquelle ils se sont érigés en juges de tout et de tous au nom(et à la place) de Dieu. Jusqu'à utiliser pour leur vanité le malheur qui s'abat sur tout un peuple.

    Mais ce qui est caché vient nécessairement tôt ou tard à la lumière. Ainsi aujourd'hui dans le bouleversement des esprits que cause un séisme terrestre aussi meurtrier, même les façades de bien des "ministères" peuvent commencer à se lézarder et à montrer ce qu'il peut y avoir derrière de fausseté et de culte de soi-même (ou de sa propre cause). Faut-il d'ailleurs s'en affliger ? Comme l'a écrit Georges Bernanos, "pour être prêt à espérer en ce qui ne trompe pas, il nous faut d'abord désespérer de ce qui nous trompe"... ainsi pour nous aujourd'hui de certains de ces ministères soi-disant "évangéliques", qui annulent en fait tout l'Evangile en glosant sur la malédiction des plus pauvres de la terre.

    Car le péché est hélas notre lot commun, mais identifier les victimes de catastrophes à des coupables désignées devant expier les fautes de leur peuple (voire de l'humanité entière) relève à mes yeux d'un de ces archaismes religieux qui s'apparente à la recherche ancestrale des "boucs émissaires" (si bien étudiée par l'anthropologue René Girard), une pratique (et une malédiction) dont la grâce offerte sur la croix nous a précisément délivrés.

    De qui, de quoi serons-nous donc auprès de tous les témoins et les ambassadeurs ? Du triomphe sanglant de la loi d'une divinité jalouse ou bien de l'amour d'un Père qui a donné son Fils pour le salut de tous ceux qui se confieront en Lui ?

    RépondreSupprimer
  12. Il n'est en effet pas question dans ce drame de nier l'universalité du péché, livrant ainsi la création, au pouvoir du néant et de la vanité, non de son propre gré, mais à cause de celui qui l'y a livré.
    Il est juste de rappeler,les cas des Galiléens dont le sang fût mêlé à celui des sacrifices,ou encore la mort de dix-huit personnes causée par l'effondrement de la tour de Siloé.

    Ce qui marque notre imagination en réalité, c'est la violence de la mort semblant frapper de façon aléatoire certains hommes ou certaines régions, ponctuellement.
    A cette question, Jésus n'apporte pas de réponses à ses disciples, pas plus qu'à nous d'ailleurs, sinon de prendre conscience de notre responsabilité et culpabilité collective en rapport à Dieu, indiquant la seule voie ouverte afin d'échapper à la malédiction de notre condition humaine.
    Mais si chaque peuple, chaque nation et chaque homme devait être rétribués à la mesure de ses propres fautes, nul doute que Haïti ne viendrait pas en tête du classement au bureau des rétributions.L'Histoire des empires qui se sont succédés, auraient donnés lieu à un cataclysme généralisé.Invoquer la proportionnalité des pratiquants du vaudou en Haïti afin de trouver matière à justification d'une catastrophe,permet à bon compte, d'occulter l'esprit anti-christ gérant ce monde. Mais encore faudrait-il pour le comprendre, ne pas avoir l'illusion d'appartenir à une nation choisie par Dieu.Le "discernement" malheureux d'un Pat Roberson, indique malheureusement que ce n'est pas chose évidente.

    RépondreSupprimer
  13. Bonsoir à tous, que la grâce du Seigneur soit avec nous, amen !

    Au vu de l'ensemble des commentaires déposés, je m'aperçois combien, en effet, il est important que nous restions humbles et reconnaissants aujourd'hui. Puissions-nous nous souvenir que nous sommes des pécheurs repentis et que notre justification est le sang de Jésus versé pour nous et pas notre propre mérite.

    Comme dit Pierrot :" Que le Seigneur ait pitié d'eux , et aussi de nous , et que si nous devions passer par "les mêmes tempêtes" , nous puissions glorifier le seigneur comme ils le font, eux".

    Je dis Amen à ceci Carole :
    "Il me semble que le tremblement de terre de Haïti a un message à donner. Celui de faire prendre conscience personnellement à toute personne dans le monde entier que la vie est très fragile et que la mort physique arrive sans prévenir.
    Il est donc vital pour chacun individuellement de s'y préparer dès maintenant afin de mettre sa vie en ordre avec Dieu et d'être trouvé prêt spirituellement."

    C'est pour cela que j'ai voulu me repentir ici car même si mes propos étaient issus d'une réflexion que l'on peut se faire légitimement pour ne pas être hypocrites et oublier les conséquences du péché, j'estime que ce n'est pas la priorité aujourd'hui.
    Je pense aussi (je cite Jean-Luc) :

    "Je n'ai cependant pas pris position pour ou contre la réalité d'une malédiction concernant ce pays, car cela demande véritablement un révélation divine. Qui à part Dieu pourrait connaître toutes les raisons (spirituelles, sociales, économiques et politiques) des évènements tragiques qui oppressent ce pays depuis des siècles ?"

    Et il est vrai aussi que (je cite domy)
    "Mais si chaque peuple, chaque nation et chaque homme devait être rétribués à la mesure de ses propres fautes, nul doute que Haïti ne viendrait pas en tête du classement au bureau des rétributions."

    A méditer... (je cite Yves):
    "Pour moi le vrai jugement de Dieu pourrait bien être non pas celui qui serait tombé selon certains sur Haïti mais peut-être plutôt celui par lequel se révèle à cette occasion le coeur de certains de ceux qui se professent "chrétiens"."

    Je conclue en nous souhaitant à tous d'avantage d'Amour et de repentance, pour la gloire de Dieu. Que l'édifice de sa maison soit fortifié en LUI, que nous prenions exemple et apprenions d'avantage de Jésus, tout en discernant ce qui est le mieux pour chacun et pour tous.
    Par le Saint-Esprit et dans le Nom de Jésus, soyez bénis, amen.

    Fraternellement.

    RépondreSupprimer
  14. Il semble bien que les autorités haïtiennes aient été avertie de l'imminence du séisme, mais que (pour des raisons qu'il serait intéressant d'éclaircir) elles n'en aient pas tenu compte :

    http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2010/01/23/ad38530515f6812cef4fea183359a353.html

    Haïti: un chercheur avait presque prévu la date

    Entendu aujourd’hui sur France-Infos, l’information a déjà été diffusée par Europe 1, Le Parisien et d’autres. Un sismologue haïtien avait prévu la date du séisme et avait averti le gouvernement du pays, sans succès.

    «Un spécialiste en sismologie haïtien, le docteur Daniel Mathurin, accuse le gouvernement de son pays de ne pas avoir pris en compte les mises en garde répétées sur un risque de tremblement de terre en 2010.

    «On savait que ça devait arriver», a-t-il asséné lundi matin sur Europe 1. Le chercheur, qui avait lui même prédit de forts risques sismiques pour cette année, assure que des universitaires américains avaient placé des capteurs tout au long de la ligne de faille et qu'ils auraient averti les autorités dominicaines et haïtiennes des risques. «En République dominicaine, ils ont pris 20 des 22 dispositions préconisées : informer la population, renforcer les bâtiments.... Il n'y a eu aucun mort, indique le scientifique. Haïti n'a pris aucune de ces dispositions. Ils n'ont rien fait»»

    Un autre extrait de cet article, qui nous montre que les pressions financières et politiques exercées sur cette île, ainsi que l'intervention (massive et militaire) américaine suite à cette catastrophe, ne sont peut-être pas aussi désintéressées que certains médias voudraient nous le faire croire :

    « « « A cette heure où plus de 110’000 morts sont décomptés, on reparle aussi des réserves pétrolifères de Haïti. Toujours selon Daniel Mathurin, et selon des estimations recoupées, LE SOUS-SOL DE L’ÎLE CONTIENT DES RÉSERVES DE PÉTROLE PLUS IMPORTANTES QUE CELLE DU VENEZUELA. ON TROUVE AUSSI DE L’URANIUM. » » »...

    Il y a toujours quelque part des « vignes de Naboth » qui sont l'objet de la convoitise des puissants (voir 1 Rois 21.) et qui engendrent des « dégâts collatéraux » qui ne sont pas forcément dûs à une « culpabilité spirituelle » (contrairement à ce que certains milieux « chrétiens » continuent à prétendre), mais procèdent bien davantage de la rapacité des puissants. D'autre régions du monde se trouvent malheureusement devant le même genre de problématique (Pétrole du Biafra et du Sud Soudan, minerais précieux du nord Kiwu en RDC...) et en font tragiquement les frais... sans pour autant être plus coupables que d'autres. Ils ont simplement (et malheureusement pour eux) les pieds sur des richesses qui attirent les convoitises. Et le meilleur moyen qu'ont trouvé les puissants pour se les accaparer à peu de frais, consiste à éliminer toute forme d'ordre et d'autorité indigène ou à les décrédibiliser, tout en favorisant ce qui peut éradiquer les personnalités et les populations qui font obstacle à la satisfaction de cet abominable appétit de possession...

    « Ce qui a été, c’est ce qui sera, et ce qui s’est fait, c’est ce qui se fera, il n’y a rien de nouveau sous le soleil. » (Ecl. 1. 9.)

    « Car la création a été soumise à la vanité, –non de son gré, mais à cause de celui qui l’y a soumise, avec l’espérance qu’elle aussi sera affranchie de la servitude de la corruption, pour avoir part à la liberté de la gloire des enfants de Dieu. Or, nous savons que, jusqu’à ce jour, la création tout entière soupire et souffre les douleurs de l’enfantement... » (Rom. 8. 20-22.)

    RépondreSupprimer
  15. Bonjour Jean-Luc, merci pour ces précisions.
    Que Dieu Te Bénisse, bon week-end à toi mon frère.
    Fraternellement.

    RépondreSupprimer