samedi 6 février 2010

'' Arrière de moi, Satan ! ''

.

Devant l'Église broyée par la douleur de la persécution nous ne pouvons que nous taire et l'écouter.


Pas de puissance sans souffrance

« Les chrétiens persécutés doivent souvent dire à l’Église occidentale: '' Arrière de moi, Satan ! ''


L'Église occidentale représente Satan parce qu’elle nous soumet à la troisième tentation du Christ : crier victoire sans passer par l’épreuve. ». ( Un prédicateur coréen )

C’était la première fois que l’on m’appelait ''Satan'' !

Pourtant, on ne pourrait faire aucun reproche à l’exégèse soignée de ce prédicateur coréen alors qu’il interpelait avec fougue les deux cents membres de l’église de maison de Dandong, en Chine, tout près de la frontière de la Corée du Nord. Il expliquait :


« Quand Satan tente Jésus pour la troisième fois, il lui offre le royaume sans passer par la croix. En somme, le diable lui dit: « Ne t’engage pas à faire tous ces sacrifices, toucher ces lépreux, passer des nuits en agonie à prier et finir entre les mains de soldats, torturé jusqu’à une mort horrible. Prends tout maintenant… de ma main ! » L’Église est souvent soumise à la même tentation. Le diable nous offre la puissance sans la souffrance. Malgré la présence de notre frère d’occident… je dois dire que c’est une tentation à laquelle une partie de l’Église soumet l’autre partie. Nous devons appeler cette partie de l’Église : Satan, exactement comme Jésus le fit avec Pierre lorsque celui-ci le tenta. »

Déclaration troublante et pourtant biblique.

Toutefois, j’étais curieux de savoir pourquoi ce pasteur avait comparé l’Église occidentale au Tentateur. Il fut heureux de me l’expliquer :

« L’an dernier j’ai hébergé cinq pasteurs venus d’Amérique du Nord. Tous coréens. Ils sont arrivés avec du matériel de formation – une bonne chose en soi – mais aucun n’était convaincu d’aborder le sujet de la souffrance ! Et quand je les entendis prêcher, la souffrance était totalement absente de leur discours ! »

Il se pencha vers moi et chuchota :

« Lorsque ces pasteurs adressent leur message à l’Église persécutée, ils parlent de tout sauf de la souffrance et vident ainsi la vie chrétienne de la présence de la croix. J’ai donc le devoir de dire qu’ils colportent des idées sataniques. Toute personne qui affirme que vous pouvez suivre Christ sans porter votre croix ne vaut pas mieux que le Séducteur. Jésus l’affirmait. C’est ce qu’il a déclaré à Satan et à Pierre. Et je le répèterai à toute personne qui ose penser qu’il peut être un témoin du Christ autrement qu’à partir d’une croix »

Alex Buchan

Tiré de « Leçons de souffrance ». Chaînes et roseaux. Coédition LLB - Portes Ouvertes.

24 commentaires:

  1. Ne croyez-vous pas que l’on tombe ici dans l’excès inverse ?
    Enseigner que le salut s’obtient au travers de la souffrance est anti Biblique.
    Porter la croix signifie renoncer aux œuvres mortes, à marcher conformément à la Parole de Dieu, obéir à ses commandements, à sa volonté, ce qui entraine bien sur un combat de tout les jours (combattre le bon combat).

    Les catholiques croyaient que plus ils souffraient et plus ils étaient dignes d’entrer dans le royaume de Dieu, d’où le purgatoire. Comme ici dans cet article, cet enseignement s’appuie sur le salut par l’œuvre de la souffrance, le sacrifice de Jésus Christ n’étant pas suffisant.

    La souffrance n’est pas une condition du salut. Ce qui est une condition c’est d’ obéir à Dieu.
    Il est dit aussi que « le malheur atteint souvent le juste » MAIS « l’Eternel l’en délivre toujours » et « je n’ai jamais vu le juste abandonné ni sa postérité mendiant son pain » « jusqu’ici l’Eternel nous a secouru »
    Cela ne fait pas de la vie d’un véritable chrétien une vie de martyr car il y a les innombrables promesses de Dieu envers ceux qui le craignent et que je vous laisse le soin de relire.

    Il est vrai que ceux qui souffrent (car il y en a) obtiendront par la suite une récompense dans les cieux, mais cela n’a rien à voir avec le salut.

    Oh bien sur on va me rétorquer : n’est il pas écrit « que c’est à cela (la souffrance) que nous sommes destinés » (2 Pierre) Je répondrais qu’il est bien dangereux de sortir un verset de son contexte, surtout en ce qui concerne les épitres qui étaient destinées non pas aux chrétiens en général mais à des chrétiens en particulier, vivant en des endroits donnés et ayant des problèmes bien spécifiques. En procédant ainsi on peut dire tout et n’importe quoi selon son bon plaisir et c’est ce qui s’est passé et se passe encore surtout en ce moment, et c’est aussi pourquoi certains croient voir tant de contradictions dans le Nouveau Testament.

    Ce pasteur Coréen transforme la Parole de Dieu qui ne dit pas que « le salut appartient à ceux qui souffrent » (car ils ne sont pas forcément justes et droits devant Lui) mais la Bible enseigne que « Mon bouclier est en Dieu, Qui sauve ceux dont le coeur est droit. »Ps 7
    « Il tient en réserve le salut pour les hommes droits, Un bouclier pour ceux qui marchent dans l’intégrité » Pr 2
    « Le salut des justes vient de l’Eternel; Il est leur protecteur au temps de la détresse. Ps 37
    « Et à celui qui veille sur sa voie Je ferai voir le salut de Dieu ». Ps 50 « Oui, son salut est près de ceux qui le craignent » Ps 85.
    Le salut de Dieu n’a rien à voir du tout avec la souffrance d’un individu mais avec la disposition du cœur de chacun, ce qu’il y a réellement à l’intérieur. Encore une fois on peut souffrir sans accomplir la volonté de Dieu, sans lui être fidèle.
    Beaucoup d’adeptes d’autres religions ont aussi souffert pour leur croyance, jusqu’aux plus dures persécutions sans jamais renier quoi que ce soit, cela voulait-il dire qu’ils étaient dans le vrais, qu’ils étaient justes, que le dieu qu’ils invoquaient était le vrai Dieu ? NON pas du tout.

    Il y a toujours eu une certaine condescendance de certains chrétiens persécutés de l’Est envers ceux de l’Ouest, se croyant supérieurs aux autres à cause de leur persécution physique.
    C’est oublier qu’ici il existe une souffrance morale chez ceux qui veulent vivre « pieusement en Jésus-Christ » très peux nombreux certes, tout comme Lot dont il est dit « car ce juste, qui habitait au milieu d’eux, tourmentait journellement son âme juste à cause de ce qu’il voyait et entendait de leurs oeuvres criminelles »

    Les chrétiens ont toujours eu le tort de se comparer les uns aux autres, or Dieu agit toujours envers chacun selon les dispositions du cœur, selon ce qu’il y a véritablement à l’intérieur et que Dieu seul connait parfaitement.

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir Jean-Luc et à tous les lecteurs.. Que la grâce et la paix du Seigneur soient avec nous, amen !

    J'ai fais référence à la souffrance récemment, et une personne non croyante m'a répondu que si je préchais en parlant d'elle, personne ne viendrait à Jésus ainsi !
    Je lui ai répondu que Jésus est le chemin et la vérité (Jean 14:6) et que je ne peux pas me permettre de parler de Sa Gloire sans citer cet aspect là puisqu'il fait partie intégrante du message.
    Bien sûr, il est important de mettre en avant toutes les bénédictions et les promesses de la grâce lorsqu'on évangélise. Mais je ne me pose pas ce genre de question au moment où je le fais, car ce n'est pas moi qui choisis à qui et quand je vais parler de Dieu.
    C'est le Saint-Esprit qui m'insuffle ce que je dois dire et comment je dois le faire, en fonction de qui j'ai en face de moi.
    Je sais que je dis que la vérité, avec les bons et les mauvais côtés.

    La Parole de Dieu est à prendre au sérieux sur tous les points et pas que sur ceux qui nous intéressent ou qui permettent au plus grand nombre de se rassurer en bons chrétiens, très relieugeusement.
    Il me semble que cela va bien plus loin, surtout par les temps qui courent.. Enfin, c'est mon point de vue.

    Je loue le Seigneur pour son sacrifice sur la croix et pour mes propres souffrances passées car j'ai beaucoup appris à travers elles et je peux aider plus de personnes aujourd'hui qui traversent des épreuves, grâce à la connaissance multiple que j'ai de ce que le mot souffrir veut dire.
    Je ne sais pas ce que demain me réserve et je suis reconnaissante de me contenter de mes petits bobos du quotidien car les choses peuvent s'aggraver. Au moins, je saurai garder mon espérance puisque j'y ai cru dès le début et que je m'y attache tous les jours... En esprit et en Vérité, alléluia !

    Que Dieu nous donne la force et le courage de nous voir tels que nous sommes et de témoigner honnêtement, et pas comme on aimerait l'être, en disant ce qui nous semble le mieux pour nous-mêmes.
    Nous apprenons chaque jour, merci Seigneur car "A chaque jour suffit sa peine."(Matthieu 6:34)

    Fraternellement en Christ, flo.

    RépondreSupprimer
  3. Cher Anonyme,

    (Si tu laissais au moins un prénom, les relations seraient plus personnelles.)

    Je ne crois pas que ce pasteur coréen prétende qu'il faudrait souffrir pour être sauvé. Ce qu'il réprouve, c'est l'attitude occidentale qui consiste à vouloir escamoter la réalité de la souffrance qui fait pourtant partie du témoignage chrétien.

    Car en Corée du Nord, souffrir à cause du Nom de Jésus est une situation absolument ordinaire. Dans ce pays, tous les véritables chrétiens souffrent à cause du témoignage rendu. Ce qui correspond exactement à ce qu'en disait l'apôtre Paul :

    « car il vous a été fait la grâce, par rapport à Christ, non seulement de croire en lui, mais encore de souffrir pour lui... » (Phil. 1. 29.)

    Croire d'abord pour être sauvé, mais ne pas s'imaginer que la vie chrétienne s'arrête là ! Car il est aussi écrit :

    « Or, TOUS CEUX qui veulent vivre pieusement en Jésus-Christ seront persécutés. » (2 Tim. 3. 12.)

    Remarquons bien qu'il n'est pas écrit « quelques-uns » mais bien « TOUS CEUX ». On peut tous constater que la souffrance est un élément indispensable de la vie, et donc de la vie chrétienne également.

    Car n'oublions pas que le Christ « nous a donné un exemple afin que nous suivions ses traces » (1 Pierre 2. 21.). Et le Fils de Dieu n'a pas, lui non plus, escamoté la réalité de la souffrance qui accompagne le serviteur de Dieu :

    Car n'oublions pas que le Christ « a appris, bien qu’il fût Fils, l’obéissance PAR LES CHOSES QU’IL A SOUFFERTES » (Heb. 5. 8.)

    Il nous a clairement prévenu : « Je vous ai dit ces choses, afin que vous ayez la paix en moi. VOUS AUREZ DES TRIBULATIONS DANS LE MONDE; mais prenez courage, j’ai vaincu le monde. » (Jean 16. 33.)

    Pour les chrétiens des premiers siècles, les persécutions -et la souffrance qui les accompagnait- faisaient obligatoirement partie du témoignage de l'évangile. Au point que le mot « témoin » (en grec « matyros »), a fini par signifier « celui qui souffre » pour le Nom. L'annonce du Christ : « vous serez mes témoins » (Actes 1. 8.) a fini par signifier : « vous serez mes martyres ». Et c'est encore le sens de ce mot aujourd'hui.

    Et si tu connais un peu la situation des chrétiens qui sont en Corée du Nord, tu seras bien obligé d'admettre qu'ils souffrent tous à cause de leur foi. Que ce soit dans la clandestinité, ou à cause de leurs existences absolument misérables dans les camps de « rééducation »...

    Nous pouvons donc comprendre le « coup de gueule » de ce pasteur qui a le devoir d'enseigner et d'équiper ces gens qui vont fort probablement avoir à affronter cette souffrance à cause de leur foi.

    Il ne s'agit vraiment pas de leur faire croire que la vie chrétienne se passe sur un petit nuage rose, mais de les préparer à tenir ferme dans des circonstances extrêmement difficiles !

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour anonyme,

    Pour ma part je vais aller plus loin que Jean Luc.

    Ce qu'il t'a décrit est une vérité de la Bible, vérité vécue aujourd'hui par bien des chrétiens, en Corée du Nord, en Chine, Indonésie, Malaisie, Pakistan, Iran et la liste n'est pas exhaustive.

    Mais le jour ou cette vérité sera réalité chez nous, que se passera t'il?

    Je n'avais jamais pensé à cette association entre Eglise occidentale et Satan, mais je la trouve très juste.

    Cette Eglise occidentale nous forme dans le "coucouning", la facilité, l'absence de péché, et la domination de la chair. C'est l'église de notre société, facile et refusant la difficulté, prônant la prospérité et les bénédictions matérielles, l'esprit positif, et la dé-responsabilisation personnelle du chrétien face à Dieu.

    Qui jeûne encore? qui passe des nuits en prière?

    Que feront, les chrétiens d'Occident quand on les menacera de prendre leurs maisons si confortables, leur travail? Que feront ils quand on les mènera en prison, pas des cellules à la scandinaves, mais des cachots, avec le noir, le froid, la solitude, la peur, la faim, la torture?

    Tout comme Satan à trompé Adam et Eve, l'Eglise Occidentale nous trompe, pire elle ne nous prépare pas au combat, alors que Jésus lui l'a fait tout au long de son séjour avec nous, puis par les apôtres.

    Compare la discipline de Paul et des autres, avec la discipline qui nous est enseignée aujourd'hui. Cherche les points communs, tu n'en trouveras pas.

    Jésus ne nous a jamais promis du champagne et du caviar, mais des larmes et du sang avec au bout du chemin, la vie éternelle avec Lui.

    Je sais que ce discours, comme l'a précisé Flo dans son message, est aux antipodes de notre société, mais c'est le message de Christ. Et si l'Eglise occidentale ne nous y prépare pas, alors c'est à nous même de nous y préparer, et vite.

    MJ

    RépondreSupprimer
  5. « Or, TOUS CEUX qui veulent vivre pieusement en Jésus-Christ seront persécutés. » (2 Tim. 3. 12)

    Cela concerne tout vrai chrétien d'orient comme.....d'occident. Les persécutions pouvant prendre des ''visages'' forts différents.

    De manière générale, bcp d'assemblées occidentales ( comme certaines orientales ) sont rebelles à la croix, préférant la contourner plutôt que de la vivre, parce qu'elles gardent un pied dans le monde, ayant peur de le quitter.
    Elles ont peur de se mettre dans un état de vulnérabilité qui ne s'attend qu'au Seigneur.

    Le message des chrétiens persécutés adressé à ceux qui n'ont pas encore fait le pas de lacher prise, pourrait être le suivant : '' CROYEZ vraiment ! Cessez d'écouter votre chair, renoncez à vous-même, à vos droits, et laissez Christ régner ! Et là, jailliront de vos cœurs des actes et des paroles de vie puissants et nourrissants pour votre entourage, et permettant de supporter les souffrances des persécutions.''

    '' Si quelqu'un veut venir après moi, qu'il renonce à lui-même, qu'il se charge de sa croix, et qu' il me suive.'' ( Marc 8 : 34 )

    '' Si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul ; mais s'il meurt, il porte beaucoup de fruits.'' ( Jean 12 : 24 )

    Le grain de blé ne peut pas mourir de lui-même, il a besoin de demander l'aide de Dieu pour qu'Il lui donne la foi...

    '' Quiconque marche dans l'obscurité et manque de lumière, qu'il se confie dans le nom de l' Eternel, et qu'il s'appuie sur son Dieu !'' ( Esaïe 50 : 10 )

    '' Le Seigneur l'Eternel, m'a ouvert l'oreille, et je n'ai point été rebelle, et ne me suis point retiré en arrière. J'ai exposé mon dos à ceux qui me frappaient, et mes joues à ceux qui me tiraient le poil, je n'ai point caché mon visage en arrière des opprobres, ni des crachats. Mais le Seigneur l'Eternel m'a aidé, c'est pourquoi je n'ai point été confus.'' ( Esaïe 50 : 5-7 )

    RépondreSupprimer
  6. Ou voyez-vous dans la Bible qu’il faille absolument prêcher la souffrance ?
    Ces versets que vous citez, je pourrais les contredire par une pléthore d’autres passages Bibliques indiquant le contraire. Encore une fois si je m’en tiens strictement à certains versets sans considérer le contexte entier de la Bible, je peux dire tout et n’importe quoi.
    Beaucoup parlent de ce qu’ils ignorent.
    Quand il est écrit que c’est par beaucoup de tribulations qu’il nous faut entrer dans le royaume de Dieu, cela ne veut pas dire qu’il faille devenir des martyrs, ni des persécutés au sens physique. Il existe cependant la persécution morale ainsi que je l’ai dit.

    Je trouve curieux cette propension qu’ont certains chrétiens à vouloir être persécutés comme si sans cela ils se sentaient indignes du royaume de Dieu (mais peut être pensent-ils ainsi à tort suppléer à un manque de droiture dans leur cœur) ou comme s’il s’agissait d’un Dieu de cruauté aimant infliger des souffrances aux siens.

    Voyez-vous, contrairement à vous MJ et Carole je parle en connaissance de cause ayant derrière moi au moins 6 générations de chrétiens (baptistes pour la plupart et même certains venants des pays de l’est) dans ma famille. Oh non, je ne parle pas de chrétiens du dimanche, mais de chrétiens vivant (vivant la Parole) et marchant avec Dieu à chaque instant. Par sa grâce Dieu a toujours permis qu’il y ait au moins une branche qui lui reste fidèle jusqu’à aujourd’hui. Nous restons attaché à sa Parole et non aux traditions des diverses dénominations. Nous avons connu bien des épreuves mais Dieu nous en a toujours délivrés, il a toujours pourvu à nos besoins.

    (On me dit toujours que c’est difficile à croire, mais c’est ce qui fait la différence entre un enseignement fondé sur la Parole de Dieu et un enseignement fondé sur des raisonnements humains. Voilà pourquoi vous ne rencontrerez malheureusement que très peu de cas comme le mien, Dans les temps passés on enseignait le salut basé sur la Bible entière alors que depuis un demi siècle on n’enseigne les nouveaux convertis et les chrétiens en général que sur la base du Nouveau Testament en priorité et il n’y a plus aucune substance dans l’enseignement. De plus contrairement à aujourd’hui on ne laissait pas un nouveau converti enseigner les autres et raconter n’importe quoi comme on le voit sur d’innombrables blogs. C’est bien ce que le prophète disait « Je leur donnerai des jeunes gens pour chefs, Et des enfants domineront sur eux » Esaïe 3 :4.
    Il y a une certaine connaissance et sagesse qui ne peuvent venir qu’après de longues années de conversion -cela n’a rien à voir avec le salut personnel bien sûr- . Je ne tire pas gloire de cela au contraire je considère que c’est une grâce de Dieu.
    Dieu ne s’y était pas trompé lorsqu’il voulait former le peuple d’Israël pour qu’à leur tour ils enseignent les autres nations. Une telle formation ne se fait pas en un jour.
    Le salut est une chose, savoir inculquer aux autres en particulier ses propres enfants la sagesse et la connaissance de Dieu en est une autre. Il faut vraiment être à l’écoute de Dieu en permanence.

    Un exemple pour savoir comment Dieu agit avec les siens ?
    Mon grand père avait été enfermé par les allemands dans un camp de travail, le lendemain de son arrivée il y a eu la visite du colonel chargé du camp. Ce colonel ayant vu que mon grand père possédait une Bible lui demanda : « êtes-vous protestant ? » « oui » lui répondit mon grand père. « Moi aussi » lui dit l’officier Allemand, et aussitôt il ordonna que mon grand père ne soit plus inquiété et qu’il lui fut apporté tout ce dont il avait besoin pour son confort y compris la nourriture qu’il avait chaque jour en telle abondance qu’il la partageait avec d’autres. Et je pourrai écrire un livre entier avec de tels exemples certains que j’ai vécu moi même.

    Suite ce dessous...

    RépondreSupprimer
  7. Suite...

    Dieu agit toujours envers les siens comme avec un père avec ses enfants, et puisque ici certains pensent que Dieu est un tortionnaire, et que puisque tout chrétien doit agir comme Dieu le fait lui-même, il est normal de penser que ces même personnes doivent battre leurs enfants pour un oui ou pour un non, sans considération de ce qu’ils aient pu faire de bien ou de mal « parce qu’il le faut » « parce que c’est pour leur bien » parce que « c’est la voie de leur salut ».
    Oh non pas du tout, me répondez-vous ?
    Alors pourquoi voudriez-vous que ce soit le cas de Dieu ? Seriez-vous meilleurs que Dieu lui-même ?

    Pour ma part je ne reprends les miens que quand ils ont agit de travers mais je sais les récompenser lorsqu’ils font ce qui est bien, tout comme Dieu le fait envers nous.

    De toute façon ce n’est pas en des moments de persécution que l’on reconnait les véritables chrétiens mais bien en période de paix car il est beaucoup plus difficile de rester fidèle à Dieu quand tout va bien que quand tout va mal.
    Je le répète mais pour moi, rester ferme dans une persécution ne signifie rien, car les bouddhistes par exemple, préfèreraient aussi mourir que de renier leur croyance.
    Du reste Dieu ne permet jamais qu’une persécution n’arrive sans qu’il n’en avertisse les siens. Les protestants Français par exemple sous Louis XIV avaient été avertis bien avant qu’il ne soit trop tard pour eux. C’est ainsi que beaucoup sont partis en Allemagne, en Angleterre, en Hollande etc…
    Ceux qui sont restés, préférant ignorer les avertissements de Dieu et qui n’étaient pas forcément les chrétiens les plus fidèles ont eu à vivre cette persécution.

    Si véritablement la souffrance physique est nécessaire au salut alors Christ est mort en vain. Je ne dis pas que pour certains elle n’est pas nécessaire ponctuellement pour les faire avancer mais ce n’est pas le cas de tout le monde, Dieu agit toujours en fonction du cœur de l’homme. Ce qui est valable pour l’un ne l’est pas forcément pour l’autre. Tout comme dans une famille, certains enfants nécessitent plus de corrections que d’autres parce que plus durs d’entendement.

    D’autre part, les sacrifices d’animaux ont été institués par l’homme pour que le sang versé par une victime innocente, un animal donc, rachète le pécheur en question et Dieu avait accepté ce principe car il n’y a pas de pardon des péchés sans effusion de sang. Jésus christ est venu pour accomplir ce sacrifice une fois pour toute.
    Alors pourquoi donc Dieu exigerait-il que nous soyons sans cesse frappés comme si nous étions toujours coupables ?
    Dieu frappe cependant, ceux qui lui résistent, ceux qui sont dur de cœur et d’entendement, ceux qui refusent de l’écouter.

    Suite en bas...

    RépondreSupprimer
  8. Suite et fin...

    Et je voudrais rajouter ceci : comment donc tous ceux qui ont vécu avant le sacrifice de Jésus Christ tels Abraham, Isaac, Jacob, David, Samuel et tant d’autres, dont il est dit qu’ils moururent rassasiés de jours, pourraient-ils être sauvés, puisqu’ils n’ont pas été persécutés au nom de Jésus Christ, ne le connaissant pas ; alors que, selon certains ici, cela est nécessaire ?
    Je ne vois pas pourquoi ceux « d’après » auraient à souffrir plus que ceux « d’avant » puisque Jésus Christ est mort pour tous de la même façon.
    Ceux « d’avant » ont été sauvés à cause de la droiture de leur cœur et de leur obéissance à Dieu et non à cause de tel ou tel acte d’héroïsme dans la persécution pour le nom de Jésus Christ (dans le sens où certains l’entendent actuellement).
    Le sacrifice de Jésus Christ est rétroactivement valable pour tout ceux qui ont vécu dans les temps antérieurs et dont le cœur était trouvé droit devant Dieu afin qu’ils puissent être sauvés.
    Sans cela ni Enoch, ni Elie n’auraient pu être enlevé auprès de Dieu.
    Je crois qu’il n’a pas, proportionnellement, plus de vrais chrétiens en Corée par exemple, qu’ailleurs - persécutés ou non - car tout est dans la disposition du cœur devant Dieu.
    La souffrance existe chez le vrai chrétien, mais elle est intérieure, elle ne se voit pas. C’est cela la persécution, c’est cela porter sa croix : rester fidèle à Dieu, envers et contre tout et ce n’est pas chose facile dans ce monde.

    Ce pasteur Coréen ne vaut pas mieux que les cinq autres car il a jugé, en généralisant, d’autres vrais chrétiens occidentaux, sur l’apparence, et non par rapport au cœur.

    David.

    RépondreSupprimer
  9. Mon cher David (merci d'être sorti de l'anonymat),

    Il me semble que ton combat contre le dolorisme est un peu hors sujet lorsque tu réagis ainsi au discours de ce pasteur coréen. Premièrement parce que tu parle d'un aspect de la vie chrétienne que tu n'as apparemment pas encore expérimenté. Deuxièmement, parce que tu es tellement dans ton « trip » que tu ne te rends pas compte que tu déformes fortement la pensée et les paroles de ce pasteur. Je te cite :

    [[[Ce pasteur Coréen transforme la Parole de Dieu qui ne dit pas que « le salut appartient à ceux qui souffrent »]]]

    Relis bien le billet que Carole a mis en ligne ci-dessus. Tu n'y trouveras aucun endroit où cet enseignant coréen prétendrait une chose pareille ! Il parle simplement d'une des nombreuses conséquences de la vie chrétienne (la souffrance physique, psychologique et morale).

    Le fait que ni toi, ni apparemment aucun de tes ancêtres, n'aient expérimenté des souffrances physiques ou la mort pour la cause de l'Évangile, ne te donne pas le droit de balayer d'un revers de main ce que vivent de plus en plus de disciples du Christ actuellement dans le monde.

    Il est vraiment regrettable de voir toutes les généralisations et les exagérations que tu mets dans tes jugements. (Je te cite) :

    [[[puisque ici certains pensent que Dieu est un tortionnaire]]]

    Personne ici n'a prétendu ça. Comment peux-tu déformer nos propos à ce point ?

    De plus, tu laisses entendre à plusieurs reprises dans tes posts, que la souffrance de ces chrétiens coréens (que tu ne connais pourtant pas!) viendrait de leur dureté de coeur ou d'entendement et que ceux qui y échapperaient seraient au contraire ceux qui seraient droits de coeur.

    N'as-tu donc pas lu l'épitre aux Hébreux qui nous parle des hommes de foi de l'Ancienne Alliance qui ont subis les mêmes choses sans que Dieu n'ait de griefs contre eux?

    « ... d’autres subirent les moqueries et le fouet, les chaînes et la prison; ils furent lapidés, sciés, torturés, ils moururent tués par l’épée, ils allèrent çà et là vêtus de peaux de brebis et de peaux de chèvres, dénués de tout, persécutés, maltraités, EUX DONT LE MONDE N’ÉTAIT PAS DIGNE... » (Heb. 11. 36-38.)

    Dans ton aveuglement, tu pousses même la prétention jusqu'à prétendre :

    [[[De toute façon ce n’est pas en des moments de persécution que l’on reconnait les véritables chrétiens mais bien en période de paix car il est beaucoup plus difficile de rester fidèle à Dieu quand tout va bien que quand tout va mal. Je le répète mais pour moi, rester ferme dans une persécution ne signifie rien...]]]

    Il ne s'agit pas de négliger le danger réel que représente pour les chrétiens les périodes tranquilles et sans persécution, mais que connais-tu des sévices physiques et psychologiques que subissent nos frères coréens ? Combien de minutes tiendrais-tu ferme dans ta foi au milieu des conditions horribles des camps de « redressement » de Corée du Nord ?

    Ils expérimentent dans ces moments inhumains la puissance de la grâce du Seigneur qui leur permet de garder intacte leur communion avec le Père et toi, du haut de ton savoir théorique, tu viendrais les juger et les condamner sans les connaître ? Quand tu agis de cette façon, ce n'est pas l'Esprit de Dieu qui t'anime.

    (à suivre)

    RépondreSupprimer
  10. J'ai rencontré personnellement des chrétiens nord-coréens et j'ai constaté que même des années après, des souvenir douloureux les empêchent encore de s'exprimer sur certaines choses abominables qu'ils ont subis ou dont ils ont été témoins. C'est pour cela que je ne permettrait pas que leur intégrité soit mise en doute ici par un théoricien du christianisme qui ne sait visiblement pas (encore) ce que signifie verser du sang et des larmes pour le Nom de Jésus.

    Je ne dirai pas qu'ils soient arrivés à la perfection, et aucun de ceux que j'ai rencontré ne l'a prétendu non plus. Mais je sais qu'à travers ce qu'ils ont vécus, ils ont fait l'expérience de leur insuffisance et par conséquent de la nécessité de demeurer toujours dans la grâce de Dieu manifestée en Jésus Christ. Ce qui est encore aujourd'hui le seul moyen « de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté. » (Eph. 6. 13.)

    J'espère que le jour où tu devras -toi aussi, car nous y sommes tous destinés- devenir un « serviteur éprouvé » (= c'est à dire : qui est passé par le test, par l'épreuve du feu), tu auras précédemment abandonné toutes tes théories inadaptées et générales sur la souffrance dans la vie chrétienne.

    Car contrairement à ce que tu laisses entendre plus haut, Dieu n'est pas un tortionnaire ni un sadique mais Il est cependant présent dans ces moments où la coupe qu'il faut boire est accompagnée « d'herbes amères » (Ex. 12. 8.).

    Ces moments douloureux et où les logiques humaines et les raisonnements théologiques partiront en fumée. Ce baptême de feu et où il ne restera plus que ce que Dieu Lui-même aura fondé et édifié dans une âme. Car :

    « Elle a du prix aux yeux de l'Éternel, La mort de ceux qui l’aiment. » (Ps. 116. 15.)

    Puissions-nous tous le comprendre et le vivre jusqu'au bout ! Selon ce qu'en dit l'apôtre :

    « Afin de connaître Christ, et la puissance de sa résurrection, ET LA COMMUNION DE SES SOUFFRANCES EN DEVENANT CONFORME À LUI DANS SA MORT, pour parvenir, si je puis, à la résurrection d’entre les morts. » (Phil 3. 10.)

    Jean-Luc B

    RépondreSupprimer
  11. Tout doux, cher David...

    Connais-tu nos coeurs, nos vies ?
    Comment peux-tu dire '' Contrairement à vous je parle en connaissance de cause'' ?
    Devrait-on se glorifier de la lignée de nos ancêtres pieux et déterminerait-elle assurément notre propre marche de foi ?
    La foi serait-elle donc normalement transmissible génétiquement ?

    J'ai beau chercher, je ne vois pas à quel endroit tu as lu que quelqu'un aurait dit ici que la souffrance était nécessaire au salut...

    C'est par la grâce que nous sommes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de nous mais c'est un don de Dieu ( Eph. 2 : 8 )

    Cependant, c'est parce que nous servons le Seigneur par la foi, qu'il arrive ensuite des souffrances et des épreuves que nous n'avions pas forcément auparavant....par exemple lorsqu'on obéit à Dieu plutôt qu'aux hommes...

    Passer tous jours par la croix ne signifie pas souffrance mais renoncer à la chair et laisser le Saint-Esprit diriger nos vies .

    Cependant, toute la Bible regorge d'exemples où celui qui marche selon l' Esprit peut se trouver ensuite dans des situations où il sera persécuté par celui qui marche selon la chair.

    '' Pour vous, frères, COMME ISAAC, vous êtes enfants de la promesse; et DE MÊME QU' ALORS, celui qui était né selon la chair persécutait celui qui était né selon l' Esprit, AINSI EN EST-IL ENCORE MAINTENANT .'' ( Gal 4 : 28-29 )

    Alors, prenons garde de demeurer fermes en marchant selon l' Esprit et de ne pas nous laisser mettre de nouveau sous le joug de la servitude en marchant selon la chair. ( Gal 5 )

    RépondreSupprimer
  12. Mesdames, Messieurs

    Je tiens juste à réagir contre l’image profondément déshonorante et insultante que vous donnez de celui que vous appelez votre Dieu. Je cite, et je réagis.

    « Le diable nous offre la puissance sans la souffrance. »
    Cela signifierait-il que toute personne qui ne souffre pas serait du diable ?

    « Quand Satan tente Jésus pour la troisième fois, il lui offre le royaume sans passer par la croix. »
    Qui a dit cela ? C’est vous ou c’est la parole ? D’après ce que j’en sais, Satan n’a pas fait allusion à la croix dans ce contexte et il ne me semble pas que Jésus soit mort sur la croix pour recevoir un royaume terrestre.

    Flo :
    « J'ai fais référence à la souffrance récemment, et une personne non croyante m'a répondu que si je préchais en parlant d'elle, personne ne viendrait à Jésus ainsi !
    Je lui ai répondu que Jésus est le chemin et la vérité (Jean 14:6) et que je ne peux pas me permettre de parler de Sa Gloire sans citer cet aspect là puisqu'il fait partie intégrante du message. »
    Vous prenez vraiment Dieu pour un père fouettard et vous servez les dessins de son adversaire en donnant cette image de Lui aux ignorants.
    Pourtant, Jésus a dit « venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos ». Le repos dont il est question, serait-ce les tribulations, la torture, … ?

    Qui voudrait d’un Dieu qui laisse souffrir ses serviteurs ?
    Si vous dites que la souffrance des siens glorifie son nom, je peux vous assurer que ce n’est pas le cas tout au plus, cela glorifie le chrétien victime.

    RépondreSupprimer
  13. Suite :

    Vous passez pour des naïfs et c’est ainsi que vous faites passer tous ceux qui croient…
    Dieu ne nous jugera pas à la souffrance que nous avons subie, mais à la droiture de notre cœur. Mais je vous le dis, il est plus difficile d’avoir un cœur droit que d’accepter de souffrir pour son Dieu.
    Les chrétiens qui ont souffert et qui souffrent actuellement, je ne les envie pas, contrairement à ce que vous semblez penser… Vous ne savez même pas de quoi vous parlez… Ils vivent dans des circonstances bien particulières, très difficiles, et ils ont beaucoup de courage, (mais cela ne prouve pas qu’ils aient tous un cœur droit). Ceux qui, parmi eux, qui ont un cœur droit, auront une récompense dans les cieux ; mais j’avoue que ce n’est pas cela qui me vient à l’esprit en particulier. Ce que toutes ces persécutions à l’encontre d’innocents, et qui plus est à des personnes qui pourraient être à Dieu, m’inspirent un profond dégout, un sentiment d’injustice et la seule prière qui me vient en esprit, ce n’est pas « Seigneur aide les à supporter les souffrances que tu leur envoie ! », mais « Que l’innocent soit délivré des mains de tes ennemis, que l’oppresseur soit sous l’autorité de l’opprimé, montre ta force et ta puissance comme autrefois !».

    De plus, cette situation n’est pas, et ne doit pas être une généralité. Certains sont appelés à souffrir physiquement et d’autres pas. En ce qui me concerne, je ne suis pas prête à endurer torture, souffrance et tout ce que cela implique car cela ne serait pas juste et que je sais que Dieu est juste. Je ne demande pas une récompense plus grande dans les cieux, je demande la justice.

    D’autre part, je peux vous dire que tous (très rares) ceux qui sont réellement à Dieu souffrent beaucoup en ce moment. Les souffrances qu’ils endurent ne sont pas visibles à l’œil nu. Mais la méchanceté, l’hypocrisie, la stupidité, et l’injustice, toutes les caractéristiques de ce monde dans lequel ils sont obligés de vivre, les rongent à petit feu… Comme s’ils étaient au milieu de fourmis carnivores qui vous mangent et vous digèrent lentement alors que vous en êtes conscient.
    Ces douleurs là ne sont pas physiques, mais elles ne sont pas des moindres, et cela fait longtemps que ça dure. Cependant, elles sont naturelles, Si on n’est pas comme eux, on ne peut être heureux parmi eux (nous ne sommes pas de ce monde).
    Si vous ne subissez pas actuellement ce profond sentiment d’injustice, c’est que vous avez un problème, c’est que votre cœur n’est pas droit.
    Alors, dans ce cas, vous n’avez plus qu’une solution, c’est de vous prouver à vous-même que vous êtes de bons chrétiens, prêts à accepter la torture pour votre Dieu (c’est d’ailleurs plus facile à dire qu’à faire). Je peux vous affirmer que vous ne tarderez pas à être exaucés, car si j’étais à la place de Dieu, je ne viendrais pas au secours de ceux qui me font passer pour un Dieu injuste.

    Esther

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour Esther,

    Ta réaction et celle de David font la démonstration de cette constatation de l'apôtre Paul :

    « Car la prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent; mais pour nous qui sommes sauvés, elle est puissance de Dieu. » (1 Cor. 1. 18.)

    Je remarque qu'il existe malheureusement aujourd'hui de plus en plus de pseudo-prédicateurs-évangélistes qui n'annoncent plus l'Évangile de la croix, mais préfèrent séduire leurs auditeurs par des discours alléchant qui ne parlent que des bénéfices que procurerait la foi en Dieu.

    Il y a effectivement beaucoup d'avantages à croire au Dieu d'amour et de pardon que le Christ est venu révéler par sa vie, sa mort et sa résurrection, mais il nous faut bien être prévenu aussi de l'opposition que suscite le témoignage chrétien. Et malheureusement, beaucoup de chrétiens actuels n'y sont absolument pas préparés.

    L'organisation Portes Ouvertes organise actuellement dans beaucoup de pays (y compris en France) des séminaires appelés : « tenir ferme dans la tempête », qui préparent les chrétiens à affronter victorieusement la persécution.

    Car dans leur aide à l'Église persécutée, ils ont hélas remarqué que beaucoup de chrétiens étaient dans la même mentalité que vous exprimez ici et passaient souvent par des moments très difficiles avant de comprendre les principes fondamentaux du combat spirituel dans les situations d'oppression et de violence.

    Non, Dieu n'est pas un sadique, mais Il n'est pas non plus un bisounours. Il n'y a qu'à sonder les Écritures et contempler l'oeuvre de salut accomplie à la croix pour comprendre que nous avons tous besoin d'une transformation complète de nos schémas de pensées pour commencer à saisir le montant fabuleux du prix de notre salut et ce que signifie vraiment marcher en communion avec Christ...

    Sans cette transformation complète de nos pensées la véritable prédication de la croix paraitra toujours un scandale et une folie aux oreilles de ceux qui vivent encore dans l'esclavage de la peur de la mort (Heb. 2. 15.).

    Jean-Luc B

    RépondreSupprimer
  15. Mes pauvres amis, « l’épreuve du feu » ainsi que vous l’appelez a toujours été destinée à ceux qui sont rebelles envers Dieu, afin d’en ôter les scories. C’est ce qui s’appelle passer par le feu du fondeur et à chaque fois qu’il en est question dans la Bible c’est toujours destiné à ceux qui abandonnent Dieu. Lisez donc Ezechiel chapitre 22 à partir du verset 18, Esaïe 48 à partir du verset 9, Esaïe 1 à partir du verset 22.

    Ainsi vous vous définissez-vous-même comme étant infidèles à Dieu.

    Et puis il y a autre chose qui me fait rire une « église de maison » de 200 personnes. Ce n’est plus une maison mais un immeuble de 30 étages !

    Et puisque vous citez Hébreux 11 il faut alors aussi évoquer ces passages du même chapitre : « … qui, par la foi, vainquirent des royaumes, exercèrent la justice, obtinrent des promesses, fermèrent la gueule des lions, 34 éteignirent la puissance du feu, échappèrent au tranchant de l’épée, guérirent de leurs maladies, furent vaillants à la guerre, mirent en fuite des armées étrangères. .. » pourquoi donc n’est-ce pas le cas ? Répondez donc à cette question.

    « d’autres furent livrés aux tourments, et N’ACCEPTERENT POINT DE DELIVRANCE, afin d’obtenir une meilleure résurrection » ceci indique bien que ce fut un choix personnel. Dieu n’a jamais forcé quiconque à subir la persécution. C’est pourquoi comme je l’ai dit ceux là obtiendront leurs récompenses dans les cieux (une meilleure résurrection).

    Bien sur que je sais qu’il y a parmi les persécutés de vrais chrétiens, mais ils ne le sont pas tous.

    David

    RépondreSupprimer
  16. C'est un pasteur qui vous réponds:
    Je ne connais qu'un seul Evangile: celui du salut en Christ. Paul dira même: l'Evangile de votre salut....
    Nulle part dans la Bible je n'ai trouvé qu'il fallait prêcher un Evangile de la souffrance.
    Je respecte le frère coréen qui a souffert et ce qu'il dit n'engage que lui et lui seul car je connais des frères chinois et deux autres d'un pays que je ne nommerai pas (pour leur éviter des souffrances plus grandes) mais aucun de ceux-là ne parle de la souffrance. Au contraire ils parlent de la joie d'avoir été jugés dignes de souffrir au Nom et pour le Nom du Seigneur Jésus. Ca c'est la Bible!
    Quant à l'affirmation que les chrétiens occidentaux sont sous l'influence de Satan parce qu'ils ne souffrent pas, mieux vaut laisser tomber car la souffrance endurée fait parfois dire des choses que l'on regrette plus tard.
    Les chrétiens coréens devraient aussi se souvenir que dans le Moyen-Âge ce sont des missionnaires français (même s'ils étaient catholiques) qui les ont évangélisés et que leur ancêtres coréens les ont torturés et martyrisés. Alors ces missionnaires qui ont souffert, qu'en pensent-ils? Car c'étaient des occidentaux.

    RépondreSupprimer
  17. Bonjour Esther et David,

    Il me semble qu'il y a beaucoup de confusion dans vos posts.
    Vous mélanger Salut et souffrance, souffrance physique et morale, comme s'excluant, et surtout je crois que vous voyez Dieu, non par l'Esprit qui nous révèle ET sa puissance ET notre place, mais par la compréhension humaine qui ne peut être que limitée.

    Le Salut, et d'autres vous l'on dit, n'a rien à voir avec notre souffrance. C'est un don gratuit de Dieu, à cause de ce qu'Il est Lui, et non de ce que nous sommes ou faisons.

    Que nous souffrions ou pas ne change rien au Salut, il ne l'augmente ni le diminue.

    Notre esprit humain ne peut appréhender Dieu sans l'action du Saint Esprit, pour une raison toute simple, et je sais que ce que je vais dire va choquer : Dieu n'est pas humain!!
    Sa justice et son amour ne peuvent que choquer l'étroitesse de l'esprit humain : la sagesse de Dieu est folie aux yeux des hommes.

    En se faisant homme il nous montre le chemin vers Lui, en Esprit et en humanité. Force de l'Esprit et faiblesse de la chair que Jésus connait " Mon père s'il est possible que cette coupe s'éloigne de moi!" :l'humanité de Christ, et la faiblesse de la chair. "Toutefois non pas ce que je veux, mais ce que tu veux" : force de l'Esprit qui permet d'accepter la volonté de Dieu, aussi dure soit elle pour notre chair.

    Dieu père fouettard, si vous l'appréhender humainement, Dieu amour et justice si vous l'appréhender par le Saint Esprit.

    Naître de nouveau c'est commencer à vivre avec la présence du Saint Esprit, qui va nous permettre d'appréhender (un peu) Dieu. Cette marche consiste en plusieurs choses, dont je ne retiendrai que deux pour ce post :

    suite en dessous.....

    RépondreSupprimer
  18. suite....

    1°) soumettre la chair à l'Esprit, et toutes les Ecritures nous y appellent, non pour une auto satisfaction, mais comme la formation nécessaire pour suivre Christ.

    2°) Devenir serviteur de Christ pour la réalisation des desseins de Dieu.

    Ce deuxième point est totalement absent de vos posts. Vous parlez de Dieu en fonction de vous, nous parlons de Dieu en fonction de notre service pour Lui.
    Vous vous mettez individuellement au centre de la vision de Dieu, nous mettons les desseins de Dieu au centre de notre vision.
    Ce n'est plus nous qui vivons, mais Christ qui vit en nous pour la réalisation des desseins de Dieu. Cela ne peut se faire sans avoir crucifié notre "égo" "moi je". Il doit être remplacé par "non pas ce que je veux, mais ce que tu veux".

    Pour en arriver là, il y a un pas que beaucoup de chrétiens ne font plus aujourd’hui. DONNER sa vie à Christ pour le servir. C’est un acte volontaire, que nous faisons comme une réponse d’amour à son acte d’amour : le salut par la grâce.
    A ce moment là nous acceptons la formation pour pouvoir répondre à ce que Dieu nous demande de faire et subir en son nom. Mais être serviteur c’est obéir à un maître, qui donne but et directives pour l’atteindre. Nous savons aussi que c’est lui qui donne le vouloir et le faire, et qu’il ne nous tentera pas au delà de ce que nous pouvons assumer, que la présence de son Esprit Saint est notre secours dans l’épreuve et la victoire dans l’épreuve. Que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu.

    C’est cette position qu’à Job. Homme droit devant Dieu et fuyant le mal. Job souffre non pas en tant qu’homme, mais en tant que serviteur de Dieu : Job 1.8 « as tu remarqué MON SERVITEUR Job ». Job va souffrir moralement et physiquement. Paul se fait ESCLAVE de Christ, il va souffrir moralement et physiquement.

    Souffrances physiques et souffrances morales ne s'opposent pas, mais se complètent dans certains cas et pas dans d'autres, car chaque individu est unique aux yeux de Dieu. Certains connaîtront la souffrance morale, d'autre la souffrance physique. D’autres rien, d'autres les deux!! Tels Job dans l'Ancien Testament ou Paul dans le nouveau.

    La réponse de l’être humain qui n’est pas serviteur de Christ, même si il a accepté le salut, face à cette question sera : Dieu est un père fouettard.
    La réponse d’un serviteur de Christ face à cette question sera « non pas ce que je veux, mais ce que tu veux ».

    Je connais la souffrance morale.
    Je ne souhaite pas la souffrance physique, mais si Dieu veut qu’il en soit ainsi, qu’il me prépare à la surmonter et qu’il me fortifie.

    MJ

    RépondreSupprimer
  19. Bonjour anonyme pasteur :-)

    Ainsi le fond apparaît peu à peu.

    Ce n’est pas un évangile de souffrance, mais prêcher l’évangile peut être source de souffrance. Il suffit de regarder les premiers chrétiens qui ont annoncé et vécu l’évangile.

    J'apprécie que tu reconnaisses que l'on peut souffrir pour Christ et en être heureux.
    Car c'est exactement ce que nous disons : la souffrance peut être dans le service voulu par Dieu pour ses serviteurs, et l'Esprit Saint en fera autre chose que ce que notre esprit humain prévoyait.

    « Quant à l'affirmation que les chrétiens occidentaux sont sous l'influence de Satan parce qu'ils ne souffrent pas, mieux vaut laisser tomber car la souffrance endurée fait parfois dire des choses que l'on regrette plus tard. »
    Ici tu déformes les propos, car ce qui a été reproché à l’église occidentale c’est de ne pas PREPARER à la souffrance, et non de ne pas souffrir.

    J’ai lu il y a quelques années un message d’un pasteur américain, qui était allé prêcher en Chine, et qui s’est humilié devant le Seigneur pour ne pas avoir parlé de la souffrance pendant ses prédications, car quelque temps plus tard commençaient de grandes persécutions contre les chrétiens chinois. Dans ce cadre l’évangile tel que prêché aux Etats Unis, était pour le moins inefficace.

    A partir de là ton dernier paragraphe est hors sujet, mais très intéressant, d’abord parce que tu confirmes la réalité de la souffrance jusqu’au martyr pour l’annonce de l’évangile, et que contrairement à nous, ces chrétiens occidentaux du Moyen Age y étaient préparés par une prédication qui a aujourd’hui disparu.

    Ensuite parce que tu sembles faire une justification de ces chrétiens martyrs occidentaux passés contre les chrétiens martyrs coréens actuels. Je te rappelle que Dieu a dit, « le fils ne paiera plus pour le père, ni le père pour le fils », donc ce qu’ont fait les Coréens ou les Occidentaux dans le passé ne vaut en valeur ou en faute que pour eux, pas pour nous.

    Nous n’aurons qu’à rendre compte de nos actes et paroles à nous. Pas nous gargariser de ce qu’auront fait nos ancêtres, même si nous les connaissons sur 6 générations…

    D’autre part je crois qu’au jour du jugement nous n’aurons pas des robes de couleur différentes selon notre nationalité, pour comptabiliser qui d’un peuple ou d’un autre a le plus payé le prix de l’évangélisation.
    Je trouve étonnant cette argumentation dans la bouche d’un chrétien, et encore plus d’un pasteur. Dieu ne réunit-il pas une « grande foule…de toute nation, de toute tribu, de tout peuple, de toute langue, devant son trône » pour en faire SON peuple revêtu de robes blanches, identiques ?

    MJ. MERLET
    Pas pasteur, mais surtout, pas anonyme.

    RépondreSupprimer
  20. Monsieur Merlet,
    Désolé de votre réponse mais nulle part dans la Parole de Dieu il est dit qu'il faut préparer les chrétiens à subir la souffrance et à l'endurer car c'est déjà compris dans le fait de renoncer à soi, donc à son bien-être.Dieu a fait le riche et le pauvre, celui qui vit sans souffrance et celui qui souffre. A chaque jour suffit sa peine: c'est là ce que Dieu nous demande et non d'anticiper sur ce qu'il peut nous arriver et de nous y préparer. Et se préparer c'est tout simplement laisser le Seigneur conduire notre vie à chaque seconde sachant que dans la seconde qui suit, je peux devenir un être qui va souffrir ou traverser une épreuve. Ce qui est important ce n'est pas de m'y préparer mais de rester fidèle à Dieu en TOUTE circonstance, bonne ou mauvaise. Et pour cela il faut vivre dans le Seigneur et que LUI vive AUSSI en nous. (celui qui demeure en Moi et en qui Je demeure...).Ce n'est pas parce que je suis préparé à un évènement mauvais pour moi que je vais l'endurer au mieux. Et quand il s'agit de perdurer ma foi en Dieu, je serai encore moins sûr à cet égard.J'ai souffert pour défendre la Parole de Dieu et la maintenir dans ma vie (et encourager les âmes que le Seigneur m'avait confiées pour les conduire et les maintenir à Lui). Je voyais les choses venir et j'en avais peur et encore plus pour ma femme et mes enfants. J'y étais préparé (ma femme et mes enfants encore jeunes aussi, soit dit en passant) mais ce n'est pas cette préparation à souffrir - physiquement et moralement - qui m'a aidé: c'est ma relation avec le Seigneur.
    Et pour encourager les chrétiens à être attachés au Seigneur en toutes circonstances, point n'est besoin de les préparer à la souffrance!Et d'autres fois, sans y être préparé, j'ai aussi subi des souffrances morales, plus terribles que les physiques. Et le fait de ne pas y avoir été préparé n'a rien changé dans ma foi car en donnant ma vie au Seigneur (et aussi mon coeur car c'est encore plus important) je m'étais préparé à tout et n'importe quoi sans aucunement imaginer ce qui pourrait se produire.Ceux qui croient qu'il faut une préparation à la souffrance sont ceux qui n'ont pas confiance en Dieu et qu'il faut Lui donner un petit coup de main au cas où.Le temps qui vient va un temps de terribles souffrances, y compris pour les chrétiens car avant de juger la maison des autres, Dieu va juger sa propre Maison... Logique n'est-ce pas et biblique! Ce ne sera pas le temps de l'antichrist car là....C'est une illusion du diable que de faire croire aux chrétiens qu'ils doivent se préparer à la souffrance afin de mieux la supporter. Car il y a des souffrances qu'aucun homme n'est prêt à supporter et encore moins lorsqu'elles sont là en réalité. ? Mais il semble que vous êtes un suhomme chrétien pour oser affirmer qu'une préparation à la souffrance suffit.La Parole de Dieu ne dit pas qu'il faut préparer les chrétiens à la souffrance mais de se préparer à rencontrer Dieu, que l'on soit souffrant ou non!
    Qu'on essaie de soulager ceux qui souffrent, qu'on tente de leur apporter une consolation, même de pleurer avec eux parfois, oui, cent fois oui! Mais les préparer à quoi? Avez-vous une panoplie de souffrance pour y parer par une préparation quelconque? Vous avez certainement souffert vous comme tout chrétien, mais êtes-vous sûr que vous êtes prêt à souffrir plus encore et plus profondemment? Et que vous resterez fidèle malgré l'intensité de la souffrance pour laquelle vous vous êtes préparé?
    Moi non car si j'ai souffert beaucoup je ne peux pas affirmer que je suis prêt à souffrir encore plus.Je regarde à Celui qui a appris l'obéissance par la souffrance, mon Dieu, mon Seigneur, mon Sauveur. De LUI seul j'attends une seule chose s'Il veut que je souffre encore: non pas une préparation mais sa GRACE, qui me suffit, pour les bonnes comme les mauvaises choses, les bons comme les mauvais jours.

    RépondreSupprimer
  21. MJ, Job n'a pas souffert toute sa vie, ce fut ponctuel. D'après la tradition Juive il a vécu 210 ans. Il a été éprouvé à 70 ans puisque Dieu lui a ensuite accordé le double en tout et que la Bible nous dit qu'il a vécu après cela 140 ans.
    Dans la durée, cette épreuve n'a été qu'un orage dans un été des plus magnifique.

    David.

    RépondreSupprimer
  22. Bonjour anonyme,

    Lequel je ne sais pas , il y en a de plus en plus, mais c’est celui du 11 février à 11 :44

    Tu te contredis, car tu ne m’as pas accordé ce que je t’accorde maintenant.
    Te lire avec attention, sans chercher à te contrecarrer, par simple opposition.
    Si je reprends le début de ton post tu te contredis.

    « Désolé de votre réponse mais nulle part dans la Parole de Dieu il est dit qu'il faut préparer les chrétiens à subir la souffrance et à l'endurer car c'est déjà compris dans le fait de renoncer à soi, donc à son bien-être »

    « Et se préparer c'est tout simplement laisser le Seigneur conduire notre vie à chaque seconde sachant que dans la seconde qui suit, je peux devenir un être qui va souffrir ou traverser une épreuve. »

    « Ce qui est important ce n'est pas de m'y préparer mais de rester fidèle à Dieu en TOUTE circonstance »

    « Je voyais les choses venir et j'en avais peur et encore plus pour ma femme et mes enfants. J'y étais préparé (ma femme et mes enfants encore jeunes aussi, soit dit en passant) »

    « je m'étais préparé à tout et n'importe quoi sans aucunement imaginer ce qui pourrait se produire »

    Si je faisais comme toi, je m’engouffrerai dans cette brèche, et utiliserai tes contradictions, par simple esprit querelleur, et je serai honnête avec toi, la tentation a été forte….Car tu dis qu’il ne faut pas préparer le chrétien, que ce n’est pas dit dans la Bible, mais tu dis avoir été préparé, et t’y être toi même préparé, donc il y a bien une préparation à la souffrance.

    Cette préparation tu en donnes la base comme je l’ai fait dans l’un de mes posts précédents : DONNER sa vie à Christ. Seulement tu ne m’as pas lu avec un cœur pur, mais dans un esprit de condamnation, alors tu n’as pas entendu ce que je disais.

    Tu dis
    « …subir la souffrance et à l'endurer car c'est déjà compris dans le fait de renoncer à soi, donc à son bien-être » c’est à dire avoir DONNER sa vie à Christ.
    « Et se préparer c'est tout simplement laisser le Seigneur conduire notre vie à chaque seconde sachant que dans la seconde qui suit, je peux devenir un être qui va souffrir ou traverser une épreuve » Laisser le Seigneur conduire notre vie c’est la lui avoir DONNEE.
    « Ce qui est important ce n'est pas de m'y préparer mais de rester fidèle à Dieu en TOUTE circonstance, bonne ou mauvaise. Et pour cela il faut vivre dans le Seigneur et que LUI vive AUSSI en nous » c’est à dire avoir DONNE sa vie à Christ. « non pas ce que je veux, mais ce que tu veux »

    Et je finirai par cette phrase ou tu reprends exactement ce que j’avais dit : « Et le fait de ne pas y avoir été préparé n'a rien changé dans ma foi car en DONNANT MA VIE au Seigneur (et aussi mon coeur car c'est encore plus important) JE M’ETAIS PREPARE à tout et n'importe quoi sans aucunement imaginer ce qui pourrait se produire. » (là c’est moi qui ai mis les majuscules)

    Je n’ai pas dit autre chose que cela.
    Alors je vais simplement te demander, pourquoi avoir lu mes posts comme si il s’agissait d’une préparation HUMAINE avec des plans et des trucs? Car c’est cette interprétation de la préparation que tu as mis sur mes posts, alors que comme toi je parlais de chrétiens ayant DONNES leurs vies à Dieu , et que la préparation elle est là. C’est cet acte qui nous prépare, car alors nous acceptons la volonté de Dieu, même si comme tu le dis nous avons peur, des fois, quand nous voyons l’épreuve arriver, et c’est notre foi en Christ, c’est la présence de son Esprit en nous qui nous permet de sortir victorieux de l’épreuve.

    .../...

    RépondreSupprimer
  23. Suite

    Une fois que nous donnons notre vie à Dieu, nous savons, nous voyons, car les Ecritures nous le disent qu’il y aura des persécutions, et des épreuves, et nous l’acceptons. Les Ecritures nous parlent de ces épreuves que les chrétiens (ceux qui ont donné leur vie à Dieu) vont vivre, cela nous suffit comme préparation, afin de simplement nous appuyer chaque jour davantage sur Jésus et son Esprit Saint en nous, et non sur notre chair pour passer ces épreuves. Savoir aussi que ces épreuves ne sont pas une condamnation, mais qu’elles peuvent faire partie du service auquel Dieu nous appelle. (Jean 15.20 et 2 Corinthiens 1.7, et Philippiens 1.29, et 3.10, et 1 Pierre 4.13, et 1 Pierre 5.9. et Jacques 5.10 et Apocalypse 2.10) et j’irai plus loin en conformité avec la Bible
    1 Pierre 4:16 « Mais si quelqu'un souffre comme chrétien, qu'il n'en ait point honte, et que plutôt il glorifie Dieu à cause de ce nom. »

    Ensuite tu extrapoles mes propos, parce que dès le départ, tu as été dans un esprit d’opposition et donc transformé mes paroles en ce que tu voulais, sans prêter attention à ce que je disais.

    « C'est une illusion du diable que de faire croire aux chrétiens qu'ils doivent se préparer à la souffrance afin de mieux la supporter »

    « Mais il semble que vous êtes un suhomme chrétien pour oser affirmer qu'une préparation à la souffrance suffit »

    Nulle part je n’ai dit que la préparation à la souffrance permettait de mieux la supporter, je n’ai pas dit non plus que la préparation à la souffrance suffisait, au contraire j’ai précisé que c’est par la puissance du Saint Esprit que nous pouvons surmonter l’épreuve, et que l’Esprit Saint en fera autre chose que ce que notre esprit humain avait prévu.

    J’ai parlé de surmonter et non de supporter, surmonter c’est dépasser, voir au delà, et pour ça il faut avoir accepté la souffrance comme quelque chose que nous aurons peut être à vivre, puis voir au delà de la chair, la puissance de l’Esprit qui donne la victoire sur la chair. Et là nous surmontons. Là nous sommes préparés à l’épreuve, car au dessus de la souffrance nous voyons la puissance de Dieu.
    C’est ce que fait Jésus à Géthsémané, la chair est présente, et il demande que cette coupe s’éloigne de lui, mais il voit au delà de la chair, il voit Dieu et là il surmonte l’épreuve « toutefois non pas ce que je veux, mais ce que tu veux ». Que fait Jésus à Géthsémané ? Il se prépare à l’épreuve, Lui qui est saint !!! Et cela par 3 fois !!! Comment, en se reposant sur la volonté de Dieu. Et n’est ce pas la position que tu dis avoir eu dans l’épreuve ? Ne t’es tu pas reposer sur Dieu, et ne le fais tu pas encore lorsque tu dis :
    « sa GRACE, qui me suffit, pour les bonnes comme les mauvaises choses, les bons comme les mauvais jours. »
    Alors je crois que ta réponse est dirigée par un état d’esprit peu propice au partage, dans le sens d’amener ses frères ou sœurs à grandir, mais dans un esprit de querelle inutile. Mais peut être n’es tu pas conscient de la préparation que le Seigneur t’a donnée, et si c’est le cas tu ne peux la transmettre aux autres.
    Mais, en tout état de cause, tu n’as pas vu que ce que je disais était ce que tu disais. Et ça c’est un problème.

    MJ

    RépondreSupprimer
  24. Bonjour David,

    Le fait que Job ait souffert un temps de sa vie ne change rien à la souffrance. Elle est différente selon le service que Dieu demande à chacun de ses enfants.
    Job pour un temps, Paul qui évangélisa et nous laissa tant de lettres, de sa conversion à la fin de sa vie.

    Relis la fin de Job, c'est une belle leçon d'humilité pour nous tous qui souhaitons contester avec Dieu.

    MJ

    RépondreSupprimer