mardi 27 avril 2010

S'AJUSTER AU GOUVERNEMENT DU SAINT-ESPRIT

.
par Chip Brogden

( Ce texte a été transcrit à partir d'un message audio. La forme parlée en a été conservée.)

« Nous te remercions Seigneur et nous te louons pour Ta Parole et pour Ton Saint-Esprit qui nous donne perspicacité, illumination, révélation, dans la Personne de Jésus-Christ. Que Jésus grandisse alors que nous examinons les choses que le Saint-Esprit désire nous enseigner aujourd'hui, dans le puissant Nom de Jésus, Amen ».

Laissez-moi vous expliquer, du mieux que je le peux, ce que je suis en train d'entendre et de voir par l'Esprit de Dieu. Il est en train de me faire passer par une période d'ajustement très profond et pénétrant. J'aime tellement ce mot ajustement. Ajustement. Je sais qu'il est inconfortable et déconcertant d'avoir la sensation que tout ce que vous pensiez connaître est erroné (ou au mieux, incomplet), et de voir Dieu vous montrer un chemin différent, une voie plus excellente, et un chemin qui, en général, n'est pas celui que vous auriez choisi et sur lequel vous vous seriez engagé de votre plein gré
. Personne n'apprécie particulièrement de s'engager dans un tel processus.

Cependant, nous avons tous besoin d'un ajustement majeur. J'ai une parole qui m'a beaucoup servi pendant des années, et j'aimerai la partager avec vous maintenant: le but de la révélation n'est pas de JUSTIFIER nos illusions, mais de les ELIMINER. Ne cherchez pas une confirmation du Seigneur à vos pensées et votre perception des choses, mais désirez plutôt perdre vos illusions; désirez être délivrés de toutes vos illusions sur Dieu, toutes vos perceptions et conceptions erronées sur Qui Il est et sur ce Qu'Il fait. Cherchez à Le connaître, Lui et Sa Volonté, et peu importe si cela est contraire à tout ce que vous avez entendu, appris et expérimenté jusqu'à ce jour.

La Bible nous appelle à grandir dans la grâce et dans la connaissance du Seigneur Jésus; et cette croissance n'est possible que par révélation. L'ajustement accompagne cette révélation, et cet ajustement est continuel, il se poursuit jusqu'à ce que nous soyons parfaits et complètement ajustés, en ligne, avec le coeur et l'Esprit de Dieu, Son Dessein, Sa Volonté et Son Royaume.

La repentance, dans son sens le plus exact, est un ajustement du coeur, de l'esprit, des pensées, et des attitudes de l'âme; et cela conduit (ou devrait conduire) à un ajustement concernant des choses que nous avions l'habitude de faire et que nous ne faisons plus ou des choses que nous ne faisions pas et que nous commençons à faire.C'est la révélation de quelque chose qui amène un changement de coeur, qui pousse à un changement de pensée, d'où découle un changement de comportement et qui doit avoir pour résultat un changement de direction. C'est cela, la repentance. Non pas verser de chaudes larmes, ou prendre de bonnes résolutions, puis à peine sorti, continuer d'agir comme auparavant. Mais la repentance est un ajustement complet à Dieu - un ajustement à Son Dessein, Sa façon de voir les choses, Son coeur, Sa Volonté.

Et tout cela parce que, comprenez-le, Dieu ne n'ajustera jamais à nous - et Il ne l'a jamais fait. Ce qui signifie que Dieu ne se résoudra jamais à quelque chose d'inférieur à Sa pleine pensée, Sa pleine intention. Il cherche quelque chose, et Il ne se compromettra jamais, et ne baissera pas le niveau de Ses attentes pour mieux répondre à nos désirs. Il est évident que le Royaume de Dieu et la Volonté de Dieu n'ont pas pour objectif d'être centrés sur ce que nous voulons ou ce que nous désirons. Et c'est pour cela que nous prions « Que Ton Règne vienne, que Ta Volonté soit faite, sur la terre comme au Ciel ». J'ai découvert qu'il est impossible de prier ainsi chaque jour, d'en faire l'objectif et le centre de notre vie de prière, et, en même temps, de continuer de s'attendre à ce que les choses aillent dans le sens de notre volonté propre. C'est tout simplement impossible. La prière est un ajustement, et si nous ne nous ajustons pas dans la prière, c'est que nous n'avons pas réellement prié.

« Non pas ma volonté, mais la Tienne » - voilà l'ajustement ultime. Le Seigneur Jésus Lui-même s'est retrouvé dans une situation d'agonie où Il a dû adresser ces paroles à Dieu en prière: « Non pas Ma volonté, mais la Tienne ». Je n'ai jamais entendu le Seigneur me dire: « Bon, Chip, je n'ai pas d'idée sur ce sujet. Tu as marqué un point. Maintenant que tu en parles, en fin de compte, il semble que tes voies soient les meilleures! Je vais finalement m'aligner sur ta volonté. » Pas une seule fois Il n'a agit ainsi, et je Le connais suffisamment pour dire sans équivoque qu'Il ne s'ajustera jamais pour s'adapter à mes attentes. De la même manière, Il ne s'ajustera jamais, Lui ou Son Dessein éternel, pour s'adapter à vous ou à vos attentes. Au contraire, Il nous met au défi jour après jour de renier notre volonté propre, nos pensées personnelles, et nos propres désirs et besoins, pour s'ajuster à Lui, pour quitter notre propre terrain et pour venir sur Son Terrain.

Si vous avez déjà fait l'expérience de cet ajustement venant du Seigneur, vous devez savoir qu'il s'agit d'un processus continuel. Nous avons besoin, vous et moi, de nous ajuster constamment à Dieu. Nous avons tendance à changer facilement d'avis et à être instables. Nos pensées se dispersent et sont souvent troublées et contradictoires. Nos coeurs insensés sont remplis d'égocentrisme et d'une recherche de satisfaction personnelle.

Même dans nos moments les plus saints, quand nous pensons être réellement en train de suivre Dieu et d'accomplir Sa Volonté, bien des fois nous sommes en fait en train de suivre notre propre agenda, et il arrive si souvent que nous confondions ce que nous voulons avec ce que Dieu veut ! Mais vous savez à quel point cela peut être décevant. Y a-t-il un seul chrétien sur la surface de la terre qui ne croit pas, qui ne croit pas vraiment, que la chose qu'il est en train de faire est la volonté de Dieu? Feriez-vous de façon délibérée une chose dont vous savez qu'elle est contraire à la volonté de Dieu? Si vous faisiez cela, vous sauriez que c'est un péché, mais je parle ici de toutes ces choses que nous faisons et je m'adresse notamment à ceux qui se sentent appelés par Dieu dans un ministère ou un autre.

Y a-t-il une seule personne engagée dans son ministère qui ne croit pas à 100% que c'est la volonté de Dieu pour elle? Hé bien, cette pensée ne traverse jamais leur esprit. « Dieu m'a appelé et je fais cette chose pour Lui ». Certes, j'ai agi ainsi, beaucoup ont agi de cette façon, et permettez-moi d'affirmer que cela nous entraîne dans une situation bien précaire. Cela nous amène dans un endroit où nous sommes si sûrs, si positifs, si certains que ce que nous faisons est une bonne chose que nous ne sommes plus du tout ajustables.

L'oeuvre du Seigneur devient plus importante pour nous que le Seigneur de l'oeuvre. Et bien des gens sont incapables de faire la différence entre les deux; pour eux, l'oeuvre du Seigneur et le Seigneur de l'oeuvre sont une seule et même chose. Pourtant, j'affirme qu'il y a une différence entre les deux; entre l'oeuvre du Seigneur et le Seigneur de l'oeuvre. Et je dois confesser que j'ai passé la plus grande partie de ma vie, depuis l'âge de 12 ans, à poursuivre cette chose appelée « le ministère ».

Dieu a commencé à m'ajuster de façon radicale il y a 10 ans, et cet ajustement a été si sévère, si profond, que j'ai été exclu de la dénomination à laquelle j'ai appartenu pendant 16 ans. Vous avez sans doute déjà lu ou entendu mon témoignage; je ne vais donc pas vous ennuyer à nouveau avec cela. Le point important est que Dieu a commencé un travail d'ajustement en nous et ce processus est en cours. Il est continuel. Mais il vous faut être ouverts à ce travail d'ajustement - et si peu de gens le sont. Ils ne peuvent ni ne veulent être ajustés par moi, par Dieu, par personne. Ils sont peut être appelés, ils sont peut être doués, mais la chose même à laquelle Dieu les appelle, le don même qu'Il leur fait, devient un piège pour eux. Cela les éloigne de Jésus.

Combien d'exemples vécus par des personnages de la Bible dois-je utiliser pour vous démontrer cela? Vous pouvez regarder Abraham. Il y a le fils de la promesse, Isaac, et en Isaac réside tout l'appel de Dieu concernant ce qu'Abraham doit faire ou être. Et puis, Dieu demande à Abraham de sacrifier Isaac, « Oui, tu M'as bien entendu: donne le Moi. Rends le Moi ». La réponse qui pourrait être faite serait la suivante «Eh bien, Dieu, tu m'as donné ce fils, ce fils est un miracle! Ce fils représente Ton alliance et Ta promesse et tout repose sur Isaac. Et maintenant tu dis: Sacrifies Moi Isaac comme un holocauste. Cela n'a pas de sens! Tu ne peux pas agir ainsi! Comment peux-tu me faire cela? » Pourtant Abraham n'a pas prononcé une seule parole, il s'est contenté de suivre les instructions, mais en tant qu'être humain, on peut imaginer que les pensées se bousculaient dans sa tête. Y-a-t-il quelqu'un, parmi vous qui m'écoutez maintenant, qui ne remettrait pas en question la Volonté de Dieu s'Il vous appelait à abandonner votre fils unique ou l'un de vos enfants? Êtes-vous si pieux et spirituels que vous accepteriez cette demande sans poser la moindre question et que vous commenceriez à y obéir? Non, vous comme moi, remettraient cette décision en question! Et il y a bien peu de chances que nous le ferions.

Mais quel est donc le principe? C'est que la chose même à laquelle Dieu vous appelle, la chose la plus importante qu'Il vous donne, peut devenir un piège. Je ne connais pas un homme sur dix mille, moi y compris, qui ferait ce qu'Abraham a été appelé à faire. Quelle est l'application pour vous et pour moi? C'est que Dieu demande que nous abandonnions ce que nous aimons le plus. La chose que nous préférons, même si c'est une bonne chose, même si c'est quelque chose qu'Il nous a donné, peut devenir une idole si nous n'y prenons pas garde. Et c'est le triste héritage et la tragédie de bien des églises, ministères, et oeuvres effectuées pour Dieu. Toutes ces choses seront consumées et réduites à rien comme de la paille.

Pourtant il n'y avait aucun problème avec Isaac. Isaac était bon, fidèle, obéissant - il faisait la joie du coeur de son père. Et, de la même manière, il n'y a rien de mauvais dans l'appel de Dieu et le don de Dieu; rien de mauvais à avoir un ministère s'il représente une expression réelle de Christ. Cela n'a rien à voir avec le ministère, mais cela a tout à voir avec le ministre. Le message peut même être bon, mais bien souvent les messagers laissent beaucoup à désirer. La prophétie peut être techniquement correcte, mais le prophète, la personne, est complètement à coté de la plaque.

J'ai expérimenté cela il y a quelques semaines « Frère Chip, lisez ma prophétie, et dites-moi ce que vous en pensez ». Bon, c'est une chose dangereuse que de me demander cela, surtout si vous ne recherchez pas vraiment la vérité. Je préférerai ne pas vous dire ce que je pense, parce que le plus souvent, ce sera la fin d'une amitié. Mais elle me dit: « Frère Chip, lisez ma prophétie, et dites-moi ce que vous en pensez ». Je ne la connaissais pas très bien, donc j'ai dit « OK, je vais la lire et vous dirai ce que j'en pense » Et l'Esprit de Dieu m'a donné du discernement. Je n'ai pas seulement vu les choses telles qu'Il les voyait, mais j'ai aussi vu que cette personne n'accepterait pas mon conseil. Et cela a rendu les choses vraiment plus faciles pour moi, j'ai su que je n'aurai qu'à lui dire la vérité, qu'elle la rejettera et que nos chemins se sépareraient. Ainsi, voilà ce que je lui ai dit: « La prophétie est techniquement correcte, les passages cités sont corrects. Il n'y a rien de mal dans cette prophétie, pas de problèmes avec les paroles, mais il manque bien des choses au prophète. Ensuite, je lui ai détaillé, point par point, trois ou quatre domaines qui n'étaient pas en ordre dans sa vie; la façon dont elle agissait conformément à son idée du ministère; son esprit religieux; son hypocrisie; tout cela. Vous voyez je ne m'occupe pas des paroles, je m'occupe de la personne qui donne les paroles. Et comme prévu, elle a rejeté en bloc mes conseils, m'a traité de tous les noms, et en agissant ainsi, elle a simplement démontré, sans même s'en rendre compte, que ce que je disais la concernant était vrai. Je pense qu'elle a reçu davantage que ce qu'elle attendait, n'est-ce pas? Je pense qu'elle aurait pu supporter mes critiques concernant ses paroles mais elle n'était pas prête à supporter le moindre ajustement concernant son coeur, son esprit ou ses actions.

Vous comprenez peut-être maintenant pourquoi je ne parle plus dans les églises, et que je parle même rarement au sein de petits groupes. C'est un type d'ajustement profond auquel bien peu de gens acceptent de se soumettre. Ils offrent tout à Dieu sauf ce qu'Il leur demande. Ils protégeront Isaac jusqu'à leur dernier souffle si nécessaire, plutôt que de l'offrir en sacrifice. N'est-ce pas ainsi qu'agit l'instinct naturel? « Bon, c'est la promesse de Dieu! C'est un ministère au moyen duquel les nations seront bénies. Nous nous sommes réunis dans des maisons pendant 25 années ou cette église existe depuis 100 ans et Dieu nous a interdit de la sacrifier, de l'abandonner ou même de remettre en question son existence. Notre vie entière a été consacrée à obtenir cette place et maintenant que nous avons obtenu ce que Dieu nous avait promis, vous êtes en train de nous dire que nous devons l'abandonner. Hé bien, non, nous ne l'abandonnerons pas. Nous ne sacrifierons pas Isaac. » Et à ce moment là, cela meurt. Pourquoi? Parce que cela ne porte plus la marque de la Croix.

La marque de la Croix signifie que nous offrons volontairement en sacrifice tout ce que Dieu nous demande et nous Lui faisons confiance pour qu'Il le ressuscite des morts au moment et à l'heure de Son choix, ou qu'Il ressuscite quelque chose d'autre, quelque chose de meilleur à la place. Il rendit Isaac à Dieu et Dieu renouvela Son alliance avec Abraham et lui rendit Isaac. Ainsi, si vous connaissez quelque chose du principe de la Croix, vous pouvez donc aisément voir la leçon que nous apprend l'histoire d'Abraham, sinon, je prie que Dieu ouvre vos yeux à la Vérité. « A moins que le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul. Mais s'il meurt, s'il meurt, s'il meurt, il porte beaucoup de fruits. » D'où vient l'abondance de fruits? Elle vient de la mort, de l'abandon du Moi.

Dieu tire la vie de la mort et pour nous amener sur le terrain de la résurrection, Il doit nous faire passer par l'oeuvre de la Croix. Peu importe votre ministère, vos dons ou votre appel, si votre vie, votre être profond, ne porte pas la marque de la Croix, alors tout ce que vous faites est souillé par le Moi. Ce n'est pas pur. Il y a du mélange. Et ceux d'entre nous qui sommes travaillés à ce sujet peuvent facilement voir l'impureté chez les autres. Pourquoi? Parce que Dieu est constamment aux prises avec l'impureté qui réside en nous.

Tenez, regardez Moïse. S'il y a bien quelqu'un qui avait été appelé et à qui Dieu avait accordé des dons, c'est bien Moïse. Mais voilà ce que vous devez comprendre, écoutez ce que je dis; les dons et les appels de Dieu ne sont pas le but. L'important c'est la personne qui est appelée et qui reçoit les dons. Est-ce que cette personne va pouvoir être ajustée par Dieu ou va-t-elle s'attendre à ce que toute chose et toute personne, y compris Dieu, s'ajuste à elle? Va t'elle se soumettre à la Croix ou va-t-elle se cramponner obstinément à sa propre vie? Trouver des frères et soeurs doués, des frères et soeurs appelés, n'est pas difficile. Ce qui est difficile c'est de trouver des frères et soeurs crucifiés; des gens qui ont accepté ce principe de la Croix et qui sont mort à leurs propres voies.

Moïse avait reçu des dons de Dieu. Il avait reçu l'appel de Dieu. Mais il voulait faire les choses selon ses propres conceptions. Vous voyez donc qu'il y avait de l'impureté là dedans. Tant de gens sont doués et appelés, mais ce n'est pas cela qui qualifie une personne. Je préfère voir quelqu'un de simple, d'ordinaire, sans don apparent, ni conscience d'un appel extraordinaire, mais qui est brisé! Il peut être ajusté. Dieu peut utiliser quelqu'un comme cela; Il peut en faire quelque chose. Mais les gens doués et appelés doivent d'abord être brisés avant de pouvoir être utilisés. Vous n'aimez pas cela, moi non plus, mais il en est ainsi dans la Parole de Dieu.

Moïse agissait dans la force de sa personnalité. Il avait raison quant à son don et quant à son appel mais Dieu a dit, « Cela ne suffit pas. Ton don et ton appel ne sont pas suffisants. Tu vas devoir passer quelques temps dans le désert. Tu as vécu trop longtemps comme un prince en Egypte, et tu dois arrêter de penser et d'agir comme un Egyptien si tu veux que ton don et ton appel trouvent leur expression la plus pure. Le désert va t'apporter cet ajustement dont tu as désespérément besoin. Je veux que tu saches que je ne suis pas pressé. Je ne vais pas me précipiter. Je ne vais pas agir en me conformant à ton planning et ton échelle de temps, Moïse. Dix ans, vingt ans, quarante ans - cela ne fait aucune différence pour Moi. Je veux obtenir quelque chose de toi, et je ne me reposerai pas tant que Mon objectif n'aura pas été atteint en toi. Alors, et seulement à ce moment là, je pourrai t'envoyer et t'utiliser pour délivrer Mon peuple, comme quelqu'un qui est non seulement appelé, mais aussi choisi! »

Ainsi, Moïse s'est enfui hors d'Egypte, et il n'avait nulle part où aller sinon dans le désert. Ce n'est pas quelque chose qu'il aurait choisi de lui-même. Il a été poussé dans cette direction. Et tout cela faisait partie du plan souverain de Dieu pour lui. C'était très sévère. Ce fut très profond. Et ce fut très révélateur. Moïse a eu à se débarrasser de beaucoup de déchets. Il devait désapprendre bien des choses. Il a passé quarante années, caché dans le désert, à garder des moutons. De nos jours, on dirait qu'il a été un éboueur pendant quarante années; il n'y a aucun mal à cela, mais cela n'est pas très attrayant. C'est un travail honnête, mais qui n'est pas prestigieux. C'est un travail dur, salissant, malodorant, et c'est le type de travail que la plupart des gens ne veulent pas faire - et spécialement les gens qui se sentent appelés au ministère, c'est quelque chose qu'ils dénigrent. Ils veulent une position quelque part dans l'église! Voilà leur entraînement: porter la bible du pasteur ou faire quelque chose d'important! Prêcher quelques sermons. Vous voyez? Ils ne sont pas allés dans le désert. Il n'ont pas passé du temps dans des régions désolées. Il n'y a pas de processus de mort, d'ensevelissement, et de résurrection à l'oeuvre dans leur vie; ils cherchent encore des choses pour eux-mêmes, tout en pensant qu'ils cherchent réellement ce que Dieu veut. Et il est très difficile pour quelqu'un comme cela d'être ajusté à Quelqu'un d'autre ou à autre chose qu'aux idées préconçues qu'il se fait sur le ministère.

L'ironie dans tout cela est que Moise a fini par être le plus grand prophète de l'Ancien Testament mais Moïse a d'abord dû être ajusté. A la fin de ces quarante années dans le désert, il a pu dire « Seigneur, je ne sais pas parler. S'il te plait, envoie quelqu'un d'autre. » Voilà le type de personne que Dieu peut utiliser. Quarante années de construction, quarante années de dépouillement, et maintenant, après quatre vingt années, il est brisé, humble, doux, malléable, flexible et ajustable. C'est ce genre de personne que Dieu peut utiliser, quelqu'un qui ne recherche pas les choses, mais qui se contente de rester caché. Dieu peut faire confiance à quelqu'un comme cela. Mais cela ne rate jamais, ceux qui s'empressent de chercher les places en vue, désirant parler, sont ceux qui n'ont pas grand chose à dire, et dont il n'y a pas grand chose à recevoir. Ils sont prêts à parcourir le monde pour aller prêcher un sermon, mais ils ne traverseront pas la rue pour aller écouter quelqu'un d'autre. Ils n'ont pas d'histoire profonde et secrète avec Dieu dans le désert. Ils sont juste animés d'une soif de prêcher, d'une envie d'être pasteur ou d'être responsable de quelque chose. Croyez-vous que Dieu va approuver et valider cette soif charnelle pour des choses spirituelles? Est-ce représentatif de l'esprit, du caractère et de la nature du Seigneur Jésus?

Jésus a dit: « Ce qui vient de la chair est chair ». Et en vérité, beaucoup viendront vers Jésus en ce jour et diront: « Seigneur, Seigneur, nous avons fait toutes ces choses pour toi » et Il jugera toutes ces oeuvres comme étant charnelles, issues de volonté et de pensées personnelles. Il les appelle « des ouvriers d'iniquité » alors même qu'ils l'appellent Seigneur ! Et ils sont tous très occupés à faire ces choses que font la plupart des ministères - prophétisant au nom du Seigneur, chassant des démons au nom du Seigneur, accomplissant des miracles au nom du Seigneur - si cela ne décrit pas le ministère, alors qu'est ce que c'est? N'est-ce pas exactement ce que les chrétiens recherchent si avidement? Des paroles prophétiques, de la puissance, des signes et des prodiges... n'est ce pas ce pas cela qui excite tant de gens ? Alors pourquoi Jésus n'est-il pas impressionné par cela ? Le point fondamental est que l'oeuvre du Seigneur est devenue plus importante que le Seigneur de l'oeuvre. « Je ne vous connais pas » leur dit-Il, ce qui veut dire qu'il n'y aucune relation proche avec Jésus, pas d'intimité, pas de communion, pas de vie de prière, pas d'étude des Ecritures, pas de recherche de Sa volonté et de Son Royaume - seulement une recherche charnelle pour eux-mêmes, et pour ce qu'ils appellent si bien « ministères ». Cela ne les empêche pas de faire leur travail en Son nom, mais si ce travail n'amène pas les gens dans une connaissance plus profonde de Christ, alors, selon l'appréciation de Dieu, ils sont des ouvriers d'iniquité, parce que vous ne pouvez pas conduire quelqu'un dans un endroit où vous n'êtes jamais allés vous-mêmes.

Voila donc une chose à laquelle il faut réfléchir et je ne suis pas en train de suggérer que je suis parfaitement ajusté avec le dessein et l'intention de Dieu ainsi qu'il convient à un véritable ministère spirituel. Mais je m'excuse auprès de Lui et auprès de vous pour ces moments où j'ai failli à le représenter correctement. Je me suis repenti de cela et je continuerai à chercher Sa face et Sa volonté jusqu'à être parfaitement ajusté à Lui en toutes choses. La vérité est que je ne suis pas un pasteur. Je ne suis pas quelqu'un qui peut vous apporter un message chaque semaine. Je ne suis pas un théologien qui peut dénouer toutes les nuances doctrinales, et démêler toutes les opinions et questions diverses concernant la théologie ou la doctrine. Je suis premièrement une sentinelle, et en second lieu, un enseignant. Et je ne peux transmettre que ce que Dieu m'a donné à dire, quand Il me le donne.

L'idée d'avoir une parole quotidienne ou une émission hebdomadaire ou un enseignement mensuel, est bonne et noble, mais en vérité, c'est une façon pastorale de voir les choses et Dieu ne m'a pas demandé cela. C'est comme si j'avais peur qu'en cessant d'apporter la Parole, quelqu'un puisse se détourner, de Dieu ou de moi je ne sais pas, mais quoiqu'il en soit, je ne suis pas responsable de votre croissance et de votre développement spirituel. Ma responsabilité est de diriger votre attention vers Christ et d'annoncer les conseils éternels de Dieu, et Ses desseins concernant Son fils, et d'être un instrument d'ajustement pour votre vie. Voilà la face publique de ce ministère. La face privée, cachée, est de servir le Seigneur dans la prière. Je suis appelé à être avec Jésus. C'est mon appel. Mon don, c'est Christ Lui-même. Il est mon Don. Je veux être réduit à Lui.

Toutes ces autres activités ont certes leur place, mais ces activités ne sont pas Christ, et ces activités peuvent très facilement prendre la place de Christ si on n'y prend pas garde. En résumé, je pense que l'absolue nécessité pour moi et pour vous - car nous sommes les mêmes - est que nous avons besoin d'être gouvernés par le Saint-Esprit. Voilà la clé: être gouverné par le Saint-Esprit. C'est ce qui répond à toutes les questions concernant que faire, où le faire, que dire, quand faire telle ou telle chose ou s'il faut faire cette chose ou celle-la. Ce n'est pas une question d'agenda ou de temps ou de demandes et d'attentes des gens. Si ce sont ces choses qui me gouvernent, alors je peux tout autant prendre une place dans une église, annoncer mon sermon une semaine à l'avance, et suivre un chemin prévisible. Mais cela, à mon avis, ce n'est pas ce que signifie être gouverné par le Saint-Esprit.

Etre rempli du Saint-Esprit est une chose. Mais être gouverné par le Saint-Esprit, c'en est une autre.

J'ai été rempli du Saint-Esprit pendant la plus grande partie de ma vie. Je peux déterminer précisément le jour et l'heure à laquelle j'ai reçu le baptême du Saint-Esprit et les dons qui l'accompagnent. Cela ne veut pas dire que j'ai toujours été gouverné par cet Esprit qui habite en nous. Qu'en est-il pour vous? Vous pouvez être rempli de l'Esprit, mais ne pas être gouverné par Lui, et c'est pourquoi les gens charismatiques et prophétiques font partie des gens les plus charnels que j'ai pu rencontrer dans ma vie.

La Bible dit que nous devons continuellement être remplis par l'Esprit. Paul dit « Ne vous enivrez pas de vin, mais soyez remplis de l'esprit. » et ce mot « être rempli » est un verbe qui indique en grec une action continue. Cela signifie être constamment rempli, continuellement rempli. Il en est de même avec le fait de manger et boire Christ. « Celui qui mange continuellement Mon Corps et boit continuellement Mon Sang a la Vie » dit-Il. Il ne s'agit pas d'avoir un certain type d'expérience à l'autel, ou d'expérimenter telle manifestation supposée de la présence de Dieu dans votre chair. Il s'agit de continuellement vivre, demeurer, habiter et persévérer en Christ moment après moment. Et si vous vous placez sous le gouvernement du Saint-Esprit, Il vous ramènera au principe de demeurer en Christ et d'accepter l'oeuvre de la Croix en vous, encore et toujours. C'est le chemin dans lequel le Saint-Esprit vous conduira.

Voila ce qu'est la direction de l'Esprit et Il travaillera en vous longuement pour arriver à cette fin, mais si vous refusez constamment ce gouvernement, alors l'Esprit est attristé et il peut même finir par s'en aller. Et je pense que c'est ce qui se passe pour ces multitudes de gens qui appellent Jésus « Seigneur », qui font des choses en Son nom mais qui ne savent pas réellement Qui Il est. Si votre seule évidence d'une vie remplie de l'Esprit se résume à une expérience en 1968 dans une réunion quelque part dans un camp, alors il y a quelque chose qui ne va pas du tout. Une personne remplie de l'Esprit est soit sous le gouvernement du Saint-Esprit soit en route vers ce gouvernement. Y rester ou y retourner n'est pas une option. Soyez continuellement remplis de l'Esprit. Et vous pouvez croire ce que vous voulez concernant l'oeuvre, mais la question centrale est le fruit de l'Esprit ou son absence, démontrant si l'on est vraiment ce qu'on dit être.

Jésus a dit qu'un bon arbre ne produit pas de mauvais fruits, et un mauvais arbre ne produit pas de bons fruits, et c'est au fruit que l'on reconnaît l'arbre, pas à ses feuilles. Bon ou mauvais, pour le meilleur ou pour le pire, vous allez produire quelque chose. Donc la question n'est pas de savoir si vous allez produire du fruit, mais quel type de fruit vous allez produire.

Ainsi, si nous nous plaçons sous le gouvernement du Saint-Esprit, cela veut dire que nous essayerons d'aller dans tel ou tel endroit mais l'Esprit ne nous le permettra pas. Ou, nous essayerons de rester silencieux, cachés, dans tel endroit, mais l'Esprit nous contraindra à dire quelque chose ou à agir. Ou, nous chercherons à éviter certaines personnes, endroits ou choses, mais le Saint-Esprit dira « va là bas, et ne doute pas, car c'est moi qui t'envoie. » Et Il ne vous envoie pas toujours vers quelque chose qui a les apparences du succès! Cela peut ressembler à un échec. La crucifixion n'a jamais l'air d'un succès vu de l'extérieur. Mais voyez-vous, c'est une chose bien différente que de se fixer soi-même des buts, dire qu'on veut faire telle ou telle chose à tel ou tel moment, et qu'on ira ici ou là; vous ne voyez pas cela dans la Bible. Vous les voyez de plus en plus se soumettre au gouvernement du Saint-Esprit. Et ils ont vite appris qu'obéir à l'Esprit signifie Vie et Paix, sinon extérieurement, du moins intérieurement. Tant que c'est Lui qui fait les choses et Lui qui en est à l'origine, tout va bien. Mais dès que nous lâchons Sa main, nous abîmons tout. Encore et encore.

Ainsi, pour moi, cela signifie que nous pouvons avoir ou ne pas avoir un message quotidien ou une émission hebdomadaire ou des réunions deux fois par mois dans une maison ou des ateliers, des réunions ou des conférences. Je ne suis plus préoccupé par ces choses. Je ne suis préoccupé que par cette seule chose; que j'aille ou que je reste, que je parle ou que je me taise, que j'écrive quelque chose chaque jour ou que je n'écrive plus jamais rien, que je semble être actif ou inactif, suis-je gouverné par le Saint-Esprit? Parce que c'est la seule base réelle d'un ministère spirituel.

Maintenant, si tout cela vous concerne et trouve un écho dans votre coeur, vous devriez vous poser la question: comment reconnaître la différence? Comment savoir si je suis guidé par l'Esprit ou par ma propre nature égocentrique? Hé bien, ne me le demandez pas, car je ne peux pas vous le dire. Je ne peux répondre à cela. Vous avez à faire la même chose que moi: placez-vous devant Dieu et demandez-Lui de vous chercher et de vous le révéler.

Quand vous êtes dans un de ces moments difficiles où vous devez exercer le discernement, vous êtes contraints d'aller devant Dieu pour chercher et trouver, et c'est ainsi que vous grandissez. Cela fait partie de votre croissance. J'ai identifié une condition chez les chrétiens que j'appelle « le googleisme spirituel » ( du nom d'un moteur de recherche sur Internet « Google » NDT) Et cela signifie qu'au lieu de nous tenir devant Dieu, nous humiliant nous-mêmes, et recevant des réponses depuis le Trône, nous allons sur Internet, soumettons notre problème à Google, et essayons d'obtenir une réponse de cette façon. Certes c'est rapide, pratique, et vous obtiendrez certainement quelque chose, mais je pense que cela offense l'Esprit du Dieu Vivant. Pourquoi? Parce qu'Il désire que vous alliez à Lui, pour apprendre de Lui, et cela prend du temps et de la patience, et c'est pour cette raison que tant de gens ne le font pas. C'est pour cela que la plupart des gens, même après toutes leurs recherches de réponses, en sont toujours au même point de départ. Je ne suis pas en train d'être dirigé par Google, ni par ce qu'a fait Watchman Nee ou T.Austin-Sparks. Ils ont bien servi leur génération, mais ils ont disparu. Le problème n'est pas « Qu'a dit le Seigneur à un tel ou un tel? » Cela ne peut que m'emmener jusqu'à un certain point. Que me dit le Seigneur, maintenant? C'est une vérité actuelle qui va rencontrer le besoin de Dieu au moment important.

Je veux être continuellement ajusté à Dieu et être continuellement gouverné par l'Esprit de Dieu. Et c'est de cette façon que je peux satisfaire le coeur de Dieu. Peu importe que cela satisfasse ou non les autres, ni que cela ait un sens pour eux. Et c'est pourquoi je vous invite à vous joindre à moi dans ce voyage, il commence en ayant la volonté d'être ajusté à Dieu, embrassant le principe de la Croix et en étant gouverné par le Saint-Esprit. Le résultat final est une pureté qui ne peut être atteinte par des moyens charnels.

J'espère que vous ferez de ce message et de ces paroles un sujet de prière.

Copyright ©1997-2008 TheSchoolOfChrist.Org
Distribution (libre) non commerciale possible à condition que cette mention apparaisse

28 commentaires:

  1. Ce message me plaît beaucoup et j'y adhère complètement. Chacun de nous doit être façonné par le Divin Potier selon SON propre choix. Et il est insupportable pour le vase naturel de se laisser refaire et refaire et encore refaire. Être crucifié, comme cette pensée nous fait mal ! Les coups, le sang qui coule des blessures, ces images ne nous attirent pas, elles nous font plutôt fuir. Mais notre Dieu, comme le dit l'auteur, est patient et le temps n'est pas son problème.

    C'est pourtant cela qui attend le disciple de Christ : porter sa croix !

    Que le Seigneur nous vienne en aide, qu'IL ait pitié de nous car nous sommes rigides et difficiles à façonner. Combien nous sommes lents à comprendre vraiment ce qu'IL attend de nous.

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir à tous,

    je suis vraiment convaincue que cet article est inspiré. J'y adhère vraiment car je suis en train de me laisser dépouiller chaque jour un peu plus de mon "vieil homme" afin de me laisser revêtir par Christ et ce n'est pas toujours sans difficultés.

    Je chemine dans la foi et j'apprends tellement à l'école de Dieu ! Je viens d'être mise en "alerte" au sujet de choses que je pensais bonnes et qui pourraient ne pas l'être. Humainement, et même spirituellement, c'est très difficile à discerner en tous points.
    Mais je sais qu'à la méditation de la parole de Dieu à ce sujet, et en priant pour que le Saint-Esprit m'éclaire, j'y verrai comme je dois voir, j'entendrai comme je dois entendre, etc.

    Je loue le Seigneur pour tout ce qu'Il m'enseigne chaque jour, je bénis le Saint-Esprit qui me purifie et me sanctifie chaque fois que j'ai besoin de l'être.
    Merci Jésus de m'enseigner chaque jour et de me pardonner mes erreurs de parcours.
    Accepte mon coeur tel qu'il est et fais-le devenir ce que tu veux qu'il soit pour te servir, alléluia !

    Soyez bénis et conduits dans toutes Ses voies, amen !

    RépondreSupprimer
  3. Chère soeur

    Oui oui j'ai tenté de te le faire comprendre.

    Et j'ai pas compris pourquoi tu as retiré mon lien de ton blog.... Je ne t'en veux pas !!. J'ai jamais retiré le tien.

    Mais c'est pas gentil de plus accepter mes commentaires dans ton blog.

    Que soit, tant pis je me retire complètement d'internet.

    Il faut être prudent avec les articles de Joyce Meyer et du top chrétien.

    Que Dieu te gardes

    BYE BYE

    Solange

    RépondreSupprimer
  4. Oui Solange, j'affirme aussi qu'il faut rejeter tout ce qui vient de Joyce Meyer.

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour à tous,

    Salut Solange, je ne comprends pas pour tes commentaires car je les aient toujours accepté. Qu'est-ce qui te pousse à dire le contraire, et pourquoi ne pas m'avoir envoyé un mail pour le demander ? Si il y a un beug info, admettons, cela me rendrait service aussi d'en être informée ne crois-tu pas ?

    Quant à ton lien, il s'agit de "ma liste de blogs" et si j'ai été sur le tien pendant un temps, après tes différents changements, je m'y suis un peu perdue à vrai dire.
    Comme tu m'avais dis toi même le mettre en suspens, je ne voyais pas pourquoi je devais conserver le lien sur mon blog.
    Mais comme j'avais déjà mal renseigné les visiteurs lors de tes changements d'adresse, cela m'a mis dans une mauvaise position vis-à-vis d'eux, j'ai trouvé plus simple de le retirer. Il n'y avait rien de personnel mais apparemment, c'est ainsi que tu l'as pris.

    Tu aurais peut-être pu me dire tout ceci par mail, alors pourquoi par ici ? Je ne comprends pas ta démarche de le faire de la sorte.

    En ce qui concerne le fait de me le faire comprendre...
    Je dois te confirmer que je t'avais déjà donné mon point de vue, en privé, et que je n'ai rien rejeté. Je t'ai confirmé que j'aimais prendre le temps et le recul nécessaire dans la présence du Seigneur quand on me soumet quelque chose pour décider ensuite, en accord avec le Saint-Esprit et la confirmation de la Bible.
    Tu as tendance à vouloir des réponses immédiates et je n'aime pas, personnellement, qu'on me "force la main", il s'agit seulement de respecter mon choix, où est le problème pour toi ?

    Je te recommande de réfléchir, puisqu'on parle entre ami(e)s, à ta façon de vouloir faire comprendre les choses au gens. Quelles sont tes intentions réelles quand tu le fais, et que veux-tu en espérer exactement ?
    Car tu sais, même les intentions les plus louables, si elles ne sont pas accompagnées d'un esprit totalement dévoué, juste dans le but de l'édification mutuelle, elles peuvent ne pas provoquer l'effet escompté dans l'esprit de l'autre.

    Le fait que tu sois toujours alertée sur tout, ne me donne pas pour autant l'envie de l'être de mon côté, tu saisis ? Je ne suis pas obligée de m'inquiéter comme tu le fais, mais je tiens compte de ce que tu me soumets, c'est différent.
    Je te pose la question car, ça aussi, je te l'ai déjà dis simplement et fraternellement, en privé, et c'est pour cela que je ne comprends pas pourquoi tu juges bon d'en débattre ici.

    Néanmoins, je t'ai humblement remerciée sur le Top d'avoir donné ce lien sur ton mur.
    C'est à la suite d'une deuxième confirmation par Carole, que je suis allée voir ce qu'il en était.
    Je n'étais donc pas obligée de te remercier publiquement, j'aurai pu me contenter de remercier Carole seulement. Mais dans le but de nous édifier mutuellement, de nous encourager, et de te montrer que je prenais en compte ce qui me vient de toi aussi, je l'ai fais.

    J'espère qu'à l'avenir, tu sauras me dire les choses qui te dérangent, au moins une fois en privé, avant de les exposer comme en en ayant "souffert" quelque peu, car ce n'est pas correct vis-à-vis de moi qui t'es toujours répondu à tes nombreux mails sans faire part de mes ressentis à d'autres, mais en te parlant ouvertement et sincèrement directement à toi-même !

    Merci Seigneur de nous bénir, ma soeur Solange et moi-même, dans nos relations virtuelles afin que nous soyons renouvelées et conduites par Ton Esprit et non par nos propres sentiments humains.
    Nous te le demandons dans le Nom de Jésus, que toute la gloire t'en revienne, amen !
    Pardonne-nous Saint-Esprit, si nous t'avons quelque peu attristé par nos incompréhensions, nous sommes à l'école de Dieu, je désire apprendre dans la paix et la joie du Christ, amen !

    Fraternellement.

    RépondreSupprimer
  6. Cet homme fait d’un vécu personnel un enseignement général, une grave erreur que commettent beaucoup trop de chrétiens.

    Dieu n’a jamais voulu avoir comme « être fait à son image » un individu vidé de son « moi » comme vous l’appelez ici, incapable de penser par lui-même, de prendre ses propres décisions, n’ayant aucun caractère, aucune personnalité, aucun « moi ».

    Lorsqu’Adam fut créé c’était à l’image de Dieu, ce n’était pas un être dénué de son « moi ». Quel en serait l’intérêt d’ailleurs. Et puis le diable aurait tôt fait d’accuser Dieu de tricherie en procédant à un tel « lavage de cerveau »sur une personne.

    Adam ainsi que sa femme ont toujours eu le libre choix de leurs actes, Dieu les avait dotés d’une intelligence, d’une personnalité, d’un « moi ». Si tel n’avait pas été le cas ils n’auraient jamais désobéi, n’ayant pas de « moi », ils n’auraient jamais eu de libre arbitre. Affirmer que « le moi » ne doit plus être chez le chrétien revient à dire que Dieu s’est trompé sur la façon dont il a créé Adam.

    Deux exemples : Abraham et Moïse. Tous deux ont débattu directement avec Dieu au sujet d’une résolution qu’Il avait prise. Dieu les a écoutés.
    Dieu ne savait-il plus ce qu’il faisait ? Non ! Mais il les mettait ainsi à l’épreuve. S’ils avaient été dépourvu de « moi », c'est-à-dire d’individualité, d’intelligence, de caractère etc. ils n’auraient jamais essayé de débattre avec Dieu.

    D’ailleurs il y a l’expression « plaidons ensemble » qui revient plusieurs fois dans l’ancien testament. A quoi bon plaider avec un être dénué de toute personnalité, de toute capacité à décider, de toute "science de la réflexion" ainsi qu'il est souvent mentionné dans la Bible.

    Il en est de même dans les relations des parents avec leurs enfants. Ils leur enseignent le droit chemin, leur apprennent à réfléchir par eux même, à choisir en fonction de ce qui est bien et de ce qui est mal, leur indiquent le chemin à suivre, ect… Mais en aucun cas n’en font des être dénués de toute personnalité, de leur « moi » personnel et qui est propre à chacun et assure les différents caractères, pas des copies conformes à un même moule.

    Faire le vide en soi même est une pratique démoniaque qui permet au diable de manipuler une personne à sa guise et d’y faire entrer des démons.

    Dieu veut qu’on lui obéisse, non pas suite à un « formatage de personnalité » mais parce que cela découle de notre propre décision, issue du plus profond de notre cœur, de notre propre volonté, de notre « moi ». Autrement je le répète le diable aurait vite fait de dire à Dieu « oh mais tu n’es pas gêné, laisse les libres de choisir et tu verras s’ils te suivent encore… »

    Dieu nous dit « choisissez » et non pas « laissez-moi vous formater » pour qu’ainsi vous m’obéissiez…

    Suite plus bas

    RépondreSupprimer
  7. Suite….
    Dieu agit envers chacun de manière différente, suivant l’état de notre cœur, de sa détermination.

    Certains ressemblent à des mules, le maître a beau élever la voie pour les diriger, rien n’y fait, il faut qu’elles soient frappées pour les faire avancer, d’autres ressemblent à des animaux beaucoup plus dociles qui avancent au seul son de la voie de leur maître.

    Dans le monde chrétien c’est la même chose.

    N’en déplaise aux adeptes du « tout le monde est archi corrompu depuis la chute d’Adam, c’est faux. D’ailleurs Charles Finney, dont vous avez publié un article, ne croyait pas non plus à la doctrine du péché originel, de la dépravation totale telle qu’enseignée dans le monde protestant :

    « Quelle loi avons-nous donc violée pour hériter de cette nature pécheresse ? Quelle loi exige que nous ayons une nature autre que celle que nous possédons ? La raison affirme-t-elle que nous méritons à jamais la colère et la malédiction de Dieu, pour avoir hérité d’Adam une nature pécheresse ? [Finney, Systematic Theology, p. 320]. »

    « Moral depravity, as I use the term, does not consist in, nor imply a sinful nature, in
    the sense that the substance of the human soul is sinful in itself. It is not a constitutional
    sinfulness. It is not an involuntary sinfulness. Moral depravity, as I use the term,
    consists in selfishness; in a state of voluntary committal of the will to self-gratification.
    It is a spirit of self-seeking, a voluntary and entire consecration to the gratification of
    self. Systematic theology – 1851 p 396 (pdf online edition)

    Tout cela lui a valu d’être traité d’apostate, d’hérétique par bon nombres d’évangéliques.

    De toute façon il y a ce verset : « Seulement, voici ce que j’ai trouvé, c’est que Dieu a fait les hommes droits ; mais ils ont cherché beaucoup de détours. » Ecclésiaste 7 :29

    Il appartient à l’homme de changer, de réformer ses voies et ses œuvres , de changer son cœur. Dieu ne le fera pas à notre place.

    David

    RépondreSupprimer
  8. Oui, David, comme tu l'écris, ''Dieu agit envers chacun de nous de manière différente, suivant l’état de notre cœur''

    Cependant, d'une manière générale Son principe d'action sur le coeur de l'homme reste le même.

    De l'autre côté, il ne suffit pas de se croire ''juste'' ,''obéissant'' et ''pas du tout archi corrompu'', se changeant soi-même pour que cela produise du bon fruit...

    Le désir et le but profond de Dieu étant que l'âme du croyant soit en parfaite communion et union avec Celui-ci , et que s'accomplisse la prière de notre Seigneur : '' que tous soient un; comme Toi, Père tu es en moi, et moi en Toi, qu'eux aussi soient un en nous...moi en eux et Toi en moi, afin qu' Ils soient parfaitement un, et que le monde connaisse que Tu m'as envoyé et que Tu les as aimés , comme Tu m'as aimé.''

    Cependant, au travers de Son immense amour, Il ne forcera jamais personne à vivre cette fabuleuse union. Il ne forcera personne à l'aimer, à renoncer à soi-même et à Le suivre comme le ferait une fiancée consentante qui dit ''oui'' volontairement avec joie à son fiancé.

    Chacun des deux fiancés ( ou époux ) ayant un rôle important :

    - Celui de l'homme consiste à se soumettre, à faire confiance au Seigneur en Le laissant agir, en Lui obéissant. Désirant avant tout faire Sa Volonté.

    - Le rôle de Dieu est celui d'accomplir, de travailler les coeurs consentants pour que Christ s'épanouisse en eux.

    Concernant le terme ''vider'', c'est une image. Il ne s'agit en aucun cas de créer un trou béant de vide dans le coeur du croyant, laissant ainsi une place inhabitée, ouverte aux démons pour qu'ils puissent s'y loger. Non, ce n'est pas cela.
    Mais il s'agit de renoncement aussitôt remplacé par Christ, croissant et s'épanouissant toujours plus dans la conquête de notre coeur jusqu'à la maturité, gouvernant alors totalement celui-ci.

    Dieu ne veut pas fabriquer des robots, incapables de décider, mais au contraire dans Son amour Il donne le choix du libre arbitre, désirant des coeurs consentants qui Le suivent avec joie de leur plein gré, Lui laissant le contrôle de leurs ''villes retranchées'' qui s'appellent ''autosuffisance'', ''autosatisfaction'', ''orgueil'', ''jalousie'', ''moi d'abord''....etc...
    remplacées par '' patience'', ''l'autre d'abord'', ''douceur'', ''joie'', '' sagesse'', '' une conscience claire'', ''du discernement''...

    En résumé, que la gouvernance de Christ remplace notre égo.

    David, l'homme par lui-même ne parviendra jamais à ''se changer par ses propres forces''. C'est uniquement Dieu qui crée le vouloir et le faire. Cependant, Il le fera seulement dans les coeurs consentants et soumis, mettant en Lui toute leur confiance, Lui obéissant ensuite avec joie dans la pratique de tous les jours.

    '' Si quelqu'un veut venir après moi, qu'il renonce à lui-même, qu'il se charge de sa croix et qu'il me suive. Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui la perdra à cause de moi, la trouvera.'' ( Matt. 16 : 24-25 )

    Que notre Seigneur te bénisse,

    Carole

    RépondreSupprimer
  9. Bonsoir David,

    Pour que nos échanges puissent être profitables autant à ceux qui écrivent, qu'à l'ensemble de ceux qui passent sur le blog, il me semble qu'il serait important de bien en poser les bases. Pour ce faire, je ne crois pas qu'il soit possible de partager efficacement si nous nous éloignons de ce que disent les Saintes Lettres. Il est donc intéressant de bien nous mettre au clair sur ce que recouvrent ces différents concepts :

    Qu'est-ce que la Bible nous dit précisément sur le « péché originel » ?

    Qu'est que la Bible nous dit sur l'état de perdition dans lequel nous étions lorsque la Bonne Nouvelle de l'Évangile est venu nous atteindre ?

    Que signifie précisément «renoncer à soi-même» ?

    Quelle est la part de Dieu et quelle est aussi la nôtre dans ce processus de nettoyage, de réparation, et d'édification qui (selon l'Écriture) semble indispensable pour espérer voir le Seigneur ?

    Si nous ne posons pas clairement les bases, nous risquons de n'en rester qu'à «disputer sur des opinions», au lieu de réellement sonder la pensée de Dieu pour son accomplissement dans nos vies.

    Qui veut commencer à ouvrir l'Écriture sur ces question fondamentales?

    Jean-Luc B

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour Jean Luc,

    Je dois faire vite,

    D'un coté il y a l'ancien testament, de l'autre le nouveau.
    Pour ma part j'interprête le nouveau testament par rapport à l'ancien qui formait les écritures Auxquelles se référaient les Béréens. C'est ce que devrait faire chaque chrétien.

    Par ailleurs, ainsi que vous l'avez bien démontré sur un autre blog, le canon du nouveau testament n'existe pas.
    Il manque beaucoup de lettres qui auraient tout aussi bien pu faire partie du nouveau testament mais qui ont été perdues. L'apôtre Paul en a écrit bien plus que cela.

    C'est l'esprit de Dieu qui éclaire chacun en fonction de l'état de son coeur et qui nous guide pour la bonne compréhension de la Bible autrement celle ci est une pierre d'achoppement pour les injustes, les méchants, les incrédules etc...

    Le chrétien qui va baser sa foi sur le nouveau testament uniquement va s'égarer ainsi qu'on le voit avec les innombrables dénominations actuelles et qui sont de plus en plus loin de la vérité.

    Par exemple, lorsque l'apôtre Paul dira que tous sont corrompus etc... il tire cela d'un psaume (53)
    Mais il ne fait pas mention du reste de ce même passage qui dit "CEUX qui commettent l'iniquité ont-ils perdu le sens ? ils dévorent MON PEUPLE, ils le prennent pour nourriture"

    Ainsi tous ne sont pas corrompus. seulement, comprenons nous le contexte dans lequel l'apôtre Paul a déclaré ces choses ? et qui plus est, destiné à une congrégation en particulier ? l'apôtre Pierre le dit bien, beaucoup en tordent le sens pour leur propre ruine.

    L'apôtre Paul parle -t-il de la m^me façon à tous? non !

    Ce qu'Adam nous a transmis c'est la mort avec ce qui en découle et non la corruption de l'âme ainsi que l'ont fait croire une grosse majorité de théologiens, nous le voyons par la suite, Abel était-il corrompu ? alors que Cain l'était. C'est l'homme qui se corrompt lui même.

    Et puis je voudrais que l'on me réponde à ceci : comment est-il possible qu'Enoch et Elie soient partis directement auprès de Dieu puisque d'après ces éminents théologiens, tous sont corrompus et qu'ils n'en est aucun qui fassent le bien pas même un seul ? Dieu peut -il accepter quelqu'un de corrompu à ses cotés ?

    Que faites-vous également de ceux qui n'ont pu entendre l'évangile mais qui avaient pourtant le coeur droit, dans une période telle que le moyen âge par exemple et qui ne pouvaient lire la Bible ?

    Par ailleurs également, et vous le savez fort bien puisque vous connaissez le livre d'Enoch, il y est toujours fait mention des "méchants" et des "justes" tout comme dans les écritures.
    En effet Dieu parle souvent de la race des justes et de la race des méchants. Eh oui.

    Renoncer à soi même veut dire renoncer au mal, à tout ce qui est contraire à la volonté de Dieu, résister au diable et à ses tentations et la dessus les preceptes ne manquent pas surtout dans l'ancien testament.

    David

    RépondreSupprimer
  11. Selon ce qu'en dit Paul, ce n'est qu'après s'être tourné avec foi vers le Seigneur que le voile qui couvre notre compréhension est enlevé et que nous pouvons regarder l'Écriture avec intelligence (2 Cor. 3. 16.).

    Nous découvrons alors que toute la Bible est Christocentrique, car le Fils de Dieu en est l'origine, le moyen et le but.

    Il est évident que « toute Écriture inspirée de Dieu est utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice » (2 Tim. 3. 16.). Aussi bien l'Ancien, que le Nouveau Testament.

    L'Ancien annonçait ce que le Nouveau nous montre en train de se réaliser. Dans ses enseignements et ses exhortations, Paul n'inventait évidemment pas des idées nouvelles, mais restait fidèlement attaché à ce que les Saintes Lettres avaient prédites d'avance et qu'il avait compris par l'Esprit de Christ qu'il avait reçu :

    « rendant témoignage devant les petits et les grands, sans m’écarter en rien de ce que les prophètes et Moïse ont déclaré devoir arriver » (Actes 26. 22.).

    Dans son développement sur l'universalité du péché (auquel tu fais allusion en citant Romains 3), Paul cite effectivement plusieurs Textes de l'Ancien Testament, mais, contrairement à ce que tu penses, il ne fait pas d'exception entre des « races » différentes (certaine destinées à être sauvées, d'autres à être perdues), car avec la sagesse que Dieu lui a donné depuis sa conversion, il sait bien que tous les humains sont perdus :

    « Quoi donc! sommes–nous plus excellents? Nullement. Car nous avons déjà prouvé que tous, Juifs et Grecs, sont sous l’empire du péché, selon qu’il est écrit: Il n’y a point de juste, Pas même un seul; Nul n’est intelligent, Nul ne cherche Dieu; Tous sont égarés, tous sont pervertis; Il n’en est aucun qui fasse le bien, Pas même un seul » (Rom. 3. 9 à 12.)

    « Il n’y a point de distinction. Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu; et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus–Christ. (Rom. 3. 22-24.)

    Pour le sens de « races », n'oublions pas qu'en hébreu et en grec ce terme signifie exactement « semence » (héb : « zerah »; grec : « sperma »).

    Selon l'enseignement de Jésus, la véritable « semence » n'est pas une descendance humaine, mais c'est la Parole de Dieu qui est descendue du Ciel. Et les humains ne sont que les différents terrains qui la reçoivent (ou pas) et qui porteront du fruit en fonction de la manière dont Elle aura été accueillie et cultivée (voir Marc 4).

    La « race d'Abraham » ne serait donc pas la descendance génétique d'un juste (Rom. 9. 7.), mais n'est composée que de ceux qui auront reçu la Parole (la « semence ») de la même manière qu'Abraham (Jean 8. 39.).

    « Ainsi la foi vient de ce qu‘on entend, et ce qu’on entend vient de la Parole de Christ. » (Rom. 10. 17.)

    C'est pour avoir accueilli dans leur coeur cette Parole Divine et Éternelle que Abel, Hénoc, Abraham, Moïse et tous les autres, ont été comptés au nombre des justes et des hommes de foi. Il ne connaissaient pas encore le Nom de Jésus, mais ils avaient accueillis la Parole et c'est Elle qui les a sauvé. La « semence » avait portée du fruit pour la gloire de Dieu.

    « Ainsi s’accomplit ce que dit l'Écriture: Abraham crut Dieu, et cela lui fut imputé à justice; et il fut appelé ami de Dieu. » (Jacques 2. 23.)

    Nous pouvons nous identifier à la « semence d'Abraham » si nous recevons comme lui la Parole « qui descend du Ciel et qui donne la Vie au monde. » (Jean 6. 33.)

    « C’est pourquoi, rejetant toute souillure et tout excès de malice, recevez avec douceur la Parole qui a été plantée en vous, et qui peut sauver vos âmes. » ( Jacques 1. 21.)

    Jean-Luc B

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour Jean Luc,

    Vous ne répondez pas vraiment à mes questions.

    Il existe aux yeux de Dieu certain cas ou la repentance est devenu impossible tellement la dégénérescence et la perversion sont allées loin. (les races de méchants le deviennent par elles mêmes) Ce fut le cas des cananéens que Dieu avait ordonné à moise de détruire entièrement et définitivement.

    Encore qu'il y ait ce verset qui dit "l'Eternel a tout fait pour un but, même le méchant pour le jour du malheur" (Pr 16)

    Mais il faut comprendre ce verset ainsi :

    Le méchant le devient par lui même (et non pas à cause d'Adam) mais comme le Pharaon, plus il s'endurcit (aux appels à la repentance) et plus Dieu l'endurcit, au bout d'un moment il est trop tard cette personne est devenu incapable de se repentir : elle devient partie de la race des méchants aux yeux de Dieu.

    Si c'est uniquement en entendant la Parole (la vraie) que l'on peux se tourner vers Dieu, donc accéder au salut, alors tous ceux qui ont vécu au moyen âge vont périr, ainsi que tous ceux qui n'ont pas eu la chance de l'entendre. Les bébés qui meurent à la naissance par exemple, les anciens indiens d'Amérique, etc..

    Ceci qui serait très injuste.

    Je voudrais connaitre vos pensées la dessus.

    Non, et je rejoins entièrement Finney, Adam n'a pas transmis de dégénérescence à l'âme, mais c'est quand cette âme vit contrairement à la volonté de Dieu qu'elle se corrompt, de plus en plus si elle résiste aux appels de Dieu.

    C'est la chair qui subit les conséquences du péché originel. (la mort et tout ce qui en découle, maladies, défauts génétiques, héréditaires etc...

    Vous devez bien savoir Jean Luc que Dieu regarde au coeur, à l'âme et non à l'apparence (la chair entre autres)

    Il entends les cries d'une âme que nous humains sommes incapables d'entendre.

    David

    RépondreSupprimer
  13. Mon cher David,

    Comme je le disais plus haut, il y a 4 points qui me semblent indispensables pour clarifier les choses. Mais tu ne sembles pas très intéressé de les mettre au clair. Il ne me parait donc pas possible d'aller plus loin dans les échanges tant que ces bases bibliques ne seront pas correctement déblayées.

    Je tiens cependant à préciser plusieurs aspects.

    Primo : je n'ai jamais laissé entendre qu'il serait nécessaire de rajouter des livres inspirés à ce que nous appelons le Nouveau Testament. Nous savons tous que l'hérésie de la gnose a produit beaucoup de littérature malsaine qui, en proposant de manger à l'arbre de la connaissance du bien et du mal, éloigne les auditeurs d'une communion véritable avec Celui qui veut nous faire participer à sa Vie. Ce n'est pas pour rien que (contrairement au livre d'Hénoch), ils ont été refusés par l'immense majorité des assemblées chrétiennes des premiers siècles.

    Secondo : il ne me semble pas très sain de détourner l'attention que ce billet met sur la sanctification personnelle, en cherchant à faire débattre sur ce qui arrive à ceux qui n'ont pas entendu l'Évangile tel que nous le connaissons (sauvages perdus au fond des forêts ou nouveaux-nés, etc...).

    Je crois que Dieu est juste et qu'Il agira donc avec justice à leur égard et cela me suffit. D'autant plus que Dieu parle au coeur et à la conscience de chacun de ceux qui vivent sur cette terre... occupons-nous donc en priorité de notre propre chemin, c'est là-dessus que nous aurons des comptes à rendre, chacun pour notre part! (Jean 21. 22.)

    Tertio : je sais que « la prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent » (1 Cor. 1. 18.) et que tous ceux qui n'ont pas encore expérimenté ce qu'est la « renonciation aux oeuvres mortes » (Heb. 6. 1.) ont des grosses démangeaisons dès que cet aspect de l'enseignement des apôtres est abordé.

    Je constate que ceux qui n'ont pas encore vécus une véritable conviction de péché n'arrêtent pas de vouloir faire dévier le sujet, car ils sont fortement indisposés par toutes les exhortations qui appellent à renoncer à soi-même et à ses propres oeuvres pour recevoir la nature nouvelle que Dieu veut nous donner.

    En conclusion, commençons par bien poser et vivre les 4 points précités, sinon nous risquons de brûler des étapes et donc de bâtir sur des fondements mouvants qui ne résisteront pas à l'heure de l'épreuve qui vient sur le monde entier.

    Amicalement.

    Jean-Luc B

    RépondreSupprimer
  14. Mon cher Jean Luc,

    Je n’ai jamais dit non plus qu’il fallait rajouter des livres.
    Mais que cela vous plaise ou non le nouveau testament n’est pas complet, nous savons par les premiers pères de l’Eglise que l’apôtre Paul, par exemple, a écrit bien d’autres lettres qui ont été perdues. Je ne parle pas des apocryphes, bien entendu, ou des enseignements de Marcion, bien sûr.

    Si vous croyez que même l’âme des hommes a été atteinte par le péché d’Adam, alors c’est que cela vous arrange bien (C’est pas ma faute c’est celle d’Adam).

    Vous n’êtes même pas capable de répondre à de simples questions telles celles-ci : comment Enoch et Elie qui n’avaient pas connaissance des évangiles (mystère caché dans les siècles passées comme le dira Paul) ou en savaient très peu sur le sujet, comment donc Enoch et Elie sont-ils donc montés au ciel auprès de Dieu?

    Pourquoi Abraham parle-t-il des justes qui pouvaient se trouver dans Sodome et qui auraient pu être ces justes ? C’est qu’il en existait ailleurs de son temps et pas de la descendance d’Abraham.

    Job, dont Dieu dit qu’aucun n’était droit comme lui, ne connaissait rien de l’évangile, mais il avait le cœur droit devant Dieu.

    Pourquoi Abel était juste et droit et non Caïn ? Abel n’avait pas connaissance de l’évangile, mais son cœur était droit devant Dieu.

    Vous voulez absolument ignorer que seuls ceux qui ont le cœur pur et droit entreront dans le royaume des cieux, ce sont les Paroles de Jésus Lui-même.

    Comment donc ont-ils pu garder leur cœur droit sans l’Evangile ? Parce qu’ils craignaient Dieu et marchaient avec Lui.

    Qui sont ces justes dont parle Jésus : « Les justes lui répondront : Seigneur, quand t‘avons-nous vu avoir faim, et t‘avons-nous donné à manger; ou avoir soif, et t‘avons-nous donné à boire? (Matt)

    Qui sont donc ces justes qui n’ont même pas entendu parler de Jésus Christ et que Jésus appelle « JUSTES » ? REPONDEZ JE VOUS PRIE !

    Cela vous semble impossible, pourquoi ?

    Pourquoi également pensez-vous que Dieu va faire passer les justes par les tribulations à venir alors que « le Seigneur sait délivrer de l’épreuve les hommes pieux, et réserver les injustes pour être punis au jour du jugement » (Lot-Sodome, Enoch-déluge, Noé-déluge, Rahab-Jéricho, sont des précurseurs) Il y a aussi la promesse à l’église de Philadelphie.

    Si vous croyez qu’il vous suffit d’avoir entendu l’Evangile et de croire en Jésus Christ pour être sauvé malgré cela, vous allez bientôt, très bientôt être surpris. Dieu dit « Je ferai de la droiture une règle, Et de la justice un niveau; Et la grêle emportera le refuge de la fausseté, Et les eaux inonderont l’abri du mensonge. » Jésus Christ est la Parole vivante, celle que Dieu avait fait entendre avec tous ses préceptes de droiture, de justice et d’équité, dès l’origine de l’homme. Croyez-vous donc qu’il soit venu annoncer autre chose ?

    Moi je ne suis rien mais si vous pensez par exemple être plus grand que Finney qui a été un tel instrument entre les mains de Dieu en son temps et qui a suscité tant de réveils, alors mon pauvre …

    Et si vous aimez aller faire la loi sur d’autres blogs souffrez alors que l’on fasse de même sur le votre et ayez la décence de ne pas fuir une discussion si vous ne savez pas quoi répondre.

    David

    RépondreSupprimer
  15. David,

    Tu me prêtes beaucoup d'opinions que je n'ai pas... mais je n'entrerai pas dans une polémique.

    J'ai déjà répondu à ta question, mais ma réponse ne correspondait probablement pas à ce que tu attendais et tu ne l'a donc pas reçue.

    Je redis les choses différemment afin que ça soit plus clair et je n'insisterai plus.

    - Aucun vivant n‘est juste devant Dieu. (Ps. 143. 2.). C'est biblique, c'est clair, c'est net et c'est précis!

    - Cependant : « ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ. » (Rom. 3. 24.)

    - Le Christ était déjà présent comme « envoyé » et comme Parole dans l'Ancien Testament (1 Cor. 10. 4 – 1 Pierre 1. 11. etc...)

    - Celui qui écoute la Parole de Dieu et qui la reçoit avec foi est « justifié », quelque soit l'époque (avant ou après JC). « Justifié » signifie qu'il est « rendu juste » à cause de sa foi en la Parole Divine et non pas à cause d'hypothétiques qualités de justice qu'il s'imaginerait posséder par héritage atavique...

    « En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma Parole, et qui croit à celui qui m’a envoyé, a la Vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la Vie. » (Jean 5. 24.).

    Ce qui est le cas (entre autres) d'Abraham, d'Isaac et de Jacob, puisqu'ils sont toujours vivants (Mat. 22. 32.). Ils ont crus au Fils de Dieu sans le connaître, puisque Abraham a même tressailli de joie en voyant son jour (Jean 8. 56.)

    C'est aussi le cas de tous ces héros de la foi dont ils est question dans le 11° chapitre de l'épître aux Hébreux. Et ceux qui croient aujourd'hui à la même Parole Vivante, mangeront à table avec eux dans le Royaume qui vient.

    « L‘oeuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé. » (Jean 6. 29.) Nous n'avons même pas le mérite de croire, puisque c'est « l'oeuvre de Dieu ». A Lui seul soit toute le gloire!

    « Ce n’est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie. » (Eph. 2. 9.)

    Puisses-tu être « rendu juste » de la même manière, toi aussi, afin de faire partie du même banquet!

    Jean-Luc B

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour Jean Luc,

    Je vais conclure ici ce que j’avais à dire pour rétablir la vérité.

    Et pour mettre définitivement à bas cette doctrine mensongère de la dépravation totale je citerai Paul qui dira dans Romains 2 au sujet de ceux qui ne connaissent pas l’Evangile : « ils montrent que l’oeuvre de la loi est écrite dans leurs coeurs, LEUR CONSCIENCE en rendant témoignage, et leurs pensées s’accusant ou se défendant tour à tour »

    C’est on ne peut plus clair.

    Ceci démontre bien que la conscience de l’homme est demeurée intacte afin qu’il puisse discerner ce qui est bien de ce qui est mal.

    Cette conscience, certains décident de l’étouffer et finissnt par la perdre. D’autres non.

    Pourquoi tous sont privés de la gloire de Dieu ? parce que nous avons tous hérité d’Adam un corps de péché et que même une âme juste est prisonnière de ce corps ainsi que le dira Paul : « Je trouve donc en moi cette loi: quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi. Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l’homme intérieur; mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de MON ENTENDEMENT, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres. Misérable que je suis! Qui me délivrera du corps de cette mort? »

    Par conséquent, nous sommes tous par nature pecheurs. Et c'est en ce sens qu'"aucun vivant n'est juste devant Dieu" (et ne vous en déplaise, Dieu fait souvent référence aux justes dans sa Parole en les nommant en tant que tel -Job,Lot par exemple-, à chacun de chercher et de vérifier)

    C’est pour cela que Jésus Christ a souffert sur la croix, pour nous racheter de cette nature et nous ramener à la condition d’Adam avant sa chute et nous amener dans la connaissance parfaite de Dieu (connaissance qu’Adam aurait du acquérir par la suite).

    C’est pour cela que ceux qui ont le cœur droit, bien disposé, accueillent l’Evangile avec joie et le conservent.

    Il y a la nouvelle Terre et la nouvelle Jérusalem. La nouvelle Jérusalem, c’est là que seront ceux qui sont à Jésus Christ.
    Mais il y aura aussi des habitants à l’extérieur : ce sont ceux qui auront conservé leur âme droite mais qui n’auront pas connu Jésus Christ ni son Evangile, ils seront jugés selon leur conscience. Ce sont eux qui habiteront la nouvelle Terre. Ce sont ceux que Jésus appelle « Justes » dans Matthieu 25 lors du jugement.

    Je ne donnerai pas de détails là-dessus, chaque chrétien est responsable de chercher par lui-même et de vérifier dans la Parole.

    Pour en finir avec cet article, je répète qu’il est dangereux de faire d’un cas personnel un enseignement général.
    Que diriez-vous si étant pris du cœur je donnais mes médicaments à quelqu’un qui s’est blessé à la jambe, ou qui est pris de rhumatisme ? ne serait-ce pas très dangereux ?
    Chaque chrétien est différent et Dieu agit toujours différemment envers chacun selon ce qu’il y a dans le cœur et ses dispositions envers Dieu, et ses faiblesses.
    Les remèdes qui vont à l’un ne sont pas bons forcément pour un autre.

    David

    RépondreSupprimer
  17. David,

    Tu t'imagines « rétablir la vérité » en parlant de la justice de l'homme? Pour qui travailles-tu donc? Sur ce blog nous voulons proclamer la justice de Dieu en Jésus Christ, car c'est la seule qui peut sauver les pécheurs et qui pourra demeurer devant Lui.

    N'as-tu donc pas lu comment seront reçus ceux qui viennent se vanter de leurs oeuvres devant le Trône de Dieu? N'est-ce pas à eux que le Seigneur va déclarer qu'ils commettent l'injustice? (Mat. 7 . 23.).

    N'as-tu pas remarqué que ceux que le Christ déclare « justes » (dans Mathieu 25. 31 à 46) ne se rappellent pas de leur justice? Nous voyons là encore que c'est Dieu seul qui parle de « justice » devant son Trône...

    « Qu'un autre te loue, et non ta bouche, Un étranger, et non tes lèvres. » (Prov. 27. 2.)

    Le Christ n'est pas venu apporter des récompenses à des gens qui se croient justes, mais il est venu sauver ceux qui étaient perdus (Mat. 18. 11.).

    « Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs à la repentance. » (Luc 5. 32.)


    N'as-tu donc pas encore appris qu'il n'y a que Dieu qui exerce la justice sur la terre?

    « Que celui qui veut se glorifier se glorifie d’avoir de l’intelligence et de me connaître, de savoir que je suis l'Éternel, qui exerce la bonté, le droit et la justice sur la terre; Car c’est à cela que je prends plaisir, dit l'Éternel. » (Jer. 9. 24.)

    La Bonne Nouvelle de l'Évangile consiste dans l'accomplissement de sa promesse : Il vient habiter par son Esprit dans tous ceux qui le reçoivent par la foi et c'est ainsi qu'Il pourra accomplir son Oeuvre de justice au travers d'eux.

    Il n'y a que par l'Esprit de Dieu que nous pouvons pratiquer des oeuvres de justice, car nous en sommes totalement incapables par nous-même. Comme le dit le prophète Ésaïe :

    « Nous sommes tous comme des impurs, Et toute notre justice est comme un vêtement souillé  » (Es. 64. 6.)

    La Bonne Nouvelle de l'Évangile c'est que le sang de Jésus nous purifie et nous rend capable de devenir semblable à Lui.

    « Mais vous avez été lavés, mais vous avez été sanctifiés, mais vous avez été justifiés au nom du Seigneur Jésus-Christ, et par l’Esprit de notre Dieu. » (1 Cor. 6. 11.)

    La Bonne Nouvelle de l'Évangile, c'est que, selon la promesse faite aux pères, Dieu viendra graver ses lois directement dans les coeurs de ceux qui recevront la Parole Vivante (Jer.31. 33 – Heb. 10. 16.)

    C'est ce que Paul explique dans Rom. 2. 15. Contrairement à ce que tu prétends, il ne raconte pas qu'on pourrait être juste sans avoir reçu la Parole qui sauve, car tout son travail et toutes ses prédications nous démontrent le contraire. Il nous parle là des païens qui ont reçu la loi de Dieu dans leurs coeurs, c'est à dire qui sont entrés dans la Nouvelle Alliance annoncée par Jérémie et que Paul proclamait partout où il passait. Selon son Évangile, c'était uniquement de cette façon que la justice de Dieu pouvait s'accomplir dans la vie de ceux qui avaient reçu le salut en Christ :

    « C’est ce qui paraîtra au jour où, selon mon Évangile, Dieu jugera par Jésus–Christ les actions secrètes des hommes. » (verset 16)

    Les humains ne peuvent être « justifiés » qu'en recevant la Semence de la Parole dans le terrain de leurs coeurs. Même « un coeur honnête et bon » ne pourra pas porter de fruits agréables à Dieu s'il ne reçois pas la Semence Divine (Luc 8. 15.).

    Jean-Luc B

    RépondreSupprimer
  18. « Le sage a de la retenue et se détourne du mal, Mais l’insensé est arrogant et plein de sécurité. » (Prov 14 :16)

    Vous ne témoignez même pas de respect envers les pasteurs que vous salissez en les traitant de profiteurs sur votre blog. Qu’il y en ait c’est malheureusement certain, mais pas tous. Vous n’hésitez pas, à l’aide des dires d’un certain Viola, qui n’est autre qu’un habile discoureur comme vous, à tordre le sens ce qu’il en est dit réellement dans la Bible. Comme vous l’avez fait hier sur Romains 2 :15 par exemple, vous qui ne connaissez ni l’Hébreu ni le Grec.
    Vous ignorez totalement la charge, les douleurs et les sacrifices qu’engendre ce ministère (pour ceux qui sont réellement appelés).

    Si vous êtes si irrespectueux envers les autorités que Dieu a établies sur les siens et que vous voyez, (car il en existe), comment pouvez-vous craindre et respecter Dieu que vous ne voyez pas ?

    « On ne se moque pas de Dieu, ce qu’un homme aura semé, il le moissonnera aussi ». (Galates 6)

    Qui êtes-vous pour vous être établi vous-même comme juge de beaucoup de blogs chrétiens ?

    David

    RépondreSupprimer
  19. David,

    Les accusations sans preuves n'ont pas valeur d'argument.

    Tu continues dans tes accusations non fondées et ça n'aide pas à la clarté des débats. En ce qui me concerne, je ne vais pas me justifier, mais tu apportes publiquement la preuve que tu me connais très mal.

    Cependant, sans en faire aucunement la démonstration, tu accuses Franck Viola de tordre les Écritures. Je te demande donc de nous en apporter la preuve devant la Bible et devant les frères et soeurs, ou de te taire.

    Je connais personnellement ce qu'est la charge d'ancien et de berger et je ne crois pas que ce soit Dieu qui ait appelé tous ceux que tu nommes « pasteurs » à le servir dans des systèmes religieux qui infantilisent leurs membres. Car l'Écriture nous apprend que les vrais hommes-dons que Dieu envoie ont, au contraire, la charge de les amener à la maturité en Christ (Eph. 4. 11 à 15.).

    Tu sembles sur ce sujet être dans une grande confusion entre les deux Alliances : http://blog-porte-parole.blogspot.com/2009/07/dans-quelle-alliance-sommes-nous.html

    Jean-Luc B

    RépondreSupprimer
  20. Bonjour David,

    En réalité, il y a ceux qui s'auto-proclament ''justes, sages et purs'' et ceux qui le sont véritablement devenus, les ''loués de Dieu''.
    Il y a le ''juste'' s'élevant lui-même secrètement dans son coeur, se trouvant ''meilleur'' que les autres, se félicitant pour toutes les ''bonnes choses'' qu'il fait pour le Seigneur.

    Il y a le ''pur'' se glorifiant d'être ''bien né'' dans le camp des ''bons'', celui du peuple de Dieu, se voyant droit et pur, meilleur que tous ces ''méchants''.

    Il y a le ''sage'' qui se croit mandaté par Dieu pour être le pasteur du troupeau, se persuadant à ses propres yeux qu'il renonce à lui-même. Mais dès que quelqu'un ose lui montrer ses erreurs, ses paroles arrogantes et agressives le rattrapent, révélant le fruit de son coeur non crucifié.

    Il y a le ''sage et pur'' contournant la croix, se persuadant de faire partie des ''justes loués de Dieu'' tels que Jacob, Joseph , Moïse ou Lot...

    Tous ces ''justes, sages et purs'' veulent croire qu'ils obtiennent le statut de ''loués de Dieu'', mais sans accepter pour autant de passer par le renoncement, sans passer par la MORT de la croix. Sans passer par le même chemin de capitulation que ces mêmes ''loués de Dieu'' ont pourtant finalement accepté comme venant de la Main de Dieu, chemin de brisement jusqu'à la soumission complète devant Dieu.

    Ces ''justes'' refusent de voir que les ''loués de Dieu'' ne l'étaient pas au début de leur vie, faisant partie eux aussi de la race des ''méchants'', de ceux qui se croyaient ''justes''.

    Prenons Jacob. Au départ, on voit combien il était loin d'être un ''juste loué de Dieu''. Il était manipulateur, menteur, trompeur, rempli d'égo et d'autosuffisance etc..
    Bref, il était ''un méchant préparant le mal ''( PS. 7 :15 ) s'accaparant du droit d'aînesse de son frère pour un simple plat de lentille. Une autre fois, on le voit mentir et tromper son père âgé et son frère, tout cela pour voler la bénédiction de son frère.

    Il passera ensuite par des années très difficiles de brisement loin de sa famille, chez son oncle Laban. Subissant à son tour l'injustice et la manipulation.

    Ce fut tout un travail de ''nettoyage'' que Dieu fit dans son coeur et dans sa vie, lui faisant prendre conscience de son auto-confiance, de sa propre justice, de son arrogance, cela, jusqu'à ce qu'il capitule, ne s'appuyant plus alors sur ses propres forces et sa propre justice mais se soumettant entièrement avec une totale confiance à la seule grâce de Dieu au travers de la foi obéissante, devenant un ''loué de Dieu''.

    La race qui se croit ''juste, sage et pure'', marchant par sa propre justice, contournant la croix, n'est pas la même que la race ''louée de Dieu'' qui renonce à elle-même, marchant par la foi obéissante.

    '' Il est une race qui se croit pure, et qui n'est pas lavée de sa souillure. Il est une race dont les yeux sont hautains et les paupières élevées.'' ( Prov. 30 : 12-13 )

    '' Mais si le méchant revient de sa mauvaise voie, il vivra.'' ( Ezéchiel 33 : 19 )

    Qu'au bout du chemin nous puissions tous être des ''loués de Dieu'', devenus des instruments soumis et utiles dans Sa Main.

    RépondreSupprimer
  21. Amen Carole !

    Que Dieu nous conduise dans toutes nos voies, soyons humbles et charitables.
    Fermes aussi quand il le faut, car nous devons être convaincus et ne pas tout accepter comme si nous favorisions les mauvaises oeuvres.
    Mais n'hésitons pas à nous remettre en question pour que le Christ croisse en nous et que notre égo diminue chaque jour d'avantage.

    Fraternellement.

    RépondreSupprimer
  22. Pour faire suite à ce que dit Carole, je me suis un jour retrouvée au pieds du Seigneur, consciente de mon indignité parce que je venais de me rendre compte que je m'étais séduite moi-même.

    Oui, je m'étais cru meilleure que mon prochain, mon mari, mon frère. Je ne pouvais avancer dans l'amour agapé envers lui (alors que c'était la volonté de Dieu pour moi) parce que je m'en étais rendue incapable à cause de mon orgueil, ma suffisance, mon auto-apitoiement, bref, ma propre-justice.

    Le plus terrible dans notre nouvelle vie chrétienne, c'est de se croire mieux que l'autre. C'est ainsi que nous sommes séduits et marchons sous un esprit de séduction. Nous parlons souvent de séduction (chez les autres), mais c'est plus difficile de parler de séduction chez soi-même (voir la paille et la poutre). Etre séduit par quelqu'un d'autre que nous, c'est facile à voir, mais être séduit par soi, c'est tellement incongru qu'on n'y pense même pas. Non, nous avons tellement de compassion pour nous que ça fait mal de l'admettre. Quelle erreur nous faisons : oui, il vaut mieux s'examiner soi-même et ne pas se croire juste parce qu'alors nous ne sommes plus sur le bon chemin, celui de l'agneau.

    Comme l'explique Carole, qu'au bout du vrai chemin tracé par LUI, nous puissions tous être loués de Dieu et non pas loués par nous-même.

    RépondreSupprimer
  23. Quel débat !
    Je visite depuis peu ce blog, il y a des choses intéressantes, d’autres beaucoup moins comme ici.
    Je voudrais dire quelque chose.
    Pour moi l’auteur de l’article est un dangereux illuminé. J’imagine les dégâts que cela peut causer chez certaines personnes faibles au bord de la dépression, qui auraient besoin de remonter plutôt que de descendre encore plus. Si on comprends bien l’auteur : plus ça va mal, plus il faut s’amoindrir : un cercle vicieux.
    Il y a quelque chose que vous dîtes Carole, je vous cite « Il est une race qui se croit pure, et qui n'est pas lavée de sa souillure. Il est une race dont les yeux sont hautains et les paupières élevées » cela ne peut-il aussi s’appliquer dans l’autre sens, je m’explique : que vous vous croyez juste parce que justifiée par Christ alors qu’en fait vous ne seriez pas en règle avec lui, donc pas lavée de votre souillure ? tout dépend de ce que vous croyez du salut : je crois donc ça suffit, pas besoin de me sanctifier, ou je crois mais je dois obéir et me sanctifier, ce qui est une condition du salut. « sanctifiez-vous » ça veut dire que c’est à nous de nous sanctifier. J’ai bien peur que vous soyez dans l’illusion sur votre propre personne et que vous ne fassiez partie des vierges folles. Cela se ressent dans vos commentaires.
    Jean Luc, J’ai fais une petite recherche sur votre site et j’ai trouvé un article du mois de novembre avec un lien renvoyant à Frank Viola : J’y ai bien vu qu’il portait de grandes accusations contre les pasteurs, le titre en dit long « Pasteur, voleurs…. »
    Je m’intéresse beaucoup à l’histoire des huguenots : il y avait tellement de pasteurs qui se faisaient massacrer qu’au bout d’un moment il ne s’en trouvait plus. Mais c’est vrai que Frank Viola est un Américain je crois, et qu’il ne connait sans doute pas notre histoire.
    Il serait peut-être bien que vous vous excusiez au moins pour tous ces pasteurs martyrs car c’est quand même grave l’accusation que vous portez.

    RépondreSupprimer
  24. Mon cher David,

    Je ne vois vraiment pas ce que tu reproches à Franck Viola. As-tu seulement vraiment lu ce qu'il dit sur le paganisme dans l'église? Si tu as des accusations à faire, je voudrais que tu les appuies bibliquement, et pour le moment, ce n'est pas le cas.

    Pour ce qui concerne les pasteurs protestants qui sont mort à cause de leur foi, j'ai mis sur ce blog des liens vers le musée virtuel du protestantisme, car je considère que nous leur sommes redevables de leur combat difficile pour le retour à la Bible et à ses enseignements. Ils ont déblayé dans les larmes et la souffrance beaucoup de pierres sur le chemin du salut et nous ont permis par leur sacrifice d'avancer plus loin vers la maison du Père.

    http://blog-porte-parole.blogspot.com/2010/04/musee-virtuel-du-protestantisme.html

    Mais ils vivaient à une époque où ce n'était pas forcément facile de tout remettre en cause et nous pouvons reconnaître aujourd'hui qu'ils n'ont pas su se libérer de la totalité des schémas de pensée babyloniens qui avaient infectés l'Église depuis 2000 ans.

    Nous n'avons pas à rester indéfiniment à l'endroit du chemin qu'ils avaient atteint, mais à avancer toujours plus loin, pour continuer dans l'élan qu'ils ont impulsé. Et c'est dans ce sens que le livre de Viola (entre autres) est utile pour ceux qui veulent continuer à avancer en suivant l'exemple de leur marche et non pas en s'installant simplement dans leurs traces.

    http://blog-porte-parole.blogspot.com/2009/07/quarrive-t-il-leglise.html

    Il n'y a rien d'injurieux à tirer la leçon des erreurs de ceux qui nous ont précédés. Au contraire, ça nous donne l'occasion de ne pas les recommencer indéfiniment, mais nous permet de continuer à progresser toujours plus dans la connaissance de la volonté de Celui qui nous a sauvé « afin que nous ne soyons plus des enfants, flottants et emportés à tout vent de doctrine, par la tromperie des hommes, par leur ruse dans les moyens de séduction, mais que, professant la vérité dans la charité, nous croissions à tous égards en celui qui est le chef, Christ. » (Eph. 4. 14-15.).

    Jean-Luc B

    RépondreSupprimer
  25. Cher David,

    Voici un autre passage des Ecritures :

    « Ainsi donc que celui qui croit être debout prenne garde de tomber ! » ( 1 Cor.10 : 12 )

    Nous sommes évidemment tous concernés, moi y compris, tout dépend de l'état de notre coeur et de notre comportement qui en découle. Le Seigneur nous demande de CROIRE ce qu' Il a fait pour nous à la croix en Le lui démontrant avec joie par notre obéissance par la foi agissante quotidienne. C'est avoir une relation intime de confiance et d'affection avec Lui. C'est entrer avec reconnaissance dans la mise en pratique ''des oeuvres qu' Il a préparées d'avance'' qu' Il nous montre à mesure, tout simplement.

    Nous savons que sans la foi agissante et la sanctification nul ne verra le Seigneur ( Héb. 11:8 , Héb 12 : 14 )

    Mais cela ne peut se faire sans passer tous les jours par la mort de la croix et la joie d'obéir au Seigneur. Entre autres, cela passe par l'acceptation d'abandonner et de renoncer à ''nos anciens schémas mentaux'', nos anciennes habitudes, nos pensées humaines'' , cela à mesure que le Seigneur nous les révèle afin de nous ''réajuster à la Volonté de Dieu'', jusqu'à ce que Christ soit entièrement formé en nous et que la réalité de l'accomplissement de la croix soit totalement accomplie dans notre coeur soumis au gouvernement de Christ. C'est ce qu'explique notamment Chip Brogden.

    Car si après 5, 10 ou même 20 ans et plus de ''vie chrétienne'' , nous n'avons toujours pas ou très peu changé depuis notre conversion, ayant toujours ce même ''fichu mauvais caractère'', c'est qu'il y a un sérieux problème. La sanctification ne fait pas son oeuvre dans notre coeur comme cela devrait être le cas, parce que de notre côté nous résistons et combattons contre la croix au lieu de laisser le Saint-Esprit agir en nous en Lui obéissant. (Gal. 5 )

    Lorsqu'une ''personne faible ou sur le bord de la dépression'' découvre dans sa vie ce que signifie vraiment la réalité du renoncement à soi-même, laissant agir Jésus avec confiance, Lui obéissant par la foi, cette personne n'est alors plus dépressive mais porteuse de vie !

    « Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi. C’est pourquoi je me plais dans les faiblesses, dans les outrages, dans les calamités, dans les persécutions, dans les détresses, pour Christ; car, quand je suis faible, c’est alors que je suis fort.» (2 Corinthiens 12:9-10)

    « J'ai été crucifié avec Christ; et si je vis, ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi. » ( Gal. 2 : 20 )

    « Que nul ne s’abuse lui-même : si quelqu’un parmi vous pense être sage selon ce siècle, qu’il devienne fou, afin de devenir sage. Car la sagesse de ce monde est une folie devant Dieu. » (1 Corinthiens 3:18 )

    Et comme le résume Aline : ''qu'au bout du vrai chemin tracé par LUI, nous puissions tous être loués de Dieu et non pas loués par nous-mêmes''

    RépondreSupprimer
  26. Je signale que je ne suis pas l'auteur du message anonyme non signé ci dessus contrairement à ce que vous tentez de faire croire.

    Ou alors est-ce une stratégie délibérée de votre part?

    Vous êtes plus bas encore que je ne le croyais.

    David

    RépondreSupprimer
  27. Bonsoir David,

    Avec tous les anonymes qui parcourent les sites, comment savoir qui est qui?

    Il serait tellement plus simple comme Jean Luc l'a déjà dit, de cliquer dans sélectionner le profil sur "Nom/URL" et de mettre David.

    Tu t'es placé toi même dans la position où tu te sens mal en ce moment, alors n'accuse pas les autres de ce que tu n'as pas les moyens de vérifier.

    Si tu te sentais clair avec toi même, tu aurais simplement, précisé que tu n'étais pas l'auteur du message précédent, au lieu d'accuser les autres et de leur prêter les intentions que tu as écrites.

    Plus il y a de transparence (vérité?) moins il y a de sous entendus malsains, et si tu apprends à t'accepter et te montrer tel que tu es tu n'auras aucun mal à ignorer ce qui pourrait être sous entendu, mais n'est pas dit....

    Marie Josèphe

    RépondreSupprimer
  28. Amen MJ !

    Dans la lumière tout est clair, alors qu'il suffit d'un peu d'ombre pour voiler toute la vérité !
    Que Dieu bénisse chaque membres et visiteurs de ce blog, que nos coeurs soient bien disposés les uns envers les autres, afin que Christ soit glorifié avant tout.

    Par le Saint-Esprit et dans le Nom de Jésus, amen !

    RépondreSupprimer