jeudi 26 août 2010

Compassion sélective?

Chiffres et photos à l’épreuve de la réalité.

N.D. un chrétien du Sud de l’Iran raconte comment son intérêt pour la foi chrétienne a été exploité : « mon ami m’avait invité à participer à une réunion parce qu’un pasteur venu de Grande Bretagne devait y prêcher…à la fin de la prédication de cet homme au phénotype indien, je suis presque malgré moi plongé dans une baignoire dans les eaux du baptême. ‘Je ne comprends pas’ ai-je protesté, ‘tu le comprendras plus tard’ me répondit-on » La scène a été soigneusement filmée et l’homme enregistré en temps que chrétien… sans doute par anticipation.


Un autre chrétien à Istanbul témoigne qu’à la fin de la réunion d’un évangéliste charismatique iranien considéré comme ayant des dons de guérison, il est bousculé de la même manière vers les eaux du baptême. « Je n’en revenais pas, je n’étais tout simplement pas prêt ». Certains pousseront des « alléluias » à la vue de ces « conversions »...

Le baptême reste un engagement personnel qui ne doit pas être ainsi désacralisé.


L’aide aux persécutés.


Qu’il soit dit une fois-pour-toutes : les nombreuses méthodes d’évangélisation anglo-saxonnes ne fonctionnent pas au Moyen-Orient et en Iran. Seule des personnes ayant un appel du Seigneur peuvent faire un travail de terrain sérieux. Les organisations locales financées par des structures étrangères arrivent difficilement à progresser en nombre dans la réalité de l’Iran et du MO. Il leur reste alors une solution de facilité pour se rendre numériquement importants aux yeux de leurs donateurs étrangers : voler des membres d’autres groupes, les acheter... 

F représente une série d’organisations iraniennes basées à l’étranger et bien connues. Cet iranien originaire de la région de Rasht, qui porte étrangement un prénom à consonance afghane parcourt l’Iran pour apporter le soutien aux persécutés…Ainsi, à chaque fois que le responsable d’un groupe de maison est arrêté ou neutralisé, F. se présentera pour demander aux chrétiens de se mettre sous le parapluie de son organisation. Ils bénéficieront ainsi de la protection nécessaire… Des structures changent de forme de cette façon sous la direction de F. Les patrons de F. sont bien gentils : ils payent quelquefois les billets de ceux qui veulent bien participer à des séminaires à Istanbul ou à Antalya... Il serait intéressant de chercher à comprendre pourquoi, malgré leurs activités, les structures dirigées par F. et ses collègues ne sont jamais sérieusement inquiétées par les Renseignements Intérieurs Iraniens...


Questions sans réponses. 


Il arrive parfois que des prédicateurs étrangers peuvent venir en Iran afin de constater l’avancement de l’œuvre grâce au « travail de terrain » de F et de ses collègues. Evidemment les enregistrements des sermons parviennent aux « amis » des Renseignements. Le site « pedar.net »ou « peder.net » (n’y allez pas surtout si vous ne voulez pas de virus informatiques), tenu par des hackers du «ministère» des Renseignements, se plaignait de la « pauvreté » des sermons de ces missionnaires aux organisateurs locaux de faire un petit effort pour « rehausser le niveau ».


Comment F et ses collègues arrivent-ils à localiser facilement les membres de ces églises souterraines précisément au moment où elles sont touchées par les arrestations? Sont-ils à chacune de ces occasions conduits par le Seigneur, comme Philippe ?... En fait personne ne sait...


F reçoit « au bon moment » de ses patrons des numéros de téléphone et des adresses. Sait-il au fond qu’il est un instrument de la prise-de-contrôle des églises locales libres qui étaient implantées sur le terrain?


Beaucoup d’organisations missionnaires internationales se sentent propriétaires de chrétiens iraniens alors qu’ils ont financé (sans forcément le savoir) un travail de « récupération » de ces groupes-de-maison indépendants.


Le financement de l’œuvre « missionnaire en Iran » rappelle étrangement les financements des projets dans le tiers-monde qui ne servaient qu’à enrichir les autorités locales et à donner un sentiment trompeur d'utilité à des donateurs trop confiants.


L’aide financière prend de telles proportions que d’anciens croyants en viennent quelquefois à se bagarrer avec les pasteurs pour toucher leur « dû »...

http://analyse.over-blog.org/pages/document-annexe-3557386.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire