dimanche 5 juin 2011

Les églises-de-maison chinoises vues par une journaliste

Un bon article qui résume la situation et l'histoire de la croissance récente de l'église évangélique dans les villes chinoises (à part quelques problèmes de traduction: "églises domestiques" = lire "églises de maison"; "missels" = lire "Bibles"):


Chine, de Mao à Jésus : la vague protestante


De plus en plus nombreux, les protestants font peur au régime. Ils sont médecins, avocats, professeurs, parfois membres du Parti. Ils comptent dans leurs rangs de nombreux défenseurs des droits de l'homme. Chaque semaine, la police chinoise arrête par dizaines les fidèles de Shouwang, la plus emblématique des « églises indépendantes ». Mais pour leur foi, ils sont prêts au martyre.


Voici presque deux mois qu'on les voit arriver chaque dimanche à 8h30 tapantes, sur cette vaste place peu accueillante du quartier des universités à Pékin, avec sur le visage une curieuse expression d'hésitation et d'audace. Jeunes filles frêles en jeans et queue de cheval, couples de quadras bien mis, messieurs distingués ayant l'air de profs à la retraite, etc. A peine font-ils mine de se regrouper que des policiers en tenue anti-emeute se précipitent sur eux. Ils se laissent alors embarquer sans opposer de résistance. Dans le bus qui les emmène au poste, ils ouvrent leur missel et entonnent en chœur des cantiques.


Ces individus qui défient chaque semaine l'impressionnant déploiement de sécurité, sont des protestants appartenant à Shouwang, la plus importante, la plus emblématique des églises dites « domestiques » de Pékin. Farouchement indépendants, refusant de se laisser absorber par l'église officielle, appelée aussi « patriotique », entièrement sous la coupe du gouvernement, ces groupes autonomes de convertis se réunissent chez les uns ou les autres ou dans une banale salle de réunion louée pour l'occasion. Ils élisent leur pasteur, ainsi que le petit comité d'« anciens » chargés de diriger l'église, et se consacrent avec ferveur à la vie de leur communauté. « Nous n'avons pas d'arrière-pensée politique, nous ne sommes pas opposés au gouvernement, affirmait récemment un responsable de Shouwang aujourd'hui assigné à domicile et impossible à approcher. Nous ne voulons qu'une chose : vivre librement notre foi en compagnie de nos frères et de nos sœurs ».




Lire la suite sur gauthier.blogs.nouvelobs.com...


.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire