dimanche 16 octobre 2011

Le carburateur bouché

.
'' A vingt ans, je décidai de devenir mécanicien et j'entrai dans un garage. Un soir que je fus seul de service, un client téléphona : il était en panne et il fallait lui envoyer quelqu'un.

'' Je n'ai personne à vous envoyer, lui dis-je, je suis tout seul ici.''

Comme il insista pour que l'on vint à son aide, je fermai le garage et je partis.

A l'époque je ne connaissais pas grand-chose aux autos. Je ne savais pas où trouver la magnéto, ni le carburateur. Craignant que cet homme n'attendit de moi au-delà de mes capacités, je lui expliquai que je n'étais pas encore mécanicien . Ce fut de ma part une grave erreur: Ne vous excusez jamais de votre ignorance !

Il me dit : '' Dans ce cas, ne touchez pas à mon moteur !''.
Et il se mit lui-même à l'ouvrage, tournant, tirant, jusqu'à ce que, pour finir, il jeta la manivelle sur le trottoir, en s'écriant : '' Voyez si vous y pouvez quelque chose ! Moi, je renonce !''


''C'était une vieille Cadillac. Tandis qu'il essayait de se dépanner, j'avais étudié le moteur. J'avais vu où se trouvaient le carburateur et la magnéto, et où tous les fils aboutissaient. Lorsqu'il me laissa le champ libre, je fus prêt. Je me dis : '' Bien sûr, je ne connais pas grand-chose à cette machine, mais je suis assez dégourdi pour la démonter, la nettoyer et la remonter.''

Je me mis donc à l'ouvrage. Je sortis le carburateur, nettoyai chaque pièce très soigneusement et les plaçai les unes à côté des autres. A l'intérieur du carburateur, je trouvai une toute petite saleté. Je l'enlevai et remontai le tout tel que je l'avais trouvé, chaque vis à sa place. Puis, je pris la manivelle et mis le moteur en marche, sans difficulté.

Le client fut tellement heureux d'avoir été tiré d'embarras que dès lors, chaque fois qu'il était en difficulté, il téléphonait : '' Envoyez-moi le gamin ! ''

Mes amis j'aimerais que vous saisissiez la signification profonde de cette histoire.
En effet, je ne pouvais rien faire pour cet homme tant qu'il ne me permettait pas de l'aider. J'aurais pu avoir toute l'habileté du monde, tant qu'il me défendait de toucher à sa machine, je ne pouvais lui être d'aucun secours, et cela jusqu'au moment où il me dit : '' Allez-y !''

Ainsi en est-il pour nous. Dieu Lui-même ne peut nous aider que lorsque nous sommes prêts à Le laisser faire. Pourquoi ? Parce qu'Il nous laisse libres de choisir. Il ne force personne : nous pouvons accepter ou refuser Son offre.

Je souhaite qu'il y ait, ici ,ce soir beaucoup d'âmes qui considèrent la chose sérieusement et acceptent que Dieu leur vienne en aide. Mes amis, j'espère que vous avez compris la leçon de cette histoire: la panne venait d'une toute petite saleté dans le carburateur. Ce minuscule grain de poussière empêchait un gros moteur de tourner.

Mon métier est de fabriquer des machines pour la construction des routes. Pour certaines d'entre elles, nous employons des moteurs Diesel. Dans le moteur Diesel, il y a un petit trou d'environ 1/7 de millimètre de diamètre par lequel le mazout doit passer. Il suffit donc d'un grain de poussière de 1/7 de millimètre pour arrêter un de ces puissants moteurs.

Je vous le dis, il suffit de peu pour couper le contact entre l'homme et Dieu : cela peut être une toute petite chose et cependant la puissance de Dieu est immobilisée.

Lorsque Dieu nous montre un obstacle dans notre vie, il ne faut pas attendre pour l'éliminer. Nous devons en finir avec les petits interdits si nous voulons connaître une communion étroite avec Lui. Je Lui demande de me montrer jour après jour ce qu' Il veut que je fasse. C'est ainsi seulement que cela vaut la peine de vivre.''

( extrait tiré de la biographie de R.G.Le Tourneau 1960)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire