dimanche 19 août 2012

L'église squelettique. (Chapitre 1)


Un livre de Jeremy Myers : Skeleton Church - (A bare-bones definition of church)  traduit en français par Eliane Colard et Nadine Pierre et diffusé sur Blogdei .


Dans de nombreux domaines, l’Église est aujourd’hui enfermée dans des structures institutionnelles rigides qui entravent sa croissance. Peut-être 80 % de ces structures ne sont pas formelles et officielles, mais sont tout simplement traditionnelles et culturelles. Aux États-Unis, par exemple, quelques dénominations ont adopté un article de foi  indiquant que les services de culte doivent être tenus entre dix et douze heures le dimanche matin, et pourtant c’est là l’un des exemples les plus rigides du Christianisme institutionnel américain.

Dans de nombreuses régions, la même chose s’applique à la liturgie, le processus de prise de décision, des idées au sujet du «Clergé», et même les méthodes d’évangélisation. Beaucoup de ces choses sont tout simplement de la tradition dont seul un petit pourcentage représente une petite partie du fonctionnement normal de l’église. Et pourtant, c’est précisément cette  partie traditionnelle, cette part en partie visible qui se trouve être la plus rigide, la plus résistante au changement, et le plus souvent à la vie de l’Eglise  -Howard A. Snyder



En SEDLEC, République tchèque, il y a une Église Squelettique. Elle est fabriquée à partir d’os d’environ 50’000 squelettes. En entrant dans l’église, vous êtes confrontés à des dizaines de milliers de crânes, squelettes, et d’os. Les murs et les plafonds en sont couverts. Un lustre osseux géant est accroché au plafond. La chaire et le baptistère sont parés avec des crânes. Pour une personne normale, entrer dans un tel édifice est une expérience effrayante. Quand j’ai vu les photos de ce bâtiment, j’ai tout de suite pensé: «Imaginez la réunion du conseil durant laquelle ce plan de décoration a été discuté». Je peux l’entendre d’ici: «Suivant sur l’ordre du jour… décorations de l’église. Nous avons deux propositions: nous pouvons choisir des vitraux, du carrelage en marbre, et des fleurs, ou la deuxième option, des crânes et des squelettes de dix mille morts». A quoi pensaient-ils?

Eh bien, la vérité est que, comme avec la plupart des choses dans l’église, ceci est juste le type d’événement qui se produit au fil du temps. L’église était à l’origine un monastère situé à côté d’un cimetière. En 1278, l’abbé du monastère voyagea en Palestine et en revint avec quelques débris de terre ou poussière de la colline du Golgotha. Il a saupoudré ces débris dans le cimetière, et quand cela s’est propagé, le cimetière est devenu un endroit populaire où des gens ont voulu enterrer leurs bien-aimés.

Autour de l’an 1400, une église gothique a été érigée dans le cimetière et que quelque chose devait être fait avec tous les os qui ont été découverts durant la construction. Les os ne pouvaient pas être jetés ou brûlés, car ce serait faire preuve de manque de respect pour les morts. Ainsi, les os ont été empilés dans une petite chambre de la chapelle. Au fil des ans, le cimetière a dû être étendu à plusieurs reprises, et souvent, en temps de guerre et au cours de la peste bubonique, des charniers ont été creusés et des milliers de personnes ont été enterrées en même temps. Régulièrement, de vieilles tombes ont été creusées pour permettre de nouveaux enterrements. Et de nouveau, tous les vieux os ont été empilés dans la chapelle.



Finalement, en 1870, un sculpteur sur bois a été embauché pour mettre un peu d’ordre dans cet amas d’os, et il en a fait des arcades osseuses massives, des guirlandes de crânes, et un lustre qui contient au moins un exemplaire de tous les os du corps humain. Ces dernières années, l’église est devenue plus une attraction pour touriste que toute autre chose, et a été présentée dans différents films et documentaires.



L’Église des ossements



C’est un peu comme un grand nombre de nos églises aujourd’hui. Même si nous ne les avons pas décorées avec des os, nous sommes souvent environnés par la mémoire et la tradition de personnes mortes depuis longtemps déjà mais qui nous ont liés dans une tradition souvent effrayante. Et parfois, cela peut devenir carrément effrayant.
Essayez de changer les bancs de votre église quand ils ont été là pendant 80 ans et ont été donnés par la sainte grand-mère de l’ancien et vous verrez avec quelle rapidité les crocs et les griffes sortent. Ou si vous voulez vraiment voir un carnage, essayez de suggérer au Conseil d’administration de vendre l’immeuble une fois pour toutes. Une fois, j’ai suggéré cela lors d’une entrevue pour un poste pastoral dans une église. Les anciens m’ont dit qu’ils voulaient leur église pour commencer à atteindre les perdus, et qu’ils étaient à la recherche d’un pasteur qui pourrait les conduire dans cette direction. « Il est possible que des changements drastiques soient nécessaires » leur ai-je dit. «Êtes-vous prêts et disposés à faire tout ce qu’il faut pour atteindre d’autres avec l’Évangile? « Ils m’ont assuré qu’ils l’étaient.
Donc, j’ai continué: « Disons que, après beaucoup de prière et une discussion approfondie, les anciens décident que pour atteindre le monde avec l’Évangile, Dieu veut que vous vendiez le bâtiment de l’église. »

Silence. Les grillons chantaient à l’arrière-plan.

Enfin, un ancien prit la parole. « Eh bien, cela n’arrivera jamais. Le bâtiment est une partie essentielle de notre ministère. »

Alors, j’ai essayé à nouveau. « Mais vous avez dit que vous étiez prêts à faire  tout le nécessaire pour atteindre les perdus avec l’Évangile. Et alors si les anciens convenaient à l’unanimité, après beaucoup de prière et de discussion, que l’un des choses que Dieu voulait que vous fassiez était vendre votre immeuble? Est-ce quelque chose que vous seriez prêts à faire?  »

L’ancien parla à nouveau: « Nous n’en viendrions jamais à un tel accord. Nous avons besoin de notre bâtiment pour atteindre la communauté avec l’Évangile. Comment pourrions-nous atteindre le monde si nous n’avions pas un bâtiment? Nous sommes prêts à le faire tout ce qu’il faut pour toucher le monde, mais les choses que nous voulons faire… exigent un bâtiment. »



L’entrevue s’est poursuivie, et inutile de dire qu’ils ne m’ont pas rappelé. Mais ce n’est là qu’un exemple de cas où des églises sont construites à partir d’os morts (desséchés). Nous sommes si souvent liés au passé que ces traditions deviennent des cadavres autour de notre cou, nous entraînant dans l’inertie. Nous ne pouvons pas voir au-delà de ces os.



Ce n’est pas seulement avec les méthodes traditionnelles que nous faisons les choses, mais aussi avec les choses traditionnelles que nous croyons. Défiez une église Southern Baptist (Baptiste du Sud) sur l’ordination des femmes, une église Réformée sur le calvinisme, ou une église non-confessionnelle sur son indépendance, et vous verrez à quelle vitesse les crocs se mettent à nu. Dans les premières années, les chrétiens se sont laissés utiliser pour se détruire les uns les autres sur des questions similaires. Nous ne nous tuons pas les uns des autres aujourd’hui, mais parfois, nous le pourrions tous aussi bien.

Tous ces combats et querelles, cependant, portent pour la plupart sur des os d’hommes morts. Ils constituent les traditions de ceux qui nous ont précédés, qui, bien qu’ils nous rappellent qui nous sommes et d’où nous venons, font de l’église une attraction de plus pour touristes qui s’ennuient.



Redonner vie à des os


Ce n’est pas que les os sont mauvais en soi. Les os sont une excellente chose lorsqu’ils sont utilisés correctement. Sans os, la vie serait impossible. Mais des problèmes se posent dans la vie et à l’église lorsque les os et traditions s’écartent de leurs objectifs, et commencent à s’empiler et recueillir de la poussière. Des tas d’ossements morts et de traditions anciennes ne sont pas porteuses de vie; au contraire ils mettent la vie en danger.

La solution, n’est cependant pas de jeter les os. Au lieu de cela, ils ont besoin d’être ressuscités.

Heureusement, nous servons un Dieu qui est spécialiste de la résurrection! Il aime ressusciter les morts. Il aime à mettre de l’ordre là où règne le chaos, la lumière là où règne l’obscurité, et le souffle de vie là où règne l’inertie.



Mais Dieu Lui-même, avant d’appeler la résurrection, doit d’abord reconstruire (restructurer) dans des squelettes les vieux tas d’os empilés pêle-mêle.
Rappelez-vous la vision d’Ézéchiel de la Vallée des Ossements Desséchés? Dans Ézéchiel 37, Dieu montre au prophète une vallée remplie de vieux ossements. Ézéchiel voit la masse de ces os venir ensemble se rapprocher et s’emboîter les uns les autres dans des milliers de squelettes, et une fois construits, restructurés, ils sont couverts de nerfs et de chair, et c’est alors seulement que l’Esprit de Dieu pu apporter une nouvelle vie à ces squelettes, et ce fut une armée nombreuse qui se tint sur ses pieds. Dans le passage, les os parlent de la nation d’Israël et la façon dont ils ont perdu leur espoir et ont été coupés de leur terre et des promesses de Dieu. Le point de la vision, c’est que la mort n’est pas la fin, mais le lieu d’où Dieu peut travailler à rétablir la vie et ressusciter de vieux os. Je crois que la même chose peut arriver à l’Église.



Des églises d’ossements desséchés



Avant que Dieu puisse apporter une nouvelle vie à l’église, nous avons besoin de la voir pour ce qu’elle est souvent: une vallée d’ossements desséchés, une église squelettique, remplie de tas de poussière de vieux os. Et si il y a beaucoup d’activités dans l’Église aujourd’hui, la plupart d’entre elles semble être conduit par les médias, l’argent, et le marketing. Est-ce que de telles choses sont des signes de la vie nouvelle insufflée dans l’église par l’Esprit de Dieu, ou sont-elles seulement comme des créations d’un vieux sculpteur sur bois réarrangeant et disposant des os dans des lustres, guirlandes, et arcades?

Je crois que la plupart de ces activités ressemble davantage au travail d’un sculpteur sur bois, qu’à celui de l’Esprit de Dieu. Toutefois, en prenant l’image d’Ézéchiel 37 comme base, voir une église d’ossements desséchés ne signifie pas forcément que  l’église est morte, mais parfois plutôt qu’elle est sur le point d’être ressuscitée à une vie nouvelle. Mais avant que cela arrive, les ossements desséchés doivent se réunir. Les os de l’Église doivent être construits (édifiés) sur  un squelette…

Ce livre a pour objet la construction d’un squelette pour l’église. Les principes présentés dans ce livre sont les bases essentielles de l’église. Ce livre ne traite pas de la chair, des nerfs, et des muscles, car je crois que ces choses varient considérablement d’un lieu à un autre et d’une époque à une autre. Tout comme dans la vie, un corps varie grandement d’un autre, de même aussi dans l’église, un organisme local diffère considérablement de tout autre organisme. Mais dans la vie, tout comme dans les églises, le squelette reste le même. Ce livre ne vous dit pas comment établir votre église, ou ce à quoi votre église devrait ressembler. Il construit tout simplement une charpente, un squelette. Il établit un cadre. Il ne cherche pas à aborder les questions de leadership et de gouvernement, ou le bon ordre des services et des programmes. Ce livre ne défend ni ne s’attaque à l’église de maison ou à la méga-église, à l’église locale ou l’église-entreprise. Ce livre tente tout simplement de définir et de défendre une structure interne pour les églises de toutes formes et tailles, de tous modèles, de tous styles et dénominations, et de tous courants théologiques. Il tente de fournir un squelette, et rien de plus.

Mon objectif est le développement de l’unité au sein de l’église. La plupart des débats religieux des 1700 dernières années ont porté sur des choses externes telles que les bâtiments, les goûts musicaux, les styles de leadership, et une foule d’autres choses qui piègent les églises. C’est comme débattre pour savoir quelle couleur de peau, quelle silhouette, quels styles de coiffures, et quels modèles de vêtements sont les meilleurs. Bien que l’humanité ait débattu sur de telles choses dans le passé, nous en arrivons heureusement à regarder finalement au-delà de toutes ces choses externes et à se voir mutuellement comme des êtres humains. Et c’est ainsi que cela devrait être pour l’église aussi. Nous devons apprendre à regarder au-delà de tous ces pièges extérieurs qui différencient un groupe de croyants d’un autre, et voir que, sous tout cela, il y a une structure similaire, et un fondement semblable pour nous tous: le squelette de l’église.



Donc, ce livre est essentiellement une tentative de définition de l’église qui corresponde à toute église, de toute époque, au sein de toutes cultures, église de toutes tailles, formes et dénominations. Que vous participiez à une église de maison de 10 personnes, ou que vous vous réunissiez dans une méga-église de 10.000 personnes, il existe une structure sous-jacente qui nous lie tous ensemble. C’est cette structure sous-jacente que ce livre cherche à dévoiler et à expliquer. Et bien que cela nécessite quelques explications, nous verrons que le squelette de l’église est très simple. Dieu a voulu que l’église soit simple afin qu’elle puisse s’adapter et être flexible pour s’adapter à toute culture, dans n’importe quel lieu, à n’importe quelle époque. L’ultime vérité de l’Évangile, le trésor inestimable de Dieu le Créateur, réside dans des vases d’argile.


Jeremy Myers  :  Skeleton Church


Remerciements à Eliane Colard et Nadine Pierre pour les traductions et à Blogdei pour la diffusion.


 Renvois :

 L'église squelettique. Chapitre  1

 L'église squelettique. Chapitre  2

  L'église squelettique. Chapitre 3
 
 L'église squelettique. Chapitre  4
 
 L'église squelettique. Chapitre  5
 
 L'église squelettique. Chapitre  6 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire