dimanche 19 août 2012

L'église squelettique. (Chapitre 5)



Dans le monde

Lorsque l’église cesse d’enseigner et commence à aider les personnes, à écouter et regarder au Maitre (Rabbi), cela change notre attitude et notre rapport au monde. (Stephen Jones)



Jusqu’ici, nous avons vu que l’église, c’est le peuple de Dieu qui suit Jésus. Mais où Jésus nous conduit-il ? Si nous suivons Jésus, Il doit nous conduire quelque part. Beaucoup disent que nous ne savons pas où Jésus nous mène, c’est pourquoi nous devons le suivre aveuglément par la foi. Ce n’est pas vrai. La bible est assez claire concernant l’endroit où Jésus nous mène, et la plupart d’entre nous n’aimons pas la direction qu’Il prend, et nous plaidons l’ignorance. Nous pensons que tant que nous nous bouchons les oreilles et que nous crions «LA-LA-LA-LA! Je ne t’entends pas! », Jésus va nous laisser tranquilles et nous pourrons continuer à rester assis sur nos bancs confortables, à entendre de la musique céleste et des sermons pertinents, tout en ignorant les murmures de l’Esprit Saint ainsi que la voix de Jésus qui nous disent avec cette toute petite voix de nous lever et de nous rendre à l’extérieur, en plein milieu du désordre et de l’impureté de la vie. Mais ce n’est pas de notre faute. L’église nous a menti.

La plupart d’entre nous pensons que nous sommes devenus chrétiens afin que nos vies soient nettoyées. Puis, lorsque Jésus nous dit d’aller nous salir de nouveau, nous pensons que nous avons mal entendu, et qu’il suffit que nous lisions nos bibles et priions un peu plus, pour entendre correctement. Donc, nous demeurons assis, attendant d’entendre quelque chose que Jésus ne va jamais nous dire. Et plus nous restons assis, plus cela devient facile d’ignorer la voix de Jésus. Nous commençons à confondre la voix de Jésus avec celle de Satan. Lorsque le dimanche matin une voix nous dit, « Va à l’église » et une autre nous dit: «Va passer du temps avec ton ami qui s’est soûlé lors d’une fête, a couché avec la mauvaise personne, et a maintenant le SIDA», nous pensons que c’est impossible que cette première voix ne soit pas celle de Jésus. Par ailleurs, nous voulons désespérément écouter cette première voix qui nous dit d’assister beaucoup plus aux services religieux et aux études bibliques. La plupart d’entre nous sommes malades et fatigués du tohu-bohu de la vie, et l’église nous offre un moyen de fuir cela. En nous immergeant dans les cultes du dimanche, et en semaine dans les études bibliques, nous racontant que c’est cela suivre Jésus et être Son disciple, nous sommes ainsi capables de rester assis là, la tête dans les nuages célestes, attendant l’enlèvement et l’entrée dans la béatitude céleste. Pendant ce temps, notre ami qui a le SIDA pense au suicide, mais nous ne le saurons jamais, parce que nous sommes trop occupés à apprendre les grandes lignes du livre des Romains ainsi que la manière de pratiquer la prière contemplative.

Mais ce n’est pas cela suivre Jésus. Ce n’est pas ce qu’il a fait lui-même, ni ce qu’Il a enseigné à Ses disciples, et ce n’est pas la façon dont il nous conduit maintenant. Non, quand Jésus est devenu humain, il est entré pleinement dans la crasse et la puanteur de ce monde, non pas pour apporter le jugement et la condamnation, mais pour y annoncer la paix, le pardon, la justice, la miséricorde, la liberté, la restauration, et la joie ! C’est ce qu’Il a enseigné à Ses disciples, et ils avaient du mal avec cela et nous aussi. Nous sommes heureux de suivre Jésus dans le monde si nous pouvons condamner les pécheurs, mais, lorsque Jésus nous envoie des invitations à cette fête, eh bien, nous ne sommes pas sûrs de vouloir participer à cela. Nous retournons donc, une fois de plus, à nos bancs rembourrés, à notre musique professionnelle, à nos conférences et à nos prêches-marathons.

J’ai parfois l’image de Jésus qui attaque les portes de nos églises, en criant: «Suivez-moi! » et quand il s’éloigne et qu’il est à mi-chemin du bâtiment, il regarde par-dessus Son épaule et dit, « Où sont-ils tous passé ? ». Jésus veut conduire les personnes dans le monde, et lorsque le Peuple de Dieu suit Jésus, c’est dans le monde qu’Il va.



Dans le monde

Lorsque nous suivons Jésus, Il nous conduit plus profondément dans le monde, et non pas loin du monde. Cela désoriente la plupart d’entre nous dans un premier temps, car nous pensons que nous suivons Jésus pour être libéré du monde, et cependant il veut nous y reconduire tout de suite ! N’est-ce pas là où règnent le péché, la chair, et le diable? Le monde n’est-il pas sous le contrôle du malin? N’est-ce pas ce lieu qui est sous le jugement et la condamnation de Dieu? Jésus ne va-t-il pas le détruire de toute manière, lors de son retour ? Pourquoi devrait-il nous reconduire là-bas? Nous ne voulons pas revenir en arrière. Nous avons tout laissé derrière nous afin de pouvoir suivre Jésus dans la paix et la sécurité. Mais c’est dans le monde, qu’il nous conduit. Pourquoi? Parce que Dieu a un plan pour l’église. Dieu n’a pas établi l’église juste parce qu’Il le pouvait. Il avait un objectif en tête, un but. Dieu avait un plan. Ce plan a été révélé en Jésus, et il a commencé par Jésus, mais il n’a pas été terminé ou finalisé par Lui. Oui, juste avant sa mort, Jésus a déclaré: «Tout est accompli ! », mais il faisait là référence à son œuvre rédemptrice à la croix, et non pas au plan intégral et rédempteur de Dieu pour le monde. Cette tâche a été commencée par Jésus et se poursuit aujourd’hui au sein et à travers l’église, c’est-à-dire le peuple de Dieu. Le travail que Jésus a commencé, nous devons le poursuivre. Le plan de Dieu, la direction de Dieu, le but de Dieu pour l’église c’est qu’elle continue de vivre et d’agir comme Jésus dans le monde. C’est pourquoi Dieu a créé et établi l’église, afin que nous puissions continuer à être Jésus dans le monde.

C’est l’idée centrale de Jean 17:14-16 où Jésus a prié afin que ses disciples restent dans le monde, mais ne soient pas du monde. Souvent, c’est interprété de manière à ce que nous abandonnions tous liens avec le monde. Les gens pensent que cela signifie que bien que nous vivions encore sur terre, nous n’avons vraiment rien à voir avec ce qui se passe ici. Une telle interprétation nous aide à grandir dans la sainteté et la pureté, mais nous fait aussi perdre toute influence et efficacité pour amener l’autorité et le règne de Dieu sur terre.

Pourtant, il semble que ce que Jésus a vraiment prié dans Jean17 :14-16, c’est que nous sommes dans le monde, tout comme Jésus l’était, mais pas « du » monde. C’est-à-dire que, nous sommes dans le monde aussi pleinement que possible, tout en n’adoptant pas les valeurs et les façons de faire les choses du monde . Nous avons un système de valeurs différent, une manière différente de faire les choses, une manière qui respecte les objectifs et les valeurs du ciel. Et comme nous suivons Jésus dans ce monde, nous vivons et imitons ces valeurs, en montrant aux autres que la façon dont Dieu fait les choses est supérieure à celle du monde. C’est cela ce que signifie suivre Jésus dans le monde, continuer Sa mission et diffuser Ses valeurs.



La mission de Jésus

Quelles étaient la mission et les valeurs de Jésus qu’Il s’attend à ce que nous les révélions et nous les vivions au sein de ce monde? Lorsque l’on parle de la mission de Jésus, la plupart pense tout de suite à la Grande Commission dans Matthieu 28:19-20:  » Allez, faites de toutes les nations des disciples… » Il est vrai que telle est la mission que Jésus a donné à Son Eglise, mais comme nous l’avons vu plus tôt, peu de gens aujourd’hui comprennent ce que signifie faire des disciples. La plupart du temps, nous pensons que cela signifie acquérir autant que possible de connaissances concernant Jésus, Dieu et la Bible. Bien que l’enseignement fasse absolument partie intégrante du processus du discipolat, cela en est en fait seulement une partie. Jésus poursuit en disant que le discipolat exige d’enseigner les autres à observer [tout ce que Jésus a prescrit]. En d’autres termes, leur apprenant à faire ce que Jésus a dit et fait, et pas seulement en leur apprenant à en prendre connaissance. Et qu’est-ce que Jésus a dit et fait que nous devons apprendre à faire aussi et à enseigner aux autres à faire de même? Alors que les Evangiles expliquent le travail de Jésus de façon très détaillée, dans Luc 4:18-19 nous avons un passage où Jésus résume les objectifs et les valeurs de son propre ministère. Dans ces versets, Il dit clairement ce qu’étaient sa mission et son ministère. Jésus dit ces mots (en référence à une citation d’Esaïe 49:8-9) au début de son ministère comme une façon de dire ce sur quoi il se focaliserait pendant son ministère.

Jésus a essentiellement déclaré que Ses objectifs et Son attention seraient d’apporter l’année du Jubilé sur terre. C’était un temps où toutes les dettes étaient annulées, où les personnes libéraient leurs esclaves, rendaient leurs terres à ceux qui les avaient perdues, et apportaient l’espoir et la guérison à ceux qui en avaient besoin. C’était un temps où Dieu promettait de déverser Ses bénédictions sur la terre à cause de leur fidélité envers Lui. Jésus a déclaré que Son travail était d’apporter la guérison, la délivrance, la liberté, la restauration, et la joie sur cette terre.

Dans son livre, «Tout simplement chrétien », NT Wright en parle de cette façon:

L’église n’existe pas afin de fournir un endroit où les gens peuvent poursuivre leurs agendas spirituels privés et développer leur propre potentiel spirituel. Pas plus qu’elle n’ existe afin de fournir un refuge sûr dans lequel les gens peuvent se cacher du monde méchant et veiller à ce qu’ils arrivent eux-mêmes à bon port et à destination d’un autre monde.

Il est clairement indiqué dans divers endroits dans le Nouveau Testament que le but [de l'église] est que Dieu, grâce à l’Eglise, annonce au reste du monde qu’il est bien un créateur sage, affectueux, et juste ; qu’à travers Jésus, il a vaincu les puissances qui corrompent et l’asservissent le monde , et que par son Esprit, il est à l’œuvre afin de le guérir et de le renouveler.

Jésus a enseigné ce message dans presque tout ce qu’il a dit et fait tout au long de son ministère. Il est venu sur cette terre, non pas pour fournir aux personnes un moyen pour s’échapper de la planète et ainsi abandonner toute méchanceté derrière elles, mais afin de fournir un moyen pour la rédemption de la planète, ainsi que la transformation de toutes les personnes qui y vivent.

Mais comment? De quoi cela a-t-il l’air ? Eh bien, la vérité c’est que suivre Jésus dans le monde n’a vraiment l’air de rien. Pour la plupart des gens, cela ne ressemble à rien du tout. C’est en fait là que résident ensemble le génie et la puissance de la façon avec laquelle Jésus nous mène.



Le Sel et la Lumière

Une des métaphores utilisées par Jésus pour décrire la façon dont nous travaillons ainsi que notre fonction au sein du monde est l’image du sel et de la lumière. Jésus a dit que ses disciples seraient le sel de la terre et la lumière du monde (Matt 5:13-14).

Dans nos églises, nous enseignons justement qu’aux temps bibliques, le sel était un conservateur. Et sur la base de ce fait, nous pensons que Jésus nous dit que nous devons être les agents conservateurs du monde. Nous avons besoin de défendre et de protéger la culture et la société contre tout déclin et toute impureté. Nous essayons de préserver ce qui est bon et intègre dans la société et la culture. Nous nous engageons dans un militantisme politique en supportant les mouvements pro-vie, pro-famille, et les candidats politiques anti-homosexuels. Nous manifestons devant les clubs de striptease et faisons des rassemblements pour obtenir le retour de la prière à l’école. Nous écrivons des lettres aux éditeurs et louons des espaces d’affichage sur l’autoroute. Nous croyons que c’est le devoir du chrétien de réprimander le comportement du monde.

Nous faisons la même chose avec l’image de la lumière. Nous essayons d’être aussi grands et aussi brillants que possible, pensant que cela va attirer les gens à Jésus et révéler la vérité de la Parole de Dieu. Nous essayons donc de nous faire remarquer dans la communauté. Nous «visons haut » et nous faisons sensation. Nous dépensons de l’argent pour de la publicité, et faisons de notre mieux pour égaler les paillettes et le glamour d’ Hollywood. Nous espérons que si les gens nous remarquent et que si nous arrivons à avoir l’air d’être populaires et acceptables, ils voudront être des nôtres. Mais cela ne fonctionne que rarement. C’est pour cela que certaines églises suivent la voie opposée et essaient tout simplement d’éteindre le péché chez d’autres. Ces églises semblent croire que si notre sainteté et notre justice peuvent resplendir aussi brillamment et aussi chaudement que le soleil, alors tout le mal qui se tient dans un rayon de dix kilomètres autour de l’église va retourner prestement dans le trou d’où il est sorti. Ces églises pensent que c’est de notre devoir de signaler le péché de chaque personne, braquant les projecteurs sur tous ceux qui tombent, et, ce faisant, appellent les personnes à la repentance. Mais cela fonctionne rarement, et généralement le seul péché qui est révélé, c’est l’hypocrisie de l’église. Et c’est vrai, le péché au sein de la société et de la culture semble tout simplement s’accroitre. Donc les églises redoublent d’efforts et soit elles grossissent encore plus soit elles crient plus fort. Mais rien ne semble ralentir cette spirale de la décadence morale. Certains critiques de l’église soutiennent que les efforts des Chrétiens n’ont seulement fait qu’aggraver le déclin (de la société).

Il est peut-être temps de reconnaître alors que l’église est devenue le sel et la lumière de la mauvaise manière. Nous avons essayé d’attirer l’attention sur nous. Nous avons essayé d’avoir de l’influence. Nous avons essayé d’obtenir des postes de direction et de pouvoir. Nous avons essayé de crier sur les personnes afin qu’elles se soumettent, et de les battre afin qu’elles obéissent. Cela ne fonctionne pas, et, en fait, il s’avère que cela est une totale incompréhension de la métaphore de Jésus concernant le sel et la lumière.

Lorsque Jésus enseigne sur le sel, il ne parle pas de conservation. Nous sommes appelés à être le sel, mais pas à préserver. Bien qu’ils aient utilisé du sel pour conserver les aliments à l’époque de Jésus, il y avait aussi un autre usage pour le sel : Tout comme aujourd’hui, le sel était utilisé pour l’assaisonnement. Ce sont les caractéristiques aromatiques du sel que Jésus mentionne dans sa métaphore.

Et tant que condiment, le sel ne doit pas se faire remarquer. Il est là pour rehausser le goût, pas le ternir. Avez-vous déjà mangé un plat trop salé? Quand j’étais plus jeune, un membre de ma famille a fait une fournée de biscuits et a accidentellement échangé le sucre et le sel. Ces cookies n’étaient pas les préférés de la famille. Aussi, lorsque notre plat préféré exige du sel, mais qu’on laisse celui-ci de côté, le plat est fade. Le sel fait ressortir la saveur des aliments, et ne doit pas se faire remarquer jusqu’à ce qu’il vienne à manquer.

Cela est aussi vrai pour la lumière. La lumière est utile pour la vie, mais trop de lumière est nuisible. Elle ne devrait pas être aveuglante, éblouissante ou crue. Mais lorsque l’éclairage est bon, vous n’y faites pas attention jusqu’à ce qu’il disparaisse. Dans son enseignement, Jésus, parle de donner la lumière à ceux qui sont dans la maison (Matt 5:15). De toute évidence, il ne parle pas d’une lumière qui a l’intensité du soleil. Il parle d’un agréable, et bon feu de cheminée, ou de quelques bougies placées dans des endroits stratégiques autour de la salle. Il s’en dégage une lueur agréable et permet aux personnes de faire leur travail ou pratiquer leurs loisirs. La lumière passe inaperçue, sans aveugler ou distraire ceux qui sont en sa présence.

C’est la voie de l’église lorsque nous suivons Jésus dans le monde. Nous sommes présents dans tous les secteurs au milieu des autres, travaillant au milieu d’eux, mangeant où ils mangent, visitant les lieux qu’ils visitent, appréciant les mêmes activités. Mais nous sommes un agent camouflé. Une petite quantité de sel, qui passe inaperçue, mais fournit l’étincelle de la vie et une saveur intense qui manquent lorsque nous ne sommes pas là. Nous sommes une lumière, montrant la voie à suivre et guidant les personnes sur le chemin de la vérité, qu’ils le reconnaissent ou non. Lorsque nous ne sommes pas là, les choses semblent moins claires. Lorsque nous sommes le sel et la lumière, les personnes ne savent pas pourquoi elles désirent notre présence, mais elles savent qu’elles la désirent.

Nous devons trouver le juste équilibre entre le pas assez et le trop plein si nous voulons être le sel et la lumière. Nous avons besoin de vivre dans nos communautés d’une manière qui aide les personnes à exister et à fonctionner avec toute la saveur et la couleur que Dieu leur a destinées, mais pas d’une façon déplaisante ou rude. Nous avons besoin d’exister de manière à être influent, mais discret. Nous avons besoin d’exister de sorte que la seule fois où nous nous faisons remarqués c’est lorsque nous sommes absents.

Alors que nous suivons Jésus dans le monde, Il nous conduit plus ou moins dans les endroits où nous vivons déjà et travaillons. Il nous conduit dans le restaurant du quartier pour manger et rire avec les habitués. Il nous conduit en ville à des matchs, pour encourager avec nos amis l’équipe locale. Nous Le suivons dans nos emplois, où nous travaillons et sommes les plus honnêtes et diligents employés (ou managers) que la société ait jamais vus.

Lorsque nous sommes prêts, Jésus peut nous amener aussi bien dans d’autres endroits. Comme peut être la maison de votre voisin lorsque son épouse décède. Ou sous le pont, pour apporter des bâches et des chips aux sans-abri. Et même jusqu’au coin d’une rue du centre- ville pour discuter avec des prostituées pendant qu’elles attendent d’aller travailler.



C’est pour la Liberté que vous Avez été Affranchis

Une telle compréhension apporte une grande liberté et une souplesse dans nos vies au sein de l’église. Il y a très peu de règles ou d’exigences sur comment être l’église, ou ce qu’il faut faire en tant qu’église. Pendant le ministère de Jésus, alors qu’Il enseignait et établissait Ses fondements de la liberté, il avait de nombreuses rencontres avec la religion juive établie de cette époque. Au cours des années, ils avaient développé plus de 6000 lois, règles et règlements qui régissaient presque tous les aspects de la vie. Et une des choses que Jésus enseignait c’était qu’Il était venu pour apporter la liberté et la délivrance d’une telle servitude religieuse. Jésus n’était pas un fan de la religion, et il désirait libérer les hommes de cela (Jean 8:32-36). Paul dit la même chose quand il rappelle à ses amis en Galatie qu’ils ne doivent pas se remettre sous des chaînes religieuses dont ils avaient été libérés, mais doivent demeurer libres dans la liberté qu’ils ont en Jésus-Christ (Gal 5:1).

Les personnes qui cherchent à suivre Jésus dans le monde doivent avoir la permission et la liberté d’enquêter par elles-mêmes afin de savoir ce que cela signifie alors qu’elles suivent Jésus. Les règles religieuses, les règlements et les traditions ne devraient pas restreindre la personne qui suit Jésus dans de nouvelles directions et de nouveaux endroits. De nouveaux lieux ne signifient pas seulement des pays non-atteints, mais aussi des personnes dans nos propres quartiers et ville qui sont négligées et peut-être même rejetées par les autres églises de la ville. Jésus est plus susceptible de vous conduire de l’autre côté de la rue que de l’autre côté de l’océan. En suivant Jésus, nous réalisons qu’il n’y a rien de nécessairement sacré concernant l’eau salée, et nous pouvons être surpris de voir que lorsqu’Il nous conduit, Il ne nous mène pas très loin.

Et ne cherchez pas de feuille de route avant d’accepter de sortir de chez vous. La Bible n’en fournit pas, et Jésus ne travaille pas dans les cartes routières. Suivre Jésus dans le monde ce n’est pas le genre d’aventure où toutes les questions obtiennent des réponses d’avance. Des questions comme «Où irons-nous? Que ferons-nous? Qu’est-ce qui va nous arriver en chemin? » auront une réponse différente pour chaque personne, et souvent, uniquement lorsque ces personnes sont en train de suivre Jésus dans le monde.

Jeremy Myers  :  Skeleton Church


Remerciements à Eliane Colard et Nadine Pierre pour les traductions et à Blogdei pour la diffusion.


 Renvois :

 L'église squelettique. Chapitre  1

 L'église squelettique. Chapitre  2

 L'église squelettique. Chapitre  3
 
 L'église squelettique. Chapitre  4
 
 L'église squelettique. Chapitre  5
 
 L'église squelettique. Chapitre  6 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire