jeudi 22 mai 2014

Conférence d'Andronicus sur l'Eglise d'Iran au Centre Protestant de la Chaume le 18.05.2014




Après plusieurs difficultés (dues au refus d'Air France de l'embarquer vers notre pays au prétexte de sa nationalité Iranienne, alors que tous ses papiers étaient en règle), Andro est finalement arrivé jusqu'ici. Il a donc pu participer à une conférence, à laquelle il avait été invité par l'Eglise Réformée de Bourges, pour nous aider à comprendre la situation actuellement très difficile des chrétiens en Iran.



Andronicus est la traduction grecque du prénom iranien « Firuz ». Dans son pays il s'appelle Firuz Sadegh-Khandjani et il fait partie du collectif des responsables de l’Église d'Iran, un mouvement d'églises-de-maisons qui expérimente une foi chrétienne vivante et persévère donc dans une activité d'évangélisation dans un pays qui punit de la peine de mort « l'apostasie » (c'est à dire le passage de l'islam à la foi chrétienne).


Une grande partie de son exposé nous parle de l'histoire assez méconnue du christianisme en Iran. Nous y apprenons en particulier que ce pays a eu, depuis les débuts du christianisme, une très importante majorité chrétienne et qu'une grande partie des musulmans actuels sont donc des descendants de familles qui croyaient en Christ dans les siècles précédents.


Depuis la révolution islamique en 1978 et l'arrivée au pouvoir de l'ayatollah Khomeni, les minorités religieuses (dont font partie les chrétiens actuels), ont subis ce qu'Andro appelle une « persécution douce », qui consistait à priver les non-musulmans de certains droits (dhimmitude) dans le but de les inciter à devenir musulmans. Par exemple, pour avoir accès à des prêts bancaires ou à des postes importants dans l'administration, il devenait nécessaire d'être musulman. L'accès à certaines études supérieures étaient également dans certains cas interdites aux enfants de chrétiens, mais si les parents acceptaient de devenir musulmans, les portes s'ouvraient... Cette « persécution douce » a ainsi provoqué le départ vers l'étranger d'une grande partie des « chrétiens historiques » qui ne voulaient pas abandonner leur foi et qui désiraient en même temps donner un meilleur avenir à leurs enfants.


Mais pour certains dirigeants iraniens, les choses n'allaient probablement pas assez vite, et depuis 2006 (après l'élection de Mahmoud Ahmadinejad) nous assistons à une persécution beaucoup plus dure. Nous pouvons observer des arrestations de groupes entiers de chrétiens (dont certains se sont convertis depuis l'Islam), avec tabassage systématiques et incarcérations dans des conditions très difficiles. Des condamnations à des peines de prisons sous le prétexte « d'atteinte à la sûreté de l’État » sont fréquentes et amènent certaines familles dans de profondes difficultés économiques, puisque que le chef de famille incarcéré n'est plus en capacité de subvenir au besoins des personnes dont il avait la charge. Il est probable que c'est l'un des effets voulus par le gouvernement pour bien faire comprendre que le militantisme chrétien et l'évangélisation peuvent coûter très cher à la communauté chrétienne dans son ensemble ! C'est une forme de terrorisme, qui n'agit pas seulement sur ceux qui en sont victimes, mais également sur ceux qui en sont témoins. Mais cette stratégie à visée terroriste n'empêche cependant pas l’Église de continuer à se développer malgré ces importantes difficultés et les souffrances qui en sont les conséquences.

Si vous être interpellés par la foi de nos frères et soeurs iraniens, vous pouvez prier et agir pour eux. Pour vous y aider et continuer à vous tenir informés sur la situation des chrétiens en Iran, vous pouvez vous connecter régulièrement sur eglisediran.blogspot.fr , ou sur ce blog en vous abonnant à son flux RSS. Vous pouvez également cliquer sur  http://www.eleutherie.eu/ qui se charge en plus de recueillir les dons pour soutenir  l’Église d'Iran.



Vidéo de la conférence :




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire