lundi 20 juillet 2009

Témoignage succinct.

Mes grands-parents des deux côtés étaient athées, mais mon père

Mes grands-parents des deux côtés étaient athées, mais mon père et ma mère se sont convertis dans une église protestante et m’ont fait mettre, par le pasteur, quelques gouttes d’eau sur le front en guise de « baptême ». J’étais tellement jeune que je n’en garde aucun souvenir.
7-8 ans plus tard, ils rencontrent un pasteur protestant qui parle de guérison divine. Il fait des conférences et écrit des livres sur le sujet et semble très convainquant. Tellement que mes parents (et d’autres avec eux) quittent leur activité professionnelle, vendent tout ce qu’ils possèdent pour lui donner l’argent et décident de le suivre dans ses projets. Ils venaient de mettre les pieds sans méfiance dans ce qui se révèlera (trop tard, hélas !) être une secte. Je vais y passer 20 ans avant que la grâce du Seigneur ne m’en fasse sortir.


Ensuite mariage et achat d’un snack-bar où nous nous mettons avec ma femme à lire la Bible en décidant « d’enlever nos lunettes religieuses » (elle était catholique et moi je ne savais plus trop quoi !). Découverte du pardon et du salut en Christ dans le livre de Job (en particulier Job 33. 23 à 30.) Baptêmes dans une petite assemblée mennonite de la ville où nous recevons de bonnes bases bibliques. Nous décidons, suite à différentes circonstances d’arrêter de vendre de l’alcool dans notre bar et nous y expérimentons pendant 7 ans ½ la réalité de cette Parole du Christ :
« Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes choses vous seront données par-dessus. » (Mat. 6. 25 à 34.)
Nous pouvons témoigner que notre Dieu prend soin de ceux qui placent leur confiance en Lui. Pendant ces années, le petit groupe où nous avions commencé notre vie chrétienne nous demande (plus ou moins gentiment…) d’aller voir ailleurs, car nous voulons continuer à poser des questions sur le Saint Esprit et ses dons (ces mennonites sont opposés aux charismes qu’ils considèrent comme une séduction dangereuse !).
La maternelle est terminée, direction le Cours Préparatoire.
Donc, changement de style, nous voilà dans une Assemblée De Dieu (ADD pentecôtiste) où nous découvrons la réalité des dons spirituels, en particuliers certaines prophéties qui nous parlent directement ! Mais après quelques années édifiantes et des expériences de délivrances, voilà que se met en place dans ce milieu la doctrine humaine : « un chrétien ne peut pas avoir de démons ». Le problème c’est que plusieurs chrétiens peuvent témoigner que des « squatters » sont vraiment sortis d’eux. Pour ne pas être expulsés de la salle, certains acceptent de ne pas exprimer leurs objections, mais pour ceux qui affichent leur désaccord avec cette pseudo doctrine, direction : la porte !... suivis par quelques accusations calomnieuses...
Après le CP, entrée en Cours Élémentaire…
Nouveau changement de décor ! Nous voilà chez les tziganes évangéliques. Dans une toute jeune assemblée dirigée par un responsable national de la mission. Un homme exceptionnel, d’une grande humilité qui n’abusera jamais de son autorité. Malheureusement, une « prise de pouvoir » par de jeunes prédicateurs avides d’estrade, va nous mettre encore une fois sur la touche…
Entrée dans l'apprentissage de la vie normale de l'Église.
Depuis, nous vivons notre foi sans « bâtiments d’église » en nous retrouvant dans les maisons, dans les champs ou dans les bois avec d’autres frères et sœurs pour nous édifier dans le partage de la Parole.
Il nous arrive parfois d’aller retrouver d’autres frères et sœurs dans leurs lieux de réunion, mais nous ne voulons plus perdre la liberté de nous rassembler partout où Dieu nous réuni, sans toutes ces limitations fondées sur des traditions humaines qui s'opposent à la Parole et à la vie de l'Esprit.

Jean-Luc B



7 commentaires:

  1. bonjour Jean-Luc, je voudrais juste savoir si cette secte est toujours en activité et a quelque chose à voir avec le pasteur Yvo Sassek.
    Merci pour ta réponse. amitié fraternelle Nuria

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir Nuria,

    Non cette secte sur le déclin n'a aucune relation avec d'autres groupe chrétiens, quels qu'ils soient, puisque ses dirigeants considèrent qu'ils sont les seuls qui suivent Dieu à notre époque...

    Mais néanmoins il y a pas mal de similarités entre ces deux groupes. En particulier cette idée complètement anti-scripturaire que le « bas peuple » aurait besoin d'intermédiaires pour connaître la volonté de Dieu et que le dirigeant (auto désigné) serait donc ce « médiateur indispensable ». Avec cette conclusion abusive qui veut que ceux qui n'obéiront pas à ce chef, désobéiront à Dieu.

    Quand on observe ça de l'extérieur, on prends conscience tout de suite du danger d'abus avec une telle conception de la hiérarchie, mais quand on le vit à l'intérieur, on ne s'en rend même pas compte.

    Je crois que c'est un peu la même chose avec ceux qui suivent l'homme Sasek. Voilà un homme rassurant, qui avait de bons enseignements, mais qui n'a malheureusement pas pu rester au service de ses frères et soeurs. Il a voulu se placer au dessus d'eux pour devenir leur directeur.

    La plupart de ceux qui restent dans des groupes sectaires ayant ce schéma d'autorité, ont une énorme envie de voir une figure paternelle toute-puissante et irréprochable. Je pense même qu'il n'y a pas de secte sans deux mouvement complémentaires :

    1 ) Un dirigeant qui a envie d'un pouvoir (très) étendu.

    2 ) De membres qui recherchent une image de père idéale, qui soit au dessus d'eux pour les rassurer et penser à leur place.

    Quand ces deux péchés se rencontrent, une secte peux démarrer...

    Car il s'agit bien de deux péchés qui consistent à désobéir aux commandements de Jésus, qui dit pourtant explicitement :

    « Mais vous, ne vous faites pas appeler "Maître," car pour vous, il n’y a qu’un seul Maître, et vous êtes tous frères. Ne donnez pas non plus à quelqu’un, ici– bas, le titre de "Père," car pour vous, il n’y a qu’un seul Père: le Père céleste. Ne vous faites pas non plus appeler "chefs", car un seul est votre Chef: le Christ. Le plus grand parmi vous sera votre serviteur. » (Mat. 23. 8 à 11.)

    C'est dans l'ignorance de ces commandements du Christ que peut malheureusement se développer une secte.

    Jean-Luc

    RépondreSupprimer
  3. Merci Jean-Luc pour ta réponse, j'ai malheureusement une soeur en Christ que j'aime beaucoup qui vient d'adhérer au mouvement de Sasek et j'ai beau lui répéter qu'il représente un mouvement sectaire elle ne veut rien entendre.

    Je prie pour que le Seigneur lui montre réellement les choses, pourtant elle n'est pas à l'image de quelqu'un qui recherche un père idéal qui soit au dessus d'elle pour la rassurer et penser à sa place elle est plutôt du style stable et connaissant bien les écritures, ce qui l'a séduit je pense c'est leur style de vie strict et rudimentaire, famille tirée à quatre épingles, personnes qui bronchent etc...parce que quelque part cela lui correspond.

    Merci aussi pour ton témoignage j'espére qu'il aidera d'autres âmes à se tourner vers le Sauveur en tout cas pour te donner une petite anecdote, j'ai enlevé les bouées sous les bras à ma fille de 1O ans cette année et le résultat c'est qu'elle sait maintenant nager toute seule.

    Quel plaisir de la voir évoluer ainsi libre de ses mouvements abandonnant tout supports humains en se lançant avec confiance dans la mer et cela malgré ses troubles du comportement, tout comme nous devons nous aussi nous lançer dans ce monde en faisant entièrement confiance en Notre Dieu, se reposant entièrement sur LUI seul, notre seul soutient malgré tout ce qui pourrait se mettre en entrave...j'ose immaginer Notre Père céleste prenant plaisir à nous voir ainsi évoluer dans ce monde Que son saint Nom soit béni.

    amitié fraternelle Nuria

    RépondreSupprimer
  4. Il me semble que nous avons tous au fond de la tête et du coeur le désir d'un père idéal, qui saura nous éduquer sans erreurs sur le chemin de la vie et qui mériterait notre amour total.

    Je suis même persuadé que c'est le Créateur qui l'a voulu ainsi, en concevant en nous ce « vide en forme de Dieu » que Lui seul peut remplir. Et je suis convaincu que le péché d'idolâtrie consiste simplement à rechercher des « ersatz » de solutions à cet appel intérieur.

    On cherche alors à trouver « des représentations » visibles de cet idéal qui n'est pas de ce monde (Ex. 20. 4.) et on « manque le but » (traduction littérale du verbe « pécher ») pour lequel Dieu nous a créé. Ce but que le Christ nous a rappelé :

    « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta force, et de toute ta pensée; et ton prochain comme toi-même. » (Luc 10. 27.)

    Nous ne pourrons avoir une véritable relation avec le Père autrement que « par la foi », c'est à dire sans voir avec nos yeux humains, mais simplement en croyant à la vérité de ses déclarations.

    Sans vouloir aborder le mécanisme de séduction qui est forcément à l'oeuvre dans un groupe sectaire, il serait bon aussi de bien comprendre ce qui fait qu'on va y rechercher des relations, pour finir parfois par s'y engager. Et là, il faut bien reconnaître que la motivation première n'est pas l'amour des perdus, mais bien plutôt le désir de progresser personnellement avec l'idée que pour y arriver, on aurait besoin de se retrouver au milieu de gens « fréquentables » et « plus engagés » que le menu fretin évangélique.

    Celui qui aurait complètement crucifié son égo, ne tomberait évidemment pas dans ce genre du piège qui titille l'envie de faire partie d'une élite spirituelle. Car il saurait bien que l'Esprit du Christ est un esprit de service qui consiste à « donner sa vie pour les frères » et non pas à chercher à fréquenter une élite qui nous aidera à progresser mieux et plus vite que les autres. Mais nous avons tous à nous tenir en garde contre notre chair, car le combat n'est pas terminé et malheureusement nous risquons tous de prêter une oreille attentive à la voix de certaines sirènes !

    Il est vrai que nous ne pouvons avoir de véritable communion fraternelle qu'avec ceux qui marchent sur le même Chemin et qui vont dans la même direction, mais il n'est dit nulle part que nous devons nous séparer de ceux qui n'avancent pas à notre rythme, afin d'aller plus rapidement ! Josué et Caleb ont marché avec le reste du Peuple pendant 40 ans, alors qu'ils avaient pourtant la foi pour entrer directement dans le pays.

    Il y a un grand principe de solidarité dans le Corps et les mouvements sectaires ont un fâcheuse tendance à le négliger au profit d'une conception dévoyée de la sainteté et de la progression personnelle...

    RépondreSupprimer
  5. J'aime beaucoup ce que tu dis Jean-Luc sur le principe de solidarité dans le corps de Christ. Je me dis que ce principe est négligé dans l'enseignement que les "conducteurs" dispensent à leurs frères et soeurs. Je suppose que cela vient d'une "mauvaise vue" ??? Est-ce que tu pourrais nous faire une étude là-dessus ?

    RépondreSupprimer
  6. Merci pour ton témoignage Jean Luc,
    Sois en grande bénédiction pour le peuple de Dieu, dans ta vie et par le biais de ce site .
    fraternellement
    Myriam Michoud

    RépondreSupprimer
  7. Merci Jean-Luc pour ton témoignage. Il est peut-être succinct mais il n'en est pas moins édifiant.

    J'ai souri en lisant la maman Nuria nous partager son moment d'émotion face à la splendeur de la dimension de la confiance. Eh oui, c'est quand nous lâchons prise ou bien quand nous voyons ce que nous aimons le faire que notre Papa nous fait partager Sa Joie de nous voir lui obéir, entre autre, alléluia !

    Quant aux sectes, elles existent et pour revenir sur ce que tu disais J.Luc au sujet de marcher avec ceux qui vacillent, je crois que la parabole du Semeur est claire là-dessus.
    Dieu nous dit de ne surtout pas arracher nous-mêmes l'ivraie de peur de prendre un bon grain en même temps. Voilà pourquoi c'est Jésus qui s'en chargera lui-même à son avènement. Nous nous fortifions au contact d'impurs (du monde) ou de chrétiens fébriles.
    En ce qui concerne les premiers, plus ils nous accusent et plus le Saint-Esprit peut nous fortifier (Merci Seigneur pour le livre : Ephésiens 6).
    Quant aux seconds, voir les Corinthiens qui nous enseigne que le membre qui parait le moins honorable soit entouré de plus d'honneur afin que nul ne puisse se glorifier lui-même de sa position dans le Corps, etc.

    Pour finir, je dirai que nos conducteurs (ref au post d'Aline) sont ceux qui nous ont parlé, et montré l'Amour de Dieu, en Esprit et en Vérité, et qui bien souvent nous ont offert en plus de leur sourire et de leur écoute, une bible, afin que la volonté de Dieu soit faite.

    Dans 1 Timothée 3 : 16 et 17 il est écrit que toute la parole est utile pour enseigner... Toutefois, faut-il encore que le Saint-Esprit soit présent lors de notre lecture des écritures pour que la vérité agisse en nos âmes et que nous choisissions la bonne part en Jésus-Christ, amen !

    Je vous salue tous et toutes et vous souhaite le meilleur pour vos vies et pour celles de ceux qui vous sont chers, dans le Nom de Jésus, amen !

    Flo.

    RépondreSupprimer