vendredi 11 septembre 2009

Transgression ou absence de visée ?

-->

Les difficultés d'une traduction.

« Quiconque pèche transgresse la loi, et le péché est la transgression de la loi. » (1 Jean 3. 4. Second)

« Quiconque pratique le péché, pratique aussi l’iniquité, et le péché est l’iniquité. » (Darby)

Voilà un texte qui semble être difficile à traduire et sur lequel se sont malheureusement basées certaines doctrines erronées. En effet le terme de « transgression » est absent du texte grec et on peut se demander pourquoi Second (à la suite d'Ostervald) s'est permis de le rajouter. Puisqu'il s'agit d'une définition fondamentale concernant le péché et la loi, il serait important de nous en tenir au plus proche du texte original pour en cerner le sens véritable.

En grec « pécher » se dit « hamartano » et peut se traduire par « manquer », « rater le but », « errer ». Il correspond au terme hébreu « chatta’ah » qui signifie lui aussi : « manquer le but ».

Un pécheur est donc littéralement quelqu'un qui manque le but.

Le mot grec que Second traduit par « transgression de la loi » et Darby par « l’iniquité » est le mot « anomia », qui peut se traduire littéralement par : « sans loi ». C'est à dire sans être orienté dans une direction précise, sans savoir où se diriger.

Être sans loi, c'est donc être incapable d'orienter sa vie dans la bonne direction.

La traduction la plus proche du texte grec serait quelque chose comme :

« Quiconque pèche est sans loi et le péché c'est être sans loi. »

Ce qui pourrait donner en français actuel :

« On rate la cible lorsqu'on ne vise pas, et manquer le but vient de cette absence de direction précise. »

Nous ne sommes pas ici dans l'idée d'une révolte contre un commandement, mais simplement dans l'explication du « ratage du but » que Dieu nous a pourtant destiné à atteindre. Il y a d'autres Textes de la Bible qui nous parlent de la révolte contre le commandement (en particulier Romains 7), mais ce n'est pas cet aspect qui est exprimé dans ce texte de Jean. Ce qui est mis en avant ici, c'est le fait qu'il est impossible d'atteindre le but (la justice de Dieu) sans une direction précise, sans une loi (ou un commandement) qui nous oriente exactement vers la cible.

Il faut savoir que l'Antichrist (c'est à dire littéralement : « celui qui s'oppose au Christ ») est appelé « le sans loi » (« ô a-nomos ») dans 2 Thessaloniciens 2. 8. Celui qui ne veut pas être dirigé, qui veut vivre sans but en suivant ses propres désirs, est donc de la même nature que « le fils de perdition » c'est à dire celui qui se perd car il ne marche pas dans la bonne direction...

Pendant 1500 ans, la loi de Moïse a dirigée le peuple d'Israël vers le Messie promis. Selon ce que dit Paul :

« Ainsi la loi a été comme un pédagogue pour nous conduire à Christ » (Gal. 3. 24.)

« La foi étant venue, nous ne sommes plus sous ce pédagogue. » (Gal. 3. 25.)

Ne plus être sous la loi de Moïse, ne signifie pas pour autant que nous puissions vivre sans loi ! Car nous savons maintenant qu'il est impossible d'atteindre le but avec une visée floue. Cette direction précise c'est le Christ qui nous la donne, en disant :

« Je vous donne un commandement nouveau : Aimez-vous les uns les autres; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres. » (Jean 13. 34.)

Ce que confirmera Paul :

« étant sous la loi de Christ » (1 Cor.9. 21.)

« l‘amour est donc l’accomplissement de la loi. » (Rom. 13. 10.)

Voilà donc la loi nouvelle, « la loi de liberté », que le Christ nous a donnée afin que nous ne manquions plus le but. Ce but qui consiste à pouvoir accomplir la destinée merveilleuse pour laquelle Dieu nous a créés :

« Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta force, et de toute ta pensée; et ton prochain comme toi-même. » (Luc 10. 27.)

Toute la loi et les prophètes ont été écrits dans ce but.

« Le but du commandement, c’est une charité venant d’un coeur pur, d’une bonne conscience, et d’une foi sincère. » (1 Tim. 1. 5.)

Il ne nous reste plus qu'à mettre tout cela en pratique pour être heureux, selon ce qu'en dit l'apôtre :

« Celui qui aura plongé les regards dans la loi parfaite, la loi de la liberté, et qui aura persévéré, n’étant pas un auditeur oublieux, mais se mettant à l’oeuvre, celui-là sera heureux dans son activité. » (Jacques 1. 25.)

Jean-Luc

9 commentaires:

  1. Bonjour Jean-Luc !
    Cela fait plusieurs jours que j'ai maille à partir avec un frère sur mon forum concernant le péché et la nouvelle naissance... Mais je me rends compte que nous ne sommes pas d'accord, lui et moi, sur la définition du péché, c'est pourquoi j'ai pris la liberté de copier ton texte dans le forum et mon site afin de clarifier une conversation qui ne veut pas manquer le but : "aimons-nous les uns les autres"... J'ai bien évidemment cité ton URL. Je tiens vraiment à te remercier pour cet article ! L'Esprit nous conduit toujours dans la lumière de Christ !
    Sois béni !
    Clochette, http://danslesecret.wifeo.com/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a pas seulement le commandement d'aimer comme Christ le demande mais Jean prends bien le temps de spécifié un premier commandement sans lequel celui appellé le nouveau ne peut exister. À savoir 1 Jn.3:23 « Et c'est ici son commandement: que nous croyions au nom de son Fils Jésus Christ, et que nous nous aimions les uns les autres, selon le commandement qu'il nous a donné.Car l,amour est répandu dans nos coeur par le St.Esprit « Rom.5:5. Donc sans le St.Esprit pas d'amour.Comment avoir le St.Esprit? À savoir-->Éphesiens 1:13.« Après voir entendu la parole de le vérité,L'Évangile de votre salut,vous avez cru et vous avez reçu le Saint-Esprit promis.Le but à visé = le commandement à obéir,c'est croire à ce que Le Seigneur Jésus demande.Dieu a donné le St.Esprit à ceux qui obéissent le Prince et Sauveur . c.-à-d Jésus réssusciter. Actes 6:30,31,32. La pratique du péché dans le N.T consiste selon Le messie lui-même dans Jean 3:20 , c'être en opposition volontaire contre Christ et Dieu en Christ.
      Celui qui pratique le mal, hait la lumière et ne vient pas à la lumière,/JN Darby Celui qui fait le mal, hait la lumière et ne vient pas à la lumière, / Louis Second
      Celui qui commet le mal, hait la lumière et ne vient pas à la lumière, / Jérusalem

      Supprimer
  2. Oui, la juste compréhension de ce qu'est réellement le « péché » va former une partie importante de notre vision spirituelle.

    Si nous croyons que le péché n'est qu'une action mauvaise, nous pouvons nous imaginer que « ne plus pécher » consisterait uniquement à ne plus faire de choses mauvaises, alors qu'il s'agit de bien autre chose !

    Car le projet de Dieu à notre égard va beaucoup plus loin que de seulement nous empêcher de faire le mal, et consiste à nous amener à une relation intime avec Lui : une communion avec Lui par la médiation de son Fils Jésus Christ qui vient habiter en nous par son Esprit, afin que sa vie de justice et d'amour puisse couler en nous comme une source d'eau vive.

    « Celui qui croit en moi comme dit l'Écriture, des fleuves d‘eau vive couleront de son sein. » (Jean 7. 38.)

    Celui qui croit en Christ est donc né de Dieu (Jean 1. 12-13 et 1 Jean 5. 1.) et par conséquent, il n'est donc plus en train d'errer en « manquant le but ». Il me semble que c'est dans ce sens qu'il nous faut comprendre ces proclamations de Jean :

    « Nous savons que quiconque est né de Dieu, ne pèche pas; mais Celui qui est engendré de Dieu le garde, et le Malin ne le touche point... » (1 Jean 5. 18. Colombe)

    « Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché, parce que la semence de Dieu demeure en lui; et il ne peut pécher, parce qu’il est né de Dieu. » (1 Jean 3. 9.)

    Pour le dire en français courant, celui qui croit en Christ et qui est né de Lui, n'erre donc plus (ne « manque plus le but » = « ne pèche plus ») car le but de Dieu c'est que nous connaissions son Fils dans une pleine communion. La loi et les prophètes ont été écrits, « pour nous conduire à Christ » (Gal. 3. 24.). Lorsque nous connaissons le Sauveur du monde et que nous marchons dans son sentier, nous ne sommes plus des brebis errantes (« pécheresses ») perdues sur les collines (Es. 53. 6.), mais nous avançons en confiance à la voix du Bon Berger. Nous prenons ainsi le chemin de justice qui mène au Père (Jean 14. 6.).

    Voilà une réalité éternelle qu'il est important de saisir par la foi et qui accomplira alors son oeuvre de justice en nous. C'est ce que la Bible appelle : « la sanctification », qui nous est donné au moment de notre nouvelle naissance en Christ et qu'il va nous falloir vivre quotidiennement pour pouvoir « demeurer en Lui ». Mais c'est un autre et vaste sujet ...

    Jean-Luc B

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Jean Luc,

    Une question par rapport à ce message.

    Au début de celui ci, tu expliques le sens du mot pécher, et donc ce qu’est littéralement un pécheur.

    « En grec « pécher » se dit « hamartano » et peut se traduire par « manquer », « rater le but », « errer ». Il correspond au terme hébreu « chatta’ah » qui signifie lui aussi : «manquer le but ».

    Un pécheur est donc littéralement quelqu'un qui manque le but »

    C’est ce sens qui amène ma question.

    Quel est le but du chrétien dans la nouvelle alliance, lorsque la foi transcende la Loi sans la faire disparaître.

    Deux versets qui me semblent être en corrélation, sont rarement expliqués, voire cités.

    2 Timothée 7-8 « J'ai combattu le bon combat, j'ai achevé la course, j'ai gardé la foi.
    Désormais la couronne de justice m'est réservée; le Seigneur, le juste juge, me la donnera dans ce jour-là, et non seulement à moi, mais encore à tous ceux qui auront aimé son avènement. »

    Luc 18. 8 « Je vous le dis, il leur fera promptement justice. Mais, quand le Fils de l'homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre? »

    Pour Paul le bon combat, c’est donc d’avoir gardé la foi, il a achevé la course et atteint le but : gardé LA foi. Il ne met pas en avant tout ce qu’il a fait pour Dieu, il parle d’une seule chose pour laquelle il a du combattre et atteindre le but : garder La foi. Et c'est cela qui lui vaut la couronne de justice.

    Ceci semble répondre au verset de Luc, où Jésus s’interroge sur ce qu’Il trouvera à son retour quant à La foi.

    Dans ce que je peux lire ou voir du milieu chrétien, l’accent est rarement mis sur la foi, mais sur l’action, le miraculeux, le péché, mais rarement sur la foi, nous voyons même de plus en plus de chose qui l’attaquent, visent à l’altérer, comme le levain des pharisiens.

    Ma question est donc, n’est ce pas cela aujourd’hui « Un pécheur qui manque le but » ? perdre La foi ? Celle que Dieu nous a donné et que nous n'aurions pas su garder?

    MJ

    RépondreSupprimer
  4. Perdre la foi ?

    L'expression ne se trouve pas dans la Bible, même si on peut la comprendre comme étant le fait de s'éloigner de « la foi transmise aux saints une fois pour toute. ». Dans la réalité, la foi n'est pas un objet que l'on trouve ou que l'on perd, mais une attitude de confiance et d'obéissance à la Parole qui se traduira forcément par des actes.

    C'est avec raison que tu fais remarquer que, dans le discours évangélique actuel, l'accent est souvent mis sur les oeuvres -miraculeuses ou transgressives- plutôt que sur ce qui en est la source, c'est à dire la position ce coeur. Mais il est cependant dangereux de séparer ces deux aspects. Car s'il est incontestable que « la foi sans les oeuvres est morte », nous savons tous également qu'il est illusoire de s’appuyer sur nos « bonnes oeuvres » (aussi miraculeuses soient-elles, voir Mat. 7:22.) pour obtenir l'approbation de Dieu. Il y a donc un équilibre à ajuster continuellement entre l'aspect théorique de la foi et son application concrète.

    Paul dans 1 Corinthiens 15, nous donne les bases sur lesquelles la foi doit être établie pour de pas avoir « crus en vain ». Mais il ne s'agit que des fondations qu'il a posé « comme un sage architecte », sur lesquelles il nous restera à édifier personnellement un édifice à la gloire de Dieu (voir 1 Cor. 3 : 10 à 16.).

    Il me semble que c'est dans ce travail d'édification que la foi peut « manquer le but », si elle ne sait pas écouter sa conscience.

    « Cette conscience, quelques-uns l'ont abandonnée et ont ainsi fait naufrage en ce qui concerne la foi.  » (1 Tim. 1 : 19.)

    Car c'est au travers de notre conscience que l'Esprit de Dieu nous parle et nous amène à la connaissance de la volonté de Dieu, comme l'explique bien l'apôtre :

    « Quand les païens, qui n'ont pas la loi, font naturellement ce que prescrit la loi — eux qui n'ont pas la loi — ils sont une loi pour eux-mêmes ; ils montrent que l'œuvre de la loi est écrite dans leurs cœurs ; leur conscience en rend témoignage, et leurs raisonnements les accusent ou les défendent tour à tour. (C'est ce qui paraîtra) au jour où, selon mon Évangile, Dieu jugera par le Christ-Jésus les (actions) secrètes des hommes.  » (Rom. 2 : 14-16.)

    Paul déclare que ce ne sont pas des interdits et des obligations qui font progresser les croyants (Col. 2 : 20-22.), mais simplement l'écoute confiante de la loi de liberté que Dieu a gravé dans nos coeurs par son Esprit et qui nous parle dans notre conscience.

    J'ai personnellement souvent remarqué que lorsque quelqu'un vient me demander conseil, en réalité le Seigneur lui a déjà parlé, mais il ne veut pas prendre la responsabilité tout seul de discerner que c'est bien Sa Voix. Dans ce cas-là, il est plus profitable de lui faire reconnaître par lui-même la Voix de Dieu, plutôt que de s'y substituer en lui donnant directement des conseils, même éclairés par notre expérience et notre relation avec le Seigneur. Ce n'est pas parce que l'Esprit nous montre ce qu'il devrait faire, qu'il failles automatiquement lui transmettre directement. Il a plus de bénéfice à apprendre à reconnaître par lui-même la direction de Dieu dans sa conscience et c'est à cela qu'il est important de l'encourager.

    Le rôle des ministères dans l’Église ne consiste pas à avoir un troupeau discipliné qui marche à la baguette, mais d'amener l'ensemble à la maturité en Christ. Et pour y arriver, rien ne vaut les réflexions et les mises en pratique personnelles !

    Jean-Luc B

    RépondreSupprimer
  5. Bonsoir jean Luc,

    Effectivement je me suis mal exprimée, j'entendais par perdre la foi, ne pas garder la pureté de la foi, dans le sens ou elle peut être altérée par énormément de choses.

    Mais tu réponds quand même à ma question :-)et je t'en remercie.

    MJ

    RépondreSupprimer
  6. LE PÉCHÉ c’est :de refuser de croire en Jésus-Christ. Jean.16 : 7-8 .

    Celui qui pratique LE PÉCHÉ c’est : de refuser de croire en Jésus-Christ.
    ( au présent continu, évidement ), c'est manquer le but qu'exige Jésus face à l'annonce de l'Évangile.
    - Viser le but , c'est de croire au Fils unique de Dieu et donc le recevoir et avoir la vie. (un évangile complet l' enseigne( toutes ces choses écrites afin que vous croyez-Jean ,Jn.20:31)
    - Manquer le but ,( ce qui est la définition du péché) c'est de ne pas croire au nom du Fils unique et par conséquent d'être condamné ennemi de Christ qui ne connait pas Dieu et par conséquent n'est pas né de Dieu qui ne pratique pas la justice.**** Donc , qu'est-ce que la transgression de la loi as a voir la dedans ?
    Le Seigneur Jésus défini très bien la pratique du péché dand Jean 8 , Après le v:12
    V:12. Jésus dit «Je suis la lumière du monde...
    V :13 ‘’ Les pharisiens lui dirent :... ton témoignage n’est pas vrai''.( N.B il traite Jésus de menteur, donc ne le crois pas )
    V :19 ‘’ Ou est ton Père’’ ?…( ils ne savent pas et ne croit pas que c'est Dieu )
    v:20 ‘’ vous ne connaissez ni moi , ni mon Père ‘’. ( Jésus confirme )
    V :23. ‘’ Vous êtes de ce monde,’’(Comme le monde, ils ne l'on pas reconnuJn.1:10) V :24’’ si vous ne croyez pas qui je suis vous mourez dans vos péchés. V :25’’ Qui es-tu’’? lui dirent-ils.’’
    V :25‘’Ce que je vous dit depuis le commencement‘’( la lumière du monde- Jn.8;12)
    V :34 ‘’celui qui pratique le péché est esclave du péché ‘’ V :37 ’’ Ma parole ne pénètre pas en vous’’
    V :39 ‘’ vous faites ce que vous avez entendu…de votre Père V :43 ’’ vous ne comprenez pas ce que je dit , pourquoi ? V :43 ‘’ vous n’écouter pas ma parole’’ v :44 ‘’ Vous avez pour père le diable ‘’ v :44 ‘’ vous voulez accomplir les désirs de votre père'' , V:45 ''... vous ne me croyez pas’' V :46 ''... vous ne me croyez pas , pourquoi ''? V :47 ‘’ vous n’écoutez pas , qui est de Dieu écoute les paroles de Dieu,’’ V :48 ’’ les Juifs répondirent Tu est un samaritain ...tu as un démon ‘’. V :53 ‘’ Qui prétends-tu être ? V :55 ‘’ Jésus dit: vous ne connaissez pas ( Dieu. V :54) Donc, comme d’habitude Jésus identifie et définit la pratique du péché dans sont véritable contexte. C'est , L’incrédulité ,(UNBELIEF) envers LUI .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 1.) F.F Bruce :1Jn.3:4 cette traduction que l’on retrouve dans (‘’the Geneva Bible’’) la Bible de Genève est regrettable ,car elle suggère une contravention de cette loi spécifique plutôt que l’attitude générale de l’iniquité( vis-à-vis de Dieu ‘’Le péché n’est pas la transgression de la Loi mais l’iniquité et l’iniquité est le péché …! P.89/ The Epistles of JOHN.
      2.)Howard Marshall : Il y as des raisons de douté que ( ‘’lawbreaking‘',) transgresser la loi serait ce que Jean veut précisément dire ,car le mot ‘’ LOI’’ n’est pas dans le texte. Pg.176,New International Commentary on the New testament- The Epistles of John. 8.)William MacDonald / Arhur Farstad ‚’’ …il n’est pas entièrement juste de dire :
      ‘’ la pratique du péché est la transgression de la loi’’ mais plutôt ‘’le péché c’est l’iniquité.’’( gr. ‘’ anomia’’) c.-à-d. l’insoumission… refuser de reconnaître le Seigneur comme son Souverain… / Pg. 1283, Le commentaire biblique du disciple , NOUVEAU TESTAMENT .
      9.)William kelly : ''Quiconque fait le péché , fait aussi l'iniquité , le péché c'est l'iniquité.'' Ceci est vraiment un texte très diffèrent que celle de la A.V, ( La Version Autorisé.); ... Le péché n'est pas une brèche dans la loi mais l'iniquité. Ceci est le sens véritable. Aucune autre forme n'est possible légitimement. Ce qui as régné jusqu'a présent est entièrement une erreur , qui as pour fondement, de faire de la loi et non Christ la règle pour la vie du croyant ,comme font les gens qui ne comprennent pas l'Écriture. W.Kelly
      12.) John MacArthur :Sermons
      L'incompatibilité du péché avec le chrétien. 1 John 3:4. Parti 1
      ''Nous ne parlons pas du péché en tant que violation ,Nous parlons du péché comme une attitude .Quiconque pratique le péché ou le fait est engagé à pratiquer l'iniquité .
      Et l'iniquité est une attitude .Ce n'est pas tellement la transgression de la loi ,mais plutôt l'indifférence à la Loi. La construction ici fait que le péché et de l'iniquité sont identique.
      C'est vivre comme si il n'existe aucune Loi . C'est vivre comme si il n'y as aucun donateur de la LOI .
      26.) Arno Clement Gaebelein - 1861-1942 -THE FIRST EPISTLE OF John La bible Annotées Versets 4-9 « fait un contraste entre le péché et la nouvelle nature et met en lumière les traits de celui qui demeure en Christ et de celui qui ne l'a pas vu ni connu. "Tous ceux qui pratique le péché, pratique l'iniquité; car le péché c'est l'iniquité.'' . Voici ce qui est correctement dit... La définition du péché comme "transgression de la loi" est de l'égarement et est incorrecte. Avant qu'il n'y aie jamais eu la loi, le péché était dans le monde (Romains 5:12, etc.). Comment le péché pourrait t'il être la transgression de la loi ? » Fin de citation
      28.) Richard Bilodeau:( Moi) De plus , voici; dans le grec il y a deux mots pour transgression.
      A. parabasis : nom , ( noun).
      B. paranomia : nom , ( noun).
      Et ces deux mots ne sont pas dans 1Jean 3:4.
      Les verbes pour transgresser non plus: ,parabaino, huperbaino, et parerchomai, ne sont pas non plus dans ce verset .
      --->Pas seulement le mot transgresser- mais le mot -loi- aussi est absent du texte grec, donc ces mots sont par le fait même des ajouts. Et le mot anomia, signifiant« sans foi ni loi»( sans visée ) a été retranché.
      L'erreur n'engendre que l'erreur.


      Supprimer
  7. Donc ,« Quiconque pratique le péché pratique la transgresse la loi ,et le péché c'est la transgression de la loi » dans 1Jn.3:4.
    a- N'est pas l'Écriture / F.F BRUCE...( Les 29 Commentateurs cité )
    b- N'est pas le sens de ce verset / F.B. Hole .
    c-- Cette traduction est entièrement une erreur / W.Kelly , L.M.Grant , Dr. Thomas Constables ...
    d-l'erreur a pour fondement la destruction du texte original / A. Plummer
    e-" transgression de la loi" est érroné et égare ( is misleading) / Arno Clement Gaebelein , W.Kelly
    f- Est une traduction défectueuse / Hamilton Smith.
    g- Est une très mauvaise traduction / C.H Mackintosh . J.Vernon McGee ...
    h-Car elle ne fait pas directement référence à la transgression de la loi / F. B. Hole ,J.N Darby, C.H Mackintosh, A.M.S GOODING , Dr. S. Lewis Johnson Jr, Hamilton Smith , John MacArthur, Greg Quail -->( ... )-
    i- Elle est regrettable et même très regretteble / F.F BRUCE , A. Plummer , A.M.S Gooding...
    j- cette traduction est complètement inadéquate / Creg Quial.
    k-1 Jn. 3:4, doit être révisé par« la pratique du péché c'est la pratique de l'iniquité , le péché c'est l'iniquité ». / Vincent's word studies.

    RépondreSupprimer