vendredi 5 février 2010

Combattre, résister et vaincre

Pasteurweb
 
 "La vie est un combat"

C'est une évidence à laquelle nous sommes constamment confrontés. La lutte pour la vie est commune à toutes les créatures sous le soleil. Pour les besoins quotidiens en premier et puis les aléas de la vie.  Les épreuves ne manquent pas : maladies, infirmités, souffrances physiques et morales, conflits familiaux, sociaux ou professionnels, etc.  La liste est longue et chacun peut y ajouter ses propres luttes.

Dans cet article, je voudrais  mettre l'accent sur  la façon dont ceux qui croient en Dieu et en Christ considèrent les difficultés de la vie et y font face, car dans l'adversité, nous qui croyons, nous n'aurons pas le même comportement que les incroyants. Certains se découragent tandis que d'autres se servent des épreuves comme d'un tremplin qui les propulse en avant. Pour ceux qui croient en Dieu, elles sont une opportunité pour notre foi.

Mes frères, regardez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés, sachant que l’épreuve de votre foi produit la patience. Mais il faut que la patience accomplisse parfaitement son œuvre, afin que vous soyez parfaits et accomplis, sans faillir en rien. (Jacques 1.2.)

C’est là ce qui fait votre joie, quoique maintenant, puisqu’il le faut, vous soyez attristés pour un peu de temps par diverses épreuves, afin que l’épreuve de votre foi, plus précieuse que l’or périssable qui cependant est éprouvé par le feu, ait pour résultat la louange, la gloire et l’honneur, lorsque Jésus-Christ apparaîtra, lui que vous aimez sans l’avoir vu, en qui vous croyez sans le voir encore, vous réjouissant d’une joie ineffable et glorieuse, parce que vous obtiendrez le salut de vos âmes pour prix de votre foi. (1 Pierre 1.6-9.)

Combattre c'est une évidence et personne n'y échappe. Si la vie en général impose à tous son lot de difficultés, d'épreuves et de souffrances,  la vie chrétienne en particulier est un champ de bataille  permanent. Ce qui est important c'est "Vaincre".

L'apôtre Paul, en écrivant sur ce sujet parle de soldat et d'athlète.

Souffre avec moi, comme un bon soldat de Jésus-Christ. Il n’est pas de soldat qui s’embarrasse des affaires de la vie, s’il veut plaire à celui qui l’a enrôlé; et l’athlète n’est pas couronné, s’il n’a combattu suivant les règles. (2 Timothée 2.3-5.)

La vie des enfants de Dieu et disciples de Christ ne consiste pas dans la  pratique d'une religion  bien réglée et  tranquille. L'adversité, les épreuves, les tentations, notre propre chair, et beaucoup d'autres ennemis, sont au rendez vous quotidiennement et si le matin notre ciel est bleu, il peut se couvrir subitement de noirs nuages, d'orages et de tempêtes...

-->
Jésus, lui-même nous avertit afin que nous soyons lucides et préparés :

« Je vous ai dit ces choses, afin que vous ayez la paix en moi. Vous aurez des tribulations dans le monde; mais prenez courage, j’ai vaincu le monde. » (Jean 16:33)

Les apôtres exhortaient ainsi ceux qui se convertissaient à Christ :

« Quand ils eurent évangélisé cette ville et fait un certain nombre de disciples, ils retournèrent à Lystre, à Icone et à Antioche, fortifiant l’esprit des disciples, les exhortant à persévérer dans la foi, et disant que c’est par beaucoup de tribulations qu’il nous faut entrer dans le royaume de Dieu. » (Actes 14.21)

Les tribulations, les épreuves et les souffrances ont diverses origines, le diable est l'instigateur et l'auteur de beaucoup de nos épreuves, le monde, avec son incrédulité, ses souillures, ses plaisirs malsains, son péché, ses méchancetés, est pourvoyeur d'un grand nombres de maux et de tentations, enfin notre propre nature nous occasionne bien des tourments.

Le combat de la foi

Tous ceux qui croient réellement au Seigneur Jésus-Christ, qui sont ses disciples et qui veulent lui rester fidèles, sont concernés par ce que l'apôtre Paul appelle "le combat de la foi", un combat qui dure toute la vie.

« Combats le bon combat de la foi, saisis la vie éternelle, à laquelle tu as été appelé, et pour laquelle tu as fait une belle confession en présence d’un grand nombre de témoins. » (1 Timothée 6:12)

« J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi.) (2 Timothée 4:7)

Le combat de la foi ne se limite pas à ce que certains appellent "le combat spirituel" contre le diable et les démons, mais concerne tous les domaines de notre vie chrétienne et en particulier celui qui nous est commun à tous : notre nature charnelle. « Je trouve donc en moi cette loi: quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi. Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l’homme intérieur; mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres. » (Romains 7.22,23)

On peut dire que c'est un de nos principaux combats, sinon le plus intense. Je traite souvent de ce sujet. Et puis le combat de la foi s'applique aussi à  l'exaucement de nos prières, à l'accomplissement des promesses  et des paroles de Dieu, à la guérison divine, etc. C'est un combat réellement spirituel,  avec des armes spirituelles et dont les principales vertus sont la ferveur, la fermeté, la détermination,  la persévérance, l'insistance, la patience et l'obéissance à Dieu.

Sachez le, nous avons à lutter contre toutes sortes d'ennemis, ceux qui sont à l'extérieur, comme le diable, les démons, les incrédules  qui nous persécutent ou le  monde qui nous attire par la convoitise et ses séductions. Mais aussi à l'intérieur, contre notre nature pécheresse,  nos convoitises charnelles et les passions qui combattent dans nos membres. C'est une guerre et comme toutes les guerres, elle a ses règles. Un des ennemis d'Israël disait au roi Ezéchias :

« Les mots ne suffisent pas, il faut pour la guerre de la sagesse et de la force… » (Esaïe 36:5)

L'apôtre Paul écrit : « Nous ne combattons pas selon la chair. Car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles; mais elles sont puissantes, par la vertu de Dieu, pour renverser des forteresses. » (2 Corinthiens 10.3-4)

Ce combat spirituel demande de la sagesse spirituelle, des forces spirituelles et des armes spirituelles : la sagesse d'en haut, la force du Seigneur et les armes de Dieu.

Un combat contre le diable.

Qui dit combat, dit adversaire et un nom nous vient immédiatement à l'esprit : le diable.

« Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera. » (1 Pierre 5.8-9)

L'apôtre Paul  écrit à ce sujet :

« Nous avons à lutter contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. » (Ephésiens 6:12)

Il dit  qu'il a « combattu contre les bêtes à Éphèse ». (1 Corinthiens 15.32). Selon certains commentateurs il s'agirait probablement des gens emmenés par Démétrius et ses compagnons idolâtres qui fabriquaient des temples pour la déesse d'Éphèse. Ces gens étaient inspirés et animés par les esprits méchants qui voulaient détruire l'œuvre de Dieu. Actes 19.24

Satan utilise toutes sortes de moyens et de personnes pour s'opposer aux desseins divins et aux enfants de Dieu. L'apôtre Pierre écrit que Satan rode comme un lion rugissant cherchant qui il dévorera et il ajoute que tous ceux qui appartiennent à Christ sont l'objet de ses attaques.

« Soyez donc sages et sobres, pour vaquer à la prière. Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera. Résistez-lui avec une foi ferme, sachant que les mêmes souffrances sont imposées à vos frères dans le monde. » (1 Pierre 4:7-8)

Dans ce combat il est question de résister et tenir ferme contre les ruses du diable. La pratique d'une religion n'est pas un moyen efficace pour résister et vaincre la puissance des ténèbres. Satan n'est pas effrayé par les religions, il se cache dedans ! Les moyens pour vaincre dans ce combat sont : Une véritable foi en Dieu et en sa Parole écrite et inspirée de Lui, la Bible, une réelle communion avec le Seigneur Jésus-Christ, la présence et l'assistance du Saint-Esprit, les armes puissante et spirituelles de Dieu.

« Si nous marchons dans la chair, nous ne combattons pas selon la chair. Car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles; mais elles sont puissantes, par la vertu de Dieu, pour renverser des forteresses. » (2 Corinthiens 10.3-4)

Il est aussi capital de nous soumettre à Dieu, dans un esprit d'humilité et d'obéissance. L'apôtre Jacques proclame que lorsque notre volonté est soumise à Dieu, nous pouvons résister au diable et le faire fuir.

« Soumettez-vous donc à Dieu; résistez au diable, et il fuira loin de vous. » (Jacques 4:7)

Dans les passages que nous avons lus, il est question de plusieurs choses : de résistance : "résistez !" disent Jacques et Pierre. "Afin de résister" dit Paul de fermeté : une foi ferme, tenir ferme (répété trois fois dans Ephésiens 6.10 à 18.) de victoire : Il fuira ! Nous triompherons du malin. Jacques4.7 et Ephésiens 6.13.

Pour un enseignement plus complet sur ce sujet reportez vous à l'article : Le combat spirituel

Un combat dans le monde

contre l'esprit du monde

1) Si nous n'y prenons garde, notre façon de penser et d'agir sont vite envahies et assujetties par les conceptions et  le comportement du monde incrédule. Dans sa prière, Jésus demande à son Père de nous garder du mal qui est dans le monde. (Jean 17.15)

L'apôtre Jean écrit de ne pas aimer le monde ni les choses qui sont dans le monde.

« N’aimez point le monde, ni les choses qui sont dans le monde. Si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est point en lui; car tout ce qui est dans le monde, la convoitise de la chair, la convoitise des yeux, et l’orgueil de la vie, ne vient point du Père, mais vient du monde. Et le monde passe, et sa convoitise aussi; mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement. » (1 Jean 2:15-17)

Jacques dit avec force que l'amour du monde est inimitié contre Dieu et que celui qui aime le monde se rend ennemi de Dieu.

« Adultères que vous êtes! ne savez-vous pas que l’amour du monde est inimitié contre Dieu? Celui donc qui veut être ami du monde se rend ennemi de Dieu. » (Jacques 4:4)

Il ajoute que la religion véritable consiste aussi à se préserver des souillures du monde. (Jacques 1:27)

L'apôtre Pierre écrit que « si nous retournons dans ces souillures et que nous sommes vaincus notre condition est pire qu'avant notre conversion. En effet, si, après s’être retirés des souillures du monde, par la connaissance du Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, ils s’y engagent de nouveau et sont vaincus, leur dernière condition est pire que la première. » (2 Pierre 2:20)

pour le salut des pécheurs

C'est le combat de l'évangile, celui qui consiste à affronter l'hostilité du monde afin de rendre témoignage à Christ, le confesser et proclamer la bonne nouvelle du salut de Dieu par la foi en son fils Jésus.

« Vous savez vous-mêmes, frères, que notre arrivée chez vous n’a pas été sans résultat. Après avoir souffert et reçu des outrages à Philippes, comme vous le savez, nous prîmes de l’assurance en notre Dieu, pour vous annoncer l'Évangile de Dieu, au milieu de bien des combats. » (1 Thessaloniciens 2.1)

Parfois des portes s'ouvrent facilement pour la Parole de Dieu, mais souvent nous rencontrons l'opposition des pécheurs. Alors il faut combattre et persévérer dans notre témoignage à Christ. « Considérez, en effet, celui qui a supporté contre sa personne une telle opposition de la part des pécheurs, afin que vous ne vous lassiez point, l’âme découragée. » (Hébreux 12:3)

« N’ayez d’eux aucune crainte, et ne soyez pas troublés; mais sanctifiez dans vos cœurs Christ le Seigneur, étant toujours prêts à vous défendre, avec douceur et respect, devant quiconque vous demande raison de l’espérance qui est en vous,  et ayant une bonne conscience, afin que, là même où ils vous calomnient comme si vous étiez des malfaiteurs, ceux qui décrient votre bonne conduite en Christ soient couverts de confusion. » (1 Pierre 3:16)

Un combat pour l'Église de Christ

Il est écrit que « dans les derniers temps, plusieurs abandonneront la foi pour se tourner vers des doctrines de démons et aussi que la charité du plus grand nombre se refroidira. » Il y a un combat à livrer contre la détérioration de la communion fraternelle, contre l'abandon de notre union avec les membres du corps de Christ, un combat pour préserver et pratiquer la charité. Il y a aussi à combattre contre les faux prophètes, les mauvais ouvriers, les enseignants qui tordent le sens des Écritures. « Croyez que la patience de notre Seigneur est votre salut, comme notre bien-aimé frère Paul vous l’a aussi écrit, selon la sagesse qui lui a été donnée. C’est ce qu’il fait dans toutes les lettres, où il parle de ces choses, dans lesquelles il y a des points difficiles à comprendre, dont les personnes ignorantes et mal affermies tordent le sens, comme celui des autres Écritures, pour leur propre ruine. Vous donc, bien-aimés, qui êtes avertis, mettez-vous sur vos gardes, de peur qu’entraînés par l’égarement des impies, vous ne veniez à déchoir de votre fermeté. Mais croissez dans la grâce et dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. A lui soit la gloire, maintenant et pour l’éternité! Amen! » (2 Pierre 3.15-18)

C'est une séduction subtile qui entrainent de plus en plus de chrétiens et de gens dans des pratiques erronées et mensongères. Il nous faut lutter afin de garder intacte, saine et équilibrée la foi de l'Évangile qui est sans cesse l'objet de déviations, comme l'écrit Jude.

« Bien-aimés, comme je désirais vivement vous écrire au sujet de notre salut commun, je me suis senti obligé de le faire afin de vous exhorter à combattre pour la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes. Car il s’est glissé parmi vous certains hommes, dont la condamnation est écrite depuis longtemps, des impies, qui changent la grâce de notre Dieu en dissolution, et qui renient notre seul maître et Seigneur Jésus-Christ. » Jude 1.3,4

De même l'apôtre Pierre nous avertit de ce danger.

« Et nous tenons pour d’autant plus certaine la parole prophétique, à laquelle vous faites bien de prêter attention, comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur, jusqu’à ce que le jour vienne à paraître et que l’étoile du matin se lève dans vos coeurs; sachant tout d’abord vous-mêmes qu’aucune prophétie de l’Ecriture ne peut être un objet d’interprétation particulière, car ce n’est pas par une volonté d’homme qu’une prophétie a jamais été apportée, mais c’est poussés par le Saint-Esprit que des hommes ont parlé de la part de Dieu. Il y a eu parmi le peuple de faux prophètes, et il y aura de même parmi vous de faux docteurs, qui introduiront des sectes pernicieuses, et qui, reniant le maître qui les a rachetés, attireront sur eux une ruine soudaine. Plusieurs les suivront dans leurs dissolutions, et la voie de la vérité sera calomniée à cause d’eux. Par cupidité, ils trafiqueront de vous au moyen de paroles trompeuses, eux que menace depuis longtemps la condamnation, et dont la ruine ne sommeille point. » (2 Pierre 1.19 à 2:3)

Enfin un combat en nous mêmes.

Contre le doute

Le doute et naturel, il est présent dans le cœur de tout être humain. Il y a un combat permanant à livrer contre le doute et l'incrédulité qui montent de notre propre cœur en proie à toutes sortes d'influences, notamment du raisonnement humain, lorsque nous ne comprenons pas le sens des Écritures, devant ce que nous prenons pour des contractions ou  lorsque nous nous posons la question de l'absence apparente de Dieu dans des événements dramatiques ou des situations graves.

Le doute est commun à tous et le diable sait comment s'y prendre pour nous inspirer ses propres pensées, soit lui-même, comme il le fit pour Ève, soit par des intermédiaires qui veulent démontrer par leur raisonnement que nous avons tort de croire en un Dieu créateur et en un Christ Sauveur.

« Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs, que l'Eternel Dieu avait faits. Il dit à la femme: Dieu a-t-il réellement dit: Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin ? » (Genèse 3.1)

Parmi les ruses du diable, le serpent ancien, celui qui s'introduit par surprise, qui se déguise, pour tromper, le menteur, il y a la mise en doute de ce que Dieu dit et nous sommes exhortés à résister à ses ruses : « Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable. » (Ephésiens 6:11)

L'un de ses stratagèmes du diable, c'est de faire croire qu'il n'existe pas ou qu'il n'est qu'un concept : le mal. Une autre de ses ruses, c'est de nous amener à douter de ce que Dieu a dit, de sa Parole, pour cela il utilise toutes sortes d'arguments…

-L'authenticité et l'origine des Écritures
-La façon de lire les Écritures : littéraire, scientifique, philosophique, religieuse…
-L'historique et l'exégèse, la haute critique, le modernisme, la nouvelle théologie…
-La manière de comprendre la Bible : intellectuellement, littéralement…

Il y a une forme d'étude de la Bible qui fait perdre la foi : Dieu a-t-il réellement dit ? l'Écriture veut-elle réellement dire cela ? Satan sait que la foi dépend de la Parole de Dieu et il fait tout pour la déplacer de son socle, son fondement, ce que Dieu a réellement dit, sa Parole. Ce qui a perdu Adam et Ève, c'est qu'ils se sont laissés entraîner sur le terrain mouvant du doute concernant l'authenticité et leur compréhension de ce que Dieu leur avait dit.  (extrait de l'étude : Dieu a dit)

L'apôtre Paul nous met en garde contre ces raisonnements et la ruse des hommes.

« Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie et par une vaine tromperie, s’appuyant sur la tradition des hommes, sur les rudiments du monde, et non sur Christ. » (Colossiens 2:8) « ... afin que nous ne soyons plus des enfants, flottants et emportés à tout vent de doctrine, par la tromperie des hommes, par leur ruse dans les moyens de séduction ... » (Ephésiens 4:14)

Contre le péché

L'autre combat qui nous concerne personnellement est celui que nous avons à mener contre notre propre nature pécheresse, le combat de la sanctification.

« Vous n’avez pas encore résisté jusqu’au sang, en luttant contre le péché. » Hébreux 12:4)

C'est une lutte constante et difficile, dont l'apôtre Paul parle comme une expérience personnelle. « Nous savons, en effet, que la loi est spirituelle; mais moi, je suis charnel, vendu au péché. Car je ne sais pas ce que je fais: je ne fais point ce que je veux, et je fais ce que je hais. Or, si je fais ce que je ne veux pas, je reconnais par là que la loi est bonne. Et maintenant ce n’est plus moi qui le fais, mais c’est le péché qui habite en moi. Ce qui est bon, je le sais, n’habite pas en moi, c’est-à-dire dans ma chair: j’ai la volonté, mais non le pouvoir de faire le bien. Car je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal que je ne veux pas. Et si je fais ce que je ne veux pas, ce n’est plus moi qui le fais, c’est le péché qui habite en moi. Je trouve donc en moi cette loi: quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi. Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l’homme intérieur; mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres. Misérable que je suis! Qui me délivrera du corps de cette mort?… » (Romains 7.14-24)

Nous devrions prendre plus souvent en compte ces paroles afin de reconnaître humblement la faiblesse de notre nature humaine pour chercher auprès du Seigneur la délivrance et les moyens qu'il nous donne pour  être  vainqueur. Les tentations qui vous ont assaillis sont communes à tous les hommes. D’ailleurs, « Dieu est fidèle et il ne permettra pas que vous soyez tentés au–delà de vos forces. Au moment de la tentation, il préparera le moyen d’en sortir pour que vous puissiez y résister. » (1 Corinthiens 10:13)

Résister et vaincre

Dans tous les domaines de notre combat, que ce soit contre le diable, les puissances des ténèbres ou l'esprit du monde, contre la chair et le péché, il y a des règles à respecter pour remporter le victoire. Un athlète qui participe à une compétition ne peut gagner le prix que s’il lutte selon les règles. (2 Timothée 2:5)

Pour être capable de résister et de vaincre, il est nécessaire d'être fort.  Aussi Dieu nous exhorte à rechercher  deux choses essentielles (Ephésiens 6.10 et 11)

« Fortifiez-vous dans le Seigneur, et par sa force toute-puissante. Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable. » Dieu nous exhorte impérativement : fortifiez vous ... Revêtez  ... il y a une recherche et une démarche de notre part qui consiste à être vigilants, à prier, et à chercher auprès du Seigneur la force et les armes nécessaires à la victoire. En premier, il faut considérer une réalité essentielle, c'est que la victoire a déjà été remportée pour nous par le Seigneur Jésus-Christ et c'est en lui que Dieu nous la donne. « Mais grâces soient rendues à Dieu, qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus-Christ! » (1 Corinthiens 15:57)

Cette victoire concerne tous les domaines de notre combat. Nous proclamons souvent les textes bibliques qui parlent de la victoire de Christ sur Satan et les démons, mais nous devons aussi nous souvenir que Jésus est celui qui nous soutient et et qui nous secourt dans toutes nos tentations, dans toutes nos détresses, nos épreuves et qui nous console dans toutes nos affliction. « Car nous n’avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché. » (Hébreux 4:15)

« En conséquence, il a dû être rendu semblable en toutes choses à ses frères, afin qu’il fût un souverain sacrificateur miséricordieux et fidèle dans le service de Dieu, pour faire l’expiation des péchés du peuple; car, ayant été tenté lui-même dans ce qu’il a souffert, il peut secourir ceux qui sont tentés. » (Hébreux 2.17,18) Oui la victoire est en Jésus-Christ notre Seigneur !

Résister

Nous sommes exhortés à résister dans plusieurs circonstances.

-au diable, lorsqu'il nous tente ou nous crible comme du froment. Jacques 4.7 et 1 Pierre 5.8,9
-à la séduction qui existe dans le monde par la convoitise. 2 Pierre 1.4
-aux passions et au péché qui combattent dans nos membres. Hébreux12.24

Nous savons ce que signifie la résistance lorsque nous somme sollicités par différentes choses. Il y a un choix à faire, une décision à prendre, une réponse à donner. Choisir et décider,  c'est notre responsabilité. Ensuite il s'agit de tenir ferme dans nos résolutions, comme le dit le prophète de la part de Dieu: « A celui qui est ferme dans ses sentiments Tu assures la paix, la paix, Parce qu’il se confie en toi. » (Esaïe 26:3) Résister demande des efforts et de la détermination. Trop souvent nous pensons que Dieu se charge de tout, or il y a des choses qui nous incombent, entre entre autres la vigilance et la prière. « Restez éveillés et priez pour pouvoir résister quand l’esprit du mal vous tentera. Vous désirez faire le bien, mais vous n’avez pas la force de résister au mal. » (Matthieu 26:41 Parole de Vie)

« Ne dormez pas, priez sans cesse. Alors vous aurez la force de supporter tout ce qui va arriver, et de vous tenir debout devant le Fils de l’homme. » (Luc 21:36)

Vaincre

Je relisais récemment un passage de l'épitre de Pierre qui est soudain devenu très fort dans mon esprit, tant il est empreint de gravité et de solennité. « En effet, si, après s’être retirés des souillures du monde, par la connaissance du Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, ils s’y engagent de nouveau et sont vaincus, leur dernière condition est pire que la première. » (2 Pierre 2:20)

Je suis resté longtemps à réfléchir sur ces paroles terribles : « S'ils s’y engagent de nouveau et sont vaincus, leur dernière condition est pire que la première. »

Etre vaincu, c'est à dire terrassé sans pouvoir se relever, fait que la condition est pire qu'avant la conversion. C'est "pire que la première" ? Jésus emploie la même expression dans un entretien avec les pharisiens rapporté par Matthieu et Luc.

« Lorsqu’un homme fort et bien armé garde sa maison, ce qu’il possède est en sûreté. Mais, si un plus fort que lui survient et le dompte, il lui enlève toutes les armes dans lesquelles il se confiait, et il distribue ses dépouilles. Celui qui n’est pas avec moi est contre moi, et celui qui n’assemble pas avec moi disperse. Lorsque l’esprit impur est sorti d’un homme, il va dans des lieux arides, pour chercher du repos. N’en trouvant point, il dit: Je retournerai dans ma maison d’où je suis sorti; et, quand il arrive, il la trouve balayée et ornée. Alors il s’en va, et il prend sept autres esprits plus méchants que lui; ils entrent dans la maison, s’y établissent, et la dernière condition de cet homme est pire que la première. » (Luc 11.21-26)

Le Seigneur donne ici deux cas de figure. Le premier tient en une ligne : Lorsqu’un homme fort et bien armé garde sa maison, ce qu’il possède est en sûreté.Nous l'avons compris. Lorsque nous sommes forts de la force de Dieu et bien armés des armes de Dieu, nous sommes en sécurité. Lorsque le malin vient il ne peut pas nous vaincre, comme l'écrit l'apôtre Jean : « Nous savons que quiconque est né de Dieu ne pèche point; mais celui qui est né de Dieu se garde lui-même, et le malin ne le touche pas. » (1 Jean 5:18)

« Je vous ai écrit, pères, parce que vous avez connu celui qui est dès le commencement. Je vous ai écrit, jeunes gens, parce que vous êtes forts, et que la parole de Dieu demeure en vous, et que vous avez vaincu le malin. » (1 Jean 2:14) Par contre, si l'accès de la  maison, la porte du cœur n'est pas gardée,  il y a danger.

Des chrétiens ont fait naufrage par rapport à la foi, parce qu'ils n'ont pas respecté les règle du bon combat, comme l'apôtre le recommandait à Timothée. « En gardant la foi et une bonne conscience. Cette conscience, quelques-uns l’ont perdue, et ils ont fait naufrage par rapport à la foi. » (1 Timothée 1:19)

L'apôtre Paul a écrit : Ne donnez pas accès au diable. (Ephésiens 4:27) Il écrit cela après avoir dit : Si vous vous mettez en colère, ne péchez point; que le soleil ne se couche pas sur votre colère. (Ephésiens 4.26)

Conserver de la rancune, ne pas pardonner, c'est laisser une porte ouverte au malin qui aggravera la situation. C'est pourquoi, l'apôtre Paul encourage à pardonner. « Or, à qui vous pardonnez, je pardonne aussi; et ce que j’ai pardonné, si j’ai pardonné quelque chose, c’est à cause de vous, en présence de Christ, afin de ne pas laisser à Satan l’avantage sur nous, car nous n’ignorons pas ses desseins. » (2 Corinthiens 2.10,11) Lisons aussi ces versets qui vont dans le même sens :

« Veillez à ce que nul ne se prive de la grâce de Dieu; à ce qu’aucune racine d’amertume, poussant des rejetons, ne produise du trouble, et que plusieurs n’en soient infectés. » (Hébreux 12:15)

« Que toute amertume, toute animosité, toute colère, toute clameur, toute calomnie, et toute espèce de méchanceté, disparaissent du milieu de vous. » (Ephésiens 4:31)

Se livrer à l'impureté, l'impudicité, à la fornication, aux souillures du monde, au péché, laisse une brèche ouverte à Satan et aux mauvais esprits. Jésus a dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, quiconque se livre au péché est esclave du péché. (Jean 8:34)

Nous retrouvons cette même pensée sous la plume de l'apôtre Paul: « Ne savez-vous pas qu’en vous livrant à quelqu’un comme esclaves pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez, soit du péché qui conduit à la mort, soit de l’obéissance qui conduit à la justice? » (Romains 6:16) J'ai écrit sur ce sujet dans d'autres articles de pasteurweb, mais lisons attentivement le passage de la lettre de Paul aux Romains, concernant la situation et le comportement de ceux qui sont à Jésus-Christ, par rapport au péché.

« Que dirons-nous donc? Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde? Loin de là! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché? Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, c’est en sa mort que nous avons été baptisés? Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection, sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché; car celui qui est mort est libre du péché. Or, si nous sommes morts avec Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui, sachant que Christ ressuscité des morts ne meurt plus; la mort n’a plus de pouvoir sur lui. Car il est mort, et c’est pour le péché qu’il est mort une fois pour toutes; il est revenu à la vie, et c’est pour Dieu qu’il vit. Ainsi vous-mêmes, regardez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus-Christ. Que le péché ne règne donc point dans votre corps mortel, et n’obéissez pas à ses convoitises. Ne livrez pas vos membres au péché, comme des instruments d’iniquité; mais donnez-vous vous-mêmes à Dieu, comme étant vivants de morts que vous étiez, et offrez à Dieu vos membres, comme des instruments de justice. Car le péché n’aura point de pouvoir sur vous, puisque vous êtes, non sous la loi, mais sous la grâce ». (Romains 6.1-14)

Si nous obéissons à Satan, ou au monde, ou à nos propres convoitises, nous devenons leur esclave. Le Seigneur Jésus-Christ nous exhorte à la vigilance et à la prière, comme un homme qui garde l'entrée de sa maison. « Lorsqu’un homme fort et bien armé garde sa maison, ce qu’il possède est en sûreté. Veillez et priez, afin que vous ne tombiez pas en tentation; l’esprit est bien disposé, mais la chair est faible ». (Marc 14:38)

La vigilance, la prière et la foi, sont les éléments qui nous permettent de vaincre dans tous les domaines cités ci-dessus. Nous ne pouvons  écrire ici tous les passages des Ecritures où il est question de la façon d'être vainqueurs, mais en voici quelques uns de très explicites.

1 Jean 2:13 : « Je vous écris, pères, parce que vous avez connu celui qui est dès le commencement. Je vous écris, jeunes gens, parce que vous avez vaincu le malin. Je vous ai écrit, petits enfants, parce que vous avez connu le Père ».
1 Jean 2:14 « Je vous ai écrit, pères, parce que vous avez connu celui qui est dès le commencement. Je vous ai écrit, jeunes gens, parce que vous êtes forts, et que la parole de Dieu demeure en vous, et que vous avez vaincu le malin. »1 Jean 4:4  « Vous, petits enfants, vous êtes de Dieu, et vous les avez vaincus, parce que celui qui est en vous est plus grand que celui qui est dans le monde. »
Romains 8:37 « Mais dans toutes ces choses nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés. »
1 Corinthiens 15:57 « Mais grâces soient rendues à Dieu, qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus-Christ! »
Apocalypse 12:11 « Ils l’ont vaincu à cause du sang de l’agneau et à cause de la parole de leur témoignage, et ils n’ont pas aimé leur vie jusqu’à craindre la mort. »

Ces paroles de la Bible et bien d'autres nous révèlent une réalité indiscutable : Nous pouvons vaincre, car la victoire a déjà été remportée pour nous par le Seigneur Jésus-Christ, par sa mort et sa résurrection. Maintenant, il est important de savoir comment nous approprier la victoire de notre Sauveur et cela est clairement enseigné dans la Parole de Dieu.

Être né de Dieu :

« Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché, parce que la semence de Dieu demeure en lui; et il ne peut pécher, parce qu’il est né de Dieu. » (1 Jean 3:9) « parce que tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde; et la victoire qui triomphe du monde, c’est notre foi. » (1 Jean 5:4)

Naitre de nouveau est indispensable pour entrer et demeurer dans le royaume de Dieu, selon ce que Jésus enseigne : « En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu.  Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l’Esprit est esprit.  Ne t’étonne pas que je t’aie dit: Il faut que vous naissiez de nouveau» (Jean 3.5)

Lisez l'article :  Naître de Nouveau

Etre habité par Dieu :

« Vous, petits enfants, vous êtes de Dieu, et vous les avez vaincus, parce que celui qui est en vous est plus grand que celui qui est dans le monde. (1 Jean 4:4)

Nous avons dans ce dernier texte la  révélation de la façon dont Dieu nous fortifie pour être victorieux, ce que l'apôtre Paul explique d'une autre manière.
« Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l’esprit, si du moins l’Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas. Et si Christ est en vous, le corps, il est vrai, est mort à cause du péché, mais l’esprit est vie à cause de la justice. » (Romains 8:9,10)

Voici donc la clé de la victoire : la présence de Christ en nous par son Esprit ! « afin qu’il vous donne, selon la richesse de sa gloire, d’être puissamment fortifiés par son Esprit dans l’homme intérieur. » (Ephésiens 3:16)

C'est "dans" le Seigneur et en Lui seul, que nous trouverons la force indispensable pour être vainqueurs. « Au reste, fortifiez-vous dans le Seigneur, et par sa force toute-puissante. » ( Ephésiens 6:10)

Voyez vous, nous en revenons toujours à la nécessité de la communion avec Christ, selon qu'il l'enseigne lui-même : Sans moi, vous ne pouvez rien faire" !
(Jean 15.5)

Ceci étant établi, nous devons aussi savoir que notre combat nécessite, comme je l'ai déjà dit, d'être fort et armé.

Fortifiez vous

C'est une injonction divine que nous retrouvons dans d'autres passages, comme celui qui nous rapporte ce que l'Eternel a dit à Josué à plusieurs reprises : « L’Eternel donna ses ordres à Josué, fils de Nun. Il dit: Fortifie-toi et prends courage, car c’est toi qui feras entrer les enfants d’Israël dans le pays que j’ai juré de leur donner; et je serai moi-même avec toi. » (Deutéronome 31:23)

L'exhortation est aussi adressée à d'autres personnages de la Bible, ainsi qu'à tous ceux qui appartiennent au Seigneur Jésus-Christ.

« Au reste, fortifiez-vous dans le Seigneur, et par sa force toute-puissante. » (Éphésiens 6:10) L'apôtre Paul a écrit qu'il combattait avec la force de Dieu qui agissait puissamment en lui. (Colossiens 1:29)

Il est important de comprendre et d'accepter que dans tous nos combats, la force de Dieu nous est indispensable et que nos propres forces sont insuffisantes. « Ainsi parle l’Éternel: Que le sage ne se glorifie pas de sa sagesse, Que le fort ne se glorifie pas de sa force. (Jérémie 9:23)

Dieu disait à Israël une chose qui nous concerne aussi : « Garde-toi de dire en ton cœur: Ma force et la puissance de ma main m’ont acquis ces richesses.Souviens-toi de l’Eternel, ton Dieu, car c’est lui qui te donnera de la force »

La force de Dieu est toute puissante. Nous en avons la démonstration dans toutes ses œuvres et particulièrement par la résurrection de son Fils Jésus : « Il l’a déployée en Christ, en le ressuscitant des morts, et en le faisant asseoir à sa droite dans les lieux célestes, au-dessus de toute domination, de toute autorité, de toute puissance, de toute dignité, et de tout nom qui se peut nommer, non seulement dans le siècle présent, mais encore dans le siècle à venir. » (Ephésiens1.20/21)

Le psalmiste proclamait :  L’Éternel donne la force à son peuple. Psaumes 29:11

Et le prophète Ésaïe l'affirme aussi : « Ne le sais-tu pas? ne l’as-tu pas appris? C’est le Dieu d’éternité, l’Eternel, Qui a créé les extrémités de la terre; Il ne se fatigue point, il ne se lasse point; On ne peut sonder son intelligence.Il donne de la force à celui qui est fatigué, Et il augmente la vigueur de celui qui tombe en défaillance. Les adolescents se fatiguent et se lassent, Et les jeunes hommes chancellent; Mais ceux qui se confient en l'Éternel renouvellent leur force. Ils prennent le vol comme les aigles; Ils courent, et ne se lassent point, Ils marchent, et ne se fatiguent point. (E
saïe 40:28-31)

Dieu donne, communique sa force par le Saint-Esprit, selon que l'apôtre Paul priait pour les disciples de l'Église d'Éphèse :

A cause de cela, je fléchis les genoux devant le Père, duquel tire son nom toute famille dans les cieux et sur la terre, afin qu’il vous donne, selon la richesse de sa gloire, d’être puissamment fortifiés par son Esprit dans l’homme intérieur, en sorte que Christ habite dans vos cœurs par la foi; afin qu’étant enracinés et fondés dans l’amour, vous puissiez comprendre avec tous les saints quelle est la largeur, la longueur, la profondeur et la hauteur, et connaître l’amour de Christ, qui surpasse toute connaissance, en sorte que vous soyez remplis jusqu’à toute la plénitude de Dieu. »
(Ephésiens 3.14-19)

Pour être fort de la force de Dieu, il suffit de la recevoir, premièrement en la lui demandant chaque jour dans la prière, deuxièmement en demeurant dans la communion du Saint-Esprit qui nous la communique, enfin en nous nous nourrissant quotidiennement de la Parole de Dieu.

Jésus dit : Veillez donc et priez en tout temps, afin que vous ayez la force d’échapper à toutes ces choses qui arriveront, et de paraître debout devant le Fils de l’homme. (Luc 21:36)

Il a répondu au diable qui le tentait :  Il est écrit: L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. Matthieu 4:4

Le Saint Esprit, qui habite en nous est le grand communicateur de la force de Dieu

La prière personnelle est un moyen de communion avec le Seigneur : nous lui parlons et il nous écoute

La lecture de la Parole de Dieu est un second moyen de communion avec lui, il nous parle par les Écritures, elle est une nourriture pour notre âme. Le Saint-Esprit est celui par lequel le Seigneur nous accorde sa présence et nous fortifie. La  communion fraternelle qui réunit ceux qui croient au Nom de Jésus nous assure de sa présence.  La prière en commun, l'exhortation mutuelle, la lecture et l'enseignement de la Parole de Christ, les dons de l'Esprit et les ministères de Christ, sont autant de moyens par lesquels Dieu nous fortifie.

Certains pensent qu'il suffit de crier  des versets bibliques comme des slogans, des chants de louanges, d'agiter des bannières imprimées de versets, de pratiquer une certaine gestuelle…pour mettre en fuite le malin et son armée. Les choses, telles que nous les enseignent les Écritures, sont plus profondes que cela.

Dieu dit "Fortifiez vous dans le Seigneur et par sa force toute puissante". Nous avons vu comment le faire. Nous avons une responsabilité  : Nous fortifier, faire ce qui est nécessaire pour être fort, pour recevoir la force de Dieu et  nous pourrons alors passer à la deuxième étape : prendre, revêtir les armes de Dieu.

« Revêtez vous de toutes les  armes de Dieu »

Pour remporter la victoire dans ce combat spirituel, il faut des armes puissantes, spirituelles, celles de Dieu : un ceinture, une cuirasse, des chaussures, un casque, un bouclier, une épée, … Dans son enseignement, l'apôtre Paul s'inspire de l'armure du soldat romain pour désigner les armes spirituelles avec lesquelles nous devons combattre.


Reportez vous au chapitre suivant : Les armes de Dieu




1 commentaire:

  1. Bonsoir Jean-Luc et vous tous qui passerez par ici. Que la grâce et la paix du Seigneur soient avec nos esprits, amen !

    "Je trouve donc en moi cette loi: quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi.
    Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l’homme intérieur;
    mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres. Romains 7.22,23

    C'est vrai que ce combat est permanent.
    C'est aussi et beaucoup à travers cela que nous apprenons à vaincre. Plus on se rapproche de la connaissance de Jésus-Christ en le laissant agir en nous par Son Esprit Saint et en lui faisant totalement confiance, et plus on apprend à discerner ce qui nous vient de la chair (à combattre) et ce que nous devenons en Lui (par la persévérance et l'endurance dans la foi).

    "Les mots ne suffisent pas, il faut pour la guerre de la sagesse et de la force…" Esaïe 36:5
    Nous ne pouvons prétendre remporter une quelconque victoire si nous ne combattons pas. Mais il faut que nous apprenions à mener le bon combat !

    "Il y a un combat à livrer contre la détérioration de la communion fraternelle, contre l'abandon de notre union avec les membres du corps de Christ, un combat pour préserver et pratiquer la charité."
    Je dis : Amen ! La vie de l'Eglise c'est, selon moi, cela avant tout !

    Que Dieu Vous Garde du mal visible comme invisible mes frères et soeurs en Christ, je vous bénis dans Son Saint-Nom, amen.

    Fraternellement, flo.

    RépondreSupprimer