samedi 19 octobre 2013

Cinq pierres pour 5 géants

Par Eliane Colard


Nous l’ignorons peut être ou du moins l’oublions-nous trop souvent : les obstacles qui se présentent à nous ainsi que les nombreuses épreuves auxquelles nous aurons à faire face durant notre pèlerinage sur terre, n’échappent pas aux yeux du Seigneur. Il n’est jamais pris au dépourvu lorsqu’ils surgissent. Il les voit déjà avant qu’ils n’apparaissent à nos yeux. Ce n’est pas comme si ces choses lui échappaient ou le prenaient pas surprise. Comme le dira l’apôtre Paul aux Corinthiens, toutes les épreuves auxquelles nous sommes tôt ou tard confrontés sont humaines, c'est-à-dire à la mesure de notre humanité. Cela signifie que dans sa bonté Dieu ne permettra pas que nous soyons éprouvés au-delà de nos forces, mais Paul rajoute qu’avec l’arrivée de l’épreuve Dieu a aussi déjà prévu pour nous les moyens d’en sortir. Autrement dit, Il a aussi déjà pourvu en ce qui concerne les moyens qui nous permettront de nous en sortir victorieusement. Notre Dieu est Jéhovah Jireh, l’Éternel qui pourvoit. Pouvons-nous saisir cela ? Si nous souhaitons expérimenter que l’Éternel est notre Berger (Ps 23) Il va un jour ou l’autre nous amener au point où nous serons à même de saisir ce que c’est que de ne manquer de rien, d’être conduit aux eaux paisibles. Dieu est-il mon Berger dans les moments de difficultés ? Ou ne l’est-il que lorsque tout va bien ? Dieu est-il mon Père ? Dans ce cas, ai-je l’assurance qu’Il a déjà fait provision pour mon pain quotidien de sorte qu’à l’heure de l’épreuve je ne serai pas vide de toutes ressources mais pourrai compter sur sa bonté et sa compassion qui ne feront pas défaut ?

La réalité est souvent que lorsque l’épreuve et l’obstacle se présentent, nous pouvons parfois avoir l’impression de manquer, de ne pas être en mesure de toucher à Sa providence ; l’impression qu’Il nous a laissés tomber cette fois là, qu’Il s’est retiré de nous. Combien de fois n’avons pas eu l’impression que Dieu semblait se cacher de nous, comme si tout à coup Il n’existait plus et que la seule réalité était que nous étions seuls à faire face à des difficultés insurmontables à vue humaine ? Il est souvent dit que c’est dans l’épreuve que l’on peut rencontrer Dieu, mais en même temps il n’est pas rare d’entendre que l’épreuve comporte également le risque de faire douter de l’existence même de Dieu. Mais nous allons voir au travers de ce qui suit comment l’épreuve apporte un témoignage glorieux de l’existence de Dieu dans la vie de ceux qui placent leur espérance en Lui. Car notre Dieu est un Dieu d’espérance, pas un Dieu qui laisse le désespoir envahir son peuple sinon il ne serait pas un père pour ses enfants. Au travers de l’épreuve Il veut nous révéler que notre Rédempteur est vivant. Ainsi, souvent comme pour Job alors qu’il nous semblera que Dieu se cache, au bout du temps d’épreuves (40 jours comme nous le verrons dans le passage qui suit), Il se lèvera pour nous (Job 19/ 25- 26) pour nous révéler qu’il est là, qu’il existe ! Nous voyons au travers de plusieurs récits bibliques que c’est souvent au bout de ce temps de 40 jours (ou 40 ans) que Dieu se lève pour opérer sa délivrance au travers de la vie de celui qu’Il a suscité. Ce chiffre a une valeur hautement symbolique spirituellement car il indique un temps déterminé dans l’épreuve dont Dieu ne permettra pas le dépassement.

Je vais parler d’une partie de l’histoire de David fils d’Isaïe dont le nom signifie précisément Dieu existe !

Oui soyons certains que Dieu se lèvera un jour au bout de l’épreuve, alors qu’il nous semblera que tout est fini, qu’il ne reste plus rien, que tout est consumé, quand la mort semblera avoir presque tout détruit. Il se lèvera pour redonner la vie et faire renaître l’espoir.

Lisons le passage de 1 Samuel 17 relatant l’histoire de David et Goliath. Ce message a été suscité en moi il y a 2 semaines lorsque j’ai eu en priant pour une personne une vision qui m’a ramenée vers ce passage que l’Esprit de Dieu a éclairé pour moi. J’en fais un message à plus large portée car je pense qu’il peut aussi parler à d’autres qui passent par des temps où la situation leur semble sans issue de secours.

Dans ce passage, il est dit que Goliath le géant Philistin s’avançait jour après jour durant 40 jours pour mettre au défi et narguer les Israélites. Ceux-ci étaient tenus dans la peur terrifiés par l’aspect du géant. Il ne s’est trouvé personne en Israël pour relever le défi jusqu’à l’arrivée de David ce fils d’Isaïe sur lequel personne n’aurait misé sauf Celui qui voit le cœur et non l’apparence. Tout dans ce récit indique que c’est au bout de ces 40 jours de défi que David fils d’Isaï est arrivé sur le champ de bataille auprès de ses frères pour prononcer ces paroles d’espérance qui annonçaient la délivrance du peuple (1 Samuel 17/32) : « que personne ne se décourage à cause de ce Philistin, j’irai moi-même me battre contre lui ».

Dans les batailles pour la conquête du pays promis (j’en avais parlé dans un message : « Les clés pour une vie victorieuse »), j’avais évoqué notre positionnement et parlé de nos recours face à des géants intérieurs et extérieurs que nous avons à affronter dans certaines circonstances qui sont de vrais combats dans notre marche chrétienne. Pour illustrer cela j’avais parlé des géants de la race des fils d’Anak. Dans ce qui va suivre, je vais encore parler de batailles, car si la vie chrétienne est une vie de victoire, c’est parce qu’elle est parsemée de combats, de batailles qui vont se succéder à mesure que des forces qui nous seront données. C’est sur les champs de bataille que Dieu nous fait entrer dans la victoire : on n’est mené de victoires en victoires que dans la mesure où on est mené de batailles en batailles. La vie chrétienne consistera notre vie durant à mener le bon combat de la foi car l’ennemi de notre âme ne devient pas notre ami au jour de notre conversion. Ce combat prendra certainement des formes diverses selon l’endroit où nous sommes parvenus dans la marche ; et c’est certainement pourquoi le peuple d’Israël n’a pas eu à combattre des géants et des Philistins qu’une seule fois durant son histoire.

Mais cette fois je parlerai de combats contre des géants d’une autre race : il ne s’agira plus ici de celle des fils d’Anak, mais de celle des fils de Rapha . Ces autres géants correspondent à une période différente de l’histoire des Israélites : non plus en un temps où ils cherchent à entrer en possession de leur territoire, mais un temps où après y être entrés ils cherchent à le défendre contre l’invasion ou les tentatives de récupération de l’ennemi. Un temps où ils cherchent à consolider leurs positions et préserver leur repos tout autour après avoir tout surmonté. Ce qui correspond dans la Nouvelle Alliance à la position des enfants de Dieu lorsqu’ils sont enfin installés en Christ leur repos : c’est à ce moment-là qu’ils doivent se saisir de toutes les armes que Dieu met à leur disposition afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable après avoir tout surmonté (Ephésiens 6/ 11 et 13). Ce détail n’est pas anodin car après avoir tout surmonté, c’est alors que nous entrons dans la plus grande guerre pour la consolidation du territoire acquis. Pour cela, l’enfant de Dieu a besoin de revêtir des armes que Dieu met à sa disposition afin de confronter les géants qui s’opposent à la jouissance de son repos. Mais lisons d’abord le contexte de la bataille relatée en 1 Samuel 17.

Ce qui est particulièrement frappant dans ce récit c’est le fait que si David a ramassé 5 pierres dans le torrent, il n’en avait utilisé qu’une seule contre le géant Goliath. Le titre de ce message est « 5 pierres pour 5 géants » parce que dans la vision reçue en prière, Il m’était montré que 5 pierres étaient à disposition pour les situations difficiles qui se présentaient ou se présenteraient, à raison d’une pierre pour chaque situation. Le Seigneur me montrait que ces pierres étaient Sa provision donnée à l’avance de telle sorte que les épreuves qui se présentaient ne pouvaient aller au-delà des forces parce que Dieu avait déjà à l’avance donné les moyens d’y faire face. Mais il y avait besoin de se positionner comme David pour s’en saisir : aller au torrent de Dieu ramasser toute la provision divine permettant de tenir dans ces mauvais jours (Ephésiens 6/11), ramasser ces pierres et en remplir sa gibecière. 

David a combattu contre le géant Goliath qu’il a vaincu à l’aide d’une seule des pierres ramassées, mais plus tard il a rencontré 4 autres géants tous également de la race ou fils de Rapha. Même si David l’ignorait encore au moment où il a confronté Goliath, Dieu Lui, savait que David allait devoir confronter en tout 5 géants. Mais avant de parler du combat mené contre les 4 autres fils de Rapha, parlons du combat de David contre le géant Goliath le premier des 5 géants.

1) Goliath

Ce combat contre Goliath fut mené par David seul, comme un type de Christ. Il a vaincu Goliath (type de Satan), mais sa victoire qui était celle de tous les Israélites, a entraîné tout le peuple dans un cortège de victoires tel que nous le lisons par la suite. En effet, toutes les fois que David partait en campagne, Dieu était avec lui et il était victorieux. Mais son combat contre le géant Goliath était d’homme à homme. Le géant avait défié le peuple durant ces 40 jours en disant (V10) : « Je jette en ce jour un défi à l’armée d’Israël ! Donnez-moi un homme et nous nous battrons ensemble ». Et David le dernier fils d’Isaï s’était avancé tel une figure de Christ dont il est dit en Esaïe 53 qu’il n’avait rien pour plaire, s’est élevé comme une faible plante, comme un rejeton qui sort d’une terre desséchée ; c’est ainsi que David s’était à vue humaine avancé face au Philistin Goliath, comme un agneau qu’on menait à la boucherie alors que les autres tremblaient de terreur de telle sorte que Saül même a pu lui dire «  mais tu ne peux pas te battre contre ce Philistin car tu es un enfant ». Sans en tenir compte, David s’est avancé pour sauver tout un peuple de ce géant effrayant. Signalons au passage ce détail important concernant le nom Rapha (race d’où sont issus les 5 géants) qui a pour signification le mot « effrayant ». Le Psaume 40 met dans la bouche de David cette parole dont l’épitre aux Hébreux dit qu’elle était prononcée par le Christ qui s’est livré Lui-même pour le salut de tous : « alors je dis me voici je viens à toi ô Dieu.. pour faire ta volonté ». À plus d’un titre David dans cet affrontement préfigurait Christ affrontant l’ennemi de nos âmes.

La première pierre qui a terrassé Goliath symbolise cette pierre vue par Zacharie comme comportant 7 yeux (Zacharie 3/9). C’est aussi la pierre qui, selon le songe donné par Dieu à Nébucadnetsar, détruira complètement à la fin le géant (la statue géante) représentant tous les royaumes de la terre. Ce géant était composé de royaumes représentés par 5 métaux ou minéraux : l’or, l’argent, l’airain, le fer et enfin l’argile. Cette pierre c’est Jésus Lui-même la pierre angulaire de l’église.

Le combat entre David et Goliath à vue humaine semblait inégal. Goliath avait tout un arsenal à sa disposition, et David n’avait qu’une fronde dans laquelle il a mis une des 5 pierres ramassées dans le torrent. Le Philistin s’avançait pour défier le peuple matin et soir durant 40 jours. Comme je l’ai mentionné déjà, tout porte à croire que David a répondu au défi de Goliath à l’issue des 40 jours. Nous voyons dans le personnage de Goliath un type de Satan l’adversaire, le tentateur et accusateur des frères, car le nouveau Testament nous rapporte qu’avant le commencement de son ministère, Jésus-Christ fut emmené dans le désert où il fut éprouvé par le diable. Il est dit en Luc 4/1 que l’Esprit poussa Jésus dans le désert où il passa 40 jours tenté par le diable. Et le verset 2 montre que c’est à l’issue des 40 jours que l’affrontement a commencé.

David avait reçu l’appel de Dieu sur sa vie, mais n’y était pas encore entré et personne à part Samuel n’avait une idée précise de l’importance de cet appel. David avait reçu l’onction de Dieu par la main de Samuel sans qu’il se soit rien passé de spécial à ce moment-là. Mais nous verrons que tout commencera à partir du moment où il répondra au défi du Philistin. En cela il est encore comme un type de Christ poussé par l’Esprit de Dieu sur ce terrain de confrontation avec Satan l’adversaire du peuple de Dieu ; car il est dit que c’est là à la suite de cette confrontation que Jésus commença son ministère revêtu de la puissance du Saint Esprit. De même, c’était là pour David, une épreuve décisive quant à la reconnaissance publique de l’onction de Dieu sur sa vie. Il est dit de Goliath qu’il venait de Gath qui était un territoire appartenant à l’ennemi Philistin. Gath signifie pressoir. Le pressoir figure pour l’enfant de Dieu un lieu d’épreuve dans l’adversité où Dieu va affiner Son instrument afin qu’il soit utile à Son œuvre. C’est après l’épreuve du désert que le ministère de Christ a commencé et que des disciples se sont levés de leurs occupations pour le suivre. De même, c’est après avoir relevé avec succès le défi du Philistin Goliath que David a été reconnu, acclamé par le peuple et que Saül lui confia le commandement de ses troupes.

Saül d’ailleurs étonné lui-même de ce que dégageait David, demandait de qui David était le fils. Souvenons-nous que la paternité du Père envers Jésus qui avait été auparavant affirmée dans le Jourdain, avait été confirmée dans le désert à la face du diable qui par 3 fois avait tenté de mettre en doute cette identité du Fils de Dieu : « si tu es fils de Dieu ». De même, lorsque Saül demanda plus d’une fois de qui David était fils, celui-ci répondit qu’il était fils d’Isaïe qui rappelons-le signifie « l’Éternel existe ». Une telle affirmation était d’autant plus importante pour Israël à ce moment-là que Dieu avait rejeté Saül et sa royauté même si celui-ci était encore au pouvoir. Mais Dieu avait cessé d’être à ses côtés, l’onction de Sa présence s’était retirée pour se porter sur David mais il fallait que cette onction revienne concrètement sur Israël ; pour cela il fallait que le nouveau « oint » entre en scène, ce qui était en train de se réaliser avec David.

Tant que l’onction de Dieu était sur Saül, Israël était victorieux sur ses ennemis d’alentour. Mais cela commença à changer au moment où l’onction de Dieu s’était retirée de lui et c’est pourquoi les Philistins s’étaient rendu maîtres du peuple et le terrorisait. C’était à la suite d’une deuxième désobéissance de Saül à l’ordre de Dieu de détruire le roi d’Amalalek et toutes ses possessions. Saül avait pris la liberté en dépit de cet ordre de garder les bêtes du butin pris sur Amalek pour les offrir au Seigneur à Guilgal alors que le Seigneur avait en horreur tout ce qui avait appartenu à Amalek et qui devait par conséquent être détruit. Saül pensait agir bien en faisant cela mais il avait désobéit et pour cela, perdit l’onction de Dieu sur sa vie. Nous ne pouvons amener sur l’autel (Guilgal) des choses prises sur le butin appartenant à l’ennemi (j’en ai parlé dans le message « Les clés pour une vie victorieuse » :  au paragraphe intitulé « démolir les autels ». Ici Saül pensait plaire à Dieu en amenant ces choses à Guilgal (symbolisant le lieu de l’offrande du sacrifice, ou la Croix). Mais Samuel répondit en faisant valoir que l’obéissance valait mieux que les sacrifices et que la désobéissance était aussi grave que la divination. Cette action de Saül avait signé le rejet définitif de Dieu sur sa royauté ainsi que le retrait de son onction qui lui avaient été signifiés auparavant sans pour autant être mis à exécution à ce moment-là (1 Samuel 15/26-27). C’était en effet là, à la suite de sa deuxième désobéissance, que Saül s’est vu confirmer par la bouche de Samuel le décret divin prononcé auparavant après la première désobéissance dans l’affaire d’un sacrifice insensé fait dans l’impatience à Guilgal. Saül qui avait eu peur que Dieu ne l’oublie ou n’agisse pas à temps parce que Samuel tardait au rendez-vous pourtant fixé, avait pris les devants en offrant lui-même le sacrifice qui devait être offert par Samuel.

Que de fois ne passons- nous ainsi à côté de la bénédiction promise à cause de notre impatience ! Parce que les choses semblent tarder, nous outrepassons l’ordre de Dieu et les méthodes divines en tentant d’accomplir nous-mêmes ce que Dieu avait promis d’accomplir pour nous. Ce faisant, nous entrons dans les œuvres de type Ismaël (dont j’ai parlé dans un texte) ; des œuvres qui ne portent pas la marque de Dieu et qui à ce titre mènent dans les tourments et la défaite. Et alors nous perdons le bénéfice de l’intervention de Dieu que nous attendions pour l’accomplissement des œuvres préparées d’avance qui mènent au repos.

En réalité, le rendez-vous fixé en cet endroit à Saül par Samuel (1 Samuel 10/ 8) avait pour but de consolider par le sacrifice la présence de Dieu au dessus de la royauté de Saül. Or au contraire de cela, son action insensée faite dans l’impatience avait conduit plutôt à un décret de rejet prononcé sur cette royauté : Saül n’avait pas attendu comme cela lui avait été demandé (lire le récit en 1 Samuel 13).

Suite à la désobéissance de Saül dans l’affaire du roi d’Amalek (1 Samuel 15), Dieu avait donc mis à exécution le décret prononcé auparavant : Il s’était retiré de Saül. Et Israël allait en pâtir jusqu’à l’arrivée du nouveau « oint » avec qui la présence de Dieu devait normalement revenir sur le peuple. La présence de Dieu s’en était allée à cause de la désobéissance de Saül à tel point que le peuple s’était trouvait désarmé face à l’ennemi ; il est dit en 1 Samuel 13 aux versets 19 à 22 qu’à cette époque on ne trouvait aucun forgeron en Israël car les Philistins ne voulaient pas que les Hébreux puissent se fabriquer des épées ou des lances. Les Israélites étaient obligés de se tourner vers les forgerons Philistins pour faire aiguiser leurs socs de charrue, leurs pioches, et leurs haches, et au jour du combat en dehors de Saül et de son fils, le peuple se trouva dépourvu d’armes. Devoir se tourner vers l’ennemi pour assurer sa subsistance (soc de charrue, pioche et hache) et se trouver dépourvu de tout moyen de défense, quel malheur ! Sans nourriture et sans armes toute armée tombe à la merci de ses assaillants. Mais après cela, Dieu avait néanmoins voulu donner une seconde chance à Saül avant de le priver définitivement de la royauté, mais à nouveau Saül avait failli de la même manière en désobéissant aux ordres de Dieu.

C’est suite à ce rejet de Dieu sur la royauté de Saül que commence véritablement l’histoire de David. Au moment même où l’Esprit de Dieu s’emparait de David à la suite de l’onction faite par Samuel (1 Samuel 16/13), l’Esprit de Dieu ayant quitté Saül, un mauvais esprit entrait en lui pour le tourmenter. Les deux événements se produisirent dans la même période : l’onction avait changé de camp en passant de Saül vers David (Verset 14 suivant). Et il ne se trouva dans tout le royaume, personne d’autre que celui qui ayant reçu l’onction divine, pour éloigner de Saül le mauvais esprit (verset 23).

Ainsi, avec la victoire de David sur le Philistin Goliath, l’existence de Dieu dans le royaume d’Israël redevenait une évidence pour le peuple qui pouvait dire Dieu existe ! Cela était devenu évident par cette victoire remportée par un rejeton d’Isaïe  ce nom qui signifiant : « Dieu existe ». David avait annoncé à la face du Philistin que l’existence de Dieu serait rendue manifeste pour tous à l’issue de la bataille : 1 Samuel 17/ 46 « .. Aujourd’hui, l’Éternel te livrera entre mes mains, je t’abattrai et te couperait la tête… et toute la terre saura qu’Israël a un Dieu ».

La bataille contre Goliath était une sorte de guerre où il n’y avait d’autre choix que d’être un vainqueur ou un vaincu. Regardons ce que disait Goliath aux Israélites alors qu’il les défiait (1 Samuel 17/ 8-9) : « Choisissez un homme qui descende contre moi. S’il peut me battre et me tue, nous vous serons assujettis ; mais si je l’emporte sur lui et que je le tue, vous nous serez assujettis et vous nous servirez ». Cette déclaration rejoint ce que disait l’apôtre Pierre « chacun est esclave de ce qui a triomphé de lui ».
A la suite de la victoire de David sur le géant Goliath, le peuple eut le dessus sur les philistins et David fut victorieux dans tous ses combats contre eux car Dieu était avec lui. La plupart des guerres qui furent menées en Israël après cela, étaient des guerres intestines. Quant aux Philistins, il est dit en 2 Samuel 8 que David les humilia en les privant de leur domination sur la région ; et on n’entendit plus parler de géants issus de Rapha jusqu’à un certain moment où il nous est dit qu’il y eut à nouveau un conflit entre Philistins et Israélites.
Lisons maintenant 2 Samuel 21 à partir du verset 15. Il y est dit qu’à un moment où il était fatigué, David fut de nouveau attaqué par un géant, puis après la mise à mort de celui-ci, 3 autres attaquèrent tour à tour. Tous ces géants étaient fils de Rapha, venant eux aussi de Gath comme Goliath et tous les 4 tombèrent successivement sous les coups de David et de ses hommes.

4 géants ! Il restait encore 4 géants à affronter. Dieu a toujours une longueur d’avance sur nous. David avait ramassé 5 pierres polies dans le torrent parce qu’il aurait à affronter en tout non pas un seul géant mais 5. Les 4 autres pierres n’étaient pas des pierres de sûreté pour les cas où l’une serait perdue ou n’atteindrait pas sa cible. Non, chaque pierre était destinée à un géant bien précis. Et les 4 autres géants devaient aussi être terrassés comme Goliath. Mais cette fois nous constatons qu’ils n’ont pas été combattus par David seul, mais par un collectif, un corps de guerriers. David était fatigué nous est-il dit et il a reçu le soutien de ses troupes qui ont pris le relais dans la bataille. Jésus a remporté la victoire pour nous sur l’ennemi de nos âmes, Il a coupé sa tête du dragon, le serpent ancien ; mais vient aussi le temps où c’est l’église Son Corps qui doit se lever comme un peuple de vainqueurs pour combattre ce qui constitue en quelque sorte la queue du dragon, ces fils du géant Rapha. Les troupes de David sont des guerriers vainqueurs qui se sont levés pour se battre au péril de leur propre vie ; ils sont de la trempe de ceux qui n’aiment pas leur vie propre au point de craindre la mort.

Ces hommes se sont levés dans ce combat parce qu’ils se sentaient concernés par la royauté de David qu’ils ne voulaient pas voir s’éteindre à cause de cette attaque d’envergure menés sur ces 4 fronts successifs : le verset 17 dit qu’ils ne voulaient pas voir s’éteindre la lampe d’Israël. Ils se sont levés aux côtés de David pour combattre ces 4 philistins effrayants, des restes du géant que David avait terrassé. Rapha signifie rappelons-le « effrayant », ce qui suscite la terreur. Ces géants attaquèrent non pas tous en même temps, mais l’un après l’autre, comme une sorte de guerre d’usure. C’est pour cela qu’ils ont commencé alors que David était fatigué.

David avait combattu Goliath tout seul et c’est après cela qu’il avait été reconnu comme un chef de guerre remarquable. Il avait été un chef de bande, puis après avoir été consacré roi il avait formé une troupe d’élite en Israël, qui fut exercée au combat à ses côtés, sur le terrain. Il est dit de ces guerriers (1 Chroniques 11/ 10) qu’ils avaient proclamé David roi selon l’ordre du Seigneur concernant son peuple et qu’ils lui demeurèrent fidèles tout au long de son règne. Ils étaient appelés des vaillants ou hommes forts de David. C’est pourquoi nous pouvons aussi faire le parallèle avec les vaillants du corps de Christ qui se lèvent dans la bataille, ces vainqueurs qui sont soucieux de ne pas voir s’éteindre Sa lampe : ce sont les fidèles du roi dont parle le psaume 149, de ceux qui ont des louanges dans leur bouche et à la main l’épée à double tranchant pour exercer le jugement qui est écrit contre les géants qui cherchent à asservir le peuple de Dieu.

Paul parle en Ephésiens 6 de la nécessité de revêtir toute les armes de Dieu afin de pouvoir résister dans le mauvais jour et tenir ferme après avoir tout surmonté, car dit-il, nous n’avons pas à combattre contre la chair et le sang mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres et enfin contre les esprits méchants dans les lieux célestes. Paul donne ici la liste de 4 niveaux de combats qui attendent les enfants de Dieu dans leur marche ; 4 niveaux d’opposition spirituelle qui veulent nous empêcher de profiter du bénéfice du repos que Christ nous a acquis par son sacrifice et la victoire du calvaire. Paul ne se contente pas de parler de l’existence de ces puissances spirituelles de méchanceté, mais il va plus loin : il dit que nous avons encore à lutter contre elles après avoir tout surmonté et que c’est dans ce but que nous devons revêtir les armes que Dieu met à notre disposition. Ces 4 niveaux d’opposition que nous avons à confronter alors que Christ a déjà remporté la victoire sur Satan (le chef des puissances de méchanceté dont la tête a déjà été frappée à mort comme Goliath), donc ces 4 niveaux d’opposition spirituelle sont à mettre en parallèle avec ces 4 géants que les guerriers de David ont combattus.

La victoire de Jésus sur Satan est aussi notre victoire ; et au moment même où Jésus a vaincu Satan le prince des ténèbres, Il a aussi pourvu pour nous par avance afin que nous soyons nous-mêmes victorieux sur les puissances spirituelles qui sont ses lieutenants. Il est dit en Colossiens, que Jésus a dépouillé les dominations et autorités et les a livrées publiquement en spectacle par le triomphe de la Croix. C’est parce qu’Il les a déjà dépouillées que nous pouvons combattre victorieusement à notre tour. Christ a fait le gros du travail en coupant la tête du prince des ténèbres. La tête de commandement a été neutralisée mais Jésus nous fait entrer dans son cortège de victoire en faisant de nous des vainqueurs qui allons aussi mettre hors d’état de nuire ces lieutenants ténébreux en leur portant le coup d e grâce, l’église est ouvrière avec Christ en ce domaine aussi. Dieu nous exerce au combat de la foi sur ce terrain là afin que la victoire de Christ soit effective dans nos vies.

Dans le combat mené par David et ses hommes, nous verrons que chacun des 4 géants vaincus se réfère à un des ennemis que nous avons à affronter  selon l’épître de Paul adressé aux Éphésiens  Et le combat contre cet ennemi révélera au travers du combattant revêtu des armes de Dieu, une facette de Dieu lui-même. Chaque action de Dieu dans notre vie aura pour résultat le dévoilement d’une facette de Sa personnalité qui affectera notre identité.

2) Jishbi-Benob

Jishbi-Benob fut le premier des 4 autres géants à lancer l’attaque. Son nom signifie « celui qui demeure sur la montagne » : un lieu de domination. De fait, ce géant entre dans la catégorie des Dominations. Il est dit de lui qu’il était armé d’une épée neuve (d’autres versions diront « armé d’une nouvelle manière ») et il avait résolu de tuer David. Ce géant spirituel attaque au moment où on est fatigué, et d’une manière inédite qui cherche à nous prendre au dépourvu (l’épée neuve) au moment où on a baissé la garde. Abischaï est celui des guerriers de David qui l’a tué. Son nom signifie père des dons : le Dieu qui fait provision à ses enfants dans l’adversité se révèle au travers de ce combat. Dieu n’a pas laissé David sans secours alors qu’il était attaqué à un moment où il était fatigué, il est dit au verset 17 qu’Abischaï vint au secours de David. Notre Dieu est plein de compassion pour ceux qui sont accablés et fatigués. Il leur envoie du secours au temps nécessaire.

3) Saph

Puis, Saph un autre géant fils de Rapha a attaqué à son tour ; son nom signifie « grand ». Ce géant entre dans la catégorie des Autorités. Il fut tué par Sibeccaï appelé aussi Mebunnai dont le nom a pour signification « taillis de l’Éternel » ou encore plus précisément « le Seigneur soutient ». Ce nom renvoie à une image de la force et du soutien qui sont donnés à celui qui combat. Dans le psaume 23, David fait référence à l’Éternel qui est son soutien lorsqu’il traverse la vallée de l’ombre de la mort autrement appelée la vallée des Réphaïm : lieu connu pour être l’habitation des fils de Rapha (les géants). Nous avons la mention de cette vallée dans les textes de 2 Samuel 5/ 18 et 22, 2 Samuel 23/13, 1Chroniques 11/15, 1 Chron. 14/9. C’est là que généralement les Philistins se positionnaient pour attaquer. David savait de quoi il parlait en évoquant la traversée de cette vallée. Il y avait besoin de la houlette et du bâton du Berger d’Israël pour traverser ce lieu infesté de ces autorités spirituelles du monde des ténèbres dont le but était de briser la force du peuple de Dieu.

4) Lachmy

Puis ce fut au tour d’un autre géant d’attaquer. Il est nommé dans le livre de Samuel, du nom de Goliath qui signifie « bannissement ou exil » ; cependant le livre des Chroniques relatant la même histoire en 1Chroniques 20 le décrit comme étant Lachmy le frère de Goliath. Ce géant entre dans la 3°catégorie des puissances spirituelles nommées par Paul : les Principautés ou Princes du monde des ténèbres. Goliath était un prince Philistin. Ce 3° géant fut tué par Elkhanan guerrier de David dont le nom signifie: Dieu de grâce ou Dieu a été miséricordieux. La grâce et la miséricorde de Dieu sont en effet données pour combattre cet esprit (bannissement et exil). Il est dit que ce géant était armé d’une lance dont le bois était comme une ensouple de tisserand, le même genre de lance que possédait Goliath son parent déjà combattu par David (1 Samuel 17/7). Cette principauté a la prétention de reconquérir le territoire qui nous a été acquis par la victoire de Christ sur Satan : c’est le propre des princes de régner sur un territoire donné. Et ils mèneront une guerre continuelle dans le but de reconquérir le butin qui a été pris sur eux. Dans cette optique, ils lanceront sans cesse des hostilités pour nous exiler ou nous bannir du lieu de notre repos. Mais le bouclier de la foi placée dans le Dieu de grâce permettra au combattant d’éteindre les traits enflammés de cette lance.

5) Géant anonyme

Enfin, le dernier géant dont le nom n’est pas donné, entre dans la dernière catégorie de puissances spirituelles décrites en Ephésiens : les Esprits méchants (ceux dont l’activité démoniaque de tourment sera le plus manifeste et repérable chez les humains). Ce géant fut tué par Jonathan, guerrier de David dont le nom signifie l’Éternel a donné. Jonathan représente le serviteur fidèle et humble qui sait qu’en fin de compte il ne possède rien qu’il n’ait reçu de Dieu. Cette 4° catégorie de géants à combattre représente des esprits méchants au tempérament bagarreur dont le rôle est de tourmenter, défier et narguer les humains. Il est dit de ce dernier géant qu’il défiait et insultait Israël. Il était effrayant et avait 6 doigts à chaque main et à chaque pied. Son pouvoir de nuisance est ainsi matérialisé par la particularité de ses mains et ses pieds. J’avais parlé au sujet des 5 puissances asservissantes dans le message « Les clés pour une vie victorieuse », de la particularité du chiffre 5 qui symbolise l’harmonie dans notre humanité. Mais quand il s’agit de l’adversaire et des puissances asservissantes, il symbolise un principe de déstabilisation dans la marche de celui qui appartient à Dieu. Les 6 doigts de pieds et de mains de ce géant sont un symbole d’imperfection et de servitude  qui a pour but de provoquer un asservissement total des humains. C’est ce que recherchent les esprits méchants.

Les géants combattus par David et ses hommes étaient tous de Gath comme Goliath. Gath signifiant comme je l’ai dit plus tôt, pressoir : le lieu de l’épreuve, un lieu d’écrasement et de brisement dans la confrontation pour que ce qui est de l’ennemi soit vaincu et fasse place à ce qui est de Dieu. C’est après que le grain ait été mis au pressoir que l’huile est produite. De fait, c’est quand David a vaincu le dernier des Géants de Gath qu’il a élevé sa louange à Dieu (2 Samuel 22 et Psaume 18) pour les victoires qu’Il lui avait accordées depuis la confrontation avec Saül jusqu’au dernier géant vaincu. Entre le premier géant et le 5°, David a eu une succession d’épreuves (Saül, Batchéba, Absalom...) qui ont affiné son esprit et brisé ce qui en lui était tordu (souvenons nous aussi du contexte du psaume 51 : «.. .et les os que tu as brisés se réjouiront »). L’épreuve de notre foi nous transforme et produit des louanges à la gloire de Dieu.

David avait eu 5 pierres pour combattre 5 géants qu’il rencontra durant son règne. De même, nous aurons des difficultés à affronter durant notre marche chrétienne,  mais il est aussi prévu pour nous 5 pierres qui devront être ramassées par nos soins afin de mener avec succès ce combat de la foi. Dieu a déjà pourvu pour ces pierres dans le torrent qui coule à la base de Son trône, et c’est la source d’eaux vives de ce lieu qui les a polies. Jésus a déjà prié pour que nous ne soyons pas à vide au temps de l’épreuve. Il avait dit à Pierre : « Pierre, Satan vous a réclamé pour vous cribler comme le froment mais j’ai prié pour toi ». Oui Jésus a déjà prié pour que la provision du Père pour ces temps d’épreuves nous soit donnée en temps opportun. Les ressources spirituelles de Dieu, tenus en réserve pour Ses enfants, ne font pas défaut dans les temps difficiles.

Ces pierres polies par le torrent de Dieu sont des armes spirituelles à notre disposition, dont Paul dit qu’elles sont puissantes non pas par ce qui est humain terrestre ou charnel, mais par la vertu de Dieu. David n’avait pas besoin des armes de Saül : elles étaient inefficaces dans le combat contre Goliath. Les armes spirituelles que Dieu met à notre disposition sont les plus efficaces dans le combat de la foi : elles sont à la fois offensives et défensives. Elles nous permettront de prendre l’avantage (offensives), mais aussi de consolider ce qui a été gagné en étant en mesure de tenir ferme dans le mauvais jour.

Le torrent de Dieu est le lieu incontournable où nous pouvons trouver des forces pour la bataille. C’est là que se trouvent les pierres déjà polies et affûtées qui serviront à mener un combat victorieux contre les géants qui menacent notre repos. David terminera le Psaume 110 par ces paroles : « Il boit au torrent pendant la marche, c’est pourquoi il relève la tête ». C’est là dans Son torrent que Dieu nous renouvelle, c’est là que se trouvent les ressources spirituelles qu’Il met à notre disposition pour la victoire dans le combat de la foi.

Alors, allons au torrent et comme David ramassons les pierres que Dieu a polies à l’avance pour nous.

Eliane Colard





Dans le même ordre d'idée :






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire