jeudi 27 février 2014

(3) Comme des Renards au milieu des ruines

3) Protéger de la guerre au jour du Seigneur


Dieu dit des faux prophètes : (Français courant) «..Ils n’ont pas construit de mur pour vous protéger de la guerre au « jour du Seigneur » pour demeurer fermer dans le combat.. ».


Les murailles protègent de l’invasion de l’ennemi et constituent un rempart contre la tempête. La mission du Prophète/ Sentinelle sera double : d’une part avertir de la venue imminente de la tempête ou de la guerre qu’il voit arriver, et d’autre part faire en sorte que le peuple qui se laisse avertir soit protégé de façon à pouvoir échapper à la dévastation. Le texte d’Ézéchiel précise au sujet de cette dévastation, qu’il s’agit de la guerre au Jour du Seigneur (ou de l’Éternel). Il parlait au chapitre 7 de ce jour comme d’un jour de jugement, un jour de ruine, d’un désastre devant fondre sur le peuple et tout cela est une ombre prophétique concernant le grand Jour de l’Éternel dont parle Malachie. Du verset 5 au verset 14 d’Ézéchiel 7, nous avons ces mots « la fin vient, la fin vient », « le désastre vient, il va fondre sur vous », « habitants du pays, votre ruine se prépare, le dénouement arrive, le jour du jugement approche », et au verset 10 : « voici le jour du jugement, la ruine se prépare. La brutalité prospère, l’orgueil s’épanouit ». Tout le passage jusqu’au verset 14 est en droite ligne avec le message donné par Ézéchiel au chapitre 13.

Voilà ce que les Prophètes auraient du faire entendre au peuple s’ils n’avaient pas été des prophètes de coussinets : ils auraient du préparer le peuple à affronter ce jour annoncé en se donnant les moyens de se mettre correctement à l’abri, c'est-à-dire en réparant en temps opportun les brèches faites dans la muraille, afin d’avoir une protection efficace en ce jour là. La ruine se préparait et les fissures étaient là, mais les prophètes de coussinets se promenaient comme des renards au milieu de ces brèches, distribuant au peuple des paroles rassurantes. Ils voyaient les fissures dans le mur mais au lieu d’en avertir le peuple, ils faisaient tout pour cacher ces fissures en les badigeonnaient de plâtre. Et Dieu poursuit son réquisitoire contre ces faux prophètes au verset 16 en disant : « c’en est fini des prophètes qui prédisaient l’avenir de Jérusalem et avaient des visions optimistes alors que tout allait mal ! ».


La destruction des enduits de plâtre


Dieu annonce qu’il va détruire les enduits de plâtre coulés dans les brèches par ces faux prophètes. Il faut en effet que les choses abominables faites en cachette dans les ténèbres et qui sont la cause de ces brèches soient mises en lumière pour être détruites afin de permettre un travail de restauration. Il faut faire une mise à plat des fissures et non pas cacher leur fragilité. Il va y avoir un dévoilement salutaire de ce qui a été couvert. Les prophètes de badigeon détruisent le peuple au lieu de le construire, alors que le ministère prophétique est un ministère d’édification, de construction et non pas de destruction. Si vous laissez croire à un malade qui pourrait encore être soigné qu’il va bien, vous l’empêchez d’avoir accès à la guérison et le précipitez vers sa perte, et c’est ce que font ces prophètes : ils empêchent au peuple de Dieu de se réformer pour être guéri et restauré par le Seigneur. Ils lui refusent tout droit d’inventaire sur son état. Mais à qui profite le mensonge au sujet de la ruine à venir ?


Tout montre que le monde est sur une pente descendante. Certes, le monde n’est pas le baromètre des enfants de Dieu s’ils ne s’y conforment pas. Mais il est appelé comme cela se voit déjà, à être secoué sur toutes ses bases tous ses fondements car ceux-ci sont mauvais ; et ses fondations seront renversées comme il arrive aux mauvaises constructions. Il en sera ainsi en dépit des oracles mensongers des diseuses de « bonne aventure du monde. Mais avant cela l’église passera elle aussi par l’ébranlement de ses mauvaises fondations où tout ce qui pourra être ébranlé le sera aussi en dépit des oracles mensongers des diseuses de « bonne aventure » du christianisme.


L’ennemi exerce une pression grandissante sur le monde dont il est le prince ; et le monde à son tour tente par tous les moyens de renverser les fondements de la maison de Dieu. Le flot impétueux de l’iniquité qui envahit le monde veut pénétrer par toutes les portes de l’édifice du Seigneur. C’est pourquoi les prophètes sont appelés à élever des murs non seulement pour freiner l’avancée de ce flot dans le monde afin que la grâce de Dieu puisse encore agir et sauver ce qui doit encore échapper au pouvoir du prince de ce monde, mais encore et surtout pour endiguer la percée de ces flots dans la muraille de l’église. Les prophètes doivent s’employer à réparer les failles dans l’édifice du Seigneur. Mais au lieu de cela, beaucoup d’entre ceux qui prétendent parler de la part de Dieu en sont à encourager le peuple de Dieu dans l’illusion que le meilleur est à venir, que les choses iront en s’améliorant, assurant que l’édifice est solide sans aucune faille, alors même que l’eau pénètre de toutes parts dans des brèches de plus en plus nombreuses. Dieu dit par la bouche d’Ézéchiel que le mur couvert de plâtre sera jeté à terre, renversé par une tempête qu’il enverra. Il fera pleuvoir des pierres de grêle pour détruire le plâtre ce mauvais mortier, de sorte que les failles ne soient plus cachées et que les fondements de cette mauvaise construction soient mises à nu. Cela est développé au chapitre 22 d’Ézéchiel.


Le jugement de la maison de Dieu


Dieu doit envoyer cette tempête pour éviter à son peuple d’essuyer une plus grande destruction à venir qui sera totale et définitive. Le peuple de Dieu n’est pas appelé à être jugé avec le monde. Ce jugement du monde aura lieu en ce jour appelé Jour de l’Éternel. Pour éviter à son peuple de subir ce jugement avec le monde, Dieu doit d’abord faire passer son peuple par un crible, un jugement de grâce qui va ébranler tout ce qui est inébranlable parce que mal construit, afin de permettre l’établissement de fondements sains dans Sa maison qui est la colonne et l’appui de la Vérité. Concernant ce crible voir le message « Comme au travers du feu » : . C’est ce crible préalable qui permettra à certains d’éviter le jugement du Jour de l’Éternel. Dans ce crible, tout ce qui doit être brûlé par le feu le sera, tout ce qui peut être affiné le sera. Dieu doit juger Sa maison avant le monde comme l’a annoncé l’apôtre Pierre. Et les premiers à passer par ce jugement sont ceux qui détruisent la protection du peuple alors qu’ils auraient du travailler à son édification. Les responsables seront d’abord jugés parce que précisément, ils sont davantage responsables que les autres; c’est pourquoi nous voyons dans le texte d’Ézéchiel chapitre 9, que Dieu commence par juger les responsables du peuple. Ceux qui étaient chargés de châtier la ville devaient commencer par le sanctuaire ; et en son sein ils devaient d’abord frapper les Anciens qui étaient devant la maison car le péché de ces 70 anciens du peuple avait occasionné le trou dans le mur.


Mais en plus des anciens, Dieu jugera aussi les faux prophètes qui au lieu de dévoiler les brèches pratiquées dans le mur par les Anciens, les ont couvertes de plâtres. Jérémie se lamentant sur les ruines de Jérusalem, disait à l’attention de ces prophètes (Lamentations de Jérémie 2/ 14) : « Tes prophètes n’ont eu pour toi que les messages mensongers et creux. Ils n’ont pas démasqué ta faute, ce qui aurait conduit à ton rétablissement ». Dieu va juger les faux prophètes ainsi que les « mauvais conseillers » de son peuple, symbolisés par les 25 hommes qu’Ézéchiel avait vu adorant le soleil (Ézéchiel 8/ 16). C’est à cause de tout ce monde que le trou s’était creusé dans le mur de la ville. Les responsables sont chargés d’édifier et lorsqu’ils ne le font pas ils causent la destruction : celui qui se relâche dans son travail est frère de celui qui détruit nous dit le Proverbe. Dans ses Lamentations, Jérémie parle de ce qu’il est advenu de ces responsables d’Israël (Lamentations. 2/9) : « Les portes de la ville se sont écroulés,… Rois et ministres (les 70) sont aux mains des païens. Personne pour dire ce que Dieu veut ; même les prophètes ne reçoivent plus de messages venant du Seigneur. Les conseillers de Sion (les 25) sont assis par terre et gardent le silence… ».


Les murailles restaurées de l’Épouse de l’Agneau


Dans les temps à venir, avant que la tempête ne fonde sur le monde, Dieu fera souffler son vent sur l’église conformément à la prophétie de Pierre. Un vent de purification sera envoyé pour nettoyer les ordures de Sa maison ; un vent de « purification » tel qu’en parle le Prophète Esaïe au chapitre 4 : « Le résidu en Sion et le reste dans Jérusalem recevra le titre de « consacrés au Seigneur » ; ce sont tous ceux que le Seigneur a inscrits dans son livre de vie. Le Seigneur fera souffler un vent de justice et de purification. Quand il aura ainsi nettoyé la saleté des filles de Sion, et purifié Jérusalem du sang qui est au milieu d’elle par le souffle de la justice et par l’esprit qui consume, l’Éternel établira sur chaque demeure de la montagne de Sion et sur les assemblées qui s’y tiendront, une nuée fumante pendant le jour et la splendeur d’une flamme de feu pendant la nuit. Au dessus de tout, la glorieuse présence du Seigneur sera une protection ; elle sera un abri pour donner de l’ombre pendant la chaleur du jour et un refuge contre la tempête et la pluie ».


Plusieurs parlent de réveil dans les temps à venir. S’il s’agit de ce vent de nettoyage envoyé par l’Esprit de Dieu, alors nous pourrons en effet parler de réveil (lire à ce propos « Le nuage qui s’élève de la mer »). C’est un tel vent de purification envoyé par l’Esprit de Dieu qui restaurera les murailles de l’Épouse de l’Agneau, de telle sorte qu’elle devienne conforme à ce que Dieu montre par la suite au Prophète Ésaïe (chapitre 54), où Dieu lui dit que cette Jérusalem-là sera inébranlable, à l’abri de toute oppression et n’ayant plus rien à craindre ; avec des murailles restaurées en pierres précieuses (V 12) et dont l’Apôtre et Prophète Jean nous donne une description époustouflante (Apoc. 21/12),. Mais avant cela, il y aura un tri au travers de ce vent de purification que Dieu va envoyer sur son peuple. Un tri qui marquera une séparation avec d’un côté ceux qui se seront laissés purifier et sanctifier, et de l’autre ceux qui choisiront de résister à l’action de l’Esprit de Dieu pour préférer se conformer au monde. Ce sont ceux dont les souillures n’auront pas été nettoyées, et dont la Révélation de Jean dit qu’ils se souilleront encore davantage (Apocalypse 22/11). C’est un tri après lequel l’injuste deviendra encore plus injuste en un temps qui précédera le moment des rétributions lorsque Jésus reviendra pour rendre à chacun selon ce qu’aura été son œuvre (verset 12). Ceux qui résisteront au vent de sanctification envoyé préalablement par le Seigneur resteront dans leurs souillures et formeront une église apostate dans laquelle le monde se reconnaîtra parce qu’elle se sera prostituée à l’esprit qui agit en lui. Et quand arrivera le Jour de l’Éternel et que la tempête fondra sur le monde, elle sera jugée avec le monde. Mais l’Épouse du Seigneur qui se sera préparée en se laissant nettoyer, sera rendue pure et sans tâche et elle resplendira de la gloire de Dieu. Comme le dit le passage d'Ésaïe 4, la glorieuse présence du Seigneur sera sa protection et son flambeau. Et le Prophète Jean réitérera cette description en prophétisant que la gloire de Dieu l’illuminera et l’Agneau sera son flambeau (Apoc. 21/23).


La mission du prophète contribuera à permettre cette restauration des murailles afin de présenter au Seigneur une épouse préparée, un reste affiné dont les murs auront été réparées en conformité au fil à plomb divin, pour lui permettre d’échapper au jugement qui déferlera sur le monde. Le prophète aura envers cette Épouse un rôle comme celui de Mardochée préparant Esther à être présentée au roi. Il est appelé à travailler à l’édification et la restauration des murailles de l’Épouse de l’Agneau afin que celle-ci soit rendue glorieuse ainsi que l’a annoncé le Prophète Ésaïe (chapitre 62 v 6 et 7) : « Sur tes murs, Jérusalem, j'ai placé des sentinelles ; Ils ne se tairont ni jour ni nuit. Vous qui la rappelez au souvenir de l'Éternel, point de repos pour vous ! Et ne lui laissez aucun relâche, jusqu'à ce qu'il rétablisse Jérusalem et la rende glorieuse.. ».


Les murailles servent à protéger le trésor de la Bien-aimée du Seigneur, la Jérusalem céleste, en ce qu’elle recèle de plus précieux. Le Cantique des cantiques, au chapitre 8, parle en ces termes de la protection de la vertu de celle qui est encore à marier (versets 8 et 9) : «  Si elle est un rempart pour défendre sa vertu, nous couronnerons ce rempart de créneaux d’argent, si elle est une porte ouverte, nous bloquerons cette porte par une barre de cèdre ». Tel est le ministère de la sentinelle envers la bien-aimée du Seigneur, celle que l’Agneau doit épouser : le Prophète doit la préparer à rester une vierge pure dont le trésor ne sera pas dérobé par l’ennemi.


Élever un mur est aussi l’appel au ministère d’Élie qui doit venir comme l’a prophétisé le Prophète Malachie parlant du Jour de l’Éternel, ce jour redoutable. Il est dit que pour préparer ce jour là, Élie viendra (entendre par là que son ministère s’exercera à nouveau) pour ramener les cœurs des enfants de Dieu à leur Père. C’est parce que le ministère d’Élie est un ministère de repentance qui ramène le cœur des fils prodigues à leur Père, un ministère de rapprochement et de réconciliation qui vient briser l’interdit et la malédiction qui devrait légalement tomber sur le pécheur. Ce ministère ne s’est pas accompli en totalité avec Jean le Baptiste, car le contexte de la prophétie de Malachie 4 ne correspond pas en totalité avec ce qui s’est passé lors du ministère de Jean le Baptiste. S’il a commencé un travail de crible et de séparation, s’il a bien parlé du feu du fondeur comme mentionné en Malachie 3, l’essentiel de son ministère a consisté en la préparation du chemin du Fils de Dieu Sauveur du monde, la préparation des cœurs pour recevoir le bénéfice promis de l’année de la grâce de Dieu (Ésaïe 61) ; c’était là, le ministère de l’Élie qui est venu pour ce temps-là. Mais le ministère final de l’Élie qui viendra, consiste à préparer les cœurs pour le Jour de l’Éternel : le deuxième axe du ministère de l’Oint de l’Éternel prophétisé en Ésaïe 61 : proclamer aussi un Jour de jugement de l’Éternel. En parlant de ce Jour, Malachie prophétisait en disant : « Qui pourra soutenir le jour de sa venue ? Qui restera debout quand il paraîtra ? Car il sera comme le feu du fondeur, comme la potasse des foulons ». Il s’agissait aussi de la préparation des cœurs à la venue du Fils de Dieu cette fois avec puissance en tant que Juge pour apporter le salaire et les rétributions.


Le Ministère prophétique ne peut laisser ignorer que Dieu a prévu un Jour de Jugement pour le monde. Toute sa mission est justifiée par l’arrivée de ce Jour terrible. C’est aussi cela la « bonne nouvelle » selon Ésaïe 40/ 9 et 10 et Ésaïe 61. La mission du Prophète/Sentinelle consiste à avertir de la venue de ce Jour, pour permettre à ceux qui sont menacés de se préparer. Ces deux textes parlent non seulement d’édification, d’exhortation et de restauration, mais aussi de l’onction de Dieu déversée pour la consolation de son peuple.


1 Corinthiens 14/3 : « Celui qui prophétise, parle aux hommes pour l’édification, l’exhortation, et la consolation ».


Éliane Colard



Début : 1 :   Se tenir sur la brèche 

Chapitre 2 : Élever un mur




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire