samedi 16 août 2014

Les eaux de Jéricho

Éliane Colard
3ème message donné en Guadeloupe : Mai 2014.


2 Rois 2/ 19 : «  Les gens de la ville dirent à Élisée : « Voici le séjour de la ville est bon, comme le voit mon Seigneur ; mais les eaux sont mauvaises, et le pays est stérile. Il dit : apportez-moi un vase neuf, et mettez- y du sel. Et ils le lui apportèrent. Il alla vers la source des eaux, et il y jeta du sel, et dit : Ainsi parle l’Éternel : j’assainis ces eaux ; il n’en proviendra plus ni mort, ni stérilité. Et les eaux furent assainies jusqu’à ce jour, selon la Parole qu’Élisée avait prononcée. ».

Jéricho était une ville qui avait connu 3 malédictions qui sont comme un rappel des trois malédictions décrétées après la chute.
1. Malédiction due à la convoitise d’Acan sur le butin de Jéricho qui devait être dévoué par interdit (manteau de Shinéar) ; cette malédiction rappelle le salaire du péché (la mort) conséquence de la convoitise d’Adam et Eve pour l’arbre interdit.

2. Malédiction sur la reconstruction de Jéricho qui ne pourrait s’accomplir qu’au prix de son premier né. Cette malédiction fait écho à la souffrance pour le renouvellement de l’humanité : « J’augmenterai la souffrance de tes grossesses ».

3. Malédictions touchant les eaux de Jéricho (mort des êtres vivants et stérilité de la terre) ; cette malédiction qui est directement liée à tout le territoire de cette ville rappelle la malédiction dont la terre fut touchée au commencement suite à la désobéissance d’Adam et Eve (Genèse 3/17) : «  le sol sera maudit à cause de toi… il te produira des épines et des ronces »

La malédiction concernant la terre au commencement, touchait forcément d’abord les eaux qui l’arrosaient afin de la fertiliser. Le livre de la Genèse précise à cet effet qu’au commencement quand il n’y avait pas encore d’êtres humains pour cultiver le sol, Dieu n’avait pas encore fait pleuvoir (les eaux du dessus) et c’est une vapeur qui s’élevant de terre arrosait le sol (les eaux du dessous). Et lorsque Dieu avait placé l’homme dans le Jardin d’Eden (pensez au 1° message donné au Vélodrome), c’est un fleuve qui sortait d’Eden pour arroser le Jardin. Le sol n’était nourri à ce moment-là que par les eaux du dessous liées à la terre elle-même. Aussi, lorsque la terre a été maudite pour ne donner que difficilement son produit à l’homme, on peut facilement imaginer que la malédiction était passée par les eaux destinées à la fertiliser. 
 
La présence et la qualité de l’eau sont déterminantes pour la fertilité des sols. Mais spirituellement, les eaux de ce fleuve à quatre bras décrit en Genèse, représentent les divers courants de la vie jaillissant du Commencement. Le mal avait touché les eaux, or le livre de la prophétie de Jean en Apocalypse nous apprend que les eaux symbolisent des peuples. Ainsi, dès ce moment après la chute, on perçoit déjà les prémices de ce qui va se passer par la suite (avec Caïn) et même après Noé où le constat de Dieu sur le cœur de l’homme est sans illusion comme on le lit en Genèse 8/ 21, les eaux du monde étaient encore toujours polluées. Le courant de la vie même avait été touché dans son cœur et on voit cela dans le fait que le déluge n’avait rien changé à cela : les hommes nés après ne furent pas meilleurs que ceux d’avant. Mais avec Noé (dont le nom signifie repos), Dieu avait posé les conditions d’une sorte de trêve (repos) afin que les hommes puissent vivre tant bien que mal en évitant la destruction totale de la race humaine jusqu’à ce que vienne le vrai Repos figuré dans l’ancienne alliance dans la Loi mais pleinement révélé dans la nouvelle. C’est de ce Repos véritable que j’ai parlé dans le second message donné au Vélodrome si vous vous rappelez. Les conditions de cette trêve à partir de Noé se trouvent dans les règles de survie qui lui furent données au sortir de l’arche, c’est une alliance dont les termes sont nommés par la tradition Juive « lois Noahides » et qui ont été pour l’essentiel résumées en Actes 15 lors du concile de Jérusalem qui concernait les règles à prescrire à ceux des nations qui se convertiraient à Jésus-Christ. 
 
Le sol avait donc été maudit à cause de ce qui s’était passé en Eden ; mais on verra que c’est malgré tout de ce sol maudit que Caïn avait tenté de tirer un sacrifice à apporter à Dieu ; en conséquence de quoi Dieu avait maudit une seconde fois ce sol à l’attention de Caïn (Gen. 4/ 11 et 12) dont il est dit qu’il était cultivateur (Gen. 4/1), et il y a là peut être aussi une clé quant au rejet de ce type d’offrande au commencement. Mais on le voit bien par la suite que Dieu n’a pas toujours rejeté l’offrande issue des fruits de la terre puisque cela faisait aussi partie de la dîme qu’il réclamait dans la Loi où il était dit que toute dîme de la terre, des récoltes de la terre du fruit des arbres appartient à l’Eternel et est une chose une chose consacrée à l’Eternel. Cela montre que cette 2nde malédiction du sol sous Caïn n’était pas le dernier mot de Dieu envers sa création puisqu’il avait ouvert les écluses des cieux pour libérer les eaux du dessus, non seulement pour juger la méchanceté sur terre qui s’était développée jusqu’au temps de Noé, mais aussi et surtout pour purifier la terre afin de permettre au sol de donner son fruit en dépit de ces 2 décrets de malédiction qui la frappaient; et c’est certainement pour cela que l’offrande des fruits de la terre rejetée sous Caïn pouvait faire partie de la dîme offerte à Dieu dans les temps qui ont suivi. 
 
Et on voit bien la différence du produit du sol entre Adam et Noé après le déluge, car à Adam Dieu avait dit suite à sa désobéissance qu’il ne se nourrirait que de l’herbe des champs car le sol ne produirait que ronces et épines, notons bien qu’il y avait des troupeaux de bêtes en ce temps-là puisque Abel était éleveur, mais ils n’étaient pas destinés à la nourriture de l’homme mais seulement à être offerts en sacrifice à Dieu. Par contre à Noé, Dieu prescrivait de se nourrir (et c’est là la différence) non seulement de tous les animaux sans distinction entre purs et impurs (exactement comme il le dira à Pierre en Actes pour symboliser l’abolition de la séparation entre Israël et les nations), mais en plus il donnait à Noé de se nourrir de toute herbe verte. Après le déluge il n’était donc plus question de se nourrir d’herbes des champs composée majoritairement de ronces et épines, mais d’herbe verte ! ce qui est davantage un signe de fertilité de la terre due aux eaux qui la nourrissent ; par conséquent ce jugement par les eaux du dessus était venu en même temps comme pour permettre un temps de jubilé et de jachère pour la terre, un temps de repos salutaire pour la fertilité afin de créer les conditions pour un nouveau recommencement ; c’est d’ailleurs ce que marque aussi Noé (dont le nom signifie repos) dans les temps bibliques : un cycle du recommencement et de renouvellement, car compté après Hénoch le 7°, il est 8° après Adam nous dit 2 Pierre 2/5. Or le chiffre 8 marque toujours un cycle de recommencement après un premier accomplissement marqué par le nombre 7. On le voit dans les jours de la semaine.

Et nous voyons illustré ce processus tout au long de la bible : le Jugement/purification précède et permet la restauration/ rétablissement. Le nom Noé qui signifie repos est ainsi une sorte de coupure par rapport à ce qui avait été décrété auparavant concernant l’humanité. La bonté de Dieu se traduisant comme je l’ai dit par les règles sommaires données à Noé pour permettre à l’homme de subsister sans subir trop brutalement les conséquences de son état de pécheur. 
 
Mais ce n’est pas tout, car dans sa bonté Dieu peut aussi comme nous le verrons dans ce message, permettre la purification des sources qui arrosent la terre (les eaux du dessous), cette terre que nous savons pourtant vouée à la destruction avant de céder sa place au nouveau monde. Par la leçon donnée à Jonas au travers du Ricin, nous pouvons comprendre que dans son amour infini Dieu sait prendre soin même des choses temporaires et vaines de cette création appelée à disparaître.

Encore une dernière chose avant d’entrer dans le vif du sujet : après que les eaux du déluge se soient retirées, Dieu avait dit qu’il ne maudirait plus la terre et que tant que la terre subsisterait, les semailles et la moisson, le froid et la chaleur, l’été et l’hiver, le jour et la nuit ne cesseraient pas. Cependant si cela est globalement avéré, on se rend compte qu’il existe malgré tout des endroits qui sont comme des terres brûlées ou rien ne pousse malgré les semailles, des terres décidément stériles sur un plan à la fois naturel et spirituel et ce, quoi qu’on fasse.

Ce qui nous ramène à notre texte et à ce miracle d’Élisée qui fut le premier d’une série de miracles après qu’Élie fut enlevé sous ses yeux.
Le Prophète Élisée était un type du Seigneur Jésus Christ, tout comme Élie était un type de Jean le Baptiste qui devait préparer le chemin du Seigneur. Élisée avait reçu une double portion de l’Esprit d’Élie et avait réalisé le double des miracles d’Élie soit au total 14 actions prophétiques majeures qui marquèrent son ministère. 
 
Son premier miracle a commencé avec une transformation de l’eau comme ce fut le cas du premier miracle du Seigneur Jésus-Christ : l’un a changé une eau amère et empoisonnée en eau pure et l’autre a changé de l’eau en vin ; voyez là une progression prophétique de l’action de Dieu envers l’humanité allant de la malédiction d’Eden jusqu’à la bénédiction de la rédemption en Jésus. Elisée a par ailleurs comme Jésus guéri des malades et ressuscité des morts (2 :l’un de son vivant, l’autre au travers de sa mort) et aussi il a accompli une multiplication de nourriture en prophétisant (2 Rois 4/43) une parole que Jésus lui-même reprendra plus tard.

Jéricho avait donc été maudite comme la terre le fut après la Chute due à la désobéissance de l’homme. Il n’est pas étonnant que la malédiction sur Jéricho soit passée par ses eaux pour caractériser la nature stérile de son sol étant donné que les eaux sont l’élément déterminant de la qualité de la vie dans un pays. 
 
Les eaux de Jéricho étaient situées près du Jourdain, qui sur un plan spirituel symbolise pour nous la frontière entre le monde et le peuple de Dieu. Jéricho avait mauvaise réputation (malgré son appel lié à son nom dont je parlerai plus tard) : c’était un haut lieu de paganisme et d’idolâtrie avant la conquête de Canaan ; mais plus tard on découvre dans un passage des évangiles qu’il se décrète comme un lieu de brigandages (l’histoire du bon Samaritain), et dans un autre comme un lieu abritant des pêcheurs ou païens (ex. Zachée dit le Publicain) en tout cas des gens pas bien considérés des Juifs.

Aussi, Jéricho représente spirituellement le monde voué aux ténèbres et à la malédiction de la mort sans le salut offert en Jésus-Christ lumière du monde. Mais Dieu, ce qu’il veut c’est entrer dans ces lieux de ténèbres pour y apporter la lumière comme Jésus l’a fait en entrant dans la maison de Zachée pour y demeurer. C’est aussi ce qu’il a fait en redonnant la vue à des aveugles dans Jéricho où il a opéré tant de miracles. Jésus allait souvent dans cette ville car il savait qu’il y avait là une foule languissante attendant sa visitation.

Le plat neuf 
 
Dieu n’a jamais eu l’intention d’abandonner Jéricho à sa malédiction. Ainsi, nous constatons que face à l’amertume des eaux de Jéricho le Prophète n’a pas encouragé le peuple à quitter les lieux car ce n’était là ni le plan ni la volonté de Dieu. Elisée a demandé un plat neuf dans lequel il a été versé du sel ; le plat neuf représente celui qui nait de nouveau et en qui Dieu déverse Sa vie afin d’assainir son « canal de vie » et alors les eaux qui coulent en lui et s’écoulent de lui sont saines. 
 
Ce plat neuf symbolise les vases que nous sommes et que Dieu a rachetés par son Fils Jésus Christ. Et c’est au travers de nous qu’il a prévu d’agir pour purifier les eaux de ce monde et rendre le pays habitable là où nous évoluons. Jésus est la lumière du monde mais il a aussi dit que nous ses disciples, nous sommes la lumière du monde et le sel de la terre ; cela signifie qu’il ne nous a pas rachetés juste pour nous-mêmes et point barre c’est fini ; mais il nous a rachetés aussi en vue d’une mission envers le monde (pour être sa lumière) et la terre (pour être son sel). Nous ne pouvons nous contenter de dire que nous sommes sauvés et après nous le déluge ou le feu de la destruction pour les autres. Car si nous recevons en nous de l’eau de la Source d’eaux vives qu’Il est, c’est aussi afin de devenir des canaux qui vont véhiculer cette eau pour irriguer d’autres vies de même que nous avons pu bénéficier de la bénédiction d’autres canaux utilisés par Dieu à notre intention.

Le sel de la terre

Notre lumière ne doit pas rester cachée mais doit servir à éclairer ces Jéricho ténébreux du monde. Quant au sel contenu dans le vase de nos vies (élément utilisé dans ce miracle d’Elisée), nous sommes censés en avoir en nous et en vue du même objectif : non pas seulement pour nous mais pour saler la terre. Quand Jésus dit que nous sommes le sel de la terre, il veut dire que nous sommes la vraie vie dans ce monde où règne la mort ; ce monde étant souvent par endroit comme Jéricho dont les eaux étaient maudites. On dit que l’eau c’est la vie. Et de fait il y a souvent la mort, là où les eaux sont mauvaises d’où le constat des gens de la ville de Jéricho. Le sel donne du goût aux aliments mais il sert aussi à purifier ce qui est à l’état de pourriture, il enlève l’odeur de mort et empêche ou ralentit la putréfaction ; c’est ainsi qu’il préserve les viandes d'une décomposition trop rapide. Ayant cela à l’esprit on comprend mieux pourquoi Jésus a dit que ceux qui appartiennent à Dieu sont le « sel de la terre » : s’ils n’étaient présents la terre serait rapidement livrée à la destruction des forces spirituelles qui l’y contraignent. En ce sens les enfants de Dieu sont sur terre durant leur pèlerinage comme des « retenants ». 
 
Le sel représente la vie ; sans adjonction de sel, aucun sacrifice n’était recevable pour Dieu, il était mort. Or Dieu n’accepte pas de sacrifice mort, tout sacrifice offert à Dieu dans l’ancienne alliance déjà devait être un sacrifice vivant. L’animal offert était égorgé et donc réellement mort, mais le sel qu’on y ajoutait était comme un élément vital rendant le sacrifice « vivant ». (Lévitique 2/13) : « Tu mettras du sel sur toutes tes offrandes ; tu ne laisseras point ton offrande manquer de sel, signe de l’alliance de ton Dieu. Sur toutes tes offrandes, tu mettras du sel ». Un sacrifice sans sel était donc un sacrifice mort, sans vie, indigne de Dieu. Une offrande non pourvue de sel n’est pas d’une odeur agréable à Dieu. Afin de pouvoir répandre la bonne odeur de Christ dans le monde, nous devons être nous-mêmes une offrande d’une odeur agréable à Dieu. C’est pourquoi Jésus a dit : «  Ayez du sel en vous-même ». Puis l’Apôtre Paul : " Offrez vos corps comme un sacrifice vivant " (Romains 12:1) c'est-à-dire soyez des sacrificateurs remplis de sel, ce qui confirme ce qu’avait dit Jésus car c’est le sel qui rend le sacrifice vivant sans cela il est mort et ne constitue pas un sacrifice d’une odeur agréable à Dieu. Le parfum offert à Dieu devait être salé nous dit Exode 30/35.

Jéricho : lieu des parfums et ville des palmiers

J’ai dit que ce monde est à l’image de Jéricho au temps du prophète Elisée ; or la signification du nom de celle ville est « parfumé» ou « lieu des parfums ». C’est parce que c’est son appel, et donc l’appel de ce monde qui sent plutôt le souffre à cause de celui qui est devenu son prince. Ces lieux où le péché à laissé une odeur nauséabonde sont appelés à être visités par la bonne odeur du parfum de Jésus-Christ et c’est par nous que cela se fait dit l’apôtre Paul en 2 Corinthiens 2/ 14 et 15). 
 
Jéricho est appelée la ville des palmiers (Deut. 34/3 ainsi que 2 Chroniques 28/ 15 qui a certainement inspiré la Parabole du bon Samaritain dont l’histoire se déroulait à Jéricho), mais ces arbres évoquent l’ombre et le repos. Comment imaginer cela dans ce genre de pays stérile sans qu’il y ait une guérison un miracle de transformation passant par ses sources ? Ce qui est extraordinaire dans le Projet de Dieu c’est cette faculté d’appeler en germe par le nom prophétique des choses qui ne sont pas encore et qui ne semblent même pas pouvoir être. Alors oui cette ville stérile au temps d’Elisée était destinée à un avenir de bénédiction prophétique puisqu’elle était aussi appelée la ville des palmiers. Etonnant quand on sait que le palmier aime les terres fertiles justement. Vous comprenez donc l’appel de Dieu sur ce sol qui était stérile dans le naturel visible. Dieu avait déjà prévu de changer la malédiction en bénédiction et c’est toujours ainsi qu’il agit. Jéricho était la première ville conquise du pays de Canaan que Dieu décrivait au peuple comme étant un pays où coulent le lait et le miel c'est-à-dire un bon pays. Jéricho avait été nommée la ville des palmiers probablement en raison de sa situation géographique au milieu d’une oasis. C’était un lieu où des sources d’eau tiède et d’eau froide jaillissaient. Pourtant au début du ministère d’Elisée elle était stérile en raison de la nature des sources qui l’alimentaient. 
 
Aller à la source des eaux

Jéricho avait été rebâtie et habitée avant cet épisode du miracle d’Elisée, mais il lui manquait quelque chose d’essentiel pour lui permettre d’être fertile et donc réellement habitable : ses sources n’avaient pas été assainies ; et c’est pour cette raison qu’au temps d’Elisée le pays était encore stérile en dépit du fait que le séjour semblait bon. Et le miracle d’Elisée allait contribuer à transformer la malédiction du sol en bénédiction afin que cette ville devienne véritablement la ville des palmiers.

Vous aurez beau entrer en possession d’un territoire que Dieu vous a donné et vous y installer parce que vous avez la certitude que c’est là l’héritage que Dieu vous donne, vous ne pourrez pourtant rien y faire rien y construire tant que les eaux seront malsaines. Et alors il vous arrivera malheureusement de penser face à l’adversité persistante, que vous vous êtes trompés et que ce n’est pas réellement ce que Dieu vous donnait de posséder. La facilité dans cette circonstance est de déclarer forfait et de partir pour trouver la bénédiction ailleurs.

Le miracle d’Elisée sur la source de Jéricho symbolise la venue future de Jésus pour briser la malédiction du fait de ce qui a été prononcé au commencement sur la terre et ses habitants. Et nous retrouvons le germe de cette bénédiction, au travers de la parole donné à Moïse ( Deut. 11/24) puis confirmée à Josué (Josué 1.3) : « tout lieu que foulera la plante de votre pied je vous le donne ». C’est parce que naturellement la terre est la possession de l’adversaire depuis la chute ; il est dit qu’il est prince de ce monde. Mais Dieu nous donne de posséder ce que nous foulerons : il est question de reprendre du butin sur le tyran. Mais il y aura aussi une démarche pour que cette prise de possession soit effective : que la terre conquise par nos pieds soit purifiée par le sel que nous transportons dans nos vases. 
 
C’est à cet effet que Jésus avait envoyé des disciples au nombre de 70 (je reparlerai plus loin de ce nombre spécifique) en leur disant «  dans quelque maison que vous entriez dites que la paix demeure sur cette maison ». Il leur avait précisé avant cela, qu’il les envoyait comme des agneaux au milieu des loups ; c’est parce que le monde au milieu duquel Jésus envoie ses disciples est à l’image de Jéricho qui comme je l’ai dit était devenu un lieu de brigandage. Mais les disciples étaient précisément chargés de véhiculer la paix de Dieu dans ces lieux. C’est pourquoi aussi nous sommes appelés ambassadeurs du royaume envoyés dans le monde avec le ministère de la réconciliation (2 Corinthiens 5/ 19 et 20). Les ambassadeurs doivent travailler à créer les conditions de la paix là où ils sont envoyés, voilà aussi un de nos rôles dans ce monde en plus d’être lumière et sel. 
 
Les lieux que nous foulons sont appelés à être gagnés par la paix que nous transportons en nous c’est inévitable, ou alors c’est nous qui sommes gagnés par ce que véhicule la source qui coule en ces lieux. C’est une compétition source d’eaux vives contre source d’eaux amères. Car en effet, tous les sols que nous foulons ont une source. Nous avons absolument un travail à faire à ce niveau à un moment où à un autre. 
 
Lorsqu’Abraham a pénétré en Canaan que s’est t-il produit ? Il a du creuser des puits. Il aurait pu profiter des mêmes puits que les habitants du pays mais il ne l’a pas fait. Et quand des ennemis ont voulu le faire partir qu’ont-ils fait ? Ils ont bouchés les puits qu’il avait creusés (Genèse 26/ 15) et que son fils Isaac a du déboucher par la suite. C’est parce que la prospérité des sols que nous possédons dépendra toujours d’une source d’eau non polluée. Toutes les fois que l’ennemi voudra nous paralyser ou nous rendre stériles il commencera par nous couper de toutes nos sources qui sont en Dieu. 
 
C’est donc sur la source des eaux que le Prophète a directement agi afin de rendre le pays habitable pour ses habitants. Il n’a pas jeté le sel dans le cours des eaux ni directement sur le sol stérile du pays, mais à la source même de ses eaux, car comme je l’ai dit c’est la source qui détermine la nature de la terre où nous sommes installés. C’est la source qui nous abreuve qui fait toute la différence. Nous vivons comme les incroyants sur la même terre nous sommes ainsi côté à côte devant les mêmes circonstances, la seule chose qui fait la différence c’est la source à laquelle nous buvons. Les enfants de Dieu ont en eux une eau pure car Jésus est la source d’eaux vives ; et celui qui boit de Son eau a la promesse de voir couler en son sein et de son sein des eaux abondantes qui jailliront non pas seulement ici en ce temps présent, mais jusque dans la vie éternelle.

Il y a une source d’eau qui donne la vie et une autre source d’eau qui donne la mort. Elles ont toutes deux la même couleur et pourtant pas la même saveur. Mais ceux qui n’ont jamais bu de l’eau vive de la source divine ne savent pas que la vraie source d’eau a une autre saveur que celle à laquelle leur palais est habitué. Quelle est ta source ? As-tu été amené à en creuser pour être au large ? Et as-tu débouché celles que l’ennemi a obstruées pour t’empêcher de profiter de ton héritage ?
Des sources d’eau vive en pays ennemi.

De même qu’Élisée n’a pas encouragé les habitants de Jéricho à émigrer ailleurs, Dieu ne va pas forcément nous faire sortir des territoires qui semblent maudits pour nous bénir. Il va bien entendu rendre habitable le territoire où il nous place en nous permettant comme Abraham de creuser des sources ou d’en déboucher, mais d’autres fois comme ici dans le miracle d’Élisée il va aussi utiliser notre vase et le sel qu’il a mis en nous pour assainir la source des lieux où il nous place. 
 
Ne soyez pas étonnés que Dieu fasse jaillir pour vous des sources sur un territoire aussi impur et hostile qu’il puisse paraitre extérieurement. Quand il est dit que tout est pur pour cela qui est pur cela a aussi un rapport avec notre propre source intérieure, car celle dont nous dépendons est celle qui coule d’abord en nous et ne provient pas de l’extérieur. C’est pourquoi Jésus dit que c’est ce qui sort de l’homme qui peut souiller l’homme : parce que si votre source intérieure est impure forcément ce qui sortira de vous sera aussi impur. Avant de penser au fait que vous pouvez être souillé par ce qui vient du dehors préoccupez-vous de la nature de votre propre source intérieure. 

N’avez-vous pas remarqué que le fait de ne pas fréquenter ce qu’on appelle « les gens du monde » n’empêche pas les mauvaises pensées, les calomnies, les jalousies, meurtres, adultères etc.. ? C’est parce que comme le dit Jésus dans le même passage, ces choses viennent du dedans du cœur et non pas du monde impie. Or c’est ce genre de choses qui souillent l’homme.

Comprenez que tout le temps où nous vivrons sur cette terre, avant que revienne le Seigneur pour y établir son règne terrestre, nous devrons composer avec un territoire aux sources impures où Dieu nous demande pourtant de semer, d’être lumière et sel. Et c’est pour nous permettre d’y vivre néanmoins en attendant ce jour de sa venue qu’il nous bénira. Il n’existe pas dans cette dispensation de terre bénie ou terre sainte au sens où elle serait exempte de souillure du péché. C’est uniquement par notre présence que nous pouvons créer des oasis de bénédiction non seulement pour nous mais aussi pour les autres. Une oasis est censée se trouver dans un désert au milieu d’un territoire hostile et il en sera ainsi jusqu’au renouvellement de toutes choses quand cette création arrivera à son terme pour faire place à la nouvelle.

Méfions-nous donc, car Dieu ne nous demande pas forcément d’entrer en possession d’un territoire parce qu’il est bon au départ et que tout y semble paisible avec tous les signes de la bénédiction; rien que le livre de Josué devrait nous persuader du contraire. Ce sera plutôt à nous d’y amener la paix conformément à Luc 10/ 5. Souvent le territoire sera hostile c’est pourtant là que Dieu nous demandera de séjourner peut être un temps comme il l’a fait pour Abraham ou Isaac qui ont séjourné en pays Philistin en y creusant des puits et même David y a trouvé refuge un temps. Isaac a demeuré en pays Philistin où Dieu le bénit Gen 26/ 12 à 14). Un pays naturellement hostile, nous voyons que Dieu l’a rendu habitable pour son serviteur. Mais ce pays ne fut rendu habitable que parce qu’en s’y installant Isaac a aussi fait sa part (Gen 26/ 18). Et n’oublions pas que ce pays Philistin était appelé à être plus tard le pays de la promesse.

Certains voudraient se cacher ou s’enfermer entre soi dans des caves en attendant l’avènement de la nouvelle terre et des nouveaux cieux. Ils pensent ainsi ne pas se souiller au monde. Pourtant nous devons être là comme des flambeaux au sein de ce monde ténébreux pour lui permettre de voir Jésus, toucher Jésus et être touché par Jésus. Le sel doit amener la vie là où la mort a pénétrée. Si le sel ne joue pas son rôle il ne sert à rien et finit par perdre son goût. C’est pourquoi Jésus a dit : « Mais si le sel devient fade, avec quoi le salera t on ? Il n’est plus bon qu’à être jeté dehors et foulé aux pieds par les hommes. ».

Si nous sommes sans sel nous sommes membres de l’église de Sardes, paraissant vivants mais aussi morts que le monde que nous ne pouvons en aucune façon saler.

Les Jéricho où Dieu nous place doivent devenir le temps que nous y séjournons des « villes de palmiers » ; mais pour ça, la malédiction de leur stérilité doit être transformée en bénédiction afin qu’elles soient rendus habitables pour nous. Une ville des palmiers est censée procurer de l’ombre à ceux qui sont fatigués ; mais il est une ombre qui est celle de la mort et une autre totalement différente qui procure la vie : l’ombre du tout Puissant Psaume 91.

Souvent ce que Dieu nous donnera de posséder proviendra du butin qu’il aura repris au tyran c'est-à-dire à l’ennemi de nos âmes comme je l’ai dit ; des choses qui devaient nous revenir mais dont Satan nous a frustrés. Ainsi la terre promise à Abraham et montrée à Moïse, Dieu l’a donnée en possession au peuple d’Israël en la livrant à Josué ; mais c’est une possession prise sur les Amorrhéens dont l’iniquité était parvenue à ce moment-là à son comble conformément à ce qui avait été annoncé à Abraham, ce qui autorisait la main de l’Éternel à s’appesantir en jugement sur eux. La coupe étant pleine, le jugement devait se déverser : Dieu les dépouillait en faveur de Son peuple. Il est dit qu’il donne à son peuple les richesses des nations. Il dit demande moi et je te donnerai les nations pour héritage et les extrémités de la terre pour possession. Ces nations sont une offrande que Dieu nous fait pour que nous en fassions des disciples conformément à Son ordre

Domine au milieu de tes ennemis.

Parfois nous reculons devant les intimidations de l’adversaire, et dans ces moments-là Dieu ne nous facilite pas la tache. Vous allez devoir creuser jusqu’à ce que vous soyez au large dans l’héritage qui doit vous revenir, ce jusqu’a l’élargissement où l’ennemi lâchera prise sans contestation possible : c’est votre puits à vous, votre source. Le Seigneur veut que sur ce terrain de « votre combat » vous ayez l’élargissement, c’est le terrain de la confrontation pour que vous soyez victorieux.  Et victorieux sur ce territoire là et pas un autre.
 

Le Seigneur ne nous enlève pas du combat et c’est afin que nous apprenions à dominer sur le territoire qu’Il nous donne. Ne dite pas « ce n’est pas normal, ce n’est pas juste ». Dieu ne va pas vous donner un territoire, ne vous mènera pas vers une situation où vous ne saurez pas dominer ; il vous appelle à prendre possession de ce qui appartient à votre bénédiction spirituelle en Jésus. Dieu va pas tout vous donner sur un plateau, tout faire pour vous à votre place il veut que vous appreniez à dominer et à être victorieux en entrant dans le cortège de victoire de Jésus-Christ. 

La manne a cessé au moment où le peuple d’Israël à franchi le Jourdain; il y a eu un franchissement, une autre étape (le Jourdain symbolise aussi des eaux de la séparation avec un avant et un après), une étape où le peuple ne pouvait plus rester dans un cocon ou comme des enfants à la mamelle, comme un bébé bien au chaud dans le ventre de sa mère. Vous savez,  l’enfant est nourri par le cordon ombilical jusqu’à ce qu’il soit expulsé du ventre de sa mère. Quand les neuf mois sont révolus ou quand le bébé est à terme, il doit sortir pour commencer à vivre par lui-même, respirer par lui-même, prendre de lui-même la main de son père quand il commence à marcher. 
 
Tu dois apprendre à marcher spirituellement ; mais cela n’est pas possible si tu es encore porté dans la matrice car la matrice c’est pour un temps. Et une fois sorti, ce n’est pas Dieu qui va marcher pour toi ou à ta place. Dieu lui te dit fortifie toi et prends courage (à toi de faire ça pas à Lui) : les muscles spirituels (les tiens) doivent rentrer en action pour que tu sois en mesure de confronter tes ennemis. En Canaan ces ennemis n’ont pas tout à coup disparu devant le peuple sans que celui-ci n’ait eu à les combattre.

Au commencement en Genèse, Dieu avait dit à l’homme de dominer sur la création et c’est valable aujourd’hui pour ceux qui sont rentrés dans le repos du Jubilé de l’Agneau ; cela signifie au minimum apprendre à marcher par les muscles spirituels, la force que Dieu nous a donnée. Fortifies toi et prends courage ! Pourquoi ? Les Hébreux devaient être maître de leurs ennemis pour ne pas finir par leur être assujettis et pour cela leurs muscles spirituels devaient se développer dans la confrontation, pas dans le recul devant l’adversaire. Dieu veut que nous récupérions ce que le Diable nous à volé.

En genèse Dieu dit à Adam et Eve de dominer sur la création, or que nous dit le nouveau Testament ? Que Satan est le prince de la puissance de l’air ; mais pour une marche dans le cadre du Royaume des cieux ce n’est pas une réalité normale ni acceptable, nous devons manifester la puissance de ce royaume dont nous sommes les ambassadeurs. Le royaume de Dieu, en ce temps où la nouvelle Création dépourvue du péché n’est pas encore une réalité, c’est la ou Dieu est ROI et où par conséquent l’ennemi n’est plus prince.

L’assainissement des eaux. 

À Canaan, la malédiction devait être transformée en bénédiction car c’était l’héritage que Dieu donnait aux fils de Jacob. L’obéissance à la parole de Dieu est primordiale ici dans cette ville où vous demeurez. Là où vous êtes (ça peut être l’environnement immédiat où vous vivez, mais aussi votre lieu de travail, en tout cas un lieu que vous êtes amenés à fouler régulièrement ; si Dieu vous y a placés, considérez que le séjour y est bon le pays est bon. Pourquoi ? Parce que si c’est la que Dieu vous a placés vous y véhiculez sa présence ; les eaux de ces endroits sont appelées à être purifiées par votre source à vous. 

Le Seigneur va assainir tout ça, il va purifier vos Jéricho. Vous vous demandez comment il va purifier ? Le prophète l’a dit : « apportez moi un plat et du sel et ils le lui apportèrent ; il alla vers la source des eaux et jeta le sel ». C’est la source des eaux qui est polluée vous comprenez ? La source du pays est polluée et le Seigneur cherche à mettre autre chose, transformer tout cela. Nous sommes dans ce lieu ici où vous vivez et où deux royaumes se côtoient chaque jour, donc deux sources qui se côtoient je le répète ; la source de Dieu est en vous, vous véhiculez cette source spirituelle divine et à côté il y a une autre source qui est là, polluée ; l’une où se développe des larves de moustiques pour transmettre leurs vilaines maladies destinées à vous paralyser les cinq sens, nous sommes en plein dedans sur un plan naturel avec le Chickoungounia qui est au plus fort en ce moment même, donc vous pouvez avoir une idée de comment cela fonctionne aussi sur un plan spirituel c’est tout à fait prophétique ce qui se passe ces jours-ci : le naturel image le spirituel, souvent c’est ainsi. Mais nous pouvons avoir la domination sur ces larves comme Il l’a illustré avec la sœur qui est debout ce matin alors que le Chickoungounia la terrassait à son réveil.

Ce n’est pas la volonté de Dieu, mais spirituellement il faut comprendre que l’air est pollué, que les eaux sont polluées et cela rend la terre et les hommes malades. « Le pays est stérile et la mort sévit » disaient les habitants de Jéricho, vous comprenez ce que ça signifie. Mais Dieu veut reprendre le contrôle par Ses instruments pour la purification. Le prophète a dit « apportez-moi un plat neuf’», ce plat « neuf » c’est vous, ce sont les vases qui appartiennent à Dieu; les vases qui ont été purifiés par le sang de l’Agneau immolé Jésus-Christ, et dans lesquels la semence divine à été posée. Ce vase est neuf parce que ce sont les personnes nées de nouveau dans le royaume de Dieu, elles constituent la réserve de sel du Seigneur pour ce monde qui se perd. Et en tant que sel de la terre, elles sont appelées à amener la vie là où il y a la mort, là où les eaux sont empoisonnées.

Les eaux d’en bas doivent être purifiées mais au niveau de leur source même. Et c’est par nous que Dieu a prévu de faire cela. Nous devons saisir ça : les vases neufs qui vont véhiculer ce sel ce sont les enfants de Dieu. Votre rôle est primordial car vous êtes le sel de la terre ; vous devez avoir du sel en vous pour saler les autres partout ou la mort règne. Pour ça, vous devez être pour Dieu comme ce parfum salé pur et saint dont parle Moïse (Exode 30/35) c’est ainsi que les eaux qui sortiront de vous seront des eaux pures car on ne peut donner que ce qu’on a. Jésus l’a dit a la Samaritaine « des sources d’eaux vivent couleront de ton sein ». Des eaux vives c’est le contraire des eaux mortes, or Jéricho tirait ses eaux du Jourdain, le fleuve qui alimente la mer morte. La mer morte est un lieu symbolisant les eaux stagnantes de ce monde qui ont besoin des eaux vives qui coulent en nous depuis le Trône de Dieu pour amener la vie là où la mort sévit (Ézéchiel 47).

Ne faites pas cette erreur de dire que tel ou tel lieu est maudit, telle ou telle situation est définitivement fermée, qu’on ne peut rien y faire, rien y planter. Si Dieu vous demande et vous donne de prendre possession de l’endroit où vous vivez, de l’environnement où vous évoluez, ne regardez pas aux oppositions qui sont là, dites-vous que c’est une circonstance où vous allez pouvoir voir la gloire de Dieu en action, ne regardez pas aux géants qui s’amènent, aux forteresses intimidantes de Jéricho, mais sachez que le Saint-Esprit en vous est plus grand que celui qui essaie de vous intimider en prétendant être maître des lieux. Dieu a fait tomber les forteresses de Jéricho et livré la ville à son peuple afin que celui-ci en prenne possession. Et puis, si vous le lui demandez, le Seigneur peut vous ouvrir les yeux spirituels pour vous faire considérer le nombre de ceux qui sont avec vous et qui encerclent ceux qui vous entourent dans la perspective de vous intimider et détruire la semence qui est en vous. L’armée de Dieu est là pour vous protéger, ne craignez pas les intimidations de l’adversaire,  ne soyez pas effrayés,  ne regardez pas à ce que vous voyez dans le naturel : votre vie est cachée en Dieu à l’endroit où vous êtes bénis de toutes sortes de bénédictions dans les lieux célestes, toutes sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes.

Les réalités spirituelles en Dieu dans les lieux célestes doivent pouvoir impacter la terre par vos vies. C’est ainsi qu’au travers de vos vases, vous permettrez au royaume de Dieu d’investir la terre c'est-à-dire les lieux que vous foulez et où vous évoluez, en assainissant la source des eaux. La justice, la paix la joie par le Saint Esprit voilà ce que vous êtes appelés à libérer par votre présence, car c’est là le royaume spirituel de Dieu sur cette terre pour le moment. Vous allez ainsi par votre présence permettre l’établissement d’oasis de vie au sein même de terres réputées arides.

Regardez là ou votre vie est cachée dans le Seigneur et vous verrez qu’il y a une provision de bénédictions spirituelles pour vous : toutes sortes de bénédictions spirituelles c’est le royaume de Dieu : la justice la paix et la joie par le Saint-Esprit pour vous afin de le libérer autour de vous.

12 sources d’eau et 70 palmiers

Jéricho, je l’ai dit, c’est la ville des palmiers dont le nom signifie « parfum» ; c’est là son appel prophétique qui a été volé par l’ennemi car dans la réalité au moment où arrive le Prophète ses eaux sont stagnantes et non vives, elles sont nauséabondes. De la même façon on aurait parfois envie de dire en ce qui concerne les lieux où nous évoluons, lorsque cela devient difficile tant nous sommes comme dans des persécutions morales et spirituelles, on aurait envie de dire  « il y a ici comme une odeur de souffre, c’est irrespirable ». Mais je vous l’ai dit ces lieux que Dieu vous donne de fouler soit parce que vous y vivez soit parce que vous y travaillez, ces lieux sont appelés à être parfumés parce qu’il s’y trouve, parce qu’il y marche un peuple d’adorateurs qui se tient devant Dieu. Ces lieux sont appelés à recevoir le parfum que vous transportez en tant que disciples de Jésus-Christ.

Par votre présence ces lieux deviendront des « villes de palmiers » vous savez ce que ça signifie ? Deutéronome 34 évoque Elim qui était la première station des Hébreux après la sortie d’Égypte et la traversée de la mer rouge, de même que Jéricho était la première ville conquise après la sortie du désert et la traversée du Jourdain. Les Hébreux étaient arrivés à Elim après l’épisode de Mara et ses eaux amères que Dieu avait adoucit par un miracle (Exode 15/23 à 25) ; il est dit dans ce texte que à Elim se trouvaient 12 sources d’eau et 70 palmiers. Elim représente ici la situation d’un territoire après la visitation de Dieu. Au lieu d’y retrouver comme à Mara les eaux amères qui donnent la mort, on y trouve des sources d’eaux vives et des palmiers, tout ce qui symbolise la vie et le repos pour ceux qui sont fatigués.

Nous avons en Luc 9 et 10 l’évocation prophétique de la signification de ces 12 sources d’eau et des 70 Palmiers présents à Elim dès la sortie d’Égypte.

Les 70 palmiers symbolisent les disciples de Jésus appelés à apporter l’ombre du repos qui se trouve dans le tout Puissant (Ps. 91), ils apportent cette ombre là où sévit l’ombre de la mort. Ils sont chargés d’un ministère de réconciliation envers les 70 nations symbolisant le courant des eaux sortis d’Eden (l’humanité dans toute sa diversité) et qui sont échues en héritage aux disciples de l’Agneau Psaume 2/8. Ce nombre de70 représente aussi le nombre de personnes issues des 12 fils de Jacob au moment où ils sont entrés en Egypte (Genèse 46/27 et Exode 1/5). Et selon Deutéronome 32/8 dans sa version la plus répandue, le nombre de nations que l’Éternel a fixé pour les peuples correspond au nombre des enfants d’Israël : « Quand le Très Haut donna un héritage aux nations, Quand il sépara les enfants des hommes, Il fixa les limites des peuples D'après le nombre des enfants d'Israël », soit 70 nations dans le monde, que Dieu n’avait pas l’intention d’abandonner même s’il avait mis Israël à part pour être sa portion.
Mais les 12 sources d’eaux aussi représentent des disciples de Jésus ; ceux-ci sont appelés à véhiculer dans le monde l’eau vive qui coule du trône de Dieu.

Jéricho représente le monde entier vendu au péché et sous le pouvoir du diable ; c’est pour racheter ce monde que Dieu a donné Jésus l’Agneau immolé. Les 12 sources d’eau représentent ces vases neufs de disciples que Dieu va utiliser pour purifier la source corrompue des eaux de ce monde. Mais ces 12 parlent aussi de puits destinés à la vie et qui ont besoin d’être débouchés : ce sont des bénédictions en rapport avec les trésors du royaume des cieux qui doivent parvenir à ceux à qui elles sont destinées et les disciples sont des canaux pour ça. Les 12 et les 70 représentent des disciples de Jésus dans le sens de canaux devant servir à la guérison des nations. Les Hébreux sont arrivés à Elim après avoir vu le miracle de l’assainissement de l’eau à Mara et que Dieu se soit révélé à eux comme l’Éternel qui guérit. Jéricho où le prophète a accompli ce miracle d’assainissement des eaux est le lieu où plus tard Jésus a guéri des aveugles ce qui était aussi une prophétie de ce que Dieu allait faire sur un plan spirituel.

Il y a des choses que Dieu a disposées pour nous, même dans des territoires qui nous semblent à priori hostiles, des sources que l’ennemi s’est approprié en toute illégalité. C’est le temps de récupérer ces sources puis de les déboucher afin de manifester le royaume de Dieu en ces lieux, d’y exercer le gouvernement et la domination qui vous appartiennent sur ces choses. Dieu redonne ces prérogatives à son peuple ; la présence en ces lieux des 12 sources représente le rétablissement de cet ordre créationnel, de même que les 70 qui représentent la domination spirituelle sur les choses naturelles que Dieu a disposées pour notre vie. Il s’agit de reprendre spirituellement cette domination pour manifester le règne de Dieu sur les eaux qui causent la mort et la stérilité, ces eaux qui voudraient nous  contraindre à marcher dans le mauvais royaume et selon ses lois qui inspirent la crainte.

Jésus est notre Roi et nous sommes censés marcher selon les lois du royaume des cieux ; alors c’est à nous de contraindre le royaume des ténèbres à se soumettre aux lois du royaume des cieux ; nous devons inverser la tendance. La bonté de Dieu est de tourner la malédiction en bénédiction et c’est par nous que cela se passe : les vases neufs dont le contenu doit servir à préserver la terre d’une destruction rapide. En eux, dans leur sein coule le fleuve de Dieu, ce torrent qui sort du trône divin depuis l’Eden céleste.

Ezéchiel 47 parle de ce torrent qui jaillit du trône de Dieu, disant que partout où il parvenait les eaux étaient purifiées et aucun être vivant ne mourait. Comprenez que cette source coule en vous pour libérer au travers de vous la bénédiction de Dieu partout où vous passez. Vous êtes la lumière et partout où vous arrivez les ténèbres doivent reculer ou perdre en intensité.

Ezéchiel 47 dit encore que ce que les eaux de ce fleuve divin ne parvenait pas à purifier était abandonné au sel. Dieu nous veut participant avec Lui : il est question là de ce que ce passage décrit comme étant des marais et des fosses, précisément des lieux qui symbolisent la puanteur du mal logé dans des profondeurs, des lieux où malgré le cours du torrent la vie ne semble pas pouvoir être amenée ; des endroits qui semblent naturellement comme dans l’impossibilité de recevoir l’eau vive du torrent et qui ne permettraient pas davantage son écoulement ; ce sont comme je l’ai dit précédemment au sujet du Chickoungounia, des nids à microbes où des maladies se développent facilement. Des endroits tellement ténébreux qu’avant de pouvoir recevoir l’eau vive qui amène la vie, ils doivent recevoir un traitement spécial par le sel, il est dit qu’ils sont « abandonnés au sel ». C’est aussi à cet effet, pour ces lieux réfractaires que Jésus nous ordonne d’avoir du sel en nous-mêmes et de ne pas perdre notre saveur.

Ce lieu, cette ville doit être salée. Ces lieux que vous foulez doivent devenir des offrandes parfumées et salées offertes à Dieu et cela pour votre bien même. Déjà Jérémie disait au peuple de la part de Dieu : « Recherchez le bien de la ville où je vous ai menés en captivité, et priez l’Éternel en sa faveur car votre bonheur dépend du sien ». Comprenez que ce n’est pas bon pour vous que le lieu où vous demeurez ou que vous foulez continue à être arrosé par des eaux amères ou empoisonnées ; vous avez tout à gagner à ce que cela ne soit plus, la malédiction sur le pays n’est pas une fatalité à accepter tant que vous y êtes vous-mêmes.
Le territoire autour de nous, autant que cela dépende de nous, a besoin d’être une offrande à Dieu. Nous ne pouvons rester là insensibles à ce monde, aux gens qui nous entourent et qui sont tenus englués dans la vase de ces marais et ces fosses sous le joug de Satan dont il est dit qu’il est prince de ce monde.

Le Seigneur a donné des clés à certains d’entre vous pour ouvrir des cachots, pour dire aux gens qui y sont enfermés : « paraissez dans la lumière ! ». Il faut saisir ces clés que le Seigneur vous donne pour actionner également les écluses des cieux et que ce qui est en vous ne reste pas à l’état de léthargie, parce que l’ennemi en a rendu certains inconscients de ce qu’ils sont. Comprenez qui vous êtes ; votre vie est cachée en Christ et vous êtes ambassadeurs du royaume des cieux, un royaume céleste qui a ses propres lois au dessus des lois courantes de la terre. Vous êtes des ambassadeurs ou encore des diplomates du Royaume selon 2 Corinthiens 5.19 et 20 ; votre rôle intègre donc le fait de devoir implorer supplier le monde d’avoir à se réconcilier avec Dieu. Le ministère de la réconciliation est en vous, c’est la mission qui vous a été confiée envers les nations comme aux 70 et réitérée par Jésus en Matthieu 28 disant « allez et faites de toutes les nations des disciples.. ». Les ambassadeurs qui sont des diplomates sont censés amener la réconciliation dans les nations, là où il y a des dissensions des pensées de guerres, de l’inimitié. Et la parole de réconciliation que Jésus a mise en ses ambassadeurs a pour but de faire connaître au monde la paix que seul Dieu le Père sait donner.

C’est au travers de vous que Dieu a choisi d’agir et pas de façon indépendante et déconnectée des vases que vous êtes. Là où les gens sont retenus captifs c’est le séjour de mort : ce sont les marais et les fosses qui représentent la puissance de la mort. Nous ne devons pas avoir peur de ceux qui se trouvent en ces lieux même s’ils ne sentent pas bon et que cela peut parfois sembler dangereux d’approcher certains. Mais parce que nous sommes cachés en Christ, nous devons aller les chercher là où le diable les tient captifs dans le séjour des morts ; nous devons savoir qui nous sommes et connaitre l’autorité que Dieu nous a donnée de pouvoir exercer en Lui sur le diable à l’instar de Jésus-Christ. Lui notre Seigneur à vaincu l’ennemi mais il nous donné la passation et maintenant nous devons entrer dans ce cortège de victoire en continuant ce qu’il a commencé, mener le bon combat en tenant ferme.

A nous de renverser les forteresses de Jéricho sous l’ordre de Dieu car Dieu veut assainir ses sources afin de le rendre habitable. Il est l’Éternel qui guérit les habitants rendus malades par les eaux amères de la malédiction qui touche le sol du pays qu’il nous donne en possession. Et vous êtes LE plat neuf qui contient le SEL par lequel Dieu assainira les eaux nauséabondes et mortifères de ce territoire où il vous a menés. Il vous veut fécond pour Lui, pour Son royaume et dans ce lieu, même en territoire hostile comme il l’avait dit aux Israélites au travers de Jérémie du temps où ils étaient en déportation à Babylone :

Jérémie 29 : «.. Plantez des jardins, mangez en les fruits.. Recherchez le bien de la ville où je vous ai menés en captivité, et priez l’Eternel en sa faveur, parce que votre bonheur dépend du sien..Car je connais les projets que j’ai formés sur vous, dit l’Eternel, projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l’espérance.. ».

Donnez-leur vous-mêmes à manger.

Le serviteur fidèle que le maître trouvera veillant en attendant son retour n’est pas celui qui aura tout arrêté en se coupant complètement du monde sous prétexte que Jésus revient de façon imminente, mais celui que le Maître aura trouvé actif, occupé à faire fructifier son talent sans l’enterrer en se disant que cela ne sert à rien puisque la fin arrive bientôt et que de toutes façons ce monde est voué à la destruction. Le serviteur fidèle et veillant en attendant l’arrivée de son Maître est celui qui sera trouvé occupé à donner la nourriture au temps convenable aux gens sur lesquels il a été établi ; et ces gens sont précisément comme cette foule languissante à propos de laquelle Jésus avait dit aux disciples « donnez-leur vous-mêmes à manger ».

Nous sommes laissés là dans ce monde non pas juste en attendant les nouveaux cieux et la nouvelle terre en nous réjouissant de notre salut personnel, mais pour éclairer le monde pendant qu’il en est encore temps et donner à ses habitants les moyens d’être réconciliés avec Dieu avant l’arrivée du jour redoutable de l’Éternel qui précède la nouvelle création ; et cela n’est pas possible si nous nous cachons du monde.

Il y a encore là, un temps pour la semence, un temps où celui qui récolte suivra de près celui qui sème tellement ce temps sera court et limité ; c’est pourquoi ne négligeons pas ces opportunités de la 11ème heure. Après vient la nuit totale où personne ne peut travailler.
C’est le temps du ministère d’assainissement d’Élisée où Dieu veut vous utiliser comme ces vases neuf remplis de sel pour purifier les eaux de Jéricho.



Éliane Colard



Dans le même ordre d'idée : 







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire