jeudi 31 août 2017

Le livre scellé et écrit des deux côtés


Eliane COLARD
(Message donné en Guadeloupe en Juin 2017)

J’ai donné ce message dans la maison qui m’avait déjà reçue en Septembre et Octobre dernier. Nous avons eu de nouveau à vivre la surprise d’une merveilleuse coordination des choses par l’Esprit de Dieu. Comme ce fut le cas en Septembre avec le message sur la Lèpre d’Ozias, Dieu m’avait une fois de plus devancée en donnant un songe à Mikaëlle, l’hôtesse de la maison qui me recevait. Au cours d’un temps préalable d’adoration, les chants pris spontanément étaient à ma grande surprise tous en symbiose avec le message que le Seigneur avait mis sur mon cœur et dont je n’avais encore touché mot à quiconque. Lorsque j’en ai fait la remarque, Mikaëlle me dit « attend ne dis plus rien je vais chercher mon calepin car j’ai noté le rêve que j’ai fait avant hier soir en étant persuadée que c’est en rapport avec le message que tu vas nous partager ». Elle nous lit alors ce rêve que je vais évoquer globalement dans sa première partie qui en rapport avec ce message.
Le rêve est le suivant : elle se voit remettre entre les mains un livre très ancien scellé, cacheté. Elle entreprend de l’ouvrir car elle comprend que son contenu va lui permettre d’entrer dans la compréhension de choses encore voilées pour elle mais pourtant essentielles. Le livre semble ancien comme un vieux parchemin et l’écriture apparaît fait d’or. Le contenu est écrit en langues incompréhensibles et comme sur double page. Au moment où elle commence à lire ces langues incompréhensibles, instantanément l’interprétation lui en est donnée. Puis toujours dans le rêve, elle est conduite à lire dans Esaïe 7/14 et 15, et aussi dans Apocalypse notamment les chapitres qui parlent de l’Agneau Immolé sur le trône Apocalypse 4 et 5 puis des chapitres où il est question de la Prostituée qu’elle voie avec un nom codé..
C’est merveilleux quand le Seigneur confirme les choses. J’en avais moi-même besoin car ce message est particulier, essentiel et en même temps pas du tout évident à porter. J’ai du l’accoucher 2 fois : une première fois en le donnant de vive voix et maintenant en l’écrivant. J’ai souvent été conduite par l’Esprit à aborder certaines parties du livre de l’Apocalypse, mais cette fois c’était différent, le Seigneur voulait que j’ouvre le livre afin de pénétrer et faire pénétrer Ses profondeurs car c’est le temps où les choses ne doivent plus rester voilées. Le titre que j’ai reçu pour ce message le matin même du jour où je l’ai donné c’est «le  livre scellé et écrit des deux côtés », Mikaêlle n’en savait rien et c’est pourquoi son rêve m’a procuré un encouragement très particulier, car à un moment j’ai hésité à donner ce message en me disant que peut être ils ne sont pas prêts et qu’il faudrait donner un message plus pratique qui colle avec des préoccupations terre à terre qui apportent une édification immédiate. Mais je n’avais pas reçu autrement de chose pour ce temps-là. J’ai tellement entendu des chrétiens dire que le livre de l’Apocalypse est difficile à comprendre que je me demandais si cela valait le coup et si j’avais bien entendu. Oui cela valait le coup ! Et ce rêve en était la confirmation. Le Seigneur ne nous donne pas toujours ce à quoi nous nous attendons, mais à coup sûr ce qu’il estime bon pour nous à un moment donné.
Ce message donné oralement fera l’objet de renvois à d’autres passages de la Bible et peut être bien de redites. Oralement j’ai fait des mises en perspectives instantanées qu’il n’est pas forcément évident de faire par écrit d’où la longueur du message. Le livre écrit des deux côtés tel que je vais l’expliquer ne permet pas une lecture linéaire comme ça peut l’être pour des évènements décrits dans un ordre chronologique. Il peut être judicieux de lire ce message avec la Bible à côté pour lire les passages en temps réel même si j’ai transcrit beaucoup de versets bibliques.
Un message scellé
Lire : Ésaïe 7/14 (reçu par Mikaëlle dans son rêve) : « C’est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe, la jeune femme va être enceinte et mettre au monde un fils ». Et nous lirons aussi Ésaïe 8/16 : suite du message donné par Dieu à Ésaïe au chapitre 7 : « Enveloppe cet oracle, scelle cette révélation parmi mes disciples ». Ésaïe devait sceller le message car cela concernait un temps futur.
Daniel 12 / 4, 7 et 9 : « Toi Daniel, garde secret ce message, scelle ce livre jusqu’au temps déterminé. Alors beaucoup de gens le liront et leur connaissance en sera augmentée. ».
Verset 7 « Le personnage aux habits de lin leva les deux mains vers le ciel et je l’entendis déclarer « je le jure au nom du Dieu qui vit pour toujours, ces évènements dureront trois ans et demi. Ils prendront fin quand la force du peuple saint sera entièrement brisée. ».
Verset 9 : « Va Daniel, car ces paroles sont cachées et scellées jusqu’au temps déterminé ».
Le message prophétique communiqué à Daniel devait rester scellé jusqu’à un temps précis pour n’être révélé qu’en un temps déterminé précédant le moment de la fin. C’est pourquoi le message donné à Jean qui vient confirmer et expliciter plus amplement la Prophétie de Daniel, s’appelle « Révélation » : c’est la signification en Français du terme Apocalypse qui n’a rien à voir avec le terme « catastrophe ».
L’Apocalypse donnée à Jean c’est la Révélation faite par Jésus-Christ à qui le Père a montré ce qui allait arriver par la suite. Apocalypse 1/1 le précise en ces termes : « Révélation de Jésus-Christ que Dieu lui a donnée pour découvrir à ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt ». Qu’on se souvienne de ce que le Seigneur Jésus-Christ disait aux disciples concernant les temps de la fin : « pour ce qui est du jour et de l’heure personne ne sait, ni les anges des cieux ni le Fils mais le Père seul (Matthieu 24/36)= ces choses étaient couvertes scellées. Mais aujourd’hui on ne pourrait plus dire « personne ne sait, pas même le Fils » car le temps était arrivé (dès le moment où Jean reçut ces révélations) où le Père avait révélé ces choses au Fils qui à son tour est venu dévoiler le message à son serviteur Jean afin que celui-ci avertisse ceux qui ont des oreilles pour entendre ce que l’Esprit dit aux églises. Désormais Jésus connaît le moment car il dit dans le livre de révélation : « Je viens bientôt ».
Ces choses étaient tenues secrètes par le Père jusqu’à un temps précis. C’est à dessein que j’ai pris la Version Martin d’Apocalypse 1/1 qui dit « découvrir à ses serviteurs » au lieu de « montrer » car elle illustre mieux le dévoilement du message scellé ou couvert. Daniel qui avait reçu une partie de la révélation était loin d’en avoir compris le sens comme il le dit lui-même (Daniel12/8) : « Moi Daniel j’entendis ces paroles mais sans comprendre ». Il en est de même d’autres Prophètes qui pour leur part aussi avaient parlé concernant ces mêmes temps de la fin entre autres Ésaïe (27 par exemple concernant le Léviathan d’Apocalypse), ou encore Zacharie, Ézéchiel et bien d’autres. Comment ces Prophètes pouvaient- ils seulement saisir le sens profond de tout ce qu’ils ont reçu en leur temps ? Ce n’était pas pour eux-mêmes mais pour nous qu’ils étaient les dispensateurs de ces mystères de Dieu.
Mais l’Esprit presse aujourd’hui car le temps est arrivé pour une pleine compréhension de ces écrits déjà descellés du temps de Jean et dans lesquels malgré tout l’église qui en est destinataire a encore tant de mal à pénétrer. D’aucuns voient ce livre de l’Apocalypse comme un livre mystérieux, fermé, un livre d’initiés alors que son nom indique qu’il s’agit d’une Révélation, autrement dit un « dévoilement des choses cachées ». Pourquoi n’y aurait-il en France que les Témoins de Jéhovah à pouvoir nommer ce livre : « Révélation de Jésus-Christ » ? La façon de nommer les choses en dit long sur la perception qu’on peut en avoir. Par exemple si vous désignez un bâtiment par le terme église, c’est qu’il vous manque encore la vision du Corps de Christ. Notons quand même qu’en Anglais le titre de ce livre est Révélation. Nous approchons de plus en plus du temps d’accomplissement de beaucoup de ces choses annoncées, aussi il faut absolument que l’église en saisisse le sens profond. Dieu libère l’intelligence spirituelle sur ceux qui ont des oreilles pour chercher à entendre ce que l’Esprit dit aux églises afin que l’Agneau trouve une Épouse préparée, belle, pure mais aussi terrible comme des troupes sous leurs bannières. Que l’Esprit touche et éveille donc des oreilles de Disciples.
L’Agneau sur le trône avec 7 cornes et 7 yeux
Après avoir communiqué le message aux 7 églises, Jean est tout de suite propulsé dans des visions célestes du trône et ce qui se passe autour- Lire chapitre 4 et chapitre 5. Il voit un Agneau égorgé qui seul a été jugé digne d’ouvrir le livre scellé qui était dans la main de celui qui siégeait sur le trône. Jean a pu voir et entendre la Révélation parce que l’Agneau immolé a vaincu et reçu l’autorité pour ouvrir le livre scellé afin de pouvoir en livrer le contenu. Nul autre n’a été trouvé digne pour cela. Comprenons vraiment que la victoire de Jésus à la croix avait aussi cet objectif : nous permettre de savoir ce qui va se passer à la fin. D’ailleurs c’est dit clairement en Apocalypse 5/9 au travers du chant nouveau des 24 Anciens : «  Tu es digne de prendre le livre et d’en briser les sceaux car tu as été mis à mort, et par ton sacrifice, tu as acquis pour Dieu des gens de toutes tribu, toute langue, tout peuple et toute nations ». Aussi, l’église ne peut pas dire que recevoir/comprendre cette Révélation n’a pas d’importance, car cela reviendrait à mépriser un aspect important du sacrifice de l’Agneau de Dieu. Le Père n’a pas voulu que ceux que le Fils lui a acquis comme un peuple de sacrificateurs soient dans l’ignorance de ces choses révélées, car elles font partie de notre espérance. Les paroles de ce livre sont tout simplement glorieuses, essentielles, aussi l’église n’a le droit d’en négliger aucune. C’est de l’eau vive pour la préparation de l’Épouse de l’Agneau et à la fois un avertissement et un encouragement salutaire pour les élus, les appelés, les fidèles du Seigneur. Apocalypse 1/ 3 « heureux celui qui lit et ceux qui entendent les paroles de la prophétie, et qui gardent les choses qui y sont écrites car le temps est proche ». Apocalypse 22/7 :«heureux celui qui garde les paroles de la prophétie de ce livre ».
Les 7 yeux
L’Agneau que Jean voit sur le trône lui est montré comme immolé avec 7 cornes et 7 yeux qui sont les 7 esprits de Dieu parcourant la terre. J’ai parlé dans d’autres messages sur ce que représentent ces 7 cornes et ces 7 yeux. Ils sont absolument utiles et nécessaires à l’église. Les 7 yeux ou 7 lampes ardentes (Apoc. 4/5) sont les 7 esprits de Dieu qui alimentent en huile spirituelle les 7 églises (typification de l’Église) montrées à Jean comme 7 chandeliers au milieu desquels Jésus se tenait lorsqu’Il lui est apparu. Les 7 esprits de Dieu sont assignés à l’église pour lui permettre d’accomplir sa mission sur la terre afin d’être lumière du monde.
Les 7 Cornes de l’Agneau
Pour comprendre la Révélation nous devrons toujours nous référer à la symbolique biblique : la corne est toujours symbole de puissance dans la Bible tout comme les étoiles symbolisent des anges (Apoc 1/20). Ainsi que je l’ai expliqué dans un autre message Pge16, ces 7 Cornes sont 7 puissances liées à la victoire de l’Agneau immolé et qui libèrent en conséquence sur l’église toute la force et la puissance nécessaires pour lui permettre d’entrer elle aussi dans le cortège de victoire de son Souverain Sacrificateur Jésus-Christ. Ces Cornes sont utiles pour combattre les diadèmes posés sur les 7 cornes du Dragon d’Apocalypse 12 dont je parlerai plus loin; ces 7 diadèmes étant 7 esprits méchants envoyés pour séduire les 7 églises typifiant l’Église de Jésus-Christ. Dieu a pourvu pour que son Église ait de quoi combattre ces 7 esprits qui sont depuis toujours les ennemis de Son peuple tel que cela se manifestait déjà dans l’ancienne alliance. Les 7 cornes de l’Agneau sont donc 7 puissances libérées sur l’Église pour qu’elle soit en mesure de vaincre les 7 diadèmes du Dragon.
Ce sont :
1– la puissance de la Croix,
2- la puissance du Sang de Jésus,
3- la puissance de la Résurrection,
4- la puissance de l’Ascension,
5- la puissance du Saint-Esprit (ou de la pentecôte),
6- la puissance du Nom de Jésus, et enfin
7- la puissance de la Parole de Dieu.
C’est lorsque nous entrons dans la bataille en nous appuyant sur les ressources de ces Cornes que nous pouvons être victorieux à l’instar de ceux décrits en Apocalypse 12 comme ayant remporté la victoire sur le Dragon : « ils l’ont vaincu à cause du sang de l’Agneau et de la parole de leur témoignage » (J’y reviendrai).
Un livre écrit des deux côtés (en dedans et en dehors)
« Je vis un livre en forme de rouleau dans la main droite de celui qui siégeait sur le trône ; il était écrit des deux côtés et fermé par 7 sceaux ». Certaines versions disent « un livre écrit en dedans et en dehors. C’est là la description d’une écriture en recto-verso.
Les 7 sceaux fermant le rouleau représentent le scellement des évènements des temps de la fin tel que Daniel l’avait annoncé ; c’est pourquoi j’ai proposé au début la lecture des versets du chapitre 12 du livre de Daniel. La Révélation de Jean fait un saut en avant car c’est le temps déterminé annoncé où la Révélation devait s’ouvrir. Comprenons comment Dieu qui est Maître du temps agit : Il donne la Prophétie mais on n’a pas forcément tout de suite la compréhension ; cependant le moment venu, il ne nous laisse pas dans le brouillard. Cela s’est vu avec la prophétie des 70 années donnée à Jérémie puis révélée par la suite à Daniel pour que celui-ci en comprenne le sens profond et beaucoup plus large. La Prophétie et la Révélation ne sont pas une même chose.
Les 7 sceaux déroulent 7 périodes représentant une heure (spirituelle) d’épreuve venant sur le monde et se déroulant sur une semaine (spirituelle) d’année du gouvernement de ce que la Bible appelle la Bête : de son apparition jusqu’à son jugement.
Les 6 premiers sceaux couvrent les évènements de la première moitié de cette semaine d’année ; c’est pourquoi cette période sera décrite diversement comme devant durer 3ans et demi, un temps des temps et la moitié d’un temps, 42 mois ou encore 1260 jours. Ces 6 sceaux renferment tous les évènements qui se dérouleront durant le règne de la Bête dont parle Apocalypse 13 et dont la durée est 42 mois. Apocalypse 13/5 » dit clairement «  la Bête reçut le pouvoir d’agir pendant 42 mois ». Le 7ème sceau quant à lui, renferment les évènements de la seconde moitié de cette semaine d’année et se concentrera principalement sur la réponse du ciel aux actions de la Bête et de son royaume. Le principe du livre écrit des deux côtés fait que ce qui est décrit dans les chapitres 12 et 13 est en rapport avec ce qui est montré à Jean au chapitre 6 lors de l’ouverture du premier sceau. Il en est de même pour la correspondance entre les chapitres 7 versets 1à 8 et chap 14 versets 1 à 5 ; puis chapitre 7/1à 9 et 14/6 à 20 puis encore chap 8 à chap. 9 et les chapitres 15-16. Les évènements décrits au chapitre 11 verset 15 etc correspondent à ceux décrits au chapitre 16 verset 17 etc. Quant au chapitre 7, il est à part car il concerne le Sceau de Dieu sur ceux qui lui appartiennent. Le chapitre 17 se concentre sur une description de la Prostituée comme le chapitre 21 se concentre sur la description de la Nouvelle Jérusalem ; le chapitre 18 est en rapport avec le chapitre 16/19 ; le chapitre 19/ à partir du verset 11 est en rapport avec le chapitre 11 versets 15 à la fin.
Le chapitre 11 clôt le cycle de visions du recto (ou dedans du livre) qui a commencé avec le chapitre 6, tandis que le chapitre 12 commence un cycle de visions du verso (ou dehors du livre) qui se termine au verset 19. Le chapitre 10 est à part comme le 7, il parle du même ange évoqué au chapitre 7 qui était déjà mentionné en Daniel 10/5 et c’est aussi le même qu’Ézéchiel avait aussi vu portant le sceau de Dieu (Ézéchiel 9/3 et 4).
De même que l’ouverture des sceaux montre les mêmes évènements décrits sous deux angles différents, nous verrons que les trompettes et les coupes dévoileront aussi pour leur part chaque fois une même réalité d’un même évènement mais selon deux plans différents. Les 7 coupes montrent en quelque sorte les implications spirituelles de chacun des évènements annoncés par chacune des 7 trompettes.
Si on ne saisit pas cette double écriture des évènements on ne peut comprendre pourquoi le chapitre 11 parle tout à coup d’une Bête dont on n’a jamais parlé auparavant puisque c’est le chapitre 13 qui en parle. Tout en ayant à l’esprit que le chapitrage des livres de la Bible a été fait de façon aléatoire, nous pouvons néanmoins constater que les évènements décrits dans ce livre en forme de rouleau et écrit en dedans (recto) et en dehors (verso) font l’objet d’une correspondance étroite entre les faits relatés dans les chapitres évoqués.
L’avènement du Jour du Seigneur
Au cours de ces visions divines, Jean a été propulsé jusqu’au jour du Seigneur (Apocalypse 1/10). Or pour que vienne ce jour il faut au préalable l’apparition d’une série d’évènements tel que Paul l’a annoncé en 2 Thessaloniciens 1 / 1 à 12. Et concernant ce jour, Jésus aussi lui-même avait annoncé qu’il y aurait de grands signes dans le ciel (Luc 21/ 11). Les détails sont importants dans la bible : il est écrit de grands signes et non pas simplement des signes. Il s’agit de signes spécifiques en rapport avec de très grands évènements spirituels et non pas juste des évènements dans la nature ou le cosmos. Et le livre ouvert par l’Agneau révèle l’apparition de 3 grands signes qui vont être déterminant dans les temps de la fin. Deux de ces signes vont permettre l’apparition ou dévoilement de 3 mystères : le mystère de la justice de Dieu (la postérité de la femme), le mystère de l’iniquité (la Bête) et le mystère de l’apostasie (la Prostituée Babylone la Grande dont le nom était jusque là restée un mystère).
L’apparition de 2 grands signes dans le ciel
Apocalypse 6 inaugure l’ouverture des sceaux avec les évènements qu’ils dévoilent ; mais ce sont là les aboutissants d’un combat entre deux premiers signes et c’est ce combat qui va donner naissance aux 3 Mystères. Ce combat décrit dans le détail en Apocalypse 12 développe les circonstances de l’apparition du mystère d’iniquité. Je vais d’abord parler de ces deux premiers signes avant d’entrer dans le déroulement de chacun des sceaux. Et le principe du livre écrit en dedans et au dehors sera très évident : d’où la mention au chapitre 11 d’une Bête dont on n’apprend l’existence qu’ultérieurement au chapitre 13. De même, les âmes que voit Jean sous l’autel au chapitre 7 lors de l’ouverture du 5ème sceau (chapitre 6) appartiennent à ceux qui ont été exécutés par cette Bête présenté au chapitre 13 tel qu’on l’apprend en Apocalypse 20 verset 4. Preuve que le récit n’est pas chronologique, c’est un écrit céleste qui répond à des règles d’écritures célestes et de compréhension faisant appel à la nécessité d’une intelligence spirituelle et non naturelle.
Le contenu des 7 sceaux concerne des évènements qui n’étaient pas encore dévoilés jusque là, même si certains de ces évènement avaient été annoncés par Paul ou d’autres. Et c’est la raison pour laquelle nous ne pourrons trouver dans leurs écrits des éléments précis de concordance qui pourraient permettre de confirmer mot à mot ces faits rapportés par Jean ; sinon il n’aurait pas été question de sceaux sur ces évènements étant donné qu’ils auraient déjà fait l’objet de révélations précises avant ces visions de Patmos. C’est parce que des commentateurs cherchent à faire coller au mot près ce que Jean a vu avec ce que Paul a écrit, qu’il y a tellement de désaccords et de confusions sur la compréhension de ce livre de Révélation (l’Épouse, la prostituée, l’enlèvement, la grande tribulation, la Bête, l’impie etc). Ces choses avaient été annoncées certes, mais sans être encore révélées ; l’Épouse on n’en entend parler vraiment que dans ce livre. Un voile demeurait encore sur ces choses même au moment où Paul a pu en parler parce que c’était encore des mystères. D’ailleurs Paul le dit dans le seul passage (à propos du mariage) qu’on peut interpréter comme une mention de l’Épouse : Éphésiens 5/ 32 : « Ce mystère est grand; je dis cela par rapport à Christ et à l’Église ». C’est normal qu’il parle de l’Église à ce moment là car l’Épouse n’est pas formée en étant tirée mise à part de l’Église à la manière d’un peuple sanctifié. Paul parle alors de l’Église, car l’Épouse est à ce moment-là un Mystère encore voilé. Je le redis : une prophétie n’est pas une révélation : la première annonce, alors que la seconde lève le voile.
Le premier grand signe : la femme enceinte d’un fils destiné à gouverner les nations.
Plusieurs ont cru voir en cette femme un symbole d’Israël à cause de l’image de la lune, du soleil et des étoiles qui se trouvaient aussi dans les rêve de Joseph ; d’autres y ont vu les traits de Marie. Et dans ces deux cas le fils serait Jésus. Mais cela ne peut pas coller avec les détails comme la retraite de la femme dans le désert 1260 jours ou 3 ans et demi après la naissance de son enfant. Et puis les étoiles couronnant la tête de la femme ne peuvent se rapporter à la vision de Joseph car ici nous sommes dans une symbolique propre à la révélation où les étoiles symbolisent clairement des anges (Apoc 1/16 et 20; Daniel 8/10). Quant au détail de la guerre dans le ciel qui précipite à ce moment-là le Dragon et ses anges sur la terre, Paul nous montre en Éphésiens 6 que l’accusateur des frères et ses anges étaient encore dans les lieux célestes (même si c’était des lieux inférieurs) après que Jésus y soit monté ; par conséquent le fils né de la femme d’Apocalypse 12 ne saurait être Jésus. Il y a aussi le détail mentionnant ceux qui ont vaincu le Dragon durant cette bataille : « Ils l’ont vaincu à cause du sang de l’Agneau et de la parole de leur témoignage ». Ce Ils, ne représente pas l’Agneau lui-même c’est évident. Et il est tout aussi impossible qu’il soit question des anges qui ont combattu avec l’archange Michel : le sang de l’Agneau n’a pas été versé pour des anges, par conséquent ce «ils», désigne bien plutôt un groupe de vainqueurs qui vaincra le Dragon grâce au sang de l’Agneau immolé durant une bataille menée sous la conduite et la protection de Michel et ses anges. N’oublions pas que Jean reçoit là la vision de choses qui devaient arriver « par la suite ». Donc en un temps postérieur à l’ascension du Seigneur venu lui donner cette révélation de choses futures. A quoi servirait une révélation de choses déjà passées ? Serait ce encore une révélation de choses scellées ? Cette femme symbolise non pas le mystère de la justice de Dieu, mais le principe de la Justice de Dieu sur terre et ce rôle est tenu actuellement par l’Eglise. C’est elle qui a été chargée de véhiculer la lumière de Dieu sur la terre c’est pourquoi Jean la voit environnée du soleil qui représente Jésus-Christ. C’est d’elle que sortira un fils qui montera au trône peu après sa naissance.
Les 12 étoiles quant à elles, sont les mêmes 12 anges que nous retrouvons sur les 12 portes de la Nouvelle Jérusalem en Apocalypse 21. Dans la vision, elles couronnent la tête de la femme. Cela symbolise le travail de ces anges en faveur de l’église : depuis la pentecôte ils sont préposés à la protection de l’église. Ils veillent à sa pérennité jusqu’au temps où elle devra accoucher et donner naissance; et le commencement des douleurs est un temps crucial où l’ennemi cherchera par tous les moyens à empêcher la naissance de son fils. Le Diable l’a toujours fait avec ceux qui ont été appelés à porter un coup fatal à son royaume : il l’a fait avec Moïse puis avec Jésus.
Le deuxième grand signe : le Dragon rouge
Apocalypse 12/ 3 : « Un autre signe apparut dans le ciel : un énorme Dragon rouge qui avait 7 têtes et 10 cornes. » Ce Dragon est le Diable appelé le serpent ancien, Satan ou encore le séducteur.
Le fils de la femme, prémices de la postérité
Dans la vision, la jeune femme est en travail car elle doit donner naissance à un des 3 mystères qui doivent se révéler dans les temps de la fin : le mystère de la Justice de Dieu. Ce mystère est le fils à naître, la postérité appelée à devenir Épouse de l’Agneau : un peuple parvenu à maturité, à l’état d’homme fait, d’où l’appellation « fils mâle » dans la version originale Grecque υἱόν (fils), ἄρρενα (Mâle). L’Anglais qui traduit par a man child ou a male child (versets 5 et 13) évoque assez bien l’idée de maturité contenue dans ces termes : un enfant qui a la stature d’un homme au moment où il sort des entrailles de sa mère. Le terme mâle évoque l’énergie, la force qui caractérise des vainqueurs, des audacieux. Il s’agit de la postérité de la femme destinée à frapper la tête du serpent selon la prophétie de Genèse 3. C’est aussi ceux à qui Jean s’adresse déjà prophétiquement en 1 Jean 2/13 et 14 : « Je vous écris jeunes gens parce que vous avez vaincu le malin… je vous écris jeunes gens parce que vous êtes forts, que la parole de Dieu demeure en vous et que avez vaincu le malin ». Par rapport aux petits enfants et aux pères, les jeunes gens sont ceux qui sont dans la force de l’âge et à même de déployer leur énergie dans le combat, c’est en général à cette période de la vie qu’on est de préférence engagé dans une armée.
L’Emmanuel
La femme enceinte d’Apocalypse 12 reprend singulièrement les traits de celle sur qui Ésaïe prophétisait au chapitre 7 (chapitre reçu en songe par Mikaëlle). Je suis consciente de l’aspect certainement inédit d’une telle interprétation de ce passage. Mais remettons les choses en perspective. Il est question en Apocalypse 12 d’un Signe dans le ciel : une femme enceinte qui met au monde un fils mâle, énergique dans le sens où il est montré à Jean dans la maturité de sa force ; et c’est là l’état auquel nous devons parvenir avant la venue de L’Époux, c’est l’état qu’aura atteint l’Épouse préparée, la stature parfaite de Christ. Or le chapitre 7 d'Ésaïe parle au verset 14 d’un Signe qui sera donné « le Seigneur lui-même vous donnera un signe ; voici la jeune femme va être enceinte et mettre au monde un fils et lui donnera le nom d’Emmanuel, Dieu avec nous. Il mangera du lait et du miel jusqu’à ce qu’il sache rejeter le mal et choisir le bien ». Nous avons toujours entendu dire et donc cru qu’Emmanuel c’est Jésus le Sauveur, mais pourtant ce texte parle bien aussi du fils évoqué en Apocalypse 12. Ni Marie ni Joseph n’ont nommé Jésus du nom d’Emmanuel au moment de sa naissance ; alors que si on devait le prendre littéralement, ce verset d'Ésaïe annoncerait expressément qu’il devrait en être ainsi. En Luc 1/31, l’Ange dit à Marie qu’elle devra nommer son fils du nom de Jésus, ce qui est confirmé en Luc 2/21. Il est vrai cependant qu’en Matthieu 1/21 l’ange qui apparaît à Joseph, tout en lui donnant la même instruction au sujet du nom à donner à notre Seigneur, rajoute une précision essentielle et qui a pu être mal compris : c’est afin que s’accomplisse ce qu’avait annoncé le Prophète à savoir que la jeune femme mettrait au monde un fils à qui l’on donnera le nom d’Emmanuel Dieu avec nous. On pourrait se creuser la tête sur l’incohérence apparente de ces propos puisqu’en même temps ce n’est pas le nom Emmanuel que l’ange conseille de donner à l’enfant à naître mais un tout autre nom avec une toute autre signification. Mais rien n’est incohérent dans la Parole de Dieu car ce que l’ange dit c’est que Jésus le sauveur (Dieu sauve) est né pour que puisse s’accomplir une chose précise qui a été annoncée par le Prophète Ésaïe et qui se nomme Emmanuel qui signifie Dieu avec nous. Cette chose qui devait s’accomplir, c’est qu’au travers du don de son Fils, Dieu se préparait un peuple de sacrificateurs (Apocalypse 1) appelé à devenir l’Emmanuel c’est-à-dire l’habitation de Dieu avec les hommes, le lieu où Dieu a décidé de TABERNACLER (habiter) avec les hommes. Emmanuel n’est pas à ce moment-là le nom de Jésus mais sera son nom nouveau que portera son Epouse comme il est de coutume dans nos lois civiles que la femme prenne le nom de son mari.
Mais ce n’est pas la première fois qu’un qualificatif donné à Jésus est aussi appliqué à ses fidèles. Il en est ainsi de « lumière du monde » Matthieu 5/ 14 et Jean 8/12, Jean 9/5 ; ou encore l’appellation fils de Dieu Matthieu 5/9, Romains 8/14 ou Galates 3/26. De même il est dit que Jésus paîtra les nations avec une verge de fer (Apocalypse 19/15) or il est dit la même chose de ses fidèles Psaume 149/8, Apocalypse 12/5, Apocalypse 2/27, Psaume 2/9.
Puis Esaïe 7 rajoute : « Il mangera du lait et du miel jusqu’à ce qu’il sache rejeter le mal et choisir le bien ». Savoir rejeter le mal et choisir le bien est un signe de maturité et de croissance dans le discernement ; c’est la caractéristique des hommes-faits selon 1 Corinthiens 14/20. A partir de là, ils ne sont plus au lait mais passent à la nourriture solide selon Hébreux 5/14 « mais la nourriture solide est pour les hommes-faits pour ceux dont le jugement est exercé par l’usage à discerner ce qui est bien et ce qui est mal ».N’est pas ainsi qu’Ésaïe 7 décrit l’Emmanuel ?
Dans la prophétie de Genèse 3/15 Dieu dit ceci au serpent qu’Apocalypse 12/9 assimile au diable, Satan : « Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité ; celle-ci t’écrasera la tête et toi tu la blesseras au talon ». Le fils mâle est la postérité (les Prémices) qui remportera la victoire contre le Dragon en lui portant un coup à la tête. Le temps arrivera où ce fils parvenu à maturité et bien formé devra sortir du sein de cette femme par une mise à part spécifique. Et à ce moment là il fera face à une bataille des plus redoutables qui puisse exister. Mais Dieu a pourvu des armes nécessaires pour sa victoire : les 7 cornes de l’Agneau. Et les anges préparés pour ce moment là seront aux cotés de ce fils énergique. Ils l’ont vaincu à cause du sang de l’Agneau et par la parole de leur témoignage.
Le Talon ou les restes de la postérité de la femme
Apoc. 12/17 : « Le Dragon s’irrita contre la femme et s’en alla faire la guerre aux restes de sa postérité qui gardent les commandements de Dieu et qui ont le témoignage de Jésus-Christ ». Le talon décrit en Genèse 3/15 représente ces restes de la postérité : ceux qui viennent après les prémices. Dans le langage biblique le talon représente la suite, la terminaison, le reste car situé en arrière dans le corps humain. C’est selon le Droit Successoral ce qu’on appelle « le Puiné » : celui qui vient immédiatement après un frère ou une sœur aînée. Nous avons une telle illustration avec Jacob et Ésaü où il est précisément fait référence au terme talon (Genèse 25/26) « ensuite sorti son frère dont la main tenant le talon ». Jacob représente le frère qui était arrivé à la suite du premier considéré comme prémices. Et Osée 12/4 dit qu’il a du lutter avec Dieu dans sa vigueur pour supplanter l’ordre héréditaire de la bénédiction et ainsi devancer son frère. Et c’est là qu’il est devenu Israël le premier né de Dieu, c’est ainsi d’ailleurs que Dieu le nomme face à l’ennemi Pharaon : Exode 4/22. L’ennemi cherche toujours à détruire ceux qui sont appelés à lui porter un coup fatal à la tête et Israël et Jésus, ce sont les deux qui ont reçu auparavant cette appellation de premier né. Pour Jésus nous le lisons en Romains 8/29 ; Colossiens 1/15, Colossiens 1/18, Hébreux 1/6 et c’est enfin ainsi que Jésus se présente lui-même à Jean tel que nous le lisons en Apocalypse 1/5.
Alors que les Prémices remporteront la victoire sur le Dragon, le reste de la postérité remportera la victoire contre la Bête.
La prophétie de Genèse 3 dit que Dieu mettrait inimitié entre la postérité de la femme et la postérité du serpent. La postérité de la femme ce sont à la fois les Prémices et le Talon (appelé les restes de la postérité). La postérité du Serpent ancien appelé le Dragon, c’est la Bête qui sort de la mer. Comme déjà dit, le chapitrage du livre d’Apocalypse ne tient pas compte de l’ordre de la révélation : le verset qui termine le chapitre 12 se trouve dans certaines versions au tout début du chapitre 13  et c’est parce qu’il est cohérent avec ce qui suit : ce verset dit « Le Dragon se tint sur le bord de la mer ». Puis Jean continue le récit de la vision en disant « Puis je vis sortir une Bête de la mer, elle avait dix cornes et sept têtes ». Cette Bête est à la ressemblance du Dragon car elle possède comme lui 7 têtes et 10 cornes. C’est pour cela qu’il s’agit là de sa postérité : celle qui blessera le talon de la postérité de la femme.
La première Bête - Apparition du Mystère d’iniquité.
Régulièrement depuis quelques années, à l’approche des élections présidentielles US ou Françaises, nous entendons dire que la Bête serait tel ou tel président quand ce n’est pas carrément l’Islamisme. Mais de telles conceptions cadrent-elles avec les caractéristiques de la Bête ? Nous verrons que non, car celle-ci n’est en elle-même ni une personne ni une idéologie religieuse ou non. Quant à la seconde Bête dont je parlerai aussi plus loin (Apocalypse 13/11), elle ne peut apparaître avant la formation et la mise en place de la première Bête dont il est dit qu’elle exercera toute l’autorité. Quand Dieu donne des précisions en décrivant une réalité, nous ne pouvons en faire ce que nous voulons selon nos conceptions pour lui donner les couleurs des contingences géopolitiques du moment.
Faisons attention à la façon dont nous recevons, car ça a beaucoup d’incidences sur ce que nous recevons. Il y a de nombreuses années une personne m’avait dit que généralement on reçoit des  révélations ou songes qui seront forcément en accord étroit avec notre conception eschatologique : elles seront toujours en phase avec notre perception des choses à venir. C’est pourquoi si votre connaissance/compréhension des éléments décrits dans le livre de la Révélation est trouble, votre vision sera trouble et ainsi votre interprétation de tout ce qui sera en rapport avec les temps de la fin (visions ou songe voire prophéties) sera entachée de cette tare ; ce que vous recevrez sera boiteux car votre vision sera encore trouble. C’est normal : nous avançons et ne voyons pas encore parfaitement ; mais en cheminant notre vision est appelée à changer et donc à s’ajuster, car plus vous vous rapprochez de la montagne plus votre vision d’elle en devient nette. J’étais surprise lorsque cette personne m’avait dit ça. Mais aujourd’hui ma vision est devenue un petit peu plus nette parce que j’ai avancé dans la marche et donc aussi dans la compréhension. Dieu n’est pas allé plus vite que je ne pouvais recevoir et ce n’est pas fini car des zones sont encore troubles. Mais je sais aujourd’hui que c’est ainsi que ça fonctionne. Beaucoup d’éléments contenus dans des prophéties bibliques mal reçus ou compris ont pu prêter le flan à ce qu’on nomme la Haute Critique biblique, à cause de ce qui a pu s’apparenter à des erreurs de précision. Il en est ainsi par exemple de la cosmographie rapportée de la bible qui est souvent en phase avec les conceptions de tous les anciens peuples qui à l’époque croyaient au Géocentrisme et ce jusqu’au XVIème siècle. Il en est de même de certaines conceptions spirituelles comme le séjour des morts (le shéol) qui serait situé sous la terre. Lorsque Paul laisse entendre aux Éphésiens que Jésus est descendu dans les régions inférieures de la terre, croyez-vous que ce soit sous la terre que Jésus soit descendu ? Non il est allé dans le séjour des morts qui se trouve dans les régions inférieures des cieux c’est pourquoi Il a dit à Jean (Apocalypse 1/ 18 qu’il est le Vivant qui tient les clés de la mort et du séjour des morts. Mais souvent dans la Bible lorsqu’il est question de « sous la terre » il s’agit de lieux inférieurs dans les cieux. Paul reçoit la révélation dans un langage qu’il comprend et qui est compris de ses contemporains à qui étaient premièrement destinées ses lettres. Le passage où Paul dit que aujourd’hui nous voyons encore de manière obscure est précédé de : « Lorsque j’étais enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant ; lorsque je suis devenu homme, j’ai fait disparaître ce qui était de l’enfant ». Les révélations ou songes que nous recevons suivent aussi ce schéma. C’est pourquoi étant donné qu’elles passent par notre entendement, les réalités spirituelles ne sont pas forcément exactement telles que nous les percevons au départ, nous devons avoir de la souplesse pour bouger avec la nuée c’est elle qui éclaire nos pas au fur et à mesure que nous avançons.
La Bête aux dix cornes et 7 têtes 
Cette Bête qui sortira de la mer tiendra du Dragon ses caractéristiques principales : 7 têtes et 10 cornes. La seule différence vient du fait que les diadèmes ne sont pas posés au même endroit. Sur la Bête elles seront posées sur les cornes à l’inverse du Dragon qui les a sur ses têtes. Il est dit que le Dragon lui donnera sa puissance, son trône et une grande autorité. C’est cette autorité et cette puissance qui lui permettront d’arriver en vainqueur et pour vaincre encore. Et c’est ce règne qui est décrit en détail dans les 6 premiers sceaux. C’est un règne à l’image du Dragon car la Bête porte en elle l’image et l’empreinte du Dragon ; ce qui fait que ceux qui accepteront l’image de la Bête et sa marque porteront aussi en eux l’image et l’empreinte du Dragon.
Pourtant cette Bête n’est pas une entité spirituelle comme le Dragon. Il s’agit d’un royaume terrestre à l’instar des 4 Bête s vues par Daniel chapitre 7verset 3. D’ailleurs cette Bête a plusieurs têtes réunira en elle seule les caractéristiques des 3 premières Bête s vues par Daniel : elle aura globalement l’apparence visible du visage du Léopard (c’est-à-dire le royaume antique Grec d’Alexandre le grand : le léopard), il avancera comme un Ours (c’est-à-dire à la manière du royaume antique Médo-Persan : l’Ours) , et sa bouche par des décrets iniques déchiquettera et dévorera ses victimes à la manière d’un Lion (à l’image du royaume antique Babylonien : le Lion). Et en même temps il sera globalement comme le 4ème royaume vu par Daniel mais en plus complet donc encore plus redoutable. Daniel avait vu une quatrième Bête qui ne ressemblait à aucune autre et qui fut dans l’histoire passée représentée par l’empire Romain. Mais à la fin des visions de Daniel au chapitre 7 il avait vu que ce 4ème royaume allait être détruit alors que les 3 autres recevraient une prolongation de vie pour un temps déterminé. Comme j’ai eu l’occasion de le dire dans d’autres messages, beaucoup de prophéties bibliques sont à double accomplissement, double fenêtre de réalisation à l’instar des 70 années montrées à Jérémie pour la captivité du peuple d’Israël ; cette prophétie avait été donnée à Daniel sous un autre angle. De même, la 4ème Bête vue par Daniel et qui représentait l’empire Romain n’avait reçu qu’un début d’accomplissement beaucoup d’autres choses annoncées ayant un rapport avec le dernier royaume sont en suspens. La description de sa puissance correspondait bien à celle de la Bête vue par Jean cependant qu’elle n’avait pas encore reçu à ce moment là toutes les potentialités nécessaires pour la déployer entièrement ; ces potentialités les plus destructrices ne pouvaient venir que de la présence de 7 têtes et des diadèmes posés sur les 10 cornes. Or au temps de l’empire Romain, cette Bête à 10 cornes n’avait qu’une seule tête, les 6 autres têtes n’avaient aucune raison d’exister et quant aux 10 cornes elles n’étaient pas encore ornées de leurs diadèmes. Aussi la première expression de cette Bête ne pouvait être que temporaire. Dieu avait prévu sa disparition en l’état de sa première expression (cette Bête à une seule tête fut mise à mort et c’est ce que voit Daniel dans la vision), puis sa réapparition mais sous une forme plus complète empruntant à la fois aux trois premières Bêtes qui avaient été conservées pour le temps déterminé évoqué par Daniel. C’est cette réapparition qui fait que les hommes seront dans l’admiration (Apocalypse 13/3) : «  Et je vis l’une de ses têtes comme blessée à mort mais cette plaie mortelle fut guérie et toute la terre étant dans l’admiration, suivit la Bête ». L’Empire Romain la 4ème Corne des nations vue par Zacharie est aussi selon Apocalypse 17/11, la Bête qui était et qui n’est plus et qui doit monter de l’abîme pour devenir une des 7 têtes de la Bête. L’intelligence qui possède la sagesse est essentielle nous dit Jean pour saisir le sens de ces têtes ; il est absolument nécessaire de recevoir et se transposer dans l’intelligence spirituelle pour saisir ce qui est écrit et qui n’a rien d’un non sens spirituel. Cette tête qui était une Bête qui était et n’est plus, sera une des 7 têtes de la Bête ; elle renaîtra comme une des Dominations spirituelles qui guideront ce royaume monstrueux. Il est évident que la prophétie rapportée en Daniel 7 ne s’est pas totalement accomplie avec l’antique empire Romain. La fin de ce chapitre montre que la fin du 4ème royaume arrivera lorsque le fils de l’homme viendra sur les nuées et recevra la domination la gloire le règne et toutes les nations les langues, les tribus le serviront et les saints seront en possession du royaume. Nous devons admettre qu’au jour d’aujourd’hui ce choses ne sont pas arrivées alors que l’antique royaume Romain a passé. Cela signifie que cette prophétie du 4ème royaume n’est pas achevée et ne s’est pas accomplie au travers de l’empire Romain, l’antique 4ème Bête. Elle attend encore son plein accomplissement qui viendra dans le cadre du royaume de la Bête vue par Jean et nous en verrons les détails au travers de l’ouverture des sceaux.
Ce 4ème royaume avait aussi été montré à Nébucadnetsar dans son rêve de la statue d’or. Dans ce rêve 5 parties du corps étaient décrites : tête (or), poitrine et bras (argent), ventre et cuisses (airain), jambes (fer) et pieds et orteils (fer et argile). Dans cette description on voit bien que les deux dernières parties se ressemblent sans être semblables. Ce rêve faisait en effet état de 5 parties avec leurs caractéristiques métalliques alors qu’il ne décrivait 4 royaumes. Il y a d’une part les jambes en fer seulement, puis d’autre part les pieds et orteils à la fois en fer et en argile. Alors que les jambes représentent le 4ème royaume antique, les pieds à la fois en fer et en argile représentent le 4ème royaume achevé, qui apparaîtra avec le règne de la Bête. Nous notons aussi qu’il est le seul des royaumes montrés à Daniel qui n’a pas le visage d’un animal en particulier. Il est monstrueux et terrible. C’est parce qu’il est composite, mélangé, hétéroclite : ses 10 rois sont à l’image des 10 orteils des pieds. C’est un royaume constitué de plusieurs royaumes à la fois, une sorte confédération de royaumes/ pays/états, ce qui lui donnera son caractère à la fois fort et faible à cause des alliances entre ces différents rois/chefs d’état d’un poids forcément différent, un royaume fragilisé par ses alliances disparates de fer et d’argile : à l’image des 10 orteils de la statue d’or décrite en Daniel 2/ 41 et 42 qui parle d’un royaume divisé à la fois fort et fragile. Il y aura des luttes de pouvoir et de manipulation entre les principales têtes de ce royaume aux alliances fragiles qui conduiront à des guerres intestines fomentées par les esprits de démons sortant de la bouche du Dragon, de la Bête et du faux prophète.
L’avènement du monstre de la mer : Léviathan
Ce 4ème royaume arrivera à un moment où l’insécurité sera à son comble et où le monde entier sera mûr pour ce qu’il apportera à son avènement. Paul disait que lorsqu’ils diront paix et sûreté une ruine soudaine tombera sur eux 1 Thessaloniciens5/3, ce que la Bible nomme la Grande Tribulation qui durera jusqu’à la fin du 6ème sceau.
Ce qui se passe actuellement prépare la mise en place d’un tel royaume. Le terrorisme islamique est en ce sens ce qu’on pourrait appeler un idiot utile qui permettra entre autre l’émergence d’un tel royaume suscité par le Dragon. Ce royaume qui sera comme je l’ai dit « à son image », un Léviathan tel qu’il l’est lui-même. Car le Dragon donne son caractère à cette Bête, elle lui ressemblera avec ses 7 têtes et 10 cornes. Et Ésaïe au chapitre 27 nomme Léviathan le Dragon des mers dans une Prophétie qui a trait aux temps de la fin « En ce jour-là l’Éternel frappera de sa dure, grande et forte épée, le Léviathan ; le serpent tortueux et il tuera le monstre marin ». Ésaïe avait prophétisé là sur le combat de Dieu contre ce Léviathan, cette dure grande et forte épée est celle qui sortira de la bouche du Roi des rois (Apoc.19/15) : le souffle de sa bouche selon 2 Thess. 2/8. Nous voyons d’ailleurs ce contexte décrit en Ésaïe 26/19 le texte précédent : celui de la résurrection des morts que l’on retrouve également en Apocalypse 20 juste avant que Dieu ne détruise la Bête dans l’étang de feu.
Thomas Hobbes, un auteur du 17ème siècle considéré comme le fondateur de la Science Politique, a écrit une œuvre philosophique et politique nommée  Léviathan  qui décrit la société selon deux théories : l’état de nature ou le contrat social. On peut dire qu’il a été visionnaire quant à l’avènement d’un royaume ayant les traits de la première Bête décrite par Jean dans la Révélation. Selon lui, à l’état de nature les hommes sont livrés à eux-mêmes n’étant soumis à aucun pouvoir commun et l’homme devient un loup pour l’homme. Dans cet état, les gens vivent dans l’angoisse d’une mort violente. Et la volonté de vivre dans une société dans laquelle règnent paix et sécurité conduit les hommes à se soumettre à un pouvoir de gouvernement commun ; cette puissance commune disposera alors de tous les pouvoirs et toute la puissance pour assurer la paix et la sécurité. Hobbes rajoute que les gens ne considéreront pourtant pas ce gouvernement commun comme un tyran puisqu’il agira au nom de ses sujets pour assurer leur sécurité et c’est donc de façon autonome que les gens accepteront de céder leurs droits absolus et souverains à la puissance suprême de ce Léviathan chargé d’assurer la sécurité de tous. Pour Hobbes, le Léviathan est censé détenir la totalité des pouvoirs aussi bien spirituels que temporel avec un refus de toute autonomie à un éventuel pouvoir religieux. Selon lui le Léviathan représenterait la puissance d’un état à la fois civil et religieux.
Croyez-le ou non, le monde est aujourd’hui mûr pour entrer dans un tel scénario qui n’était certainement qu’une fiction dans l’esprit de cet auteur du 17ème siècle. Mais ne nous faisons pas d’illusions, la science Politique actuelle s’inspire tantôt de Machiavel, tantôt de Hobbes, tantôt de Rousseau. Les sources du droit constitutionnel de beaucoup de démocraties puisent fortement dans ces auteurs ; nos hommes politiques Français actuels ou passés ne s’en sont d’ailleurs jamais cachés. Il était dit que Nicolas Sarkozy était de tendance Hobbesienne, quand François Hollande était donné pour Rousseauiste. Quant à notre président actuel il n’a jamais caché son penchant pour Machiavel dont il est un lecteur attentif.
Alors paraîtra l’Impie 
2 Thessaloniciens 2/8 : « Et alors l’être méchant (l’Impie) apparaîtra, et le Seigneur Jésus le fera mourir par le souffle de sa bouche, il le détruira par la splendeur de sa venue. L’être méchant viendra avec la puissance de Satan (le Dragon), il accomplira toutes sortes de miracles et de prodiges trompeurs, il usera du mal sous toutes ses formes pour séduire ceux qui vont à leur perte… ».
Apocalypse 13/ 11 à 14 : «  puis je vis monter de la terre une autre Bête qui avait deux cornes semblables à celles d’un agneau et elle parlait comme un Dragon …elle exerçait l’autorité de la première Bête en sa présence ; elle faisait que les habitants de la terre adoraient la première Bête ; elle opérait de grands prodiges ; et elle séduisait les habitants de la terre par les prodiges qui lui étaient donnés d’opérer en présence de la première Bête.. ».
Daniel 8/23 : « ..Quand ces royaumes toucheront à leur fin, et que les pécheurs auront mis le comble à leurs péchés, un roi arrogant et expert en tromperie surgira. Sa puissance grandira sans pourtant que cela vienne de lui-même (il la tiendra du Dragon et de la Bête). Il causera des ravages extraordinaires ; il réussira dans tout ce qu’il entreprendra, exterminant des gens puissants et même le peuple qui appartient à Dieu. Il parviendra à tromper les autres ; il exterminera beaucoup de gens qui se croient en sécurité. C’est alors qu’il sera brisé sans intervention humaine ». D’autres versions disent sans le secours d’aucune main ce qui renvoie à Daniel 2/34 : la pierre qui se détache sans le secours d’aucune main pour frapper la statue dans ses pieds faits de fer et d’argile.
La Bête à deux cornes
Elle ressemble à un agneau mais parle comme un Dragon. C’est le bras armé de la Bête ; celle-ci est une personne morale (et non pas physique), une confédération de Nations ; et c’est la seconde Bête à deux cornes qui va lui donner une expression physique, visible et audible : «  il lui fut donné d’animer l’image de la Bête afin que l’image de la Bête parlât ».


La petite corne vue par Daniel
Lorsque Daniel donne la description du 4ème animal (l’Empire Romain qui devait être un type de ce royaume à venir de la Bête), il dit voir une petite corne sortant du milieu des 10 cornes. Elle avait des yeux comme des yeux d’homme et une bouche qui parlait avec arrogance. Il s’agit de la même petite corne du chapitre 8 dont l’ange donne l’explication à Daniel au verset 23. Dans cette vision, le Bouc venait de l’occident et représente sous un autre angle le royaume d’Alexandre le grand (le roi de Javan), le Léopard qui constitue ici le visage de la Bête (Apocalypse 13/2). Daniel a vu que la petite corne venait du Bouc occidental dont elle était une excroissance et étendait son pouvoir au sud, à l’est et en Israël. Cette petite corne désigne cette seconde Bête à deux cornes qui donnera à la Bête une expression idéologique résolument occidentale. Cette vision a déjà reçu un commencement d’exécution au travers d’ un type de cet Impie à venir. Mais cette prophétie n’a pas encore trouvé son plein accomplissement. L’ange dit à Daniel au verset 17 que la vision concerne le temps de la fin et au verset 26 qu’elle se rapporte à des temps très éloignées et que pour cette raison elle devait être scellée.
Le fils de perdition
C’est celui dont Paul parle en 2 Thessaloniciens 2/4 : « il faut que l’apostasie soit arrivée auparavant et qu’on ait vu paraitre l’homme de péché le fils de perdition, l’adversaire qui s’élève au dessus de tout ce qu’on appelle Dieu, ou de ce qu’on adore, jusqu’à s’asseoir dans le Temple de Dieu, se proclamant Dieu lui-même ». Il ressemble à un agneau mais parle comme un Dragon : il se fera passer pour le fils de Dieu alors qu’il est fils de perdition, postérité du serpent, fils de Bélial le Diable dont il porte la caractéristique l’adversaire. Plusieurs se laisseront séduire par son apparence car au début il aura l’air humble comme un agneau : l’homme méprisé de Daniel 11/21.
Le Faux Prophète
Cette deuxième Bête est le Faux prophète dont il est dit qu’il sera jeté avec la Bête dans l’étang de feu (Apocalypse 19/20) c’est d’ailleurs là la première fois qu’il est nommé le faux prophète. Mais il n’y a aucun doute qu’il s’agit du même personnage. Il se fera passer pour un envoyé de Dieu et cherchera à le prouver en faisant des miracles dont certains ressembleront à ceux que fit Jésus, raison pour laquelle ceux qui ne sont pas affermis par la Vérité succomberont comme Paul le dit en 2 Thessaloniciens 2/9 à 11 : « L’apparition de cet Impie se fera par la puissance de Satan avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers, et avec toutes les séductions de l’iniquité pour ceux qui périssent car ils n’ont pas reçu l’amour de la vérité pour être sauvés ».
La Bête qui monte de la terre ou l’abomination de la désolation établie en lieu saint
La Terre dans la Bible symbolise le peuple d’Israël. Cet Impie a été typifié par SALOMON (j’en ai parlé dans ce message) (La Vigne de Salomon et la Vigne de Jésus-Christ); il est dit de Salomon qu’il avait reçu 666 talents d’or (nombre certainement d’un symbolisme saisissant), et aujourd’hui des Juifs attendent la venue d’un tel Salomon pour reconstruire un Temple en Israël. Cet Impie sera reçu par eux comme un Messie car il réussira à séduire en accomplissant ce qu’ils attendent. Nous savons que dans la nouvelle alliance un Temple qui renvoie à un service spirituel selon un culte intégrant les éléments essentiels de l’ancienne alliance qui n’étaient une copie des réalités célestes, n’a pas d’utilité. Mais le peuple d’Israël sauf les Juifs Messianiques, lisent encore la Thora au travers du voile de Moïse, aussi ils ont encore besoin de ces éléments car leur culte n’a pas changé puisqu’ils n’ont pas encore reconnu leur Messie. Aussi, non seulement cet Impie construira un tel temple mais il s’y assiéra pour consommer l’adoration et la foi de ceux qu’il séduira. C’est de Lui que parlait Jésus quand il disait « un autre viendra en son propre nom et vous le recevrez ». C’est aussi celui dont Daniel 11 dit qu’il fera profaner le sanctuaire en y installant l’abomination de la désolation. Antiochus Epiphane a pu être reconnu dans ses traits, cependant bien après sa mort Jésus évoquait pourtant l’abomination de la désolation dont a parlé Daniel, comme d’un évènement encore à venir (Matthieu 24/15).
La Terre au secours de la femme ou manifestation du Mystère d’Apostasie
Apoc 12/16 : «.. et la terre secourut la femme.. ». Il est dit dans ce chapitre 12 que la femme s’enfuit au désert loin de la face du serpent et qu’elle y est nourrie au désert durant le temps du règne de la Bête : 1260 jours, soit 42 mois. Le désert symbolise ici la séparation d’avec Dieu. Le faux prophète qui est la Bête venant de la terre, se portera au secours de la femme en lui faisant conclure une alliance avec la Bête afin de ne pas succomber aux coups du Dragon. Cette femme dans le désert représente le Christianisme de nom coupé de la présence de Dieu pour avoir fini par apostasier sa foi. Car cette alliance avec les rois de la terre telle que décrite en Apocalypse 17 et 198 sera le symbole suprême de sa prostitution et de son apostasie définitive. C’est à ce moment-là que son nom mystérieux sera révélé « Babylone la Grande mère des impudique » nom codé (mystérieux) dans le rêve reçu par Mikaëlle. Jean a été surpris de voir cette femme ; c’est parce qu’au moment de la vision, l’église est récente dans son existence et Jean ne peut imaginer la voir devenir ainsi. Il s’agit bien la femme d’Apocalypse 12 enfuie au désert que l’Ange montre à Jean en Apocalypse 17. Il l’emmène au désert où cette femme se trouve encore mais assise sur une Bête écarlate, dont elle porte les emblèmes et la couleur : elle est écarlate-sang comme la Bête : car comme la Bête elle est ivre du sang des saints. Au chapitre 18 il est dit qu’elle est devenue une habitation de démons et de tous esprits impurs. On n’utilise le terme devenir que pour décrire l’état d’une chose qui a subi une transformation.
Les 6 premiers sceaux et le règne de 42 mois de la Bête : Le déroulement des évènements ou les deux faces du rouleau
Maintenant que les divers protagonistes sont explicités, je vais rentrer dans le déroulement proprement dit des sceaux. Tout au long de ce qui suit, reportez-vous à ce que j’ai dit concernant la correspondance recto verso entre des chapitres du livre.
1er sceau : Commencement du règne de la Bête et manifestation du mystère de l’iniquité  (Chapitres 6 et13).
Le chapitre 6 déroule les évènements liés à l’apparition des deux Bêtes décrites au chapitre 13. C’est pourquoi ils ne peuvent se mettre en place qu’à la suite de l’apparition des 2 premiers signes ; c’est eux qui donnent le point de départ des évènements de la fin tel que Paul l’avait dit : il faut que l’apostasie soit arrivée auparavant, et qu’on ait vu paraître l’homme de péché, le fils de perdition. Paul dit aussi dans le même passage que le mystère de l’iniquité agissait déjà mais n’était juste pas encore manifesté du fait que quelque chose le retenait.
Celui qui s’avance sur le cheval blanc (Apocalypse 6/2) symbolise le royaume de la Bête qui sera accueilli en vainqueur. « Voici parut un cheval blanc, celui qui le montait avait un arc ; une couronne lui fut donnée, et il partit en vainqueur et pour vaincre ». C’est là l’aspect Léopard de la Bête qui sera révélé comme une résurgence du royaume d’Alexandre le Grand, celui qui avait réussi à unifier un court instant l’Orient et l’Occident. Ce royaume agira à la manière d’un empire conquérant : il sera rapide comme un Léopard. Ce royaume au visage de Léopard aura comme je l’ai dit un caractère visible profondément Occidental. Le royaume représenté par le Léopard au chapitre 4 du livre de Daniel était aussi le Bouc venant de l’Occident du chapitre 8. Par conséquent ce royaume de la Bête n’aura pas le visage de l’Islam : Jean dit clairement que la Bête ressemblait à un Léopard, il s’agit de l’apparence de sa face : ce qui sera directement visible en le regardant. Comme Alexandre le Grand il manifestera la volonté d’unifier les cultures occidentales et orientales.
Le chapitre 12 qui décrit l’apparition des 2 premiers signes se termine sur un verset qui dit que le Dragon se tint sur le sable de la mer et le chapitre 13 commence avec l’apparition de cette Bête sortant de la mer à qui le Dragon donnera sa puissance. Autrement dit cette couronne de vainqueur c’est du Dragon qu’il la tiendra. J’ai déjà expliqué dans un autre message donné il y a plusieurs années, pourquoi celui qui est montré sur ce cheval blanc n’a rien à avoir avec le cavalier du chapitre 19 qui est notre Seigneur Jésus-Christ. Au moment des évènements du premier sceau le monde entier acclamera ce royaume de la Bête qui apportera paix et sûreté dans le monde et c’est une des raisons qui explique que ce cavalier parti en vainqueur (ayant reçu sa couronne de la Bête) remportera encore la victoire. Cette Bête couvrant la terre entière réussira à imposer partout la paix et la sécurité.
2ème sceau : la ruine soudaine ou la fin de la paix lors de l’apparition de la seconde Bête
Au début du règne de la première Bête les choses iniques ne seront pas encore très visibles pour tous, ce sera un temps apparent de félicité qui permettra d’asseoir le royaume de la Bête : un temps où les hommes lui prêteront volontairement allégeance car ils ne verront pas encore le côté cruel de son visage qui n’apparaîtra que lorsque la seconde Bête arrivera pour animer son image ; cela se fera dans un second temps. Daniel 11/21 : « il apparaîtra au milieu de la paix et s’emparera du royaume par l’intrigue. ». On n’attrape pas les mouches avec du vinaigre : si les hommes voyaient d’emblée son aspect cruel, en aucun cas ils ne pourraient tomber en admiration devant la Bête ni adorer le Dragon qui a donné son pouvoir à la Bête (Apocalypse 13/3 et 4).
Apocalypse 6/3 : « Quand il ouvrit le second sceau.., il sortit un cheval couleur de feu ; et celui qui le montait reçut le pouvoir de bannir la paix de la terre et de faire que les hommes se tuent les uns les autres, et on lui donna une grande épée ». Ces évènement d’Apocalypse 6/3 sont en rapport avec ceux rapportés en en Apocalypse 13/15 « elle fit mettre à mort tout ceux qui n’adoraient pas l’image de la Bête ». C’est le côté Lion de ce royaume qui sera agissant au travers des évènements de ce 2ème sceau. On sera là en présence du règne de la 4ème Bête dont Daniel 7/ 19 et 23 précise que ce sera un royaume aux dents de fer qui dévorera la terre. Mais c’est aussi l’image du règne de Nébucadnetsar (Le lion dans les rêves de Daniel) Daniel 3/ 5 et 6 : « .. Et quiconque ne se prosternera pas et n’adorera pas la statue d’or, sera au même instant jeté dans la fournaise de feu ardent ». Le même genre d’évènements se répète sous la direction du faux prophète durant le règne de la Bête.
3ème sceau : Le commerce et le monde des affaires marqués du sceau de la Bête
Apocalypse 6/5 : « .. et voici parut un cheval noir, celui qui le montait tenait une balance dans sa main.. » Une mesure de blé pour un denier et une mesure d’orge pour un denier ». Ce passage est à mettre en parallèle avec Apocalypse 13/15 et 16 qui montre que tous les échanges commerciaux seront sous le contrôle étroit de la Bête avec probablement un rationnement comme on a pu le voir dans des régimes communistes. Et c’est là l’aspect Ours de la Bête qui sera en action, c’est ce qui est symbolisé par la balance portée par le cavalier du cheval du 3ème sceau. La balance symbolise les transactions commerciales au travers d’achats et de ventes pesées et contrôlées: « Personne ne pouvait ni acheter ni vendre s’il n’avait la marque, le nom de la Bête et le nombre de son nom » (Apoc.13/17). Il est dit en Apocalypse 13 que les pieds de la Bête étaient comme ceux d’un Ours : le 3ème sceau déroule la période où la Bête foulera aux pieds la propriété privée.
Le 4ème sceau : le martyr de ceux qui restent fidèles au témoignage de Dieu
« Je regardai et voici parut un cheval de couleur livide celui qui le montait s’appelait la mort et le séjour des morts l’accompagnait. Le pouvoir leur fut donné sur le quart de la terre pour faire périr les hommes par l’épée, la famine et les bêtes féroces. ». Ce verset d’Apocalypse 6/8 a son verso au chapitre 13/ 7 «  Il lui fut donné de faire la guerre aux saints et de les vaincre..il lui fut donné autorité sur toute langue toute tribu tout peuple et toute nation ». Certains mourront par la guerre qui sera menée contre eux et d’autres de famine parce qu’ils refuseront de prendre la marque pour se nourrir. Le contexte de ces évènements se rapporte aussi à ce qui est dit en Apoc.14 verset 13 qui évoque le récit du martyr décrit dans ce 4ème sceau : « Et j’entendis une voix du ciel qui me disait écris : Heureux dès à présent les morts qui meurent dans le Seigneur ! Oui dit l’Esprit car ils se reposent de leurs travaux, et leurs œuvres les suivent. ».
Le 5ème sceau : le sang des Martyrs réclame la justice divine
« Quand l’Agneau ouvrit le 5ème sceau, je vis sous l’autel les âmes de ceux qui avaient été mis à mort pour la parole de Dieu et pour le témoignage qu’ils avaient maintenu. Elles criaient en disant : jusqu’à quand O Souverain, Saint et Véritable, ne jugeras-tu point et ne vengeras-tu point notre sang sur ceux qui habitent la terre». Ce que Jean voit c’est la prières des justes (contenues dans l’encensoir d’or du chapitre 8 dont je parlerai plus loin), il entend aussi le sang des justes dont le cri monte devant le trône de Dieu à l’instar du sang d’Abel .
« On leur donna à chacun une robe blanche et on leur dit de patienter encore un peu jusqu’à ce que soit complet le nombre de leurs compagnons de martyr. La coupe de l’injustice de la Bête est aussi entrain de se remplir jusqu’au moment où, ayant comblé la mesure, elle appellera le déversement du jugement de Dieu qui sera annoncé par l’apparition du 3ème grand Signe. Jean voit ces Martyr sur la mer de verre au chapitre 15, et au chapitre 7 avec leur robe blanche : ceux qui sont passés par la grande tribulation. J’expliquerai plus loin pourquoi dans la vision Jean les voit debout sur la mer de verre.
Le 6ème sceau : Le ciel annonce aux hommes le jugement et la colère à venir
Apocalypse 6/ 13 à17 « Et voici il se fit un grand tremblement de terre, et le soleil devint noir comme un sac de crin, et la lune devint comme du sang. Et les étoiles du ciel tombèrent sur la terre comme un figuier agité par un grand vent jette ses figues vertes…. Car le jour de sa colère est venu, et qui peut subsister ». Ce jour avait été annoncé par le Prophète Joël (Joël 2/ 31) : « Le soleil se changera en ténèbres, et la lune en sang, avant l’arrivée du Jour de l’Éternel ; de ce jour grand et terrible ». Parole qui avait été reprise par Pierre en Actes 2/20 mais pour un temps précédent, ce qui prouve que les prophéties bibliques ont des accomplissements multiples car au moment où Pierre prenait comme appui cette prophétie de Joël pour justifier les langues de feu, le grand Jour de l’Éternel n’était pas arrivé sinon Jean n’en parlerait pas dans une révélation de choses à venir. Nous avons je le rappelle ce même principe concernant l’abomination de la désolation ou encore l’Élie qui est déjà venu en Jean Baptiste mais qui viendra encore avant ce grand jour de l’Éternel (selon Malachie). Par conséquent le Jour de l’Éternel grand et terrible évoqué par Joël est bien le jour de sa colère. Joël a décrit ce Jour de l’Éternel en disant qu’il vient comme un ravage du Tout-Puissant (Joël 1/15), et tous les Prophètes de l’ancienne alliance en parlent comme d’un Jour redoutable et de grandes ténèbres sur la terre (Amos, Abdias, Zacharie, Sophonie).
Le contenu du 6ème sceau est à mettre en parallèle avec Apocalypse 14/6 à 13. Dieu veut être reconnu pour Vrai et Juste envers les hommes, c’est pourquoi lorsqu’il se prépare à juger, Il donne toujours aux hommes des occasions de pouvoir y échapper. C’est pour cette raison qu’il envoie les 3 anges annoncer à la terre ce qui va suivre. Au moment de ces évènements-là, tous ceux qui sont marqués du sceau de Dieu dont je parlerai dans un instant (Les 144000 puis la grande foule) ne seront plus sur la terre aussi, l’évangile ne pourra dès lors plus être annoncé par des Témoins de Jésus-Christ. Comme le fut la Loi au temps de Moïse, l’évangile sera promulgué par les anges (un évangile éternel) afin qu’au Jour du grand Jugement éternel, les hommes ne puissent dire qu’ils ignoraient l’existence du Dieu unique qui règne au dessus de tout. Ce sera le rôle du premier ange de faire savoir aux hommes que c’est le Dieu éternel qu’ils doivent adorer et non pas la Bête ni le Dragon, qu’ils doivent se repentir car le temps de la patience de Dieu arrive à son terme. Le second ange annoncera pour sa part le jugement proche de la Prostituée afin que ceux qui sont liés à elle aient l’occasion de s’en désolidariser ; et le troisième ange avertira du jugement qui attend ceux qui accepteront la marque de la Bête. Même notre Droit François issu du Droit Romain dit «Nullum crimen, nulla pœna sine lege ». Ça veut dire qu’on ne peut définir un crime ou édicter une peine qu’en vertu d’une loi préalablement édictée. C’est pourquoi il est dit que nul n’est censé ignorer la loi. Mais même si les hommes ont voulu par leurs lois civiles s’affranchir de Dieu, toute la base vient quand même de la Parole de Dieu. Car c’est un principe profondément divin dans sa racine. Lorsque au Jugement dernier Dieu siégera sur son trône blanc, il agira en tant que Juge juste et évaluera toute chose et toute action en fonction de ce qu’il aura dit et qui sera inscrit dans la conscience, j’en parlerai plus loin.
Le tremblement de terre évoqué en Apocalypse 6/13 est la conséquence de l’évènement décrit au chapitre 8/3 : le déversement sur la terre de l’encensoir d’or contenant les prières et plaintes des Martyrs dont Jean a vu l’âme sous l’Autel. A ce moment là, le ciel prend acte de ce que cette coupe est pleine : « l’ange prit l’encensoir d’or et le remplit du feu de l’autel et le jeta sur la terre, il y eut des voix des tonnerres, des éclairs et un tremblement de terre ». Autant de signes annonciateurs du jugement de la colère de Dieu, d’un Jour de sa vengeance tel qu’annoncé en Ésaïe 61 (étant entendu que ce Jour est d’une durée prophétique comme l’est l’Année de la grâce).  
Mais les évènements de ce 6ème sceau sont aussi en rapport avec ce qui est décrit dans la première partie d’Apocalypse 11/ à partir du verset 3 qui évoque ce qui se passera à Jérusalem durant les 42 mois/ 1260 jours du règne de la Bête ; jusque là nous n’avions la description que de ce qui se passe dans les Nations durant ce même temps de règne de 42 mois. Le verset 13 d’Apocalypse 11 parle du tremblement de terre du 6ème sceau au cours duquel 7000 hommes furent tués et les autres effrayés. Nous avons une description de cet effroi en Apocalypse 6/15 et 16 : «  les hommes se cachèrent dans les cavernes et dans les rochers des montagnes et ils disaient aux montagnes et aux rochers : cachez-nous devant la face de celui qui est assis sur le trône et devant la colère de l’Agneau ; car le grand jour de sa colère est venu, qui peut subsister ? ».
Les évènements de ce 6ème sceau sont enfin à mettre en parallèle avec ce qui est dit au chapitre 14 versets 18 à 20. Il y est question d’un ange venant de l’autel et qui a autorité sur le feu. Il s’agit du même ange du Chap 8/3 qui tient le brûle parfum en or. Il ne fait pas partie des 7 dont parle le verset précédent. Jean dit un autre en parlant de cet ange ; et son rôle est strictement lié au feu de l’autel où il se tient. Le feu de l’Autel jeté sur la terre donne le signal de départ pour le déversement du Jugement de Dieu.
Le chapitre 11/ clôt les révélations des deux cotés du Livre. Les versets 3 à 13 prononcent la clôture des évènements décrits dans les 6 premiers sceaux tandis que les versets 13 à 19 prononcent la clôture des évènements du 7ème sceau annoncés par les trompettes et déversés au travers des coupes comme nous le verrons plus loin.
Le sceau de Dieu sur ceux qui ont le témoignage de Jésus
Avant de dérouler le 7ème sceau qui voit l’apparition du 3ème grand Signe, je m’arrêterai sur le chapitre 7. Les évènements de ce chapitre trouvent leur verso développé pour partie aux chapitres 14 et 15. Jean voit dans ce chapitre 7 une description de ceux qui seront marqués du Sceau de Dieu et qui ne prendront par conséquent pas la marque de la Bête. Ils appartiennent à Dieu et lui resteront fidèles même au prix de leur vie.
Nous avons dans ce texte une description des deux postérités de la femme d’Apocalypse 12. Il y a un premier groupe appelé les Prémices et un autre groupe qu’on pourra considérer comme la Vendange tardive : ceux dont Jean aperçoit l’âme sous l’Autel lors de l’ouverture du 5ème sceau. Il y a d’une part ceux qui auront remporté la victoire sur le Dragon (La Postérité de la Femme) et d’autre part ceux qui auront remporté la victoire sur la Bête, sa marque et le nombre de son nom (le reste de la postérité le talon blessé par la postérité du serpent).
Les prémices sur la montagne de Sion (mesurés et dénombrés)
Ils sont décrits à la fois au chapitre 7/4 recto, et au chapitre 14/1 verso du livre. Ce sont, dit Apocalypse 7 : ceux qui auront été rachetés de la terre comme des prémices pour Dieu et pour l’Agneau. Les prémices sont les premiers fruits arrivés à maturité : les premiers cueillis par opposition à une vendange tardive qui sera vendangée plus tard. Ces prémices sont la première postérité de la femme, le fils arrivé maturité, l’homme fait, ces jeunes gens vigoureux dont Jean a prophétisé qu’ils vaincront le malin. Ils sont trouvés sans tâche, vierges et irréprochables (Apocalypse 14/4) ils n’ont pas souillés leur vêtement. Ils représentent ceux qui combattront le Dragon en remportant la victoire sur les 7 diadèmes couronnant ses7 têtes. Ils y parviendront grâce aux 7 cornes de l’Agneau. Ils représentent des vainqueurs dans les 7 églises types auxquelles sont adressées les lettres d’Apocalypse 2 et 3 ; et en particulier ils sont typifiés par l’église de Philadelphie dont il est dit qu’elle sera gardée de l’heure de l’épreuve qui vient sur le monde.
Ces prémices, Jean les voit marchant sur la montagne de Sion et suivant l’agneau partout où il va ; et ils reviendront avec l’Agneau pour combattre la Bête lors de la grande bataille dont parle Zacharie 14. On les trouve aussi mentionnés en Apocalypse 17/14 qui évoque la victoire de l’Agneau contre les dix rois qui sont les dix cornes de la Bête, Il les vaincra avec ses fidèles, ses appelés, ses élus (qui le suivent partout). Leur nombre édité selon une mesure céleste et non humaine représente la perfection gouvernementale dans le règne de Dieu. Ils portent en eux la mesure spirituelle de la Jérusalem Céleste. Ils représentent ce fils mâle d’Apocalypse 12 appelé à paître les nations avec une verge de fer.
Plus loin en Apocalypse 21, Jean nous parle d’un ange qu’il voit mesurer la ville avec un roseau d’or et nous retrouvons exactement ces mesures spirituelles chiffrées de ceux qui marchent sur la montagne de Sion avec l’Agneau : les 12 000 par tribu. C’est une mesure spirituelle, mesure d’ange pour une ville spirituelle. Aussi ces tribus sont spirituelles et représentent la nouvelle Jérusalem Céleste et non pas l’Israël terrestre ; sinon nous aurions de réels problèmes au vu des noms de tribus car parmi les 12 nommées, nous trouvons à la fois Joseph et Manassé son fils (et pas Ephraïm) alors que Dan en est absent. La ville mesure 12 000 stades et 144 coudées qui sont deux nombres multiples de 12. Les 144 000 (12 000 stades x12 tribus) ne sont pas un chiffre représentatif du nombre exact de ceux qui sont les Prémices. Ce nombre figure la perfection gouvernementale de la Jérusalem Céleste dont ces Prémices sont une représentation. A l’inverse de ceux qui suivent la Bête en portant sa marque son nom et le nombre de son nom (666, nombre d’homme), ils sont ces élus qui portent non seulement la marque ou sceau de Dieu, mais encore le nouveau nom de l’Agneau et le nombre du nom de ville de leur Dieu, la Jérusalem Céleste : nombre céleste et mesure spirituelle.
Lorsque cette ville est montrée à Jean il n’est plus question du Tabernacle qu’il avait mesuré (en Apocalypse 11) dans le cadre de la vision qui relate la tribulation de 42 mois vue du côté d’Israël. Il y a un saut en avant. Car nous sommes là (Apoc 21) dans un temps où les évènements liés à l’apparition des Bêtes auront pris fin. D’ailleurs à la fin des évènements relatés en Apocalypse 11 il est dit « le Temple de Dieu dans le ciel fut ouvert et l’Arche de son alliance apparut dans son Temple ». L’Arche de l’alliance est le cœur du Tabernacle céleste montré à Jean, l’endroit particulier où Dieu se révèle dans sa plénitude au milieu de son peuple. Et à ce moment-là l’Arche de l’alliance se sera détachée du Temple céleste comme une capsule spatiale se détache de son module de service afin d’opérer sa rentrée atmosphérique ou ce qu’on pourrait appeler une désorbitation. Il n’y a là rien d’étonnant car lorsque Jean a la vision de la ville descendant d’auprès de Dieu en Apocalypse 21, il est dit qu’à ce moment là il n’y a plus de Temple : Apocalypse 21/22. Le but de Dieu n’a jamais été le Temple en lui-même, celui-ci n’était qu’un véhicule pédagogique qui devait conduire à la nouvelle Jérusalem. Une fois celle-ci apparue, le Temple n’a plus sa raison d’être. Lorsque l’ange montre la Jérusalem céleste à Jean, il lui dit « voici le Tabernacle de Dieu avec les hommes, et il habitera avec eux, ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux, il sera leur Dieu ». C’est à ce moment là seulement que l’Emmanuel annoncé sera pleinement accompli.
Mais d’autre part dans ce même chapitre 7, parmi ceux qui sont marqués du sceau de Dieu, Jean voit aussi une grande foule  revêtue de robes blanches. Et c’est le reste de la postérité.
Le reste de la postérité marchant sur la mer de verre (mesuré mais non dénombré)
Apocalypse 7/14 : «  Après cela je regardai, et voici une grande multitude que personne ne pouvait dénombrer… Il me dit, ce sont ceux qui sont venus de la grande tribulation, et qui ont lavé leurs robes, et ont blanchis leurs robes dans le sang de l’Agneau ». Revenons en Apocalypse 11/ 1 où un ange donne à Jean un roseau en lui disant de mesurer le Temple, l’autel et ceux qui y adorent. Donc le Temple et l’autel sont mesurés cependant que seul le Temple (le Tabernacle proprement dit) sera chiffré et dénombré. C’est pourquoi il est question ici d’une grande foule dont le nombre précis n’est pas donné : une foule que personne ne pouvait dénombrer. Contrairement aux Prémices qui sont gardés de l’heure de l’épreuve qui vient sur le monde, ce reste de la postérité sera soumis à cette heure d’épreuve (lire Apocalypse 2/10) : ils sont typifiés par l’église de Smyrne. Ils seront éprouvés par le feu de la Tribulation (mot évoqué au verset 9) et seront sauvés au prix de leur martyr (verset 11). Ils sont marqués par le sceau de Dieu, c’est pourquoi ils ne prendront pas la marque de la Bête et seront tués pour leur fidélité à l’Agneau de Dieu. Cette mort ne sera pas une défaite mais une victoire car ils ne subiront pas la seconde mort (Cf. la lettre à Smyrne et Apocalypse 20/6), c’est ainsi par leur mort qu’ils vaincront la Bête, sa marque, son nom et le nombre de son nom.
Jean les voit non pas marchant sur la montagne de Sion comme les Prémices, mais se tenant sur la mer de verre (Apocalypse 15/2) : « Je vis comme une mer de verre mêlée de feu et ceux qui avaient vaincu la Bête son image et le nombre de son nom debout sur la mer de verre ayant des harpes de Dieu ». Il s’agit là de la même foule vêtue de blanc et tenant des harpes du chapitre 7/ ; ceux qui sont tués selon le 4ème sceau, et dont Jean voit l’âme sous l’autel lors de l’ouverture du 5ème sceau. Ils se tiennent sur la mer de verre : nous sommes là dans cette vision propulsés dans le Tabernacle céleste dont Moïse avait fait une représentation terrestre. Cette copie des réalités célestes était composée de 3 parties : le parvis extérieur (pouvant être foulé par tous), le parvis intérieur (comportant la mer d’airain et l’autel de bronze) et enfin le Tabernacle ou Temple proprement dit (lieu saint et lieu très saint). Dans la description faite à Jean et qui concerne le Véritable Tabernacle céleste, nous avons le trône de Dieu, le Temple céleste (Tabernacle proprement dit), et l’Autel. Notons bien que nous n’entendons parler de la mer de verre dans toute la Bible, que dans la Révélation de Jean. Sa représentation terrestre n’a pu être typifiée sur la terre que par la mer d’airain qui reposait sur 12 bœufs regardant vers l’extérieur (et disposés autour, à la manière des portes de la Jérusalem Céleste). Mais dans le ciel où tout est glorieux il sera question d’une Mer de Verre dont la représentation ne pouvait être faite en l’état par Moïse car elle appartenait au temps futur. Ce lieu se trouve non à l’intérieur du Temple mais devant le Temple, exactement comme la mer d’airain réalisée par Moïse. N’oublions pas que le reste de la postérité fait partie de l’Autel qui a été mesuré par Jean mais non dénombré tout en faisant pourtant partie du Tabernacle. Ils ne sont pas les prémices que Jean voit marchant avec l’Agneau sur la montagne de Sion et qui reviendront avec Lui pour le grand combat de l’Agneau; mais ils sont de ceux qui étant passé par la GT, ont gardé le témoignage de Jésus. Dans la mer d’airain de Moïse, les sacrificateurs allaient pour se laver (2 Chroniques 4/6); or il est dit que ceux qui se tiennent sur cette Mer de Verre sont ceux qui auront lavé leur robe dans le sang de l’Agneau en passant par la GT : ils auront été purifiés par le feu de la Tribulation. Les Prémices sur la montagne de Sion n’auront pas eu besoin de passer par la Mer de Verre car il est dit d’eux qu’ils ne se sont pas souillés. Jean voit ce reste de la postérité auprès de Dieu juste avant l’entrée en scène du 3ème signe qui porte le jugement de la colère de Dieu. Pas plus que les Prémices, les restes de la postérité ne sont destinés à la colère de l’Agneau même s’ils n’ont pas été cueillis comme des premiers fruits. 1 Thessaloniciens 5/9.
Le 7ème Sceau et le 3ème Signe dans le ciel
Apocalypse 8/1 «  Quand l’Agneau ouvrit le 7ème sceau, il se fit dans le ciel un silence d’environ une demi-heure. Et je vis les 7 anges qui se tiennent devant Dieu et on leur donna 7 trompettes ». Ce verset est à mettre en parallèle avec le chapitre 15/1 car ce sont là de mêmes évènements décrits en dedans et en dehors du livre (Apocalypse 15/1 : « Puis je vis dans le ciel un autre signe grand et admirable : 7 anges qui tenaient les 7 dernières plaies, car c’est par elles que s’accomplit la colère de Dieu ».
Le 7ème sceau ouvre sur le 3ème signe qui apporte le jugement de la colère de Dieu. A ce moment là aucun témoin de Jésus-Christ ne sera sur terre (1Thessalonissiens 5/9). Ce 7ème sceau est inauguré par un silence d’une demi-heure dans le ciel ; ce temps correspond à la seconde moitié de la semaine d’année. L’heure de l’épreuve pour la terre mentionnée dans la lettre à Philadelphie est une mesure spirituelle de temps correspondant à une semaine d’année. Et la première moitié de cette heure spirituelle d’épreuve est la première moitié de ce temps soit 42 mois, 1260 jours, un temps des temps et la moitié d’un temps ou encore 3 ans et demi, il s’agit de la première moitié du règne de la Bête durant laquelle se déroulera la Grande Tribulation. La seconde moitié de cette heure correspondra au temps de la réponse de Dieu. À partir de là il ne sera plus question des actions de la Bête ou du faux prophète, mais de l’action puissante de Dieu et de ses anges. Ce temps décrira donc la réponse du ciel qui ouvre sur le jugement de Dieu inauguré d’abord par une annonciation de ce jugement au travers de 7 trompettes, et qui se poursuivra sur un accomplissement concret au travers du déversement des 7 coupes de la colère de Dieu. A ce moment là il n’y aura plus de vigne du Seigneur sur la terre ; les prémices et la vendange tardive auront été moissonnées. A ce moment de l’ouverture du 7ème sceau, le ciel est silencieux Jean n’y entend plus de louange ou d’adoration. C’est dans le Temple céleste qu’avaient lieu ces louanges et adoration ; or selon Apocalypse 15/8 durant cette demi-heure le service d’adoration céleste est interrompu, ne pouvant s’accomplir : « Et le Temple fut rempli de fumée à cause de la gloire de Dieu et de sa puissance ; et personne ne put entrer dans le Temple jusqu’à ce que les 7 plaies des 7 anges fussent accomplies ». Et tout se focalise sur la terre et les jugements qui vont la toucher.
Un signe Grand et admirable : Les 7 anges avec le jugement divin
Les trompettes des 7 anges des chapitres 8 et 9 sont en rapport étroit avec les coupes déversées par ces mêmes anges au chapitre 16. En réalité, les trompettes annoncent le message de ce qui va se passer et les coupes réalisent l’évènement. Ça c’est aussi le principe du rouleau écrit des deux côtés. De même que l’ouverture des sceaux a déroulé sous deux angles différents les évènements de la première moitié du règne de la Bête, nous voyons au travers du 3ème signe le déroulement sous deux angles différents des évènements de la seconde moitié de la semaine d’année. Ces évènements relatent le jugement de Dieu sur le règne de la Bête et son royaume en réponse aux plaintes des Martyrs. La coupe des abominations et de l’iniquité a atteint son comble en même temps que s’est remplit celle des souffrances des Martyrs. C’est le moment où cette coupe de souffrance arrivera à son comble (moment où le nombre des martyrs sera au complet) qui donnera le signal de l’envoi du jugement de Dieu sur la terre. Jean voit un ange prendre cette coupe contenant les prières des Martyrs, la remplir du feu de l’autel et la jeter sur la terre. Et c’est alors que le premier ange peut commencer à souffler dans sa trompette.
Les 6 trompettes puis 6 coupes annoncent et accomplissent le jugement de Dieu sur les 6 premiers éléments de la création décrits en Genèse : la terre, la mer, les fleuves et sources d’eau, les astres, les monstres marins ou de l’abîme, et enfin l’homme. Quant à la 7ème coupe et la 7ème trompette, elles annoncent et accomplissent le jugement de Dieu sur la profanation de Son sabbat : c’est le jugement de la Prostituée Apocalypse 17 et 18 : j’ai déjà parlé de ce jugement dans un autre message.
Les trompettes annoncent ce qui se passe sur chacun des éléments de la création qui sera touchée par le jugement de la colère divine, alors que les coupes montrent comment ces jugements vont se répercuter sur le royaume de la Bête et les hommes qui portent sa marque.
La 1ère trompette et la première coupe concernent la terre (1er jour): c’est l’annonce d’un jugement de grêle qui frappera le 1/3 de la terre, le 1/3 des arbres ainsi que toute herbe verte. La végétation est touchée et par conséquent la nourriture qu’elle procure. C’est pourquoi Apocalypse 16/2 (verso) dit que les hommes qui avaient la marque de la Bête furent frappés d’un ulcère malin.
La 2ème trompette et la deuxième coupe concernent la mer (2ème jour) : c’est l’annonce d’un jugement qui frappera le 1/3 de la mer qui deviendra comme le sang d’un mort. Ce même évènement est répété en Apocalypse 16/2 (verso) ; et la résultante en est la destruction ou la mort de tout ce qui se trouve dans la mer (bêtes et navires).
La 3ème trompette et la 3ème coupe concernent les fleuves et sources d’eau (3ème jour): c’est l’annonce du jugement qui frappera le 1/3 des fleuves et sources d’eaux qui deviendront amères ; et il en résultera une coupe amère de jugement tel que développé dans le verso du livre Apocalypse 16/6 : Dieu fera boire à ceux qui ont tué et torturé ses enfants, la même coupe amère de souffrance que celle qu’ils leur ont fait boire.
La 4ème trompette et la 4ème coupe concernent les luminaires du ciel (créés le 4ème jour) : c’est l’annonce d’un jugement qui frappera 1/3 du soleil, 1/3 de la lune et 1/3 des étoiles. Il en résultera que les hommes seront brûlés par le soleil et une grande chaleur au point qu’ils blasphémeront le nom de Dieu.
La 5ème trompette et la 5ème coupe concernent l’Abîme (Apocalypse 9/1) dont Apocalypse 16/10 (le verso), dit que c’est le trône de la Bête. N’oublions pas que cette Bête est le Léviathan monstre marin, une Bête sortant de la mer (ou abîme) selon Apocalypse 13/1. C’est le 5ème jour de la création que furent créés les grands monstres marins dont le Léviathan est un type. Le 5ème ange annonce un jugement sur le trône de la Bête qui est aussi le siège de tous esprits impurs, de démons des anges déchus qui ont été précipités sur la terre par la queue du Dragon. Au moment où ce 5ème ange sonnera de la trompette, il est dit que ces esprits de démons sortent du puits de l’abîme où ils sont retenus (Apocalypse 9/3) ; ils couvriront la terre de ténèbres comme jamais auparavant comme le précise au verso Apocalypse 16/ 10 (verso) et ils tourmenteront les hommes qui prendront la marque de la Bête au point où ceux-ci se tordront de douleur et souhaiteront la mort comme le précisent à la fois Apocalypse 9 et Apocalypse 16 (recto/verso). Il est dit en Apocalypse 9/11 que ces esprits de tourments ont un roi établi au dessus d’eux : Abbadon en Hébreu ou Appolyon en Grec qui signifie l’exterminateur. Ce roi c’est le Dragon, le serpent ancien, le diable ; et ces esprits de tourment sont le 1/3 de ses anges évoqués en Apocalypse 12/ ; ils tourmenteront les hommes ayant la marque, sans les tuer. La coupe déversée par le 5ème ange sur le trône de la Bête sera un jugement du ciel sur le royaume de la Bête et tout ce qui le concerne.
La 6ème trompette et la 6ème coupe concernent l’humanité ; cette coupe est versée sur l’Euphrate qui arrose la Mésopotamie connue pour être le bassin de l’humanité. C’est le 6ème jour de la création qui est touché ici, car ce fleuve est au cœur de l’histoire des hommes. C’est le berceau des premières cités créées par l’homme ; de là que viennent les civilisations Sumériennes, Chaldéennes et Assyriennes considérées comme les plus anciennes. Le 6ème ange sonnera la trompette pour proclamer la libération des 4 anges chargés de réguler le cours de ce fleuve jusqu’à un temps précis prévu par Dieu. Nous avons dans le verso au chapitre 16/ 12 le récit de ce qui se passera à ce moment-là lorsque les 4 anges seront déliés et relevés de leur tâche : « l’eau du fleuve sèchera afin de livrer passage aux rois de la terre pour la grande guerre, la grande bataille de tous les temps, le combat du grand Jour où le Roi des rois viendra en personne sur son cheval blanc accompagné de Ses saints afin de combattre la Bête et le faux prophète ». Il est dit en Apocalypse 16/13 et 14 que ce sont les esprits de démons sortant de la bouche du Dragon, de la Bête et du faux prophète qui iront rassembler ces rois pour ce Jour de combat. Ces évènements sont décrits à la fois par Apocalypse 9 à partir du verset 14, et Apocalypse 16 à partir du verset 12. Il est dit que ceux qui marcheront dans cette guerre à la suite de ces rois seront au nombre de 200 Millions (Apocalypse 9/16) et le verset précédent dit qu’1/3 de ces hommes sera tué, soit 66 666 666 d’hommes portant la marque de la Bête.
La grande bataille qui opposera le Seigneur à toutes les nations venues contre Jérusalem, la grande bataille du grand jour du Tout Puissant (Apocalypse 16/14) est aussi relatée en Zacharie 14 /2. Apocalypse 19 explique comment Jésus vaincra ces nations. Il est la pierre qui se détache de la montagne du rêve de Nébucadnetsar ; et la montagne c’est la Sion céleste au moment où Dieu aura fini de la sculpter. Et Jésus la Pierre précieuse de fondation, paraîtra pour combattre entouré de Ses Saints comme dit Zacharie 14, ou Apocalypse 19/14 où il est question d’armées qui Le suivent vêtues de fin tissu de lin blanc et pur. C’est aussi ce que dit Apocalypse 17/ 14 parlant des 10 rois qui sont les 10 cornes de la Bête : « Ils combattront l’Agneau, mais l’Agneau les vaincra parce qu’il est le Seigneur des seigneurs et le Roi des rois ; Il les vaincra avec ceux qu’il a appelés et choisis, ses élus, ses fidèles ». Notons que ce qualificatif de Roi des rois, Jean ne le voit apparaître sur Jésus que dans le chapitre 20. Preuve encore de l’ordre non chronologique du récit de la révélation.
La 7ème trompette/ 7ème coupe et le Jugement du Mystère d’apostasie symbole de la profanation du Sabbat de Dieu
La 7ème trompette clôt le temps du silence du ciel car c’est après que l’ange ait sonné de la trompette que Jean entend à nouveau des louanges dans le ciel et le service autour du trône peut reprendre (Apocalypse 11/15). Il était dit que personne ne pouvait entrer dans le Temple jusqu’à ce que les 7 plaies fussent accomplies. La 7ème trompette/coupe c’est enfin le temps où Dieu rend justice à ses saints, ses élus, ses prophètes, ceux qu’Il a sanctifiés en les mettant à part à l’image du 7ème Jour qui en est un type. Ce sabbat est représenté et personnifié par ceux qui entrent dans le repos de Dieu : le peuple dont le sang a été versé par Babylone la grande qui représente la profanation du repos de Dieu. La 7ème trompette annonce le Jugement de la Prostituée qui sera déversé au travers de la 7ème coupe. Il est dit qu’elle est ivre du Sang des Saints, et c’est le moment où Dieu va lui demander des comptes : Il va lui faire boire la coupe de jugement tel que décrit en Apocalypse 18 / . «Traitez-la comme elle vous a traités, rendez-lui au double de ce qu’elle vous a fait. Dans la même coupe où elle vous a versé, versez-lui au double ». J’ai parlé de ce jugement de la 7ème coupe sous un angle complémentaire dans un autre message sur lequel je ne reviendrai pas ici. Au moment où le 7ème ange verse sa coupe, la ville subit un jugement du 1/3, comme du reste tout ce qui a été impliqué dans le règne et la domination de la Bête (Apocalypse 16/19) « Et la grande ville fut divisée en 3 parties .. et Dieu se souvint de la grande Babylone pour lui donner la coupe du vin de son ardente colère ».
Le jugement du 1/3 sur les éléments de la Création en souffrance
Comme on le voit au travers des 7 trompettes, 1/3 de chacun des éléments des 6 jours de la Création sera chaque fois jugé. C’est parce qu’ils portent l’empreinte du 1/3 des anges qui se sont révoltés au commencement contre Dieu pour suivre le Dragon. Ce tiers symbolise par conséquent la marque du serpent ancien portée sur chacun des éléments de la création de Dieu qui fut souillée par la chute. Mais la Prostituée aussi porte la marque de la flétrissure de la Bête à cause de son apostasie manifestée par son alliance avec la Bête sur les têtes de laquelle elle sera assise. Le péché entré dans le monde a souillé et perverti chacun de ces éléments de la Création : la terre, la mer, les fleuves et sources d’eau, les luminaires, l’abîme (et ses premières créatures monstres marins), les hommes et même le 7ème jour qui symbolise la sanctification ou mise à part pour Dieu. C’est après le déversement de la 7ème coupe annoncée par la 7ème trompette que Jésus prend de façon effective possession de son règne sur le monde (Apocalypse 11/15 et 17) car jusque là c’est Satan qui est prince de ce monde. Après le déversement de la 7ème coupe, c’est le temps de la rétribution pour ceux qui ont servi fidèlement Dieu et l’Agneau : ils seront consolés et entreront dans le règne avec Christ.
Les versets d’Apocalypse 11/16 à 18 (recto) rouvrent les réjouissances dans le ciel après le jugement de la Prostituée ; le verso de cet évènement se trouve décrit très précisément en Apocalypse 19/1 au verset 18(où Jean entend à nouveau les réjouissances et louanges de la même foule nombreuse ainsi que des mêmes 24 vieillards évoqués dans les 2 passages).
La pierre qui se détache de la montagne
Le verset 19 du chapitre 11 (recto) et le verset 11 du chapitre 19 (verso) décrivent tous deux un même instant où Jean voit le ciel s’ouvrir à la fois sur une première apparition de la Sion de Dieu parée puis de Jésus le Rois des rois monté sur son cheval blanc. Le chapitre 19 verset 11 : « Je vis ensuite le ciel ouvert et voici un cheval blanc et celui qui était monté dessus s’appelait le Fidèle et le Véritable qui juge et combat avec justice…. ». Le chapitre 11 verset 19 dit : « Et le Temple de Dieu dans le ciel fut ouvert et l’Arche de son alliance parut dans son Temple… ». C’est la première fois que ce livre évoque l’Arche de l’alliance du Temple céleste. Jean est propulsé là dans une vision où il n’y a plus dans le ciel un Temple tel qu’il fut montré à Moïse. Il n’y a là plus que la Citée aux solides fondements qui avait été montrée à Abraham : la Jérusalem Céleste dont Jean donnera une merveilleuse description en Apocalypse 21 et 22. Il voit la partie où se trouve l’Arche de l’alliance donc le cœur même du Tabernacle proprement dit. Et au verso de ce passage qui se trouve en Apocalypse 19/ du verset 7 jusqu’à la fin, Jean voit le moment où la Sion de Dieu apparaît comme une montagne céleste entièrement taillée d’où Jésus le Roi des rois viendra à la manière de la pierre du songe de Nébucadnetsar afin de renverser la Bête et le faux prophète. Daniel a donné l’explication de cette pierre (Daniel 2) : « Dans le temps de ces rois, le Dieu du ciel suscitera un royaume qui ne sera jamais détruit et dont la souveraineté ne passera jamais à une autre nation. Ce royaume écrasera tous les royaumes précédents et mettra fin à leur existence, puis il subsistera éternellement. C’est ce qu’annonce la pierre que tu as vu se détacher de la montagne sans intervention humaine pour venir broyer le fer, le bronze, la terre cuite, l’argent et l’or de la statue… ». C’est en effet le moment où Jésus viendra avec ses élus cette Sion qui est Sa montagne céleste, pour exercer sur les rois et les tyrans le jugement qui est écrit ; c’est ce qui a été annoncé dans la prophétie du Psaume 149. Jean voit la Sion céleste parée revêtue d’un fin lin éclatant et pur et il en donnera une description complète au chapitre 21.


La première résurrection et jugement des trônes pour les rétributions
Apocalypse 20/4 : « Et je vis des trônes sur lesquels s’assirent des personnes, et il leur fut donné de juger. Je vis aussi les âmes de ceux qui avaient été décapités pour le témoignage de Jésus, et pour la Parole de Dieu… ils vécurent et régnèrent avec Christ mille ans. Mais le reste des morts ne revinrent point à la vie jusqu’à ce que les mille ans fussent accomplis ;c’est là la première résurrection. ». Verset 5 : «  Heureux et saint celui qui a part à la première résurrection, la mort n’a point de pouvoir sur eux.. ».
Même si les enfants de Dieu ne sont pas jugés avec le monde, ils connaîtront quand même un jugement. Jean 5/24 dit que ceux qui confessent Jésus-Christ passent de la mort à la vie, aussi ils ne viendront pas en jugement. Le jugement des élus dont il est question ici, concerne le jugement des trônes et non pas celui du Grand Trône blanc. C’est un jugement où les œuvres justes des saints sont évaluées après la première résurrection. Ce jugement n’aura pas lieu pour décider du salut ou de la perdition, mais pour décider de la nature des rétributions. Ce jugement ramène à certaines paraboles de Jésus : par exemple la parabole des mines où chacun recevait une rétribution en fonction de la gestion faite de ce qui avait été donné : Luc 19 versets 13 et suivants.
Le jugement des étoiles
2 Pierre 2/4 : Pierre parle des anges qui ont péché et que Dieu réserve pour le jugement. Jude 1/6 précise que ce sont des anges qui n’ont pas gardé leur puissance et leur dignité mais ont dévié de l’ordre originel. Paul laisse entendre que nous jugerons ces anges : 1Corinthiens 6/3.
Le jugement du grand Trône blanc :
Lors du grand Jugement Éternel, Dieu commencera par juger l’ancienne création, c’est nécessaire pour que paraisse la nouvelle, Dieu ne fait pas du neuf avec du vieux.
Disparition de la terre et des cieux 
Apocalypse 20/11 : « Puis je vis un grand trône blanc, et celui qui y était assis. La terre et le ciel s’enfuirent de devant sa face et il ne fut plus trouvé de place pour eux ».
2 Pierre 3/7 : « Les cieux et la terre d’à présent sont gardés par la même parole, et réservés pour le feu au jour du jugement et de la perdition des hommes impies ».
2 Pierre 3/10 : « Le jour du Seigneur viendra comme un voleur ; en ce jour les cieux passeront avec fracas, les éléments embrasés se dissoudront et la terre avec les œuvres qu’elle renferme sera consumée ».
En plus de la terre, les cieux aussi avaient été souillés. Jusqu’au moment où selon Apocalypse 12, il sera précipité sur la terre avec ses anges, Satan aura encore ses quartiers dans les lieux célestes même s’il s’agit de lieux célestes inférieurs. Une partie des cieux est encore occupée par cette présence ténébreuse qui la souille. C’est pourquoi les cieux aussi devront se dissoudre avec la terre pour que toute l’ancienne création dans son ensemble fasse place à une nouvelle où il n’y aura plus d’anathème.
La seconde résurrection et le jugement entre brebis et bouc
« Des livres furent ouverts, et un autre livre le livre de vie. Des morts furent jugés selon leurs œuvres d’après ce qui est écrit dans ces livres. Quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de vie fut jeté dans le feu ».
Ce jugement n’est pas le même que celui des trônes, il s’agit du Jugement dernier après le règne de 1000 ans. C’est le Jugement Éternel dont la lettre aux Hébreux dit qu’il fait partie des doctrines fondamentales de notre foi. Ce jugement est celui dont parle Jésus en Matthieu 25/31 entre brebis et bouc. Lors de ce jugement, des livres seront ouverts où sont notées des actions qui soit condamneront, soit justifieront comme devant tout tribunal humain où sont notées des conclusions en faveur ou en défaveur des accusés. De même, toutes les actions des hommes depuis le commencement des temps, sont notées dans des archives célestes. Dans notre monde terrestre, le juge se base sur de tels écrits de conclusions qui de défense, qui d’accusation, pour fonder son verdict qui relaxera ou déclarera coupable en prononçant la condamnation. Mais lors du grand Jugement éternel, Dieu se révèlera un juste Juge. Beaucoup n’auront pas connu l’évangile de Jésus-Christ pour le recevoir faute de Témoins, mais cependant, ayant été pesés à la balance du Juge divin, ils auront été trouvé justes selon la loi de leur conscience. Romains 2/ 14 à 16  : « Quand les nations qui n’ont point la loi font naturellement ce que prescrit la loi, ils sont eux qui n’ont point la loi une loi pour eux-mêmes. Ils montrent que l’œuvre de la loi est inscrite dans leur cœur, leur conscience en rendant témoignage, et leurs pensées s’accusant ou se défendant tour à tour ». Sous ce rapport, leur nom pourra ou non se trouver écrit dans le livre des vivants. Ils seront envoyés ou à la droite du trône avec les brebis ou à gauche avec les boucs : ceux qui sont destinés à la perdition éternelle et à partager la condamnation du diable, de la Bête et du faux prophète (Apocalypse 20/10 et 15). A ce moment là la mort elle-même aussi sera détruite et jetée dans l’étang de feu.
Le revêtement de l’incorruptibilité 
Les élus (première résurrection) et les justes (deuxième résurrection), seront transformés et deviendront comme les étoiles du ciel (des anges) ainsi que l’avait annoncé Daniel. Jésus aussi (Matthieu 22/30) l’avait dit aux disciples. Cette transformation est rendue nécessaire pour vivre dans la nouvelle création. Les justes et les élus déposeront le vêtement terrestre corruptible et revêtiront des vêtements glorieux, des vêtements de vie pour l’éternité. Durant le règne de 1000 ans (que je n’ai pas évoqué) la mort existera encore même si l’espérance de vie sera extraordinairement prolongée ; or ce ne sera plus le cas au moment de revêtir le nouveau corps car la mort, appelé le dernier ennemi, aura été vaincue.
Les nouveaux cieux et la nouvelle terre
Beaucoup de gens pensent qu’au renouvellement de toutes choses, les hommes vivront obligatoirement au ciel. Pourtant Jésus a dit dans les béatitudes que les débonnaires hériteront la terre. Quelque soit l’endroit où vivront ses élus, ce sera avec Jésus. Mais ce qui est sûr et certain, c’est que Dieu ne créera pas une nouvelle terre pour qu’elle soit vide. Il y aura encore des villes que les élus de Dieu administreront et des nations qu’ils paîtront ; ils régneront avec Dieu sur son trône tel que ça avait été dit à l’église de Laodicée. Le trône de Dieu et donc son règne sera à la fois sur la terre et dans les cieux renouvelés, ainsi sera aussi le règne du royaume de sacrificateurs que Jésus a acquis par son sang. Alors oui, il y aura encore sur la terre des nations et des rois tel que le dit Apocalypse 21/24 : « La ville n’a pas besoin du soleil ni de la lune pour l’éclairer, car la gloire de Dieu l’éclaire et l’Agneau est son flambeau. Et les nations qui auront été sauvés, marcheront à sa lumière, et les rois de la terre y apporteront leur gloire et leur honneur ». Verset 26 : « on y apportera la gloire et l’honneur des nations ».
Ésaïe avait prophétisé sur la nouvelle création, mais dans la Nouvelle Alliance Pierre aussi avait dit (2 Pierre 3/13) : « Mais nous attendons selon sa promesse de nouveaux cieux et une nouvelle terre où la justice habitera ». Il est dit que la Nouvelle Jérusalem descendra pour manifester la présence de Dieu parmi les hommes, mais il n’est pas précisé si Jean la voit au ciel ou sur la terre. De même il n’est dit nulle part que ceux qui auront revêtu leur corps glorieux lors de la résurrection vivront au ciel. Par contre avec notre corps incorruptible nous serons comme les anges du ciel montant et descendant sur le fils de l’homme grâce à l’échelle de Jacob : les 12 tribus d’Israël qui sont les portes sans lesquelles quiconque est incapable d’entrer dans la nouvelle Jérusalem, car ce sont eux qui ont été pour nous les dispensateurs de ces mystères de Dieu qui nous sont parvenus. Notre salut en Jésus-Christ vient de Jacob Israël le premier né de Dieu.
La demeure de Dieu parmi les hommes
« Je vis descendre du ciel d’auprès de Dieu la ville sainte la nouvelle Jérusalem préparée comme une Épouse qui s’est parée pour son Époux. Et j’entendis du trône une forte voix qui disait : Voici le Tabernacle de Dieu avec les hommes ! Il habitera avec eux, et ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux ». Ésaïe 7 : on lui donnera le nom d’Emmanuel Dieu avec nous.
Verset 10 : «  Et il me transporta en esprit sur une grande et haute montagne. Et il me montra la ville sainte, Jérusalem qui descendait du ciel d’auprès de Dieu ayant la gloire de Dieu.
On l’appellera du nom d’Emmanuel
Apocalypse 3/12 : « Celui qui vaincra, Je ferai de lui une colonne dans le Temple de mon Dieu, .. J’écrirai sur lui le nom de mon Dieu, le et le nom de la ville de mon Dieu, de la Nouvelle Jérusalem qui descend du ciel d’auprès de Dieu, et mon nom nouveau ». C’est seulement à ce moment là où Jésus et son Épouse seront réunis, que l’Épouse (comme c’est le cas dans nos sociétés civiles), pourra prendre et porter en elle le nom nouveau de L’Époux. Ce nom Emmanuel qui est le sien en même temps qu’il est celui de Jésus prendra à ce moment-là tout son sens. Ce nom nouveau, ce nom plus excellent que celui des anges, Jésus l’a reçu dans le ciel après son ascension, mais il n’est révélé sur la terre qu’au moment des Noces de l’Agneau.
La gloire de la Citée aux solides fondements
La Ville de Dieu, son Épouse est au complet et glorieuse. Jean donne une description de la Jérusalem céleste sur laquelle je ne reviendrai pas dans ce message. La gloire dont est revêtue cette Citée céleste n’est pas la gloire que l’homme avait reçue au commencement et dont il est dit qu’elle avait été perdue à cause du péché ; Romains 3/23 dit que tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu ; donc une gloire qui avait été reçue auparavant. Mais la gloire dont sera revêtue la Jérusalem Céleste n’est pas le retour de la gloire de l’ancien Adam d’avant la chute. Car la Jérusalem Céleste n’est pas le recouvrement du paradis perdu. Le corps d’Adam avait été créé avec la poussière d’une terre déjà touchée par la chute car Lucifer était déjà devenu Satan lorsque Dieu mit Adam dans le paradis. La Gloire dont Dieu avait pourvu Adam, et qui lui permettait de converser avec Dieu ou d’avoir contact avec le monde spirituel était malgré tout une gloire limitée car en phase avec l’ancienne création : Adam n’était pas comme les anges, son corps qui n’était pas spirituel portait en lui la corruptibilité de la terre d’où il avait été tiré, tout comme les autres créatures du 5ème et du 6ème jour.
Dieu fait faire un saut d’excellence en avant à ceux qui porteront à ce moment-là en eux l’image du Christ Ressuscité, et sur leur front le nom nouveau de L’Époux, en les faisant passer à ce moment-là d’une gloire vers une autre gloire. Les projetant dans une ville glorieuse au lieu de les faire revenir au jardin D’Éden qui avait été touché par le péché. L’arbre de la vie n’est désormais plus dans le jardin mais au milieu même de la Sion Céleste en étant alimenté par le cours d’un fleuve unique dont le cours non divisé provient directement du trône de Dieu et de l’Agneau qui se trouvera lui aussi au milieu de la ville.
« Et l’Esprit et l’Épouse disent vient ! Et que celui qui entend dise viens ! Et que celui qui a soif vienne, que celui qui veut, prenne de l’eau de la vie gratuitement ».
Apocalypse 22/6 et 7 : «  Et il me dit : ces paroles sont certaines et véritables ; et le Seigneur, le Dieu des esprits des Prophètes, a envoyé son ange pour montrer à ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt. Et voici je viens bientôt. Heureux celui qui garde les paroles de la prophétie de ce livre ».
Apocalypse 22/10 : « Il me dit : ne scelle point les paroles de la Prophétie de ce livre ; car le temps est proche ».


Éliane Colard


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire