mercredi 6 juin 2018

Le commerce des âmes et sa fin




« La grande ville, Babylone, la ville puissante! En une seule heure est venu ton jugement!
Et les marchands de la terre pleurent et sont dans le deuil à cause d'elle, PARCE QUE PERSONNE N'ACHÈTE PLUS LEUR CARGAISON, cargaison d'or, d'argent, de pierres précieuses, de perles, de fin lin, de pourpre, de soie, d'écarlate, de toute espèce de bois de senteur, de toute espèce d'objets d'ivoire, de toute espèce d'objets en bois très précieux, en airain, en fer et en marbre, de cannelle, d'aromates, de parfums, de myrrhe, d'encens, de vin, d'huile, de fine farine, de blé, de bœufs, de brebis, de chevaux, de chars, DE CORPS ET D'ÂMES D'HOMMES. » (Apocalypse 18 ; 10 à 13.)

Je suis de plus en plus admiratif de la clairvoyance prophétique de ce livre qui 2 000 ans avant l’invention de l’informatique nous annonçait déjà une image qui parlerait et gouvernerait le monde en mettant à mort ceux qui ne se soumettraient pas à son mode de commerce (Apoc. 13 ; 15.). Mais là, nous allons découvrir un nouvel aspect de la vision de Jean, qui au-delà des siècles nous parle d’une invention toute récente du commerce mondial : le commerce des âmes.


Je dois avouer que pendant longtemps,comme beaucoup de mes contemporains, ma seule compréhension du commerce des âmes passait par l’idée moyenâgeuse de « vendre son âme au diable ». Mais ce Texte de l’Apocalypse nous parle d’autre chose. La fin de cette liste de marchandises (devrais-je dire son couronnement?) nous décrit l’âme des hommes comme étant un produit commercial brassé par les « marchands ».

Le commerce des corps est connu de tous et depuis longtemps, il s’agit de l’esclavage qui fait du corps humain une marchandise. La traite des êtres humains sous forme de prostitution, de travail forcé, de location d’utérus, de déplacement de populations, ou de vente d’organes rapporte des milliards chaque année. Au point que les comptables immoraux qui nous dirigent considèrent que ce « chiffre d’affaires » devrait être intégré au PIB (Produit Intérieur Brut) du commerce mondial. Savez-vous que que le PIB de la France a remonté de 0,1 % en 2017 grâce à la prise en compte du trafic de drogue dans les « revenus » de la nation ?

Mais le commerce des âmes est assez récent. Il rapporte des milliards à ceux qui s’y livrent et son utilité n’est plus à démontrer. Cependant avant d’aller plus loin, mettons nous d’accord sur le sens à donner au mot « âme » dans ce contexte.

Dans le grec du Nouveau Testament, âme/psuchè a le sens de « souffle de vie », ce qui anime une personne. Il s’agit de sa personnalité, de ses sentiments, de ses désirs, de ses centres d’intérêts. Et dans les algorithmes du commerce mondial, la connaissance de nos désirs et de nos centres d’intérêts à une grosse valeur commerciale, puisqu’elle permet de nous proposer de façon ciblée les « produits » qui nous attireront. Vendre des « âmes d’hommes » au XXI° siècle consiste simplement à vendre notre « profil » -plus ou moins affiné- aux marchands du net. C’est un outil indispensable pour nous proposer des marchandises, plus ou moins virtuelles, qui seront à même de nous tenter et de nous amener jusqu’au clic final qui conclura l’affaire...

Il suffit de se livrer à quelques exercices pratiques pour découvrir cette réalité. Par exemple, faites une recherche avec votre « ami » Google sur les appâts de pêche à la ligne et continuez à naviguer sur le web en ne vous intéressant plus de ce sujet. Vous découvrirez que des pub « ciblées » et imagées vous proposeront pendant plusieurs semaines des articles de pêche en tout genre sur les côtés ou au milieu de vos pages web… Vous pouvez faire la même expérience avec des chaussures ou des voitures, des armes, certains types de vidéos, etc... et vous obtiendrez les mêmes effets.

Sur Facebook, Snapchat et maintenant WatsApp (pour ne parler que des plus connus) ce sont vos réactions et vos interventions qui renseignent votre « profil » qui sera commercialisé ensuite aux différents annonceurs. Quand vous cliquez sur « j’aime » (ou autre nuances) vous livrez une partie de vos centres d’intérêts aux marchands du net qui vont s’empresser de les commercialiser.

Avant l’invention d’internet à la fin du XX° siècle, les « âmes d’hommes » n’avaient aucune valeur marchande et ce Texte de la Révélation de Jean était incompréhensible. Mais aujourd’hui il s’éclaire d’un jour nouveau en nous permettant de saisir la pertinence de son inspiration prophétique et nous encourage ainsi à aller un peu plus loin dans la compréhension de ce qu’il nous annonce. Car le Texte mis en tête de cet article nous prédit qu’il suffira d’une heure pour que s’écroule le commerce mondial de cette Babylone virtuelle. Une heure ! Ce n’est pas une longue période de décadence, mais une catastrophe brève et soudaine qui déchirera cette gigantesque toile inhumaine qui a basé les rapports humains sur des chiffres et des algorithmes. On peut supposer un « Big Bugg » informatique qui rendra les échanges du commerce mondial impossible. A partir de cette heure là, il n’y aura plus de comptes sur le net, plus de virements possibles, plus de cartes de crédit en état de fonctionner et le commerce s’arrêtera ! Comme le dit le Texte : « les marchands pleurent et sont dans le deuil, car plus personne n’achète leurs produits ». 

Et ce jour là, la bonne nouvelle c’est que même les « âmes d’hommes » ne trouveront plus d’acheteurs...

Jean-Luc B




Dans le même ordre d'idée :













 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire