dimanche 1 janvier 2012

Avortement ou projet de vie ?

.

Un petit témoignage concernant l'aide spirituelle qu'il est possible d'apporter à ceux et celles qui, sur le chemin de la vie, sont parfois tentés par l'avortement.

C'était il y a un vingtaine d'années. A l'époque nous tenions un snack-bar avec mon épouse et une jeune femme est entrée pour nous demander un renseignement.

- Bonjour, pourriez-vous m'indiquer où se trouve le n° 19 dans la rue? Nous demanda-t-elle.

- C'est juste la porte à côté, vous cherchez quelqu'un particulièrement?

- Oui, il parait qu'il y a un marabout à cette adresse, mais je ne retrouve pas son nom sur les sonnettes.


Depuis quelques mois, j'avais remarqué dans le petit journal local gratuit, qu'un marabout proposait ses services dans la rue qui prolongeait la nôtre, au n° 19 justement, mais une centaine de mètres plus loin. Cependant, il me semblait évident que mon rôle de chrétien ne consistait pas à indiquer l'adresse d'un endroit où se pratiquaient des consultations divinatoires que l’Éternel considère comme abominables (voir Deut. 18: 9-12.).

D'autant plus que je priais depuis que j'en avais eu connaissance pour qu'un obstacle soit mis devant la porte de ce marabout, afin d'éviter que des personnes ne tombent encore plus sous le pouvoir de l'adversaire en allant le consulter et récolter ainsi des malédictions.


J'interrogeais donc cette jeune femme:

- Pourquoi donc aller consulter un marabout?

Elle hésita quelques secondes et puis donna l'impression de se jeter à l'eau:

- Hé bien voilà, je vivais en couple avec un homme d'origine asiatique et je pensais que c'était pour la vie. Mais lorsque je me suis retrouvée enceinte et que je lui ai annoncé, il a disparu! Je me demandes donc ce que je dois faire. S'il revient, je garderai le bébé, mais s'il ne doit pas revenir, le mieux serait que j'avorte, car je ne penses pas que je pourrai m'en occuper toute seule.Je suis allé consulter des cartomanciennes et des voyantes dans la ville d'où je viens: trois d'entre-elles m'ont affirmé que mon compagnon reviendrait, mais les trois autres m'ont déclaré au contraire qu'il ne reviendrait pas.

Comme je ne savais pas comment me décider, j'ai donc projeté de consulter un dernier marabout dans votre ville, et selon sa réponse, je garderai l'enfant ou pas...

Je l'ai alors interrogé sur sa foi. Elle m'a dit quelle était portugaise et qu'elle savait que Dieu existait et nous voyait. Nous avons alors échangé sur ce sujet et il s'est révélé clairement que cette jeune femme avait parfaitement conscience de mal agir en supprimant cette vie qu'elle portait dans son ventre. Mais la peur de ne pas arriver à gérer l'avenir, seule avec cet enfant, l'incitait à supprimer ce « problème » en procédant à une IVG.

Nous avons alors ouvert ensemble la Bible et je lui ai montré les passages où Dieu annonce qu'Il sera le Père des enfants sans pères (Ps. 68: 6.), et qu'Il donnera le nécessaire à ceux qui cherchent le Royaume et la Justice de Dieu (Mat. 6: 24-34.), et je lui ai demandé si elle croyait ces promesses.

Elle me répondit qu'elle les croyait et qu'elle comprenait maintenant que, dans son égarement, Dieu l'avait dirigé jusque dans ce bar pour la garder de pratiquer un acte grave qu'elle aurait amèrement regretté ensuite. Elle a alors décidé de conserver son enfant, en se confiant dans la bonté et le secours de Dieu pour pouvoir l'élever.

Elle m'a appris que depuis le départ de son conjoint, elle demandait à Dieu son aide et sa direction. Malheureusement, par ignorance, elle allait en même temps chercher des conseils du côté opposé, vers ceux qui se prétendait des guides éclairés mais dont les pratiques divinatoires sont fermement réprouvées par la Bible, puisqu'il est même déclaré qu'ils attirent ceux qui les écoutent sur «les sentiers qui mènent au séjour des morts» (Prov. 9: 18.)... cependant la grâce de Dieu l'avait rattrapé à temps et remise dans le chemin de la vie...

Elle n'a pas voulu me donner son nom, ni son adresse, mais elle a longtemps fait partie de mes prières. Et 20 ans après, lorsque je croise parfois un jeune de cet âge, il m'arrive de me demander s'il ne s'agirait pas de l'enfant que la grâce de Dieu a sauvé en mettant la confusion au sujet du nom d'une rue et en incitant sa mère à demander conseil dans un café qu'elle ne connaissait pas, mais où régnait un Dieu d'amour qui l'aimait et qui voulait qu'elle soit une source de vie, et non pas un instrument de mort.

Peut-être faudra-t-il attendre d'être là-haut pour connaître enfin tous les détails de cette histoire de vie dont je n'ai vu que les premiers moments positifs d'une gestation mal commencée. Mais je sais que, par la grâce de Dieu, elle n'a pas été interrompue et a pu continuer son cheminement dans les sentiers de la vie...

Jean-Luc B


Sur le même sujet :

Rescapée de l'avortement.

.

1 commentaire:

  1. Merci pour ce témoignage qui me touche car moi je suis mère grâce à des femmes qui ont mis au monde des enfants qu'elles ont confié pour l'adoption.

    Moi aussi je prie pour ces mères courageuses qui ont donné 9 mois de leur vie pour mettre au monde un enfant qu'elles ne rêveront pas ..

    Je dis merci à ces mères car je suis très heureuse avec mes enfants adoptés.
    Ils sont beaux intelligents et merveilleux.

    Ils font toute ma joie et celle de notre foyer. Aussi je pense très souvent à ces mères et je demande à Dieu qu'elles soient gardées tous les jours de leur vies et bénies à cause de leur choix de vie.

    RépondreSupprimer