mardi 10 novembre 2009

Pile ou face ?




Bon ça y est ! La campagne de vaccination contre la « grippe A » se met en place, et dans quelques jours il va falloir se décider pour ou contre la petite piqure...


Je commence à recevoir des visites, des coups de fils et des mails de gens qui se disent chrétiens et qui sont de moins en moins rassurés par tout ce qui se dit sur le net et qui me demandent ce qu'il faut faire. Certains sont tellement perdus au milieu des infos contradictoires qui circulent actuellement, qu'il me semble qu'ils suivraient aveuglément toute personne qui se présenterait comme un guide. Il existe d'ailleurs des sites sur le web qui ont franchis le pas et qui se posent allègrement en « directeurs de consciences » pour leur indiquer les procédures à suivre.


Comme d'habitude, il y a deux camps assez bien délimités.


A) - Les « conspiros », qui sont absolument contre ce vaccin qui, à leurs yeux hypnotisés, serait porteur de toutes les peurs imaginables, et même un peu plus (peur de l'empoisonnement, peur de la manipulation mentale, et même peur de l'injection surprise d'une puce verychip, sensée représenter le « nombre de la bête » et qui amènerait donc à la perdition éternelle ceux qui auraient eu le malheur de se la laisser injecter sans le savoir...).


B) – les « anti-conspiros » pour lesquels il n'y a aucune raison de s'inquiéter, mais qui semblent parfois être eux-même animés par « la peur d'avoir peur » et qui ne veulent donc surtout pas écouter les infos inquiétantes transmises par les conspiros... (je ne sais pas si vous me suivez, mais les autruches ont ce même genre de peur elles aussi, et ont un peu la même méthode pour ne pas y succomber.)


Je dois dire que je n'arrive pas à choisir entre les deux camps, car ils me semblent « flipper » autant des deux côtés, même si ce n'est pas de la même manière. Et plus le temps passe, plus je me rends compte que je suis un indécrottable, incapable d'être un bon supporter d'une « équipe » contre une autre.


Pourtant, ce n'est pas ça qui me pose soucis en ce moment, mais l'effarante constatation que la plupart des chrétiens qui me contactent à propos de la grippe ne savent pas rechercher par eux-même la volonté de Dieu. Ils me semblent incapables de recevoir des convictions qui viennent d'En Haut. Alors évidemment, il leur faut un « maitre à penser », quelqu'un qui se place en médiateur de la volonté de Dieu à leur égard, et là je ne crois pas que ce soit mon rôle, ni celui de personne d'autre!


En échangeant avec d'autre chrétiens de ma ville, j'ai réalisé que les « réunions de prières » commençaient à connaître une recrudescence d'activité, parce que beaucoup y vont en ce moment pour demander à Dieu s'ils doivent se faire vacciner ou pas. J'ai bien peur qu'ils n'y viennent pas pour y écouter réellement ce que Dieu veut leur dire, ce qu'Il leur a déjà dit « tous les matins » depuis longtemps sans qu'ils n'y obéissent, mais qu'ils viennent seulement pour le consulter afin d'avoir une réponse à pile ou face concernant le seul sujet qui les intéresse actuellement, avec une prière de ce genre :


« Seigneur, faut-il se faire vacciner ou pas ? Montre moi comment je peux éviter les problèmes. » (cocher la case correspondante...)


J'ai un grande crainte que ceux qui viennent consulter l'Éternel de cette façon, ne soient malheureusement dans la même position de coeur que les anciens du peuple dans Ézéchiel 14, c'est à dire avec un coeur qui n'est pas tout entier à Lui et qui n'obtiendra donc pas de réponse d'En Haut, sinon une colère divine qui pourra aller jusqu'à l'extermination (Ez. 14. 8. )


J'aimerais que tous ceux qui commencent à avoir peur en ce moment (quel que soit leur « camp »), prennent conscience que Dieu leur a déjà parlé, chaque jour, dès le matin, mais qu'il n'ont pas écoutés (Job 33. 14.), sinon ils ne seraient pas encore en train de chercher à échapper à « l'épreuve qui vient sur le monde entier pour tester les habitants de la terre » (Apoc. 3. 10.).

Dieu a fait sa part :


« Il éveille, chaque matin, il éveille mon oreille, Pour que j’écoute comme écoutent des disciples. » (Es. 50.4.)


Mais du côté de l'homme :


« Jusqu’à ce jour, Je vous ai envoyé tous mes serviteurs, les prophètes, Je les ai envoyés chaque jour, dès le matin. Mais ils ne m’ont point écouté, ils n’ont point prêté l’oreille; Ils ont raidi leur cou... » (Jer. 7. 25.)


La seule façon de pouvoir tenir ferme dans les évènements qui vont se précipiter, consiste (comme toujours) à passer par une véritable repentance, dans laquelle on reconnaisse notre incapacité à écouter la Parole et à mettre en pratique, mais avec le prise de décision de ne pas en rester là !


« L’Éternel prend-il plaisir aux holocaustes et aux sacrifices, comme à ce qu’on écoute la voix de l’Éternel? Voici, écouter est meilleur que sacrifice, prêter l’oreille, meilleur que la graisse des béliers » (1 Sam. 15. 22. Darby)


« Seigneur, à nous la confusion de face, à nos rois, à nos chefs, et à nos pères, parce que nous avons péché contre toi. Auprès du Seigneur, notre Dieu, la miséricorde et le pardon, car nous avons été rebelles envers lui. Nous n’avons pas écouté la voix de l'Éternel, notre Dieu » ( Dan. 9. 8-10.)


Il n'y a que dans un véritable « retour à Dieu » dans une authentique repentance, que nous (re)trouverons une assurance correctement fondée, au milieu des évènements qui se précipitent.


Jean-Luc



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire