mardi 3 mai 2011

La « Bête » établit son empire, mais qui la voit ?

Beaucoup ont déjà sa « marque » dans leurs actions (la main) et dans leurs schémas de pensée (le front), mais combien en sont conscients...

Quelle « marque » ?

Il existe actuellement une catégorie de chrétiens qui cherchent absolument à découvrir quelle sera cette fameuse « marque de la Bête » qui va être posée « sur le front ou sur la main » (Apoc. 13 : 14-18.). Il le font avec la louable intention de pouvoir discerner ce qu'ils pensent être un « objet » dangereux, puisqu'il serait capable de leur faire perdre leur salut. Ils s'imaginent qu'il suffirait de refuser de le porter pour avoir droit à la vie éternelle.

Mais est-vraiment ce que la Bible nous en dit ? Suffirait-il vraiment d'accepter -ou de refuser- de porter un objet ou une « marque », pour perdre son salut ou le conserver? N'y a-t-il pas des choses bien plus sérieuses et plus profondes à comprendre dans ce texte prophétique ? Un code-barre ou une puce électronique feront-ils vraiment la différence concernant notre destinée éternelle ?

J'ai bien peur qu'en recherchant des éléments concrets et scientifiques concernant la « marque de la Bête », on ne perde le sens de la vision spirituelle qui est inscrit dans ces Lignes Inspirées. Pour sonder plus profond que la surface des choses, il est donc intéressant de revenir au vocabulaire biblique et au sens des mots employés . Car le vocabulaire employé par le livre de l'Apocalypse et en référence constante aux autres livres prophétiques écrits avant lui.

Les livres de la Nouvelle Alliance ont été écrit en référence continuelle aux annonces prophétiques qui les ont précédé. C'est à dire que les concepts et le vocabulaire de l'Ancien Testament sont la source des écrits du Nouveau Testament. Lorsque l'Apocalypse nous parle d'une « marque » en précisant qu'elle sera « sur le front ou sur la main », c'est comme s'il nous disait : « regardez ce que dit l'Esprit éternel à propos de la main et du front chez les témoins qui m'ont précédé ».

Un « signe » sur « la main et le front ».

Il est important de savoir que cette expression est employé précisément à propos de la Pâque dans le livre de l'Exode (13 : 8-9) :

« Tu feras en ce jour un récit à ton fils, en disant : C'est à cause de ce que l'Éternel a fait pour moi, lorsque je suis sorti d'Égypte. Ce sera pour toi comme un signe sur ta main et comme un rappel entre tes yeux, afin que la loi de l'Éternel soit dans ta bouche ; car c'est d'une main puissante que l'Éternel t'a fait sortir d'Égypte. »

... et à propos du « plus grand commandement » dans le livre du Deutéronome (6 : 4-9) :

« Écoute, Israël ! L'Éternel, notre Dieu, l'Éternel est un. Tu aimeras l'Éternel, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force. Et ces paroles que je te donne aujourd'hui seront dans ton cœur. Tu les inculqueras à tes fils et tu en parleras quand tu seras dans ta maison, quand tu iras en voyage, quand tu te coucheras et quand tu te lèveras. Tu les lieras comme un signe sur ta main, et elles seront comme des fronteaux entre tes yeux. Tu les écriras sur les poteaux de ta maison et sur tes portes. »

... et également en rapport avec la pratique de toute la Loi et en particulier concernant l'adoration d'un seul Dieu:

« Mettez dans votre coeur et dans votre âme ces paroles que je vous dis. Vous les lierez comme un signe sur vos mains, et elles seront comme des fronteaux entre vos yeux. Vous les enseignerez à vos enfants, et vous leur en parlerez quand tu seras dans ta maison, quand tu iras en voyage, quand tu te coucheras et quand tu te lèveras. » (Deut. 11: 18-19.)

Dans ces trois enseignements, nous comprenons bien que ce « signe » ne concerne pas un objet mais un principe et qu'il est à pratiquer et à mettre « dans votre coeur et dans votre âme ».. Même si certains pharisiens littéralistes en ont fait des phylactères qu'ils s'attachent de façon concrète aux poignets et au front, n'oublions pas que le Christ a réprimé cette façon hypocrite d'afficher sa vie de croyant (Mat. 23: 5.). Il est intéressant de savoir que le mot « phylactère » est tiré d'un verbe grec qui signifie « garder », ou « observer », ou « pratiquer ». Ceux qui affichaient ainsi ces « signes visibles » voulaient montrer de façon ostentatoire et uniquement symbolique qu'ils étaient les observateurs et les gardiens de la Loi. Alors que pour l'Écriture il s'agissait plutôt de garder dans son coeur et ses pensées (le front) et dans ses actions (la main) l'oeuvre de salut de Dieu et la direction spirituelle qu'Il avait laissé.

En effet, si nous reprenons ces trois références à la main et au front, nous remarquons que la première est en rapport avec la transmission du souvenir de la liberté retrouvée grâce au sang de l'agneau lors du sacrifice de la Pâque (Ex. 13: 8.), alors que la deuxième référence est en rapport direct avec la conservation (et également la transmission) du souvenir du « plus grand commandement » (Deut. 6: 4.). La troisième faisant la synthèse des deux premières en abordant leurs conséquences (bonnes ou mauvaises selon l'attitude adoptée). Lorsque nous savons que la transmission d'un savoir chez les hébreux ne passait pas uniquement par des paroles théoriques, mais également par des actes pratiques, nous comprenons mieux ce que ce « signe » signifie. C'est encore plus parlant lorsque nous allons à la racine hébreu du mot « signe », qui signifie « accepter », « consentir », « être en accord ».

Résumons. Dans le contexte de ces trois références hébraïques à « la main et au front », le « signe » en question est donc l'acceptation et la transmission d'une oeuvre de libération, ainsi que de la soumission aux commandements divins. Lorsque cette expression était employée, les juifs comprenaient donc qu'il était question d'acceptation et de transmission d'une croyance.

En sondant l'Exode et le Deutéronome, nous pouvons constater qu'il n'est pas question de signes concrets (phylactères et compagnies), mais d'une image de principes spirituels. Et c'est encore le cas dans le dernier livre de la Bible. Il est possible qu'il y ait également un accomplissement physique, mais ce n'est pas à ce moment là que que nous pourrons nous prémunir contre la séduction. Il est impératif de le faire en amont. Car le « signe » visible ne sera que la confirmation de l'état du coeur. Les gens ne seront pas perdus parce qu'ils accepteront « le signe de la Bête », mais beaucoup plus logiquement parce que leurs pensées ou leurs gestes seront en phase avec le règne de ce pouvoir tyrannique, et qu'ils ne verront aucune raison de refuser d'afficher publiquement ce moyen d'échange financier indispensable...

Le combat du chrétien ne consiste donc pas à se prémunir contre ce « signe » mais à marcher par la foi en nouveauté de vie, par le moyen du renouvellement de notre compréhension (Rom. 6 : 4 et 12 : 2.). Si nous sommes attentifs à la direction de l'Esprit et que notre conscience n'est pas étouffée, nous seront en mesure de « résister dans le mauvais jour après avoir tout surmonté. » (Eph. 6.)

Il me semble que c'est dans cette optique que nous pouvons chercher à sonder le sens spirituel de la « marque de la Bête » dont nous parle le livre de l'Apocalypse. Ne nous égarons pas dans la recherche de la forme physique que prendra éventuellement ce signe, mais cherchons plutôt à en comprendre les enjeux spirituels, afin de ne pas être entrainés dans le courant unanime qui l'adoptera comme signe visible de son acceptation de l'adoration de la « Bête » et de la mise en pratique de ses commandements.

Le livre de l'Apocalypse amène une nouvel élément, qui est l'aspect commercial. Car cette « marque » là a une utilité très pratique, elle concerne le commerce, l'échange de bien et de valeurs. C'est écrit très clairement:

« Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front, et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la Bête ou le nombre de son nom. C’est ici la sagesse. Que celui qui a de l’intelligence calcule le nombre de la Bête. Car c’est un nombre d’homme, et son nombre est six cent soixante–six. » (Apoc. 13: 16-17.)

Je ne vais pas me livrer ici à ce calcul, mais nous pouvons néanmoins constater que les seules références au nombre six cent soixante–six que nous ayons dans l'Ancien Testament, concernent la quantité de talents d'or que Salomon importait chaque année (1 Rois 10: 14 – 2 Chr. 9: 13.) et aussi un dénombrement des fils d'Adonikam (nom qui signifie « un seigneur s'est levé ») dans Esdras 2: 13. Là encore nous avons les « deux ou trois témoins » que l'Écriture nous demande (Deut. 19: 15 – Mat. 18: 16 – 2 Cor. 13: 1.)

Si nous reprenons ces éléments, nous voyons donc que: « un seigneur s'est levé », qui prendra le contrôle de l'économie mondiale et qui voudra être servi comme on sert une divinité. Ceux qui refuseront de participer à ce « culte économique » seront mis à mort sur ordre de « l'image de la Bête ».

« elle séduisait les habitants de la terre par les prodiges qu’il lui était donné d’opérer en présence de la bête, disant aux habitants de la terre de faire une image à la bête qui avait la blessure de l’épée et qui vivait. Et il lui fut donné d’animer l’image de la bête, afin que l’image de la bête parlât, et qu’elle fît que tous ceux qui n’adoreraient pas l’image de la bête fussent tués. » (Apoc. 13: 14-15.)

Ce n'est pas le refus de la « marque » qui sera le cause de mise à mort, mais bien le refus de servir la « Bête », c'est à dire le refus d'accepter son esprit. Le refus de penser (le front) et d'agir (la main) selon ces schémas de pensée économiques et marchants.


Qu'est-ce que l'Ancien Testament peut nous apprendre à propos du sens spirituel de la « Bête »?

- Le livre de Job nous parle de la Bête comme d'une entité puissante que les hommes ne peuvent pas dominer, ni contrôler (Job chap. 40 et 41.). Louis Second traduit maladroitement par «hippopotame» et «crocodile», mais il est question en hébreu de « Béhémoth » (la « Bête ») et du « Léviathan », ce qui se voit facilement au travers de la description qui en est faite et qui ne correspond absolument pas aux habitants naturels des eaux du Nil ou de l'Euphrate.

- Le livre de Daniel nous parle d'empires représentés par des bêtes, ce qui nous ouvre une piste intéressante. Ces entités incontrôlables formeraient donc des empires incontrôlables et le dernier d'entre eux sera « différent de tous les autres » (Dan. 7: 9.):

« Il me parla ainsi: Le quatrième animal, c’est un quatrième royaume qui existera sur la terre, différent de tous les royaumes, et qui dévorera toute la terre, la foulera et la brisera. »

Les royaumes précédents géraient des portions de la terre, le dernier empire la dominera en entier, la dévorera, la foulera et la brisera.

N'est-ce pas la description même de l'empire économique mondial qui est en train de se mettre en place? Qui remplit pratiquement toute la terre, la dévorant, la polluant et finissant carrément par la détruire (Apoc. 11: 18.)... Voilà donc la « Bête » qui étend sa domination sur le monde et qui mettra à mort ceux qui ne la serviront pas. Qui établit son empire par « la libre circulation des personnes et des biens » en prenant son éco au passage et qui s'enrichit par l'ampleur de son trafic.

L'Ancienne Alliance nous donne des « types », des images de ce combat entre deux « règnes » (1 Cor. 10: 6 et 11.). Celui des « marchants » (« cananéen » est synonyme de « marchant ») qui sont éliminés par un peuple de bergers (Israël).

Pour approfondir cette image des « marchants » et bien comprendre quel est la nature du conflit, voire ici :

http://blog-porte-parole.blogspot.com/2010/02/le-regne-du-don_27.html

L'avertissement du Seigneur.

Notre Seigneur Jésus Christ lorsqu'Il était parmi nous, nous a laissé des mises-en-garde concernant cet empire. En particulier ici:

« Nul ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l’un, et aimera l’autre; ou il s’attachera à l’un, et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mamon. » (Mar. 6: 24 – Luc 16: 13.)

Ces deux avertissement du Christ sont insérés dans un contexte de rapport à l'argent, en particulier sur l'illusion de sécurité qu'il prétend procurer. Et le Fils de Dieu nous montre que ce rapport d'intérêt est semblable aux relations faussées que nous établissons avec la Divinité pour en obtenir quelque chose, alors que tout est déjà donné. Selon Lui, il s'agit réellement d'un culte rendu au principe du commerce, et pas simplement d'un point d'appui sécurisant qui serait amassé pour les temps difficiles. Il me semble qu'il serait bien de se laisser sonder par ses Paroles, car elles ont un travail thérapeutique à effectuer en chacun de nous, pour nous amener dans la bonne direction, de façon à travailler à établir le règne qui «subsistera éternellement» après avoir brisé et anéanti toutes les dominations, humaines et bestiales.

« Dans le temps de ces rois, le Dieu des cieux suscitera un Royaume qui ne sera jamais détruit, et qui ne passera point sous la domination d’un autre peuple; il brisera et anéantira tous ces royaumes–là, et lui–même subsistera éternellement. » (Daniel 2: 44.)

Guerre entre deux règnes.

Il y aura donc cohabitation entre ces deux royaumes opposés, jusqu'à ce que le Règne de Dieu s'établisse «sur la terre comme au ciel».

La leçon que j'ai retiré de cette étude, c'est que nous avons à faire un choix entre deux façons de rendre un culte. Où une façon désintéressée, qui a compris par la foi que nous avons déjà accès aux promesses de Dieu (voir Matthieu 6 et Luc 16.); ou alors une façon intéressée (une relation marchande) où nos actes et nos pensées sont motivés par l'intérêt que nous pourrons en retirer.

Si nous me marchons pas par la foi mais dans la crainte, si nous n'avons pas confiance dans les trésors d'amour et de sagesse du Dieu Eternel qui prend soin de ses enfants, nous courrons le risque de nous laisser peu à peu entrainer à «servir la créature au lieu du Créateur» (Rom. 1: 25.), et nous serons malheureusement alors mûrs pour recevoir le cadeau empoisonné que nous apportera « l’adversaire qui s’élève au–dessus de tout ce qu’on appelle Dieu ou de ce qu’on adore, jusqu’à s’asseoir dans le temple de Dieu, se proclamant lui–même Dieu. » (2 Tess. 2: 4.).

Ceux qui auront servi les divinités de l'acquisition de la richesse et la pensée commerciale du donnant-donnant, recevront donc la « marque » de leur maître. Il ne sera plus temps de la refuser à ce moment là, puisque leur vie et leur coeur témoigneront contre eux qu'ils sont vraiment les serviteurs de celui qui finit par faire haïr le Dieu Éternel. Vu sous cet angle là, les recherches sur la nature physique de la « marque de la Bête », ne présentent plus beaucoup d'intérêt, car c'est bien en amont que se passeront les décisions vitales.

Ce qui est important, c'est de prendre le temps maintenant de nous éprouver nous-même pour savoir si nous sommes vraiment et uniquement dans la foi (1 Cor. 12: 5.), ou si nous cherchons parallèlement des points d'appui dans les biens terrestres et dans les investissement « rentables ». Si nous servons deux maîtres, nous finirons par être entraînés dans la haine. N'ayons donc pas un coeur partagé!

(à suivre...)

Jean-Luc B



Dans le même sujet :

http://blog-porte-parole.blogspot.com/2010/02/le-regne-du-don_27.html

http://blog-porte-parole.blogspot.com/2009/07/deux-mondes-deux-attitudes.html

http://blog-porte-parole.blogspot.com/2009/08/conquerir-nos-vies.html

http://blog-porte-parole.blogspot.com/2009/09/foi-ou-religion.html

http://blog-porte-parole.blogspot.com/2010/01/ecoutez-sa-voix.html

http://blog-porte-parole.blogspot.com/2010/04/sajuster-au-gouvernement-du-saint.html

23 commentaires:

  1. Oui, j'adhère pleinement à cette interprétation du signe sur la main et sur le front.
    Deux développements :
    Lors de la campagne d'Egypte en 1798, les français ont découvert que les ottomans, maîtres de l'Egypte à cette époque, imposaient aux juifs un tatouage soit sur le front, soit sur le poignet pour avoir le droit de faire du commerce. C'est Bonaparte qui abolit cette coutume inique.
    Deuxièmement, le symbole reçu en vision par Jean, l'auteur de l'Apocalypse a été traduit par 666 par les copistes. En fait, ils ne connaissaient pas ce symbole. Et pour cause : il n'allait apparaître que des siècles plus tard, lorsque l'empire musulman sera créé. Exemple d'une référence parmi beaucoup d'autres: http://www.dailymotion.com/video/xcqo5r_bible-nombre-666-et-islam_news
    Dominique LEULIET

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Dominique Leuliet,

    Pour ma part, même s'il est vrai que la comparaison entre les lettres 666 du manuscrit et les symboles de l'islam est assez bluffante, je ne suis vraiment pas sûr que les fruits de cette interprétation soient bons : les sites qui s'inspirent de cette interprétation (dans ceux que j'ai pu lire, sans généraliser), ne sont vraiment pas un témoignage du caractère de notre Seigneur.

    Yannick

    RépondreSupprimer
  3. C'est étonnant ici de voir qu'on ne pense pas que la "puce" puisse être la marque de la Bête. En fait, les scientifiques n'on trouvé que deux endroits possibles et "sécuritaires" pour implanter cette puce électronique après des recherches qui on couté des millions de dollars: sur la main droite ou sur le front. Est-ce-là une coincidence? Ceux qui la prendront ce sera le signe qu'ils n'ont pas confiance en Dieu mais en Mammon, Dieu de l'argent. Ils pourront difficilement être sauvés.Je pense que l'interprétation des textes de la Bible, surtout pour une église qui ordinairement interprête la Bible encore plus littéralement que d'autres Eglises,me laisse songeur....

    RépondreSupprimer
  4. Jean Luc J'aimerai avoir ton avis sur cette parabole :

    La parabole de l'économe infidèle
    Évangile selon Luc Chapitre 16

    http://www.bibleenligne.com/Commentaire_biblique/Commentaire_simple/NT/Luc/Lc%2016.1-13.htm

    Martine

    RépondreSupprimer
  5. vous en savez des choses c'est pationnant!

    RépondreSupprimer
  6. Mais quel jour est le jour du Seigneur? De quel jour es-tu le Seigneur?


    Car le Fils de l’homme est maître du Shabbat ». Matt. 12 : 8.


    Il ya sept jours dans la semaine. Quel jour est le jour du Shabbat?


    «Le septième jour est le jour du repos de l’Eternel, ton Dieu ». Quatrième Commandement (Ex. 20 : 10.)


    Mais, Seigneur, n’as-tu pas aboli la loi qui
    Contient le Commandement du Shabbat?


    «Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes ; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir ». Matt. 5 : 17.

    N'as-tu pas au moins changé un des commandements afin qu aujourd'hui tes disciples puissent garder un autre jour?


    «Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu’à ce que tout soit arrivé ». Matt. 5: 18.


    Mais, Seigneur, le samedi n’est-il pas un jour Juif ? Le septième jour n’est-il pas le Shabbat des Juifs?


    «Le Shabbat a été fait pour l’homme ». (Le Shabbat a été mis en place et donné à l’homme 2500 ans avant l’existence d’un juif. Voir Gen. 2: 1-3).

    RépondreSupprimer
  7. Quelqu'un m’a dit qu’après ta crucifixion, tes disciples ne gardèrent plus le Shabbat du septième jour selon la loi. Est-ce vrai?


    «C’était le jour de la préparation, et le shabbat allait commencer. Les femmes qui étaient venues de la Gaulée avec Jésus accompagnèrent Joseph, virent le sépulcre et la manière dont le corps de Jésus y fut déposé, et, s’en étant retournées, elles préparèrent des aromates et des parfums. Puis elles se reposèrent le jour du Shabbat, selon la loi ». Luc 23 : 54-56.


    Mais l’apôtre Paul ne rencontrait-il pas toujours les premiers
    chrétiens le jour du dimanche en l’honneur de la résurrection?


    «Pendant trois shabbats, il discuta avec eux, d’après les Écritures ». Actes 17 : 2.


    Peut-être s’est-il réuni avec les Juifs le jour du Shabbat et avec les païens le dimanche. Qu’en penses-tu?


    «Paul discourait dans la synagogue chaque Shabbat, et il persuadait des Juifs et des Grecs ». Actes 18 : 4.


    Qel était l’enseignement de Paul sur le repos du Shabbat?


    «Il y a donc un repos de shabbat réservé au peuple de Dieu. Car celui qui entre dans le repos de Dieu se repose de ses oeuvres, comme Dieu s’est reposé des siennes ». Héb. 4: 9, 10.

    RépondreSupprimer
  8. Mais, de quel jour parlait Paul lorsqu’ilDisait que Dieu s’est reposé?


    «Car il a parlé quelque part ainsi du septième jour: Et Dieu se reposa de toutes ses oeuvres le septième jour ». Hébreux 4: 4.


    (Dans le Nouveau Testament il n’y a pas moins de 59 références au Shabbat. Le livre des Actes note 84 Shabbats durant lesquels l’apôtre Paul et ses compagnons ont tenu des services religieux. Cependant il n’y a aucune parole dans la Bible toute entière autorisant le repos du dimanche.)


    Pourquoi tant de gens gardent-ils le dimanche au lieu du
    Shabbat? Si la Bible enseigne le repos du Shabbat, commentet par qui le repos du dimanche a-t-il commencé?


    «Il [la puissance de la ‘petite corne’] prononcera des paroles contre le Très-Haut, ... Et il espérera changer les temps et la loi ». Dan. 7: 25.


    L’Eglise Catholique Romaine est la Petite Corne de Daniel 7. Pense-t-il avoir la puissance de changer la loi de Dieu?


    «Si elle n’avait pas eu une telle puissance, elle n’aurait pas pu faire ce qu’elle a fait et avec quoi s’accordent tous les religieux modernes; elle n’aurait pas pu substituer à l’observation du samedi, septième jour de la semaine, l’observation du dimanche, le premier jour de la semaine, changement en faveur duquel il n’existe aucune autorité Scripturaire ». Stephen Keenan, prêtre catholique romain, Doctrinal Catechism, p. 174.


    Quand ce changement a-t-il eu lieu?


    «Nous observons le dimanche au lieu du samedi parce que l’Eglise Catholique a transféré, lors du concile de Laodicée (364 ap. J-C.), la solennité du samedi au dimanche ». Peter Geirmann, The Convert’s Catechism, p. 50. (Ce catéchisme reçut la bénédiction du pape le 25janvier 1910).


    Les pasteurs protestants sont-ils d’accord sur ce point?


    CONGRÉGATIONALISTES : « Il est clair que quelles que soient la rigidité ou la dévotion impliquée à l’adoration du dimanche, nous ne gardons pas le Shabbat ». - Dr. R.W. Dale, Les dix commandements, p. 106.


    MÉTHODISTES : « Le Shabbat, dans la langue Hébraïque signifie repos et il s’agit du septième jour de la semaine ... Et il faut confesser qu’il n’y a, dans le Nouveau Testament, aucune loi concernant le premier jour ». - Dictionnaire théologique de Buck.


    BAPTISTES: «Il y avait un commandement, et celui-ci existe toujours, de sanctifier le jour du Shabbat, mais ce jour du Shabbat n’es tpas le dimanche. Il doit être cependant déclaré, avec une grande démonstration de triomphe, que le Shabbat a été transféré du septième au premier jour de la semaine. ...

    Où se trouve le récit de ce transfert?

    Pas dans le Nouveau Testament — absolument pas. ... Bien sûr, je sais parfaitement que le dimanche n’a été utilisé qu’au début de l’histoire chrétienne.
    Mais quel dommage qu’il porte la marque du paganisme, et qu’il ait été christianisé avec le nom du dieu soleil, lorsqu’il fut adopté et sanctionné par l’apostasie papale, et transmis au protestantisme comme un héritage sacré. » Dr. E. T. Hiscox, auteur du Manuel Baptiste.

    RépondreSupprimer
  9. Quelle différence cela fait-il que j’adore un certain jour? Un jour est un jour, n’est-ce pas?


    «Ne savez-vous pas qu’en vous livrant à quelqu'un comme esclaves pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez, soit du péché qui conduit à la mort, soit de l’obéissance qui conduit à la justice? » Rom. 6 : 16.


    Alors, que dois-je faire, obéir au commandement divin du Shabbat, ou garder le dimanche des hommes?


    «Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes ». Actes 5 : 29.


    He bien, Seigneur, Que penses-tu de l’adoration du dimanche?


    «Vous annulez ainsi la parole de Dieu au profit de votre tradition. C’est en vain qu’ils m’honorent, en enseignant des préceptes
    Qui sont des commandements d’hommes ». Mail. 15 : 6,9.


    Mais, les millions de gens qui gardent le dimanche ne peuvent certainement pas être dans l’erreur, n’est-ce pas?


    «Entrez par la porte étroite. Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent à la perdition, et il yen a beaucoup qui entrent par là. Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent ».Matt. 7 : 13, 14. (Seul un petit nombre obéit à Dieu aux jours de Noé, aux jours de Lot, aux jours du Christ. La majorité se perdit).


    •Mais Mr. Untel, dr. En théologie, est un homme sage: pourquoi lui et d’autres prédicateurs ne gardent-ils pas le Shabbat?


    «Considérez, frères, que parmi vous qui avez été appelés il n’y a ni beaucoup de sages selon la chair, ni beaucoup de puissants, ni beaucoup de nobles. Mais Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages; Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes ». 1 Cor. 1 : 26, 27. (Note : Les grands enseignants à l’époque de Jésus rejetèrent également la vérité. Ses disciples étaient des gens du peuple).


    Mais j’ai accepté Jésus. Il m’a accepté et j’ai gardé le dimanche. Il est clair que je ne serais pas perdu si je ne gardais pas le Shabbat maintenant, n’est-ce pas?


    «Dieu, sans tenir compte des temps d’ignorance, annonce maintenant à tous les hommes, en tous lieux, qu’ils aient à se repentir ». Actes 17 : 30.


    Je te connais, Seigneur, tu ne me condamnerais pas pour avoir violé le Shabbat, n’est-ce pas?


    «Celui qui dit :je l’ai connu, et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur, et la vérité n’est point en lui ». I Jean 2 : 4.


    Mais n’est-il pas suffisant d’aimer le Seigneur et de vivre par la loi d’amour?


    «Si vous m’aimez, gardez mes commandements ». Jean 14: 15.


    Cela implique-t-il tous les dix?


    «Car quiconque observe toute la loi, mais pèche contre un seul commandement, devient coupable de tous ». Jacques. 2: 10.


    RépondreSupprimer
  10. J’ai peur de ne pas être capable de résister à toutes ces épreuves. Je suis trop faible.


    «Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. Quand je suis faible, c’est alors que je suis fort ». 2 Cor. 12 : 9, 10.


    «Je puis tout par Christ qui me fortifie ». Phil. 4: 13.


    Alors, Seigneur, quelle est la récompense
    De la fidélité envers toi et les Commandements?


    «Il n’est personne qui, ayant quitté, à cause du royaume de Dieu, sa maison, ou ses parents, ou ses frères, ou sa femme, ou ses enfants, ne reçoive beaucoup plus dans ce siècle-ci, et, dans le siècle à venir, la vie éternelle ». Luc 18: 29-30.


    «Heureux ceux qui observent ses commandements, afin d’avoir droit à l’arbre de vie, et d’entrer par les portes dans la ville». Apoc. 22 : 14.


    Seigneur, j’attends avec impatience une maison sur la terre renouvelée, garderons-nous là aussi le Shabbat?


    «Car comme les nouveaux cieux et la nouvelle terre que je vais créer subsisteront devant moi, dit l’Eternel, ainsi subsisteront votre postérité et votre nom, à chaque nouvelle lune et à chaque Shabbat, toute chair viendra se prosterner devant moi, dit l’Eternel ». Esaïe 66 : 22, 23.


    Eh bien, Seigneur, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Avec ton aide, je garderais le Shabbat.


    «C’est bien, bon et fidèle serviteur ». Mail. 25 : 21.



    «Sanctifiez mes Shabbats, et qu’ils soient entre moi et vous un signe auquel on connaisse que je suis l’Eternel, votre Dieu ». Ezéchiel 20 : 20.

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour Yeruchalaim,

    Si tu voulais parler du sabbat, tu aurais pu le faire sous un fil plus approprié. Comme celui-ci par exemple :

    L'entrée quotidienne dans le sabbat de Dieu

    Je laisse ici deux petits extrait tirés de cette réflexion pour t'encourager à cliquer et à la lire dans son ensemble :

    [[Le sabbat du monde éternel.

    L’enseignement du sabbat renferme des vérités éternelles qui dépassent de beaucoup le respect légal d’une journée chaumée dans la semaine. Il s’agit d’une réalité qui est celle d’un autre monde dans lequel nous sommes invités à entrer, par la foi, et non par des oeuvres qui seraient réservées à une seule journée « sacrée » par semaine.

    Ceux qui enseignent qu’un chrétien qui aime son Dieu devrait forcément chaumer le samedi, ne peuvent pas appuyer ce raisonnement sur l’ensemble du Nouveau Testament, car les évangélistes et les enseignements des épîtres ont délibérément laissé de côté ce commandement légal, mais ont encouragé les disciples à se reposer dans l’Oeuvre déjà accomplie par Dieu. Ce qui est une façon vivante et non légaliste d’entrer dans le « Repos de Dieu ».

    Il est important de se rappeler que lorsque Dieu institue le sabbat dans l’Écriture Sainte, c’est à la fin de la semaine de la Création (Gen. 2: 2-3.). Nous pouvons remarquer que nous sortons alors du cycle des jours et des nuits, des: « il y eu un soir et , il y eu un matin », pour entrer dans un jour qui - contrairement aux six autres qui l’ont précédé - n’a pas de début ni de fin, puisqu'il n'a ni soir, ni matin. N'est-pas justement la composante principale de l'éternité biblique ?

    Nous pouvons en conclure que le véritable « Jour du Repos de Dieu » est une période hors du temps terrestre. Il s'agit d'un « Jour » spirituel qui a toutes les caractéristiques de l’éternité. L’épître aux Hébreux nous rappelle à cet égard que l’entrée dans la Terre Promise est l’image et le symbole, de notre entrée par la foi dans ce repos de Dieu. Or cette entrée ne se fait pas seulement une fois par semaine (le samedi), mais quotidiennement.../...

    …/… Le « repos de Dieu » n’est donc pas le repos légal des juifs qui sont « sous la loi » et qui restent incrédules à l’annonce de l’Évangile. Il n’est pas limité à un jour sur sept, mais il remplit toute l’existence de ceux qui croient. Car le fleuve de la Vie d’En Haut ne peut pas être limité à quelques heures «sacrées» dans la semaine, mais il coule et remplit continuellement l’existence de ceux qui croient (Jean 7: 38.). 

    Pour employer une image, le « jour du repos » des juifs, qu’ils pratiquent le samedi, n'est que la maquette d’une réalité éternelle située hors des cycles du temps (Paul l’appelle « l’ombre des choses à venir  »; Col. 2: 17.). Vu sous cet angle, le sabbat des juifs est un témoignage prophétique de ce que Dieu va accomplir dans ceux qui croiront. CEUX QUI VEULENT POUSSER LES AUTRES À «REFABRIQUER LA MAQUETTE» COURENT LE RISQUE D’EN OUBLIER DE BÂTIR L’ÉDIFICE VÉRITABLE QU’ELLE NE FAISAIT QU’ANNONCER.]]

    Si tu veux chaumer le samedi Yeruchalaim, tu es libre de le faire. Mais si tu veux que tout le monde pense comme toi et pratique les mêmes choses que toi, tu t'éloignes des enseignements de la Nouvelle Alliance qui nous fait vivre la Loi divine depuis l'intérieur du cœur et non plus dans une contrainte de conformité à une interprétation particulière des Textes Inspirés. A ce propos, je te conseille aussi de lire cet article :

    Dans quelle Alliance sommes-nous ?

    Bonne lecture !




    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Jean-Luc,

      Il est intéressant de noter comment chaque texte est articulé. Celui de yerouchalaim enchaîne des paroles bibliques avec une cohérence qui convainc alors que ton développement est une argumentation très intellectuelle d'un connaisseur. J'y vois une oeuvre de l'esprit et une oeuvre de l'âme. Je t'invite ainsi que les lecteurs à lire le livre de Lewis l'âme et l'esprit qui demeure une lecture indispensable pour tout chrétien qui veut vivre selon l'Esprit.

      Je partage ta vision symbolique du chiffre de la bête sur le front et la main. Les hommes sont condamnés à acheter (maison, vacances, cinéma, docteur, nourriture...) et à vendre...leur âme en allant travailler chaque jour pour gagner de l'argent pour acheter. Il adhère donc au système. En sortir, c'est haïr son travail :"Celui qui aime sa vie la perdra, et celui qui hait sa vie dans ce monde la conservera pour la vie éternelle. " (Jn 12.25). Cela ne veut pas dire arrêter de travailler ! Mais plutôt arrêter d'aller travailler pour gagner de l'argent ou se faire plaisir (faire plaisir à son âme, réaliser ses projets). Ne s'agit-il pas ici d'arrêter de faire selon notre volonté mais de faire celle de Dieu :"que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel". Ce qui n'est possible qu'avec l'esprit.

      Le passage sur le shabbat est dans la continuité de votre texte car il poursuit votre développement sur cette marque apposée sur le main. Pour le front, il faudrait que vous lisiez l'âme et l'esprit pour comprendre comment l'âme prend possession de l'esprit empêchant toute possibilité à l'Esprit Saint de faire son oeuvre. En effet, le shabbat rythme notre semaine de travail. Il est donc nécessaire de ne pas avoir la moindre trace de la marque de la bête sur la main car si la coupe est très légèrement empoisonnée, c'est tout le liquide qui l'est. Le plan de satan c'est que l'âme empoisonne l'esprit jusqu'a en prendre le contrôle. La marque sur le front devient indélébile.

      Merci pour cet échange.

      Supprimer
  12. L'église catholique romaine est la véritable Eglise du CHrist, elle a été fondée lors de la Pentecôte, nous les Catholiques notre religion(le mot religion est juste, puiqu'il était dit dans l'Evangile ("il vivait en homme juste et religieux") est fondée sur Pierre, le premier pape et ne s'égare pas dans une panoplie presque gênante de toutes sortes de dénominations qui ont souvent des croyances bien différentes les unes des autres. Les apparitions de la Vierge sont réelles et ceux qui les nient n'ont qu'à voir les fruits"c'est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez" (parole de Jésus) qu'ils produisent: conversion au Christ. La Vierge ne s'est jamais montrée pour autre chose que nous conduire à Jésus, elle n'est pas l'intermédiaire de rédemption mais d'INTERCESSION, ce que beaucoup ne comprennent pas.Les sacrements sont vrais et immuables. L'Eucharistie est réelle. Jésus a dit: "ceci EST mon corps, ceci EST mon sang, vous ferez ceci en mémoire de moi. On se rappelle de Jésus mais en plus il devient présent dans l'Hostie. Le sacerdoce des prêtres est véridique et nécessaire à la célébration de plusieurs sacrements, tout spécialement la confession. Qui de nous a des problèmes et ne se confie pas à un psy ou à quelqu'un? Nous sommes humains et nous ne sommes pas des anges. La confession es un signe tangible de la puissance de Dieu, déléguée à ses apôtres(des prêtres): "Les péchés seront remis à ceux à qui vous les remettrez, et ils seront retenus à ceux à qui vous les retiendrez"(paroles de Jésus). Alors je dis à tous ceux qui croient être pardonné en se confessant directement à Dieu ce n'est pas vrai, Jésus a donné les prêtres pour le salut de tous.

    RépondreSupprimer
  13. Bonjour Daniel,

    Nous pourrions continuer d'argumenter pendant des siècles mais je ne pense pas que Jésus-Christ soit venu pour cela. Ce qui nous unit est forcément surnaturel ou merveilleux comme le croit ici Jésus qui sait très bien se faire entendre seul.


    “Ils ne sont point du monde, comme aussi je ne suis point du monde.
    Sanctifie-les par ta vérité ; ta parole est la vérité.
    Comme tu m'as envoyé au monde, ainsi je les ai envoyés au monde.
    Et je me sanctifie moi-même pour eux, afin qu'eux aussi soient sanctifiés dans la vérité.
    Or je ne prie point seulement pour eux, mais aussi pour ceux qui croiront en moi par leur parole.
    Afin que tous soient un, ainsi que toi, Père, es en moi, et moi en toi ; afin qu'eux aussi soient un en nous ; et que le monde croie que c'est toi qui m'as envoyé.
    Et je leur ai donné la gloire que tu m'as donnée, afin qu'ils soient un comme nous sommes un.
    Je suis en eux, et toi en moi, afin qu'ils soient consommés en un, et que le monde connaisse que c'est toi qui m'as envoyé, et que tu les aimes, comme tu m'as aimé”.
    Evangile de St Jean, chapitre 17.

    RépondreSupprimer
  14. Merci pour ton commentaire plein de sagesse, Frank, je crois que ceux qui seront choisis et qui obéiront à sa Parole seront choisis dans toutes les religions, mais il y aura un "avertissement", c'est-à-dire un jugement "en petit" qui permettra à tout homme de comprendre que le Plan de Dieu se réalise à travers la vraie Eglise qui est catholique. Il verra sa vie et ses péchés et ceux que Jésus aura choisis se convertiront tous à la Vraie Eglise. Un grand miracle permettra ensuite de comprendre la Vraie valeur de l'Eucharistie et du Sacerdoce: " La connaissance de Dieu recouvrera la terre comme les eaux recouvrent le fod de la mer".

    RépondreSupprimer
  15. Bonjour Daniel Froment,

    Nous avons tous cru à un moment ou à un autre qu'on était -comme tu le dis encore- « dans la vraie église ». La plus officielle, la plus reconnue, ou simplement « la plus biblique ». Nous aussi avons eu ce travers de chercher à toute force à donner un nom et une adresse à une réalité spirituelle qui dépasse pourtant nos sens et nos raisonnements. Mais depuis que la grâce de Dieu nous révèle dans notre existence quotidienne ce qu'est le véritable Corps de Christ, nous ne raisonnons plus de cette manière.

    Pour comprendre comment nous voyons et vivons aujourd'hui la réalité du Corps de Christ, je te propose de prendre le temps de lire et de chercher ce qu'en dit la Bible. Car elle a parlé de ces choses bien avant que l'évêque de Rome ne manœuvre pour obtenir la primauté sur les autres, et c'est en recevant avec humilité cette Parole Divine que nos compréhensions peuvent être renouvelées et recevoir ce que Dieu révèle à ses enfants. Car l’Église véritable, la Nouvelle Jérusalem n'est visible que par la foi, et les raisonnements humains sont donc dans l'incapacité de «discerner le Corps» de Christ dans sa réalité terrestre.

    L’Église véritable n'est pas un concept à raisonner ou à argumenter, mais une réalité qui se révèle et s'incarne chaque jour dans le rassemblement de ceux qui marchent par la foi dans la Parole qui est descendue au milieu de nous pour nous faire partager sa Vie.

    « Le règne de Dieu ne vient pas après un regard. On ne dira point:regarde ici, ou: regarde là. Car regardez, le règne de Dieu est au milieu de vous. » (Luc 17 : 20 traduction littérale)

    Amicalement.

    RépondreSupprimer
  16. Merci Jean-Luc B. pour ton commentaire!
    Belles citations bibliques! Mais que de dommages ont été faits à l'Eglise depuis que Luther et Calvin(peut-être pas necessairement les pires responsables) y ont mis de leur cuvée aigre-douce et se sont révoltés contre le dépôt de la foi de ce qui à ce moment-là constituait l'Eglise! Jésus a vu et doit souffrir à cause de cela. C'est notre orgueil qui a fait souffrir Jésus et qui l'a écartelé sciemment! Comme Jésus doit souffrir de voir tous les grands responsables de tous ces schismes se disputer "l'amour de leurs fidèles"! Un jour les disputes finiront parce-que c'est l'Esprit-Saint et Jésus Lui-même qui mettra de l'ordre dans tout ça. Je ne prétend convertir personne, je prie pour eux, (tous les athées ainsi que
    toute personne de toute religion qui comprend et agit selon une conscience droite, mais
    Dieu connaît le fond des coeurs). Comme l'Evangile le dit, c'est justement ceux qui auront été les premiers invités qui s'en iront et s'excuseront. Jésus ira "ramasser" "les autres" par
    tous les chemins pour les faire entrer coûte que coûte. Moi, je pense qu'on aura des surprises de taille de voir ce qui se passera vraiment. Les humbles, les petits et les humiliés( y compris ceux que l'on aura rejeté à cause de leurs péchés que l'on considère comme
    abominables, des personnes aussi qui sont trainées dans la boue en pleine télévision) seront les premiers. L'important, c'est le repentir et arrêter aussi de pécher, quelqu'un qui est toujours dans ses péchés mortels ne pourra entrer le royaume comme cela.Je suis certain que dans les prochaines années on verra des choses qui nous surprendront car les Plans de Dieu, Ses voies sont impénétrables.

    connaît le fond des coeurs)

    RépondreSupprimer
  17. Bonjour Daniel Froment,

    J'ai cru un moment que tu plaisantais, tellement c'était gros, mais malheureusement il semble bien que tu sois sérieux ! Donc d'après toi les dégâts dans l'église ne venaient pas du scandale des papes pédophiles et incestueux (Borgia, etc...) ni du commerce des indulgences et des tarifs des messes pour un purgatoire qui n'existe que dans l'imagination commerciale de la prétendue « succession apostolique », mais seraient venus de ceux qui les ont dénoncés ? La réalité, c'est que Luther et Calvin ont permis à des millions de gens de revenir à l'autorité des Écritures et de se libérer ainsi des pouvoirs abusifs du système romain qui manipulait leurs consciences. Ces "réformateurs" ont agit de la même manière que le font les dénonciateurs actuels des abus des prêtres et des évêques pédophiles, c'est à dire en mettant en lumière les œuvres des ténèbres. Ceux qui jettent le trouble dans l'église, ce ne sont pas ceux qui dénoncent les oeuvres idolâtres et abominables, mais ce sont ceux qui les pratiquent et ceux qui veulent les cacher !

    Jésus a prévenu que ceux qui désireraient réellement le suivre en marchant dans la vérité seraient chassés des lieux de cultes officiels et il n'a pas appelé cela un « schisme » mais une saine séparation, une sortie «hors de la porte» dans les pâturages à la suite du Bon Berger. Alors c'est vrai que Jésus a mis de l'ordre en enlevant peu à peu au système romain un pouvoir temporel qu'il n'aurait jamais dû avoir et dont il abusait pour persécuter les enfants de Dieu. Cette perte du pouvoir temporel a permis aux esclaves du système catholique de commencer à revenir au véritable message de l’Évangile et à la liberté qu'il engendre. Et c'est ce qui se passe encore actuellement par la grâce de Dieu «qui veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité.»

    RépondreSupprimer
  18. A voir toutes les sectes et dénominations que Luther et Calvin ont engendré, c'est très facile de voir, où en sont les choses, qui dit la Vérité. On ne fera pas croire que les Baptistes Evangéliques, Pentecôtiste etc... et toutes les "Vérités" qui se contredisent les unes les autres viennent du Christ. Le plus sûr chemin c'est le dépôt de la foi de l'Eglise Catholique, là où il n'y a pas de contradictions et qui vient des apôtres eux-mêmes. A cette époque ils avaient la même pensée( pendant 16 ou 17 siècles) jusqu'à ce que Luther et Calvin fassent pencher la balance. L'Eglise catholique a fait des erreurs(c'est facile de tirer à boulet perdu et d'attaquer tout le monde et de mettre tous les torts sur l'Eglise catholique) mais la Tradition catholique met de la lumière de l'Esprit-Saint qui éclaire les Ecritures et ne met pas de prisme particulier sur celui-ci et tout est interprété de manière à ce qu'il n'y ait pas de divisions. La Tradition répond à toutes les questions qui ont été soulevées au cours des siècles. Les renards sont sortis de leur tanières et ont tout démoli(c'est facile à voir quand on regarde cet enchevêtrement de dénominations qui se vantent toutes d'avoir la vérité) , ça fait bien leur affaire de dire que la Bible est tout ce qui compte mais la Bible doit être expliquée au travers de l'histoire par les saints et les prophètes, DIeu les a mis là pour montrer où est le péché et de s'écarter des fausses doctrines. Alors un jour viendra peut-être, M. Jean-Luc B. si tout le monde pense comme vous, on aura une seule Bible et 9 milliards d'interprétations!

    RépondreSupprimer
  19. Bonsoir Daniel Froment,

    J'ai bien peur que tu ne comprennes pas encore que nous ne parlons pas du tout de la même chose. Tu restes fixé sur un système religieux que tu crois supérieur aux autres alors qu'ici nous cherchons à connaître le Corps de Christ qui ne peut être discerné qu'avec les yeux spirituels que Dieu ouvre à ceux qui entrent par la foi en communion avec Lui.. Tu fantasmes sur un système inhumain qui produirait des clones religieux parlant tous d'une même voix et récitant la même prétendue « profession de foi », alors que nous recherchons la vie d'En Haut qui, si elle a toujours le même goût n'a jamais ni la même forme ni la même dimension chez ceux qui l'expérimentent, à l'image de toute la Création Divine où chaque partie est unique.

    Je reprends une phrase symptomatique de ton post qui montre bien l'angle de vue ironique dans lequel tu t'es endurci et qui entrave malheureusement ton regard sur les réalités spirituelles : [[Alors un jour viendra peut-être, M. Jean-Luc B. si tout le monde pense comme vous, on aura une seule Bible et 9 milliards d'interprétations! ]]

    Moïse répondait à l'avance à ton ironie lorsqu'il disait : «Puisse tout le peuple de YHWH être composé de prophètes; et veuille YHWH mettre son Esprit sur eux!» (Nombres 11 : 29.)

    Cette parole de Moïse s'est accomplie à la Pentecôte où selon l'annonce du prophète Joël, tous -du plus petit au plus grand, hommes et femmes, enfants et vieillards- ont été remplis de la Présence Divine selon la promesse du Seigneur. Effectivement, Dieu n'a jamais eu l'intention d'accumuler des adeptes qui réciteraient à l'unisson une prétendue « profession de foi » concoctée par les clercs de la péninsule italienne, car le Père Éternel cherche des disciples qui recevront son Esprit jusqu'à en déborder afin de vivre de sa Vie et proclamer Sa gloire éternelle (et non pas celle d'un système religieux qui disparaîtra comme tous les autres). Dieu désire effectivement avoir des milliards d'enfants qui «interpréteront» en une grandiose symphonie la réalité infiniment variée de Son amour et de Sa justice dans leur existence quotidienne. Cela n'a strictement rien à voir avec ta conception monolithique d'une église composée de clones qui ânonnent des dogmes. L'histoire nous a abondamment montré que ce ne sont pas les « explications » et les dogmes des clercs qui peuvent faire naître des enfants à Dieu, car la Parole de Dieu est la Seule capable de régénérer (faire naître de nouveau) ceux qui La reçoivent, et cela quel que soit le nom de l'endroit où cette Semence Divine est proclamée..
    (…/... )

    RépondreSupprimer
  20. (…/... )
    Comme le dit tellement bien l'apôtre Pierre :

    « Que votre foi et votre espérance reposent sur Dieu. Ayant purifié vos âmes en obéissant à la vérité pour avoir un amour fraternel sincère, aimez-vous ardemment les uns les autres, de tout votre coeur, puisque vous avez été régénérés, non par une semence corruptible, mais par une semence incorruptible, par la Parole Vivante et Permanente de Dieu.  » (1 Pierre 1 : 21-23.)

    La semence corruptible des raisonnements cléricaux peut éventuellement faire des adeptes, mais elle est totalement incapable d'amener à une naissance d'En Haut et à la Vie éternelle. Si Jésus-Christ avait voulu faire des adeptes, il aurait employé la même méthode que les autres religions, or nous savons tous que ce n'est pas le cas. Il n'est pas venu instituer une nouvelle religion (qu'on appellerait « catholique », ou protestante », ou « évangélique », ou « baptiste », ou « pentecôtiste », ou toutes sortes d'autres dénominations) mais Il est venu partager la dynamique de la Vie de l'éternité avec ceux qui croiront en Lui.

    C'est Lui qui est notre Vie, c'est Lui que nous glorifions et adorons parce que nous avons été adoptés en Christ et qu'Il nous a donné son Esprit. Tu peux toi aussi expérimenter par la foi ces mêmes réalités si au lieu de puiser à des citernes religieuses crevassées tu te dépouilles de ce qui empêche cette Source Divine de couler en toi.

    RépondreSupprimer
  21. Nous pouvons constater que l'Esprit de l'Antichrist est bien implanté dans la Société, partout même dans certaines Eglises qui auraient tendance à suivre l'Eglise Romaine dans une sorte d'Œcuménisme voulant ramener toutes les Eglises dénominationelles vers le giron du Vatican apostat. (voir serment des Jésuites, détruire les hérétiques protestants, ils vont utiliser tous les moyens)
    Nous ne pouvons pas nous mettre sous la coupe d'un système religieux. Il est plutôt recommandé de sortir de Babylone et des dénominations.
    Ce système religieux Romain catholique avec à sa tête un chef religieux et politique appelé Pape, sera justement celui qui va instituer certainement la marque spirituelle de la Bête sur le front puisque spirituelle donc concernant les commandements du Seigneur ( aussi le shabbat opposé au dimanche, le 4eme commandement) est le faux prophète à l'image de la Bête qui est la Reine du Ciel. Nous aurons je pense aussi la marque sur la main concernant les actions (marque commerciale sur la main, nano puce, marque physique)

    Satan copie toujours le Seigneur, une Marque spirituelle, concernant la Babylone religieuse sur le front ( boitier juif, téphilims,renfermant les commandements du Seigneur) et une marque sur la main,( phylactères, actions chez les juifs) concernant les actions des hommes, dans la Babylone politique du Nouvel ordre Mondial .
    La marque est avant tout spirituelle pas que physique car déjà ceux qui rejoignent la grande prostituée et ses ramifications portent en eux déjà sa marque spirituelle qui se concrétisera plus tard par la marque physique où personne ne pourra acheter ni vendre sans cette marque sous peine de persécution
    Le Seigneur aime les catholiques et il désire qu'ils trouvent la vérité du véritable Evangile et sortent d'un système qui les rend aveugles sur leur condition de salut tout comme ceux qui sont dans des systèmes religieux. Il y a cependant les charismatiques catholiques mais ceux ci doivent choisir entre JESUS CHRIST le Prince de la Vie ou Myriam une simple femme.

    RépondreSupprimer
  22. Simplement un grand merci cher frère Jean-Luc. Vous dites avec beaucoup de clarté ce que je ressens et ça me fait du bien de vous lire.
    CJ

    RépondreSupprimer