samedi 3 septembre 2011

Youcef Nadarkhani, récapitulatif.

Voici un bref récapitulatif de l'histoire de Youcef.

La situation aujourd'hui: 

Youcef est sous le coup d’une condamnation à mort pour apostasie. La cour suprême maintient cette sentence de mort car elle est basée sur une fatwa du Chef Suprême. Toutefois il a été demandé à la cour locale de Justice de Gilan de réexaminer la situation de Youcef, afin de déterminer s’il était vraiment musulman. Si elle le confirmait, Youcef devrait impérativement se rétracter. S'il n'abjure pas de sa foi, il sera mis à mort. Le réexamen de son cas par la cour de Gilan devrait avoir lieu dans le courant de l’automne.

Récapitulatif :

Youcef, agé de 34 ans est originaire de Rasht dans la province de Gilan, en Iran. Ces dix dernières années, il était pasteur dans un réseau d’églises de maison. D’abord emprisonné en décembre 2006 pour apostasie (abandon de l’islam en faveur du christianisme) et évangélisation, il est relâché deux semaines plus tard.

Marié, il a deux fils, Daniel âgé de 9 ans et Yoel âgé de 7 ans. Ils étaient à l’école locale, lorsque le gouvernement décida que tous les enfants devaient suivre un enseignement sur l’islam, y compris ceux de familles chrétiennes. Youcef se rendit à l’école et contesta cette décision en se basant sur la constitution iranienne, qui reconnaît la liberté religieuse. La police secrète le convoqua alors devant le tribunal politique de Rasht le 12 octobre 2009. Inculpé pour contestation il est emprisonné à Lakan, au sud de Rasht. Par la suite les charges seront modifiées, il sera accusé d’apostasie et d’évangélisation des musulmans.

Depuis Youcef est emprisonné, à la prison de Lakan. Pendant son incarcération, il a pu rencontrer un avocat et recevoir la visite de sa femme, de ses enfants et d’amis. Cependant, dès le premier mois de son emprisonnement, et par la suite, pendant son procès et durant plusieurs mois, Youcef est placé en cellule d’isolement. Différentes méthodes sont utilisées pour le contraindre à revenir à l’islam, y compris des traitements médicamenteux, apparemment dans le but de prouver qu’il n’était plus sain d’esprit.

La foi de Youcef étant inébranlable, il est décidé d’arrêter sa femme, comme nouveau moyen de pression. Le 18 juillet 2010, Fatemah Pasindedih, est alors arrêtée sous l’inculpation d’apostasie, et incarcérée à la prison de Lakan. Pendant ce temps ses enfants sont pris en charge par un membre de sa famille. Les autorités menacent Youcef et son épouse, de leur retirer leurs enfants et de les placer dans une famille musulmane. Youcef refuse toujours de revenir à l’islam. Sa femme est jugée sans avocat et condamnée à la prison à vie. Par la suite un avocat sera engagé, il fait appel de cette décision et obtient l’annulation des charges et la libération de Fatemah.

Les 21 et 22 septembre 2010, Youcef est jugé, un verdict oral le condamnant à la peine de mort est rendu, ce n’est que le 13 novembre, qu’un verdict écrit est publié, par la Première cour du Tribunal Révolutionnaire : Youcef doit être exécuté pour crime d’apostasie. Un délai de 20 jours lui est accordé pour faire appel de cette sentence devant la Cour Suprême d’Iran.

Le 5 décembre 2010 l’appel est jugé par la Cour Suprême, mais ce n’est que le 28 juin que l’on apprendra sa décision. La troisième chambre de la Cour suprême de Qum maintient l’accusation d’apostasie et la sentence de mort, mais demande à la cour locale de Gilan de réexaminer s’il était ou non musulman pratiquant entre 15 et 19 ans. S’il est démontré qu’il était musulman pratiquant, il lui sera donné une autre occasion d’abjurer, s’il refuse il sera exécuté.

Pourtant, il n’y a aucune certitude qu’il ne soit pas exécuté, car cela peut se produire à tout moment. C’est en effet la manière d’agir du gouvernement iranien, qui pour les exécutions, ne donne aucun préavis, et agit en secret.

Nous ne pouvons pas attendre plus longtemps, nous devons contacter nos élus. Nous avons besoin de réactivité et de prières pour sa libération. Contactez les médias internationaux, les organisations de défense des Droits de l’Homme et le gouvernement. Pour obtenir plus d’informations sur la manière de contacter quelqu’un cliquer sur le lien suivant :


Nous devons nous opposer au mal (au diable) pour nos deux frères ( Youcef Nadarkhani et Behrouz
Sadegh-Khandjani) par nos prières mais aussi en faisant entendre nos voix



Traduit de l'anglais pas MJ (remerciements pour le travail)


Il existe une pétition en ligne en trois langues (allemand, anglais et français) pour demander la libération de Youcef Nadarkhani :



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire