jeudi 29 septembre 2011

Iran : Un pasteur tient ferme dans la foi, et fait face à son éxécution


28 septembre (Compass Direct News)

Dans la semaine qui vient le tribunal se prononcera sur le sort de Youcef Nadarkhani.

Le Pasteur Youcef Nadarkhani a aujourd’hui refusé de renier sa foi chrétienne, lors de la quatrième et dernière audience du tribunal iranien, qui jugeait en appel la sentence de peine de mort pour apostasie (abandon de l’Islam).

Le palais de justice de Rasht, à 243 km au Nord Ouest de Téhéran, était sous le contrôle des forces de sécurité depuis le 25 septembre, date de l’ouverture du procès en appel. En application de la charia, la cour a donné chaque jour pendant 3 jours (lundi mardi et mercredi), la possibilité à Youcef Nadarkhani âgé de 35 ans, de renier sa foi chrétienne et de revenir à l’Islam pour sauver sa vie. Chaque fois il a refusé d’abjurer.

Une source proche de la famille déclare : « je suis en contact avec l’Iran, mais les nouvelles ne sont pas très bonnes, nous verrons. Si ils veulent vraiment le tuer ils peuvent le faire, ils le peuvent parce qu’il n’a pas renié sa foi. Le délai se terminait aujourd’hui. Nous remettons toutes choses entre les mains de Dieu »
Les autorités ont arrêté Youcef Nadarkhani dans sa ville natale de Rasht en octobre 2009, parce qu’il avait remis en cause l’enseignement religieux obligatoire dans les écoles iraniennes. En septembre 2010, la cour d’appel de Rasht le déclare coupable d’apostasie et en novembre, confirme par écrit, les charges et la sentence de mort.

Suite à l’appel fait en juin devant la Cour Suprême d’Iran, celle-ci confirme la sentence mais demande au tribunal de Rasht de déterminer si Youcef Nadarkhani était musulman pratiquant avant sa conversion au christianisme. Elle précise également que la condamnation à mort peut être annulée, si il abjure sa foi.

Le dimanche 25 septembre, au début des deux heures et demi d’audience, les juges statuent que Youcef Nadarkhani n’était pas un musulman pratiquant avant sa conversion au chritianisme. A ce moment là les choses semblaient en meilleure voie pour Youcef, et le tribunal aurait pu revenir sur la sentence en se basant sur ces nouveaux faits. Mais finalement le tribunal décide que, bien que Youcef n’ait pas été musulman pratiquant avant sa conversion au christianisme, il est néanmoins coupable d’apostasie parce que ses ancêtres étaient musulmans, déclare la source de Compass Direct News.

Toujours selon cette source, les agents des services secrets encerclaient le tribunal et ont maintenu leur présence durant tout le temps de ce procès. Tina l’épouse de Youcef ne fut pas admise à l’audience. Le dimanche 25 septembre, elle a pu se tenir à la porte du tribunal quelques minutes pour voir son mari.

Un avocat de la défense a déclaré à la famille et aux amis de Youcef qu’il y avait une possibilité de retourner devant la cour suprême où de prolonger le maintien en prison. Mais cette cour suprême à des directives claires, et il ne pense pas qu’il y ait beaucoup d’espoir.

« Youcef est reconnu comme un héros, s’il est libéré, ce sera une perçu comme une défaite pour le gouvernement, mais si ils le maintiennent en prison cela pourrait augmenter la pression internationale. »
« Il est crucial que les gouvernements étrangers négocient et engagent un processus diplomatique avec les autorités iranienne sur le cas de Youcef Nadarkhani, s’ils intervenaient, il y aurait davantage d’espoir quant à sa situation »

« Ils doivent ouvrir des négociations, c’est le moment de négocier, parce que s’ils le font la situation pourra être réglée » déclare cette source


Cette source et les avocats de la communauté internationale, craignent que les autorités fassent exécuter Youcef dès minuit ce soir, ou à n’importe quel moment de la semaine qui s’ouvre. Le tribunal a déclaré qu’un verdict serait rendu dans le courant de la semaine prochaine.

« Ils ne le mettront certainement pas à mort aujourd’hui, mais ils peuvent le faire quand ils le veulent. Ils peuvent le pendre dans le courant de la nuit ou dans 10 jours. Parfois en Iran, ils appellent la famille et rendent le corps en même temps que le verdict. Ils ont outrepassé le cadre de la loi, cela n’est pas dans la loi iranienne, c’est la charia. Parfois ils ne rendent même pas le corps » déclare cette source.

L’ultime recours qui a duré environ 90 minutes, s’est terminé vers une heure cet après midi, (28 septembre) par le dernier réquisitoire de l’avocat de la défense Mohamed Ali Dadkhah, lui-même sous le coup d’une accusation « d’actions et de propagande contre le régime islamique » à cause de son travail pour les droits de l’homme.

Les audiences de lundi (26 septembre) et d’hier n’ont duré que 30 minutes, temps largement suffisant à Youcef Nadarkhani pour refuser d’abjurer le christianisme.

Selon notre source, l’épouse de Youcef, agée de 30ans et très inquiète sur la décision que prendra le tribunal cette semaine. Ils ont deux enfants : Joël 7 ans et Daniel 9 ans. « Son épouse souffre de dépression, elle est inquiète, très inquiète. C’est très dur pour toute sa famille, et pour nous nous aussi. » déclare t’il.

Nadarkhani dont le prénom est Youcef, appartient à l’Eglise d’Iran, un groupe qui a été marginalisé par d’autres groupes chrétiens iraniens, sur la base de sa doctrine sur la Trinité, considérée comme imparfaite.

La confession de foi de l’Eglise d’Iran, affirme sur son site web
http://www.eglisediran.org/?page_id=8  (bilingue, français)
que Dieu est « révélé dans les Ecritures comme Père, Fils et Saint Esprit  (Matthieu 3 :16-17, 28 :19). »

Cette confession de foi affirme aussi « … la seigneurie de Jésus-Christ, Fils unique de Dieu, Verbe manifesté en chair. Nous croyons qu’Il est issu du Saint-Esprit (Mat 1.20) et qu’Il est né d’une vierge Marie (Matt 1 :23, Luc 1 :34). Nous croyons à sa mort expiatoire et rédemptrice (Héb 9.28), à sa résurrection corporelle (Luc 24.39), à son ascension (Actes 1.9-11), à son retour en personne pour les siens (1 Th 4.17), suivi de sa venue en gloire pour juger les rebelles et établir le règne de mille ans. (Apo 1.7). »

L’église déclare aussi qu’elle croit dans Le baptême du Saint-Esprit(Mat 3.11; Marc 1.8; Luc 3.16; Jean 1.33; Act 1.5, 2.38) est la nouvelle naissance (Jean 3.5-8) . Il introduit le chrétien dans la Vie Éternelle de Dieu et le conduit, dans toute la vérité, vers la sanctification en communion avec Christ. 
 
(Extraits pris sur le site de l’Eglise d’Iran)


Traduction MJ depuis ce lien:


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire