jeudi 22 août 2013

Le Mirage

Vous êtes un prisonnier, un esclave de ce monde mourant et sur le déclin.

CEPENDANT, vous êtes né pour vivre et pour avoir une vie abondante. Vous êtes né pour avoir une vraie vie. Vous n’êtes pas fait pour être un esclave, enchaîné à ce monde mourant et perdu. Vous n’êtes pas fait pour être un esclave de vos désirs sans fin et de la futilité de vos pensées. Vous n’avez pas à être enchaîné par les ténèbres vides de votre cœur et de votre compréhension — étant un esclave, poussé à droite et à gauche par les hormones, les humeurs et les désirs égoïstes qui ont enchaîné ce présent âge et ceux qui ont vécu pour leur plaisir.

Si vous vous reconnaissez en cela, vous êtes mort pendant que vous vivez. Peu importe si vous êtes sympathique, peu importe si vous êtes talentueux, peu importe si vous êtes intelligent, et peu importe si vous avez accompli beaucoup de choses dans ce monde perdu. La vraie question est la suivante : Qu’est-ce que vous allez faire dans le vrai monde, le monde inconnu, qui est éternel ? Est-ce là où vous vivrez et où vous mettrez votre marque ? 

Voir à Travers le Mirage 

Satan veut que nous soyons une race d’esclaves, qui pense que nous nous amusons bien, qui pense que nous sommes libres, qui pense que nos vies ont une signification. Puis, Pouf ! Parti ! En bas dans l’abîme ! Là où vont tous les gens qui vivent pour eux-mêmes, religieux ou non, avec rien à montrer à qui que ce soit.

Ce monde où nous vivons, n’est pas le vrai monde. Cela ne devrait pas être la chose pour laquelle nous vivons. Cela ne devrait pas être la place où nous mettons toute notre énergie, ou ce qui nous accapare le plus. Le VRAI monde est un monde qui est INVISIBLE. Toutes les questions invisibles de l’Autorité, de l’Amour, de la Grâce, de la Prière, de la Louange, du Pardon, des Anges, de la Liberté, de la Sagesse, des Vraies Relations, de la Lumière -CES choses sont RÉELLES et tangibles du point de vue de Dieu sur la planète Terre. Et la réalité de toutes ces choses est dans le monde invisible- NON PAS dans le monde visible.
« De simples humains » (comme Dieu appelle ceux qui ne peuvent voir QUE les objets temporaires et en trois dimensions), sont AVEUGLES envers les seules choses qui sont RÉELLES, et ils sont contrôlés par des choses qui ne sont que des « ombres » et que « des démonstrations » dans le monde visible. Ce monde est un mirage. Réalisez-vous que c’est un château de sable et que vous avez dépensé toute votre vie pour le construire ?! Réalisez-vous que cela va sécher et s’écrouler ?! C’est sans valeur. Cela ne veut rien dire. Il y a tout un univers invisible que vous ne pouvez pas voir, parce que vous êtes mort dans vos transgressions et péchés. Vous avez assombri votre cœur et votre entendement, dans la futilité de votre pensée. Vous vous êtes obscurci parce que vous avez décidé de louer les choses crées plutôt que le Créateur, qui est toujours à louer. Vous vous êtes donné à un entendement dépravé et cependant Jésus est entrain d’étendre Sa main, pour vous tirer dans le vrai monde. CELUI qui a été ressuscité des morts, JÉSUS, peut voir les choses comme elles sont et peut vous tirer dans le vrai monde, et vous ne seriez plus un esclave comme c'est le cas actuellement. Tournez votre cœur vers ces réalités, et le Père l'accomplira dans votre vie et votre famille !

Ceci est une invitation pour le Vrai monde où tout est éternel. La Vie Éternelle. L’Invisible. Vous êtes entrain d’être invité pour le monde invisible, qui est éternel lorsque vous recevez la vie éternelle.

La vie éternelle consiste à choisir de vivre dans ce que vous ne pouvez pas voir. Ce que l’on voit est temporaire ; ce que l’on ne voit pas est éternel. Quiconque croit en Lui recevra la vie éternelle. Le processus du salut lui-même est de vivre dans le monde invisible avec des priorités qui reflètent le fait, que nous savons, que ce monde visible est juste un mirage, une ombre. Quiconque croit en Jésus recevra et vivra dans l’éternel, l’invisible, et ce sera là où ses priorités seront. Ce monde visible ne se situe pas là où sont leurs allégeances. Il n’est pas où vont leurs cœurs, et il n’est pas où vont leurs loyautés. Ils n’ont peur de rien ici-bas. Ils n’embrassent rien, ici. Ils ne sont pas obsédés ici par quoique ce soit.

Tout ceci est réellement aussi fondamental que le salut lui-même. C’est un système de priorité différent car il est basé sur le réel, et non pas sur le temporaire. Il est basé sur la réalité et non pas sur l’ombre. Nous savons tous qu'il faudrait être idiot pour essayer de manger une ombre. Il faudrait être idiot pour vouloir acheter une ombre. Il faudrait être idiot pour tomber amoureux d'une ombre. Il faudrait être idiot pour décider d’être ami avec une ombre et d’avoir une relation intime avec elle. Vous n’allez pas faire cela si vous êtes sage, n’est-ce pas ? Lorsque vous vivez pour vos hobbies ou l’alcool et les drogues ou l’argent, vous êtes entrain de vivre pour un mirage ; et cela ne peut pas vous satisfaire parce que c’est le domaine physique et que vous avez été créé dans l’image de Dieu, pour la satisfaction du Domaine Céleste.

Ce que l’on voit est temporaire ; ce qui est invisible est éternel. Et le don de Dieu est la Vie éternelle. C'est là que se situent les choix qui nous sont proposés. Nos choix ne devraient pas refléter les ombres qui contrôlent le monde et qui vivent dans la « Matrice », mais ils devraient refléter la réalité de ce qui est vraiment Vrai : Qui est réellement Jésus, et ce qu’Il représente.



Dans le même ordre d'idée :  





 

5 commentaires:

  1. citation du texte :
    "La vie éternelle consiste à choisir de vivre dans ce que vous ne pouvez pas voir."

    cela aurait il à voir avec les deux sens du mot "Olam"?

    RépondreSupprimer
  2. Effectivement, le terme « olam » en hébreu est traduit habituellement par « éternité », mais dans son sens premier (« elem »), il a un sens moins temporel. Fondamentalement, « olam » c'est « ce qui est caché », c'est à dire : ce qui échappe à la vue humaine et à sa compréhension (aussi bien dans le lointain passé que dans le futur, mais aussi dans notre présent). Vu sous cet angle, il y a une opposition biblique entre la vue et la foi, ce que relève très bien ce texte mis en ligne ici. Comme nous le rappelle l'apôtre Paul :

    « car nous marchons par la foi et non par la vue » (2 Cor. 5 : 7.)

    A cet égard n'oublions pas que la chute est venue par le regard qui a été posé sur l'arbre de la connaissance : « La femme VIT que l'arbre était bon à manger et agréable à la vue, et qu'il était précieux pour ouvrir l'intelligence; elle prit de son fruit, et en mangea; elle en donna aussi à son mari, qui était auprès d'elle, et il en mangea.  Les yeux de l'un et de l'autre s'ouvrirent ... » (Gen. 3 : 6-7.) Dès le début de l'histoire humaine, il nous est montré une opposition fondamentale entre la Parole Divine et la vue humaine. Puisque l'homme primordial n'a pas cru la Parole, il s'est appuyé sur son regard et c'est ce qui l'a fait chuter... et découvrir sa nudité devant un Dieu auquel rien n'échappe.

    Vu sous cet angle, dans le Décalogue l'interdiction de faire des images/représentations des choses et des forces invisibles nous ouvre à une compréhension plus profonde du danger de chercher à « voir » (et à faire voir) par des moyens humains les choses relevant du monde spirituel du Royaume de Dieu : « Tu n'auras pas d'autres dieux devant ma face. Tu ne te feras point d'image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre. Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point; car moi, l'Éternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punis l'iniquité des pères sur les enfants jusqu'à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me haïssent, et qui fais miséricorde jusqu'en mille générations à ceux qui m'aiment et qui gardent mes commandements  » (Ex. 20 : 3-6.).

    C'est ainsi que le peuple élu n'a pas attendu les « dix paroles » que Moïse devait leur apporter, mais qu'il a voulu absolument « voir » le Dieu qui marcherait devant eux et qu'il a demandé à Aaron de lui faire une « représentation » de l’Éternel « le Dieu qui t'a fait sortir d’Égypte. » (Exode 32.). Remarquons bien qu'il ne s'agissait pas d'une idole étrangère, mais bien d'une tentative de représentation/image de la Divinité qui les avait délivré. Nous retrouvons cette même démarche visuelle avec les idoles et les icônes « chrétiennes » qui charment les yeux, mais détournent malheureusement le peuple de « l'écoute de la foi », qui est pourtant la seule façon que nous a donné le Père pour avoir accès à la Vie d'En Haut.

    ( à suivre...)

    RépondreSupprimer
  3. (...suite et fin...)

    Pour la Bible, derrière les idoles sensées représenter « ce qui est dans les cieux », se cachent des dynamiques perverses qui sont des puissances démoniaques (Ps. 106 : 37 - 1 Cor. 10 : 19-22.)

    Comme le rappelle précisément l'apôtre Paul : « Ainsi la foi vient de ce qu'on entend, et ce qu'on entend vient de la parole de Christ. » (Rom. 10 : 17.). Une foi qui serait fondée sur les choses visibles ne sera donc pas le bon moyen de « pénétrer » les réalités divines (le « olam » hébreu). Pour le dire autrement, la foi dans la Parole Divine est le seul moyen donné par Dieu pour nous permettre d'entrer dans le Royaume invisible de Dieu et d'y demeurer jusqu'à son retour. Dieu est le seul capable de concevoir une image correcte de la Divinité et de nous la révéler. Il nous l'a démontré en Christ : « Il est l'image du Dieu invisible... » (Col. 1 : 15.). Et pourtant même là, il est important d'avoir un regard régénéré pour le discerner correctement : « Ainsi, dès maintenant, nous ne connaissons personne selon la chair ; et si nous avons connu Christ selonla chair, maintenant nous ne le connaissons plus de cette manière.  » (2 Cor. 5 : 18.).

    Combien il est important que nous comprenions que nous sommes des aveugles pour les choses spirituelles et que nous avons besoin que le Fils nous ouvre les yeux (Jean 9 : 41.) !

    Jean-Luc B

    RépondreSupprimer
  4. Merci Jean-Luc pour la réponse intéressante sur la confirmation des 2 sens du mot Olam.
    J’ai en effet l’impression que lorsque le mot éternel est exprimé dans la Bible il indique une notion induisant une marche par la foi découlant d’une intimité avec le Seigneur.
    N’est-il pas dit « la vie éternelle c’est qu’ils te connaissent… » ?
    Nous ne pouvons marcher par la foi que si nous « connaissons » la voix de notre Père car la foi vient de ce qu’on « entend » ; et certainement pas de ce qu’on voit. C’est la foi qui permet à ce qui est encore invisible de devenir visible (selon la définition d’Hébreux).
    Mais connaitre et savoir discerner la voix de Dieu et pourtant choisir de marcher par la vue l’exemple que tu donnes d’Eve ouvre pourtant un autre débat là-dessus..

    Mais pour revenir à ces deux sens d’Olam (invisible et éternel), Il y a un passage de la Bible qui me parle toujours beaucoup.

    RépondreSupprimer
  5. suite :
    Voici le texte qui me parle

    C'est pourquoi nous ne perdons pas courage. Et lors même que notre homme extérieur se détruit, notre homme intérieur se renouvelle de jour en jour.
    Car nos légères afflictions du moment présent produisent pour nous, au delà de toute mesure,
    un poids éternel de gloire, « parce que nous regardons, non point aux choses visibles, mais à celles qui sont invisibles » ; car les choses visibles sont passagères, et les invisibles sont éternelles.

    On pourrait certainement en déduire que Eve et Adam pourtant en contact privilégié avec l’invisible et la voix de Dieu, ont délibérément choisi de marcher dans ce qui était visible et passager. Et la conséquence fut qu’ils ont perdu le contact avec ce qui était invisible et éternel.

    Même ton exemple du veau d’or illustre bien notre tendance humaine à vouloir dresser des tentes dans ce qui est vient visible et tangible pour nos sens humains au lieu de laisser Dieu éveiller et affiner nos sens spirituels afin que notre être spirituel se développe conformément à notre vocation qui est spirituelle. Mais pour y entrer nous devons dépasser le charnel dont les sens voudraient toujours garder la main avec la prétention de nous guider même dans la vie spirituelle, or la chair ne peut hériter le royaume et ses trésors éternels comment pourrait-elle nous aider à y pénétrer?

    1 cor 15/ 48 dit : «
    Mais ce qui est spirituel n'est pas le premier, c'est ce qui est animal ; ce qui est spirituel vient ensuite.

    Franchement, je ne crois pas que ce soit à notre mort que nous sommes appelés à revêtir ce qui est spirituel et entrer dans ce qui est « éternel « ,mais bel et bien de notre vivant en participant à la mort et à la résurrection du Fils de Dieu en étant une même plante avec Lui.

    Merci encore pour ce texte.

    RépondreSupprimer