dimanche 25 août 2013

Dois-je aller à l’église ?

Alors, Dois-je aller à l’église pour être un Chrétien ?

Beaucoup d’entre nous avons eu des expériences religieuses qui nous ont donné une certaine perspective de « l’église ». Nous en avons conclu, « ce n’est rien. Cela ne veut rien dire. C’est juste une mauvaise organisation. L’organisation où je vais et où je suis présent du lundi matin de neuf heures à dix-sept heures, est largement plus organisée, beaucoup plus professionnelle, avec largement plus de personnes intelligentes accomplissant leurs fonctions, largement plus compétentes (et généralement avec plus d’intégrité) que ce que je peux voir dans cette ‘chose’ appelé ‘église’. Mais je sais que je suis supposé aller à l’église car c’est dans la Bible. » Quelque part enfoui dans nos entendements et nos cœurs, nous avons des souvenirs différents de nos expériences religieuses. Un de mes souvenirs, par exemple, concerne mon « pasteur » venant dans ma maison, et s’enivrant les samedis pendant qu’il regardait le football avec mon père. Nous avons tous nos propres histoires, qui d’une manière ou d’une autre discréditent cette « chose » appelée « église », n’est-ce pas ?

Comme résultat, quelque part enfoui dans nos pensées, nous avons perdu le respect mêlé d’admiration pour cette « chose » appelée « église », et c’est légitime, car la plupart des choses que nous avons vues n’ont pas réellement mérité le respect. C’était une contradiction. Si vous demandez au païen ou à l’incrédule moyen de tout vous dire sur ce qu’ils connaissent sur l’église ; ils pourraient généralement le résumer en un seul mot : « hypocrites. » ou, « ennuyeux », les deux mots sont la même chose, en réalité. Ces mots arrivent en premier dans les réflexions de l’incrédule moyen.

 Et pour la plupart d’entre nous, nous avons grandi avec ces mêmes genres de notions au sujet de « l’église ». Si nous étions à l’intérieur à cause de nos parents, alors nous verrions l’hypocrisie, mais penserions que peut-être nous pourrions réparer les choses de l’intérieur. Et vous savez, on peut s’habituer à peu près à n’importe quoi. On se sentirait plus coupable de ne pas y aller que d’y aller, donc nous commençons par accepter l’hypocrisie comme normative. On la tolère et commence à l’expliquer avec des phrases comme : « nous sommes seulement humains » ou « nous sommes tous justes des pécheurs sauvés par la grâce ». On crée une théologie pour tout expliquer.

La vision que l'on a de Dieu a un effet sur la manière dont on voit l’Église


 Mais en vérité, Dieu veut pour l’Église, le Corps du Christ, qu’Elle soit regardée avec respect mêlé de crainte, et si nous La regardons différemment, alors nous ne La voyons pas correctement. Dans ceux qui vécurent l’Église au début, une transition a pris place. Il nous est rapporté que ces premiers croyants « étaient remplis du plus grand respect », lorsqu’ils virent l’Église. Quelque chose de très puissant arriva dans leur vie, à tel point, qu’ils abandonnèrent leurs vies indépendantes et vécurent ensemble, ayant tout en commun. Ce n’est pas juste : « Oui, oui, je sais. Ils aimèrent Jésus. Ils donnèrent leur vie au Messie lorsqu’ils réalisèrent ce qu’Il avait accompli. Ils se repentirent d’actes qui menaient à la mort ». Quelque chose d'autre arriva également. Ils étaient « consacrés à l’enseignement des apôtres, à la communion fraternelle, à la prière et la fraction du pain.. ».. toutes ces choses ont à voir avec d’autres gens et ont à faire avec l’Église. D’une manière instantanée, ils eurent une vision sur la Maison de Dieu qui était beaucoup plus qu’une affiliation de personnes peu structurée où chacun croyaient en Dieu. Ce n’était pas juste une question de prier dans leurs lieux favoris en admettant les autres. « Eh bien, ils sont aussi Chrétiens. Je vais vivre pour Dieu, et ils vont vivre pour Dieu. Donc, nous devrions au moins essayer de nous entendre l’un l’autre et d’assister à quelque chose ensemble d’une manière régulière. » Ce n’est pas ainsi que les croyants voyaient l’Église il y a 2000 ans.

La manière dont ils voyaient l’Église avait un effet sur chaque fibre de leurs êtres. Quand ils virent la Maison de Dieu, les portes du Ciel, quelque chose de radical s'introduit dans leur manière de fonctionner l’un avec l’autre. Ils virent à ce moment là que leur vie appartenait les uns aux autres et non plus à eux-mêmes. Ce n’était pas juste : « Je crois au Messie qui est venu. » Quelque chose fut transformé dans la manière dont ils voyaient les autres. Le Christ avec Sa Tête dans le Ciel et Ses Pieds sur la terre était impressionnant pour eux et eut un effet fondamental dans leur vie. C’était une chose insupportable, évidemment pas dans le sens négatif du terme, mais il y avait quelque chose de très impressionnant au sujet de qui Jésus était et est dans Son Peuple sur cette terre. Ils virent et ils répondirent. 

Qu’est-ce que c’est que l’Église ? Qu’est-ce que c’est qu’un Chrétien ?

 Du point de vue du Christ, ne pas discerner le Corps, c’est aussi ne pas discerner Christ. Pour nous, persécuter l’Église ou minimiser l’Église ou ne pas estimer cette « chose » appelée Église, c’est pareil que de les faire à Christ. Comme je l’ai dit auparavant, nous avons tous grandi, estimant peu la « chose » appelée  « église ».  Mais cette « chose » que nous n’estimions pas était une institution. C’était une organisation. C’était un groupe religieux avec « un système de croyance » qui les maintenait ensemble. Mais, dans « l’église » actuelle, plus de la moitié des participants n’a pas expérimenté la « nouvelle naissance » ! Si vous deviez aller dans n’importe quelle rue en Amérique, vous trouveriez probablement que très peu de gens dans ces « églises » qui professent Christ et qui prétendent être Chrétiens, sont vraiment des Chrétiens, suivant la définition Biblique d’un Chrétien. 
 
La Bible définit les Chrétiens comme ceux qui ont tout quitté pour être Ses disciples. Ils ont perdu leur vie pour la retrouver. Ils se sont détournés du péché et en conséquence peuvent être appelés des nouvelles créations, car la vieille création a été abandonnée ou délaissée. Ils sont morts au péché et puis ensevelis sous l’eau. La plupart des gens ne correspondraient pas à cette description. Ils veulent vivre pour eux-mêmes. Ils aiment le monde et pour cette raison les Écritures les appellent : « ennemis de Dieu ». Ils aiment le monde et ne sont pas morts au péché, par conséquent ils sont enfants du diable (1 Jean 3). Donc, la plupart de ce qu’on a appelé « l’église », historiquement parlant, n’était pas réellement l’Église du point de vue Biblique.

Mais, cela ne mesure pas la maturité. Ça peut juste mesurer le niveau. Est-ce le niveau de la Parole de Dieu ? Est-ce vraiment au niveau de la Vie du Christ et de ses enseignements ? Est-ce pour cela que nous vivons ? Est-ce pour cela que nous sommes prêts à mourir ? Ou allons-nous trouver des échappatoires pour nous-mêmes ? Allons-nous essayer de « baisser la barre » ? « Eh bien, ne prenons pas cela d’une manière trop sérieuse. Ce n’est pas du tout pratique. Si nous vivons comme cela, peut-être que quelqu’un ne nous aimera pas. Nous pourrions être poursuivis en justice. » Ces genres de raisonnements humains (qui est de la sagesse venant d’en bas, charnelle et diabolique : Jacques 3 :15), sont des bases sur lesquelles la plupart des corps religieux se sont construits. Au moins, la plupart accordent de grandes places à la sagesse mondaine.

L’Église et le Christ sont inséparables

Si vous dites que vous aimez Dieu désespérément, n’essayer pas de miner ou d’amoindrir l’importance d’aimer la Maison de Dieu, d’aimer le travail venant des mains de Dieu, d’aimer l’extension du cœur de Dieu, d’aimer le visible du Dieu invisible (comme Paul le dit aux Colossiens).
 
Il est essentiel que vous voyiez le rapport entre aimer Dieu et aimer Son Corps. Ne pensez pas pompeusement que vous aimez Dieu, mais qu’aimer Son Corps serait d’une importance secondaire. « Je peux être un chrétien, mais je n’ai pas besoin de l’Église. », Faux. Car Dieu dans sa sagesse infinie dit, que Jésus Christ est le Chef de la plénitude de la Déité, et son Corps, collectivement parlant, est la plénitude de l’autorité et de la puissance de Jésus. Il n’y a aucune autorité et puissance en dehors de l’Église ! À moins que vous ne fassiez partie d’un corps local de croyants, avec Dieu faisant partie de ce que vous faites, honorant Christ, centré sur le Christ ; avec des gens croyant à la Bible et marchant en obéissance envers Dieu - qui ne sont pas juste entrain d’en parler, mais de le faire - alors vous n’êtes pas dans la plénitude de la divinité et il n’y a aucune puissance, aucune autorité, aucune domination… aucune de ces choses ne peuvent être dans votre vie.


Le Véritable Amour s’exprime Lui-Même

S’il vous aimez éperdument, qu’est-ce que votre entendement et votre cœur vont faire ? Vous chercherez à trouver des moyens pour exprimer cet amour. Si j’aime, mon intelligence va être créative pour trouver des manières d’exprimer cet amour, avec cette pensée : « Comment pourrais-je faire quelque chose de spécial pour eux, qui les feraient sourire ou leur enlèveraient ce fardeau de leurs épaules ? Comment pourrais-je, de façon créative, trouver un moyen d’entrer dans leur cœur, dans leur vie et de faire quelque chose de spécial, sans rien désirer en retour ? Je veux juste donner. » Quand vous aimez vraiment quelqu’un, vous voulez juste donner. C’est pareil avec Dieu. Si vous aimez vraiment Dieu, il n’y a aucun moyen pour tracer une ligne entre L’aimer et exprimer cet amour dans Sa Maison—avec zèle et passion pour la Maison. Si vous voulez vraiment Le servir, il n’y a pas beaucoup de façon de le faire avec un Dieu que vous ne pouvez pas toucher, et que personne n’a vu ou ne peut voir - comme disent les Écritures - Le seul Dieu immortel, invisible, immense et impressionnant. Comment pouvez-vous laver Ses pieds ? Comment faire pour L’aimer si vous n’aimez pas Sa Maison, et n’êtes pas consumés avec du zèle pour Sa Maison comme l’étaient le Roi David et Jésus ?


Donc, aimer Sa Maison n’est pas un point insignifiant. Mais être saisi par la vision d’aimer Sa Maison ne remplace pas et ne se substitue pas à notre amour pour Dieu. C’est le trop-plein de notre amour pour Lui. N’essayez pas de remplacer l’amour dû à Dieu pour l’amour de Sa Maison, mais comprenez qu’ils sont inséparables. Aimer Son Église est le débordement de l’amour que l’on a pour Dieu. Si vous êtes réellement un adorateur de Dieu, vous Le louerez comme David l’a fait (comme vous pouvez le voir à travers les Psaumes) et la ferveur pour la Maison de Dieu vous consumera. Il n’y a aucun moyen de séparer ces deux aspects de la même réalité.

L’Église doit être construite sur la juste fondation de l’obéissance à Jésus-Christ dans des vies qui sont consacrées à Le suivre. Ce vies ne prétendent pas être parfaites, mais s’efforcent d’y parvenir et n’acceptent rien d’autre pendant qu’elles marchent avec transparence avec Dieu et l’un avec l’autre, entre ici et là-bas. Donc, si je vois un péché particulier dans ma vie, ce n’est pas la fin du monde. Si ce péché s’est produit dans ma vie aujourd’hui, c’est la fin du monde spirituellement parlant si je dis :  « Je m’en fiche. Cela ne fait rien. Occupez-vous de vos propres affaires. Enlevez la poutre de votre propre œil. ». Quand je refuse de marcher dans la lumière (une transparence honnête avec des vraies personnes qui connaissent Dieu), refusant de me soumettre humblement à la Parole de Dieu, et refusant de me tourner vers Dieu et aux autres croyants autour de moi, dans la Famille de Dieu, c’est alors que c’est fini. C’est le verdict que Jésus a dit : « Il y en a qui aiment la lumière ; d’autres aiment les ténèbres ». C’est le point qui divise.
 
Lorsque la Maison de Dieu est fondée sur une « marche dans la lumière » avec une volonté d’entendre la Parole de Dieu et de La pratiquer, avec Jésus comme le repère, alors il n’y a rien dans les cieux ou sur la terre qui peut nous retenir. Si, cependant, à un moment donné, peu importe notre maturité, nous décidons que nous n’avons pas vraiment besoin du niveau de la Parole de Dieu et des enseignements de Jésus ; lorsque nous trouvons acceptable moins que le caractère et la pleine mesure de la stature du Christ ; quand nous repoussons toute lumière qui brille sur toutes différences ou divergences entre où Jésus est et là où nous en sommes—cela termine ou met fin à notre existence comme le peuple de Dieu, du moins comme une Église, comme une fondation où Dieu peut construire Sa Maison. Cette révérence et cette crainte, mêlées de respect pour l’Église, la Tête dans le Ciel et les Pieds sur terre, doivent être restaurées. C’est fondamental.
C’est une très simple idée Biblique. Ce n’est pas un concept profond et bizarre, tiré par les cheveux, mais les gens méprisent ou ont honte de cette révélation, du Corps du Christ. Ils méprisent cette idée d’être joints à l’un l’autre, étant membres de l’un l’autre. Ce sont des termes horribles et épouvantables pour des gens qui veulent vivre leur vie d’égoïste. Ils n’ont aucun désir pour la Maison de Dieu. Le zèle pour eux-mêmes les consume et ils n’ont aucune intention de perdre leur vie. En fait, cette idée les révulse. Ils veulent avoir ce qu’ils veulent. Ils veulent être des dieux qui contrôlent leurs propres destinées, et peut-être aussi les destinées d’autrui. Mais perdre leur vie comme Jésus L’a fait, se rendre insignifiant, devenir un esclave pour les autres - même jusqu’à la mort si nécessaire – ce sont pour eux des idées ignobles, abjectes et scandaleuses. Non seulement ils ne le feront pas, mais aussi, ils se moqueront et feront du chantage auprès de ceux qui désirent vivre de cette façon.

Si vous voyez cette révélation du Corps du Christ dans votre vie, et que vous donnez votre vie à ce cœur que Dieu a pour Sa Maison, vous serez incroyablement persécutés et on se moquera de vous. Vous serez appelés par toutes sortes de noms. C’est quelque chose de très surnaturel, car Satan méprise cette sorte d’amour agape. Perdre votre vie par égard pour les autres est une idée terrible pour ceux qui se moqueront de vous et vous persécuteront. Ils penseront : « Vous pouvez croire ce que vous voulez croire, mais ne vous avisez pas d’aimer les gens même au point de perdre votre propre identité, vos possessions et même votre vie. Ne vous avisez pas de faire quoique que ce soit de terrible comme cela. Mais, si vous voulez croire à certaines choses, c’est excellent. Faites juste bien attention de vivre égoïstement, aimant une sorte de vie mondaine comme tout le monde, et cela sera excellent. Restez bien branché à cette vie, acceptable par la société, culturelle, normative, satanique, occidentale, matrice de vie … et ne vous avisez pas d'aimer quelqu’un. Alors, tout ira bien pour vous.»

Par contre, si vous embrassez cette révélation du Corps du Christ dans votre vie, vous expérimenterez la Réalité de la Plénitude de la Vie, pour laquelle vous avez été créé. Il n’y aura plus de vide, d’efforts, de manque de paix dans votre vie ; mais, la Vraie Vie, pour laquelle vous avez été créé, pour l’expérimenter et pour y prendre grand plaisir, avec tous ceux, qui se sont également donnés complètement à Jésus et à Son Église.






Dans le même ordre d'idée :














1 commentaire:

  1. Amen. Merci pour ce partage frère. "La vérité vous rendra libre" disait-il. C'est vrai, le consolateur me travaille sur ce sujet depuis quelques temps. Je trouve ici une confirmation supplémentaire. Soyez abondamment béni.

    RépondreSupprimer