jeudi 11 novembre 2010

Iran : l'USCIRF demande la libération sans délais de Youcef Nadarkhani

29 Octobre 2010 : l’USCIRF (Commission Américaine sur la Liberté Religieuse Internationale) interpelle en urgence l’administration Obama afin qu’elle demande la libération d’un pasteur qui risque la peine de mort en Iran, pour apostasie.

 

Pour une libération immédiate.

 

Washington : La Commission Américaine sur la liberté Religieuse internationale (USCIRF) exprime sa vive inquiétude concernant l’avenir d’un pasteur chrétien, emprisonné depuis plus d’un an, et actuellement sous la menace d’une exécution capitale pour apostasie. L’URSCIF interpelle dans l’urgence l’administration Obama, afin qu’elle fasse pression pour sa libération immédiate et inconditionnelle.Ce cas montre une fois de plus qu’il n’y a ni transparence ni justice en Iran dans le prétendu « cadre juridique des minorités religieuses » déclare Léonard Léo, président de l’USCIRF. «  L’Administration Obama doit continuer à prendre ouvertement position pour les minorités religieuses d’Iran, ainsi que l’a déjà fait la Secrétaire d’Etat, Mme Clinton, au mois d’Aout. 

 

La pression internationale agit sur l’Iran, et dans certains cas, le régime s’est montré clément à cause de cette pression internationale. »Youcef Nadarkhani, un pasteur du Nord de l’Iran, a été arrêté en octobre 2009 après avoir mis en cause la main mise de l’islam sur l’instruction religieuse que ses enfants recevaient à l’école, arguant que la constitution iranienne permet aux parents d’élever leurs enfants dans leur propre religion. 

 

Mr Nadarkhani, et plus tard son épouse, Fatemeh Passandideh, furent accusés d’apostasie. Alors que son épouse, après quatre mois d’emprisonnement, était libérée le mois dernier, selon des sources iraniennes et gouvernementales américaines, Mr Nadarkhani a été accusé et semble-t-il jugé, puis informé oralement qu’il était condamné à mort, alors qu’aucun verdict n’a été rendu officiellement. 

 

Durant l’année écoulée, le bilan déjà accablant de la liberté religieuse sous le régime iranien, s’est encore aggravé. Tout particulièrement pour des minorités religieuses telles que les Baha’is (syncrétisme des trois religions monothéistes), les Chrétiens et les Musulmans Soufis. Agressions physiques, harcèlements, arrestations, emprisonnements, se sont multipliés. Bien que les minorités religieuses non musulmanes, Juifs, Arméniens ou Chrétiens d’Assyrie, et Zoroastres, soient reconnues et protégées par la constitution iranienne, elles doivent faire face à une augmentation de la discrimination et de la répression. À la suite des élections très controversées de juin 2009, le gouvernement iranien a intensifié son action contre les minorités religieuses non musulmanes. 

 

« Depuis la révolution iranienne, on n’avait pas revu ce schéma d'arrestations et de harcèlements associés à une recrudescence de discours incendiaires, tels que ceux du président Ahmadinejad ou d’autres responsables, » déclare Léo. « Dans ce cas précis, il est crucial de réagir vite. La vie de cet homme est en danger. Nous en appelons à notre gouvernement et à la communauté internationale pour faire pression afin d’obtenir sa libération et la garantie que l’Iran ne prendra aucune décision irréversible, ni dans ce cas précis, ni dans d’autres cas similaires ».

 

L’USCIRF est une commission indépendante bipartite, du Gouvernement Fédéral. Américain. Les commissaires de l’USCIRF sont nommés par le Président et la direction des partis politiques, tant au Sénat qu’à la Chambre des Représentants. Les principales fonctions de l’USCIRF sont de réexaminer les faits et les conditions des violations de la liberté religieuse dans le monde et de faire parvenir ces éléments politiques au Président, au Secrétaire d’État et au Congrès.

 

Source:http://www.uscirf.gov/news-room/press-releases/3435-102910-uscirf-urges-obama-administration-to-demand-release-of-pastor-facing-execution-in-iran-for-apostasy.html 

 

(Traduction M.J.)

 

 

Dans le même thème:

http://blog-porte-parole.blogspot.com/2010/11/en-iran-pour-les-chretiens-cest-pire.html

 

http://blog-porte-parole.blogspot.com/2010/11/petition-en-faveur-de-nos-freres.html

http://blog-porte-parole.blogspot.com/2010/10/iran-nouvelles-alarmantes-de-youcef.html

http://blog-porte-parole.blogspot.com/2010/08/compassion-selective.html

http://blog-porte-parole.blogspot.com/2010/08/iran-repression-accrues-envers-les.html


4 commentaires:

  1. C'est une bonne nouvelle qui encourage à continuer à prier pour les autres pasteurs emprisonnés dont cette lettre ne parle pas.

    Pourquoi lui seulement ?

    RépondreSupprimer
  2. Ça y est!

    L’avocat de Youcef Nadarkhani vient de recevoir la sentence écrite du tribunal. Notre frère Youcef est officiellement condamné à mort par pendaison pour apostasie par la 11ème chambre de la cour d’assise de la ville de Rasht.

    « Souvenez-vous des prisonniers, comme si vous étiez liés avec eux, de ceux qui sont maltraités, comme étant vous-mêmes aussi dans le Corps. » (Heb. 13: 3. Darby.)

    Jean-Luc B

    RépondreSupprimer
  3. Continuons à prier pour l'Islam et nos frères et soeurs persécutés en ses terres !
    Bonne suite dans vos vies à tous, Flo.

    RépondreSupprimer
  4. Dernières nouvelles concernant nos frères emprisonnés:

    Concernant Youcef, les avocats ont déposé son appel dimanche 7 décembre. Il est toujours dans l'isolement le plus absolu et Tina s'inquiète sur son état de santé. Il a tenu, toutefois, à vous saluer tous.

    Concernant Marco, c'est toujours le flou sur sa situation légale. Son avocat essaye d'organiser une rencontre avec le procureur. Vous serez tenu au courant des éventuels développements.

    Le parlement néerlandais a décidé de demander une intervention européenne sur Marco et Youcef. Certaines agences de presse italiennes ont publié l'information suite à l'intervention d'une journaliste italienne et de certains iraniens d'Italie.

    Il est difficile d'entrer en contact avec l'Iran au moyen d'internet. Il arrive que les PC soient endommagés par les hakers employés par les services iraniens. Il est donc nécessaire de sécuriser au maximum les échanges.

    Au niveau américain, plusieurs églises continuent à intervenir pour demander une réaction officielle de Washington.

    RépondreSupprimer